Recommandations sanitaires pour le voyageur - 2ème partie ...
4 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Recommandations sanitaires pour le voyageur - 2ème partie ...

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
4 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Recommandations sanitaires pour le voyageur - 2ème partie ...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 99
Langue Français

Extrait

Voir en complÈment : VACCINATIONS ET HYGI»NE Recommandations sanitaires pour le voyageur, premiËre partie, juin 2002
FICHE TECHNIQUE juillet 2002
RECOMMANDATIONS SANITAIRES POUR LE VOYAGEUR e 2 partie: Prophylaxie du paludisme
DÕaprËs les recommandations ÈditÈes par lBeulletin ÈpidÈmiologique hebdomadaire BEH n∞ 24/2002 du 11 juin 2002
INTRODUCTION PrÈsent dans de nombreux pays tropicaux ‡ lÕÈtat dÕendÈmie, le paludisme expose les voyageurs au risque de contracter une maileadont le pronostic peut, selon lÕespËce de Plasmodium en cause, Ítre sÈvËre, voire mortel, en particulier en cas de retard de prisenecharge ou lorsque le sujet est fragilisÈ. Le nombre de cas de paludisme dÕimportation qui augmentait rÈguliËrement depuis 1996 parallËlement ‡ lÕaccroissement des fluexvdoya-geursversleszonesdÕendÈmie(prËsde3,2millionsen2000)sÕeststabilisÈen2001selonleCNREPIA*quilÕaestimÈ72e2s3.pLaysde contamination sont majoritairement situÈs en Afrique subsaharienne (95 % des cas), ce qui explique que plus de 80 % des cas sontdus ‡ Plasmodium falciparum. En ce qui concerne les cas importÈs en France, lÕincidence pour 100000 voyageurs et par an est en Afrique respec-tivement 15 ‡ 23 fois plus ÈlevÈe quÕen AmÈrique du Sud ou en Asie. Le nombre de dÈcËs est comparable ‡ celui des annÈes prÈcnÈtedse(15 ‡ 20 par an). Les chimiorÈsistances deP. falciparum‡ la chloroquine et au proguanil restent stables en 1999-2000 et 2001 pour les souches dÕAfrique analysÈes par le CNRCP**. On constate toujours que plus de deux tiers des cas importÈs en France surviennent chez desujets ori-ginairesdÕAfriquesubsaharienne,quisemblentmoinsbieninformÈsdesmesuresprophylactiquesnÈcessairesoudissuadÈsparlreuco˚t. Il faut ‡ nouveau insister sur la nÈcessitÈ de diffuser largement les recommandations de prÈvention auprËs de lÕensemble des popu-lations de voyageurs europÈens ou africains.
RECOMMANDATIONS
ludiques avec dÕautres mÈdicaments) et dÕuneEnviron 5 % des accËs palustres ‡P. falciparum GÉNÉRALITÉS grossesse ou de son ÈventualitÈ (notamment ensont observÈs au-del‡ des 2 mois suivant le Il convient dÕinsister sur lÕobservance simul- raisonde la gravitÈ du paludisme chez la femmeretour. Un Èchantillon de sang doit Ítre examinÈ tanÈe dÕune protection contre les piq˚res deenceinte). pourporter le diagnostic. La prÈcocitÈ du dia-moustiques et dÕune chimioprophylaxie. Il estgnostic et lÕadÈquation du traitement sont les Aucun moyen prÈventif nÕassure ‡ lui seul dangereux de laisser un voyageur partir sans pro-facteurs essentiels de survie en cas de paludisme une protection totaleet, mÍme si un traitement phylaxie dans un contexte (zone et saison) deP. falciparum. adaptÈ a ÈtÈ bien pris, il est possible de dÈvelop-transmission intense. LÕaccent doit Ègalement per un paludisme, parfois atypique ou dÕappari-Ítre mis sur la nÈcessitÈ dÕune chimioprophy-tion tardive. Les symptÙmes initiaux sont laxie pour tous les Africains rÈsidant en FranceCHIFFRES CL…S DU PALUDISME souvent peu alarmants mais le paludisme peut lorsquÕils se dÈplacent en zone impaludÈe (en DÕIMPORTATION Ítre mortel si son traitement est retardÈ. En cas particulier les enfants qui ont un risque accru de fiËvre, nausÈes, cÈphalÈes, myalgies ou fati-¥ 7223 cas de paludisme dÕimportation dÕaccËs palustre grave, du fait de la non-immuni-gue au cours du sÈjour ou dans les semaines ou enregistrÈs en France en 2001; sation antÈrieure contre lePlasmodium). mois qui suivent le retour, un mÈdecin doit Ítre ¥ lenombre de dÈcËs dus ‡Plasmodium On sÕefforcera de personnaliser les conseils deconsultÈ sans retard. Il existe un polymorphisme falciparumen France mÈtropolitaine est prophylaxie en tenant compte de lÕintensitÈ de laparfois trompeur de la symptomatologie palus-comparable ‡ celui des annÈes prÈcÈ-transmission du paludisme et de la frÈquence destre, la fiËvre pouvant Ítre associÈe ‡ des troubles dentes (15 ‡ 20 par an); rÈsistances dans les zones considÈrÈes, desdigestifs ou ‡ des douleurs abdominales.Toute ¥ 2/3des cas importÈs en France survien-conditions du voyage, des antÈcÈdents patho-pathologie fÈbrile au retour des tropiques doit nent chez des sujets originaires dÕAfrique logiques et dÕintolÈrance aux antipaludiquesÍtre considÈrÈe a priori comme pouvant Ítre subsaharienne. (ainsi que des interactions possibles des antipa-dÕorigine palustre et investiguÈe comme telle.
* Centre national de rÈfÈrence de lÕÈpidÈmiologie du paludisme dÕimportation et autochtone.
** Centre national de rÈfÈrenceadcehlimiosensibilitÈ du paludisme.
C o m i t Èd Õ È d u c a t i o ns a n i t a i r ee ts o c i a l ed el ap h a r m a c i ef r a n Á a i s e Ordre National des Pharmaciens - 4, avenue Ruysdaël - TSA 500 36 - 75379 Paris Cedex 08 • Tél. : 01 56 21 35 00 - Fax : 01 56 2135 09 - cespharm@ordre.pharmacien.fr
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents