Albert Camus : l exigence morale
105 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Albert Camus : l'exigence morale , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
105 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Jacqueline Lévi-Valensi, présidente de la Société des Études Camusiennes disparue en 2004, ne cessait de souligner l'actualité et la force de la pensée d'Albert Camus, «pensée qui refuse la démesure et qui, n'oubliant jamais l'exigence morale, en fait le principe de toute action.» Pour lui rendre hommage, des penseurs et des chercheurs interrogent cette pensée et le mode de rapport au monde, à l'homme et à l'Histoire qu'elle implique. Visitez le site web Albert Camus: www.webcamus.free.fr

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 février 2021
Nombre de lectures 1
EAN13 9782748171013
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0025€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Textes rassemblés et présentés par Agnès Spiquel et Alain Schaffner
Albert Camus : l’exigence morale
Hommage à Jacqueline Lévi-Valensi
Volume publié avec le concours du Centre d’études du roman et du romanesque et de la Société des études camusiennes
Éditions Le Manuscrit Paris


© Éditions Le Manuscrit, 2006
ISBN : 9782748171013 (fichier numérique)
ISBN : 9782748171006 (livre imprimé)


« L’Esprit des lettres »
C ollection coordonnée par Alain Schaffner et Philippe Zard
« L’Esprit des lettres » pr é sente, dans un esprit d’ouverture et de rigueur, un choix d’ouvrages refl é tant les principales tendances actuelles de la critique en litt é rature fran ç aise et compar é e. Chaque proposition de publication y fait l’objet d’une é valuation par les directeurs de collection ainsi que par des sp é cialistes reconnus du domaine concern é .


Dans la même collection
Jeanyves GUÉRIN (éd.), La Nouvelle Revue française de Jean Paulhan , 2006.


Pour l’ensemble de ce recueil (sauf indication contraire), les références aux citations de Camus renvoient aux deux volumes de la « Bibliothèque de la Pléiade » chez Gallimard : Théâtre, récits, nouvelles (édition établie et annotée par Roger Quilliot), 1962, et Essais (édition établie et annotée par Roger Quilliot et Louis Faucon), 1965. Ces deux volumes sont désignés respectivement par T et E, suivis de l’indication de la page, entre parenthèses dans le texte.


Avant-propos
Pour rendre hommage à la grande universitaire, à la conscience critique de son temps et à l’amie que fut Jacqueline Lévi-Valensi, nous avons souhaité interroger l’œuvre de Camus dans le sillage de ses préoccupations majeures. Dans les textes de cet auteur qu’elle a passionnément aimé – et dont elle ne cessait de souligner l’« étonnante résonance dans la conscience contemporaine 1 » – Jacqueline Lévi-Valensi a en effet trouvé un des meilleurs exemples au vingtième siècle de l’« humanisme romanesque 2 » qui lui était cher. Elle l’interrogeait encore, à la veille de sa mort, en publiant les textes de Camus à Combat et en préfaçant une anthologie de ses textes sur le terrorisme :
Camus n’a pas écrit de traité d’idéologie, ni de philosophie politique, et ne se considérait pas comme un philosophe ; il aimait à se définir comme un artiste, mettant ainsi l’accent sur son œuvre de créateur. Mais cette œuvre tout entière est traversée par l’exigence éthique, et il a toujours pensé qu’il était de sa responsabilité d’intellectuel et d’écrivain de ne pas se tenir à l’écart de l’histoire de son temps 3 .
Comment l’exigence éthique, celle qui incite à mettre la morale en action, peut-elle se combiner dans une œuvre avec l’exigence artistique ? Comment les réflexions de Camus sur la Résistance, sur la guerre froide ou sur le terrorisme en Algérie peuvent-elles nous éclairer, nous qui vivons aujourd’hui dans un ordre européen et mondial tout à fait inconcevable à l’époque où il écrivait ? Face à la faillite des idéologies, au retour du fanatisme religieux, à la mondialisation du terrorisme, l’exigence d’une pensée qui ne transige pas avec les valeurs essentielles nous apparaît néanmoins renouvelée. Pensée en tension, qui se méfie des certitudes autant que des résignations ; pensée ouverte à l’« autre », au risque de ce qui la combat ou la nie ; pensée lancée dans la quête exigeante et le questionnement lucide de ses propres fondements.
Ce volume rassemble des textes qui mettent la pensée de Camus à l’épreuve autour de quatre thématiques principales : l’actualité de la réflexion de Camus sur le terrorisme ; son activité de journaliste engagé et les leçons qu’on peut en tirer ; l’intérêt qu’il portait à la justice au sens moral et institutionnel du terme ; enfin les différents « visages » de sa morale à la fois souple et intransigeante.
1- Face au terrorisme. Jean Daniel part d’une discus sion mémorable qu’il a eue jadis avec Camus dans les bureaux de L’Express , pour s’interroger sur l’attitude de ce dernier face au conflit algérien et la confronter à celle de Germaine Tillion. Les magistrats Antoine Garapon et Denis Salas montrent à quel point la pensée de Camus vient, très abruptement, remettre en question les consensus sournois qui s’installent dans la pensée contemporaine du terrorisme et de la torture.
2- Le journaliste engagé . En analysant minutieu sement les articles de Camus dans L’Express , Jeanyves Guérin explore les racines, l’évolution et les enjeux de la position de Camus pendant la guerre d’Algérie. Fernande Bartfeld met au jour la collaboration suivie (et peu connue) de Camus avec le journal libertaire, La Révolution prolétarienne . André Abbou s’interroge plus largement sur le rapport au journalisme d’un Camus-Jonas (en référence au personnage de L’Exil et le Royaume ). Christiane Chaulet-Achour, pour finir, fait apparaître l’influence considérable de Camus sur les journalistes algériens des dernières décennies.
3- La justice : le juste et l’injuste . Maurice Weyembergh présente la notion de justice d’un point de vue philosophique dans ses relations complexes avec la grâce et l’amour. Marie-Thérèse Blondeau se penche, dans La Peste , sur la tension ironique et tragique entre justice et injustice. Franck Planeille, enfin, met en évidence les enjeux des notions de « juste » et de « vrai » dans L’Étranger .
4- Visages d’une morale. Trois contributions, pour conclure, tentent de définir différents visages de la morale camusienne : son lien indissoluble au corps (Zedjiga Abdelkrim) ; son ouverture à l’altérité (David H. Walker) ; sa capacité de résistance aux ravages de la « pensée captive » (Brigitte Sändig).
Nous espérons que les articles réunis ici appa raîtront comme une éclatante confirmation de ce qu’écrivait Jacqueline Lévi-Valensi il y a quelques années :
Alors que nous n’en sommes évidemment plus aux atrocités de la Seconde Guerre mondiale, ni aux espoirs et aux désillusions des lendemains de la Libération, alors que la guerre froide n’est plus dans le champ de la politique internationale et pourrait apparaître comme un lointain souvenir, que l’organisation mondiale a bien changé et que l’histoire a pris un visage tout à fait nouveau, l’œuvre de Camus, ses écrits journalistiques, ses prises de position, nous semblent étrangement proches. Sans doute les prestiges de l’écriture et la force de la création y sont pour quelque chose. Mais surtout les analyses qui, tout à la fois, tiennent compte de l’histoire et s’efforcent de “lutter dans l’histoire pour préserver cette part de l’homme qui ne lui appartient pas” (E, p. 351), la pensée qui refuse la démesure et qui, n’oubliant jamais l’exigence morale, en fait le principe de toute action, ont gardé toute leur valeur, leur puissance et leur actualité 4 .
Agnès SPIQUEL et Alain SCHAFFNER


1 . Jacqueline Lévi-Valensi, « Avant-propos » de Camus à Combat, Gallimard, Cahiers Albert Camus 8, 2002, p. 16.

2 . Voir Pour un humanisme romanesque , mélanges offerts à Jacqueline Lévi-Valensi, études réunies et présentées par Gilles Philippe et Agnès Spiquel, SEDES, 1999.

3 . Albert Camus. Réflexions sur le terrorisme (textes choisis et introduits par Jacqueline Lévi-Valensi, commentés par Antoine Garapon et Denis Salas), Paris, Nicolas Philippe, 2002, p. 10.

4 . « Albert Camus et la question du terrorisme », Albert Camus, Réflexions sur le terrorisme , op. cit., p. 13.


Face au terrorisme


Albert Camus, Germaine Tillion et le terrorisme
Si je partage intensément la dette de tous les camusiens à l’égard de Jacqueline Lévi-Valensi, j’ai aussi une raison personnelle de le faire. Je suis en effet l’un des rares survivants parmi tous ceux qui ont connu Albert Camus. J’ai eu avec lui des rapports empreints d’une fraternité admirative et conflictuelle du fait de nos positions finalement séparées sur la guerre d’Algérie. Or, il se trouve que parmi ceux qui ont bien voulu s’intéresser à la nature de ces rapports – dans la mesure où cela pouvait mieux préciser l’attitude de Camus devant le conflit algérien 

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents