Le MPS a l heure de la succession
110 pages
Français

Le MPS a l'heure de la succession , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
110 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Créé en 1989, le Mouvement Patriotique du Salut est un regroupement des mouvements politico-militaires du Tchad qui se sont fusionnés pour renverser le régime dictatorial d’Hissein Habré. Les forces du M.P.S lancèrent l’offensive sur les positions des Forces Armées Nationales Tchadiennes (F.A.N.T) qui, sans grande résistance, cédèrent leurs positions une à une jusqu’à N’Djaména le 1er décembre 1990. Le 03 décembre 1990, le Colonel Idriss Deby s’adressa à la nation tchadienne d’où la célèbre phrase «Tchadiennes, Tchadiens, je vous apporte ni or ni argent mais la liberté ». Afin de consolider les cœurs meurtris pendant des décennies de guerre et de réconcilier les Tchadiens avec eux-mêmes, il a fallu organiser la conférence nationale souveraine de 1993. Conformément aux résolutions issues de cette conférence, un gouvernement de transition a été formé, la constitution de 1996 fut adoptée par référendum, ce qui ouvrit la voie aux Premières élections libres et transparentes. Vingt quelques années après la prise du pouvoir par le M.P.S, que pensent les militants de cette formation politique ? L’heure du changement a-t-elle sonné ? Quels sont les militants pressentis pour remplacer Idriss Deby Itno, Président-Fondateur à la tête du parti ? Pourquoi le choix de la France et celui des militants du M.P.S se différencient ?

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782376700029
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 50€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

SIGLES ET ABREVIATIONS
M.P.S : Mouvement Patriotique du Salut U.N.I.R : Union Nationale pour l’Indépendance et la RévolutionC.N.S : Conseil National du Salut B.P.N : Bureau Politique National U.N.D.R : Union Nationale pour le Développement et le Renouveau R.D.P : Rassemblement pour la Démocratie et le Progrès P.L.D : Parti pour les Libertés et le Développement CAP-SUR: Cadre d’Actions Populaires pour l’Unité de la RépubliqueB.P.N.E : Bureau Politique National Exécutif O.P.F/M.P.S : Organisation à la Participation des Femmes du Mouvement Patriotique du Salut O.P.J/M.P.S : Organisation à la Participation des Jeunes du Mouvement Patriotique du Salut
9
O.P.E/M.P.S : Organisation à la Promotion Economique du Mouvement Patriotique du Salut G.S.P/M.P.S : Groupement des Socioprofessionnels du Mouvement Patriotique du Salut O.P.D.A.S : Organisation des Premières Dames d’Afrique engagées et SolidairesC.A.R.M.A :Campagne pour l’Accélération de la Réduction de la Mortalité Maternelle et Néo-natal en Afrique M.P.D.T : Mouvement pour la Paix et le Développement au Tchad C.N.S : Conférence Nationale Souveraine F.U.C : Front Uni pour le Changement U.F.D.D : Union des Forces pour la Démocratie et le Développement R.F.C : Rassemblement des Forces pour le Changement U.F.R : Union des Forces de Résistance A.S.R.I: L’Alliance Socialiste pour un Renouveau Intégral
10
M.N.L.A : Mouvement National pour la Libérationde l’AzawadO.C.R.S: L’Organisation Commune des Régions Sahariennes A.Q.M.I : Al-Qaeda au Maghreb Islamique M.U.J.U.A : Mouvement pour le Jihad en Afrique de l’OuestC.E.D.E.A.O : Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’OuestO.T.A.N: Organisation de l’Atlantique NordC.E.N.I : Commission Electorale Nationale Indépendante
11
Préface
Décembre 1990, les insurgés politiques, qui ont créé le Mouvement Patriotique du Salut (M.P.S), sont venus chasser l’Union Nationale pour l’Indépendance et la Révolution (U.N.I.R) de Hissein Habré pour conquérir le pouvoir au Tchad et confier dès lors la destinée des tchadiens à Idriss Deby Itno ; lequel ne leur a promis ‘’ni or, ni argent, mais la paix et la démocratie’’. Trois décennies de règne démocratique certes, mais trois décennies pavées d’évènements de toutes sortes : des arrestations et assassinats extrajudiciaires, des divisions politiques
12
partisanes, ethniques, régionalistes et même communautaires pour ne pas dire claniques, mais aussi des progrès économiques, des reconstructions nationales, des progrès diplomatiques, des changements ou modifications institutionnelles et que sais-je encore ! Mais trois décennies de règne exclusif du M.P.S et de son Président Idriss Deby Itno. Et voilà que sonne le glas de la succession, si l’on croit à la dernière volonté d’Idriss Deby Itno de vouloir modifier la constitution pour limiter le mandat présidentiel à deux. Ce prochain mandant suscite l’idée de succession sinon d’alternance politique au pouvoir. Et cette idée de succession pose de sérieux problèmes et soulève tant d’interrogations quant aux éventuels successeurs d’Idriss Deby Itno. Trois camps voire quatre sont formés dans l’esprit des militants du M.P.S et des autorités françaises autour de cette question aussi épineuse. D’abord les «Baministes » pères-fondateurs du M.P.S qui se montrent conservateurspensent s’accaparer de la succession, mais à qui le confier la lourde et exaltante tâche ? Ensuite « les non Baministes » adhérents du parti au cours de ses trois décennies, prônent le changement dans la continuité. Ceux-là voient des successeurs du
13
jubilé d’argent légion. Puis les partis alliés au M.P.S eux-aussi ne sont pas du reste, ils veulent bien prendre part au partage du gâteau. En fin les occidentaux dont la France en tête, qui voient leurs intérêts mis en jeux dans cette succession au Tchad, ne cessent de manipuler le gouvernail de la flotte. Tous ont les yeux braqués sur qui des pandores : Inda Deby Itno, Moussa Faki Mahamat, Mahamat Zène Chérif, Mahamat Idriss Deby Itno ou Djidi Saleh Kédalaye sera hissé au perchoir à la fois du M.P.S et de la République après Idriss Deby Itno? Mais qu’en sera-t-il de l’opposition politique démocratique qui veut bien marquer ou imprimer l’alternance du pouvoir politique dans ce pays? Si l’on se reporte aux différentes élections présidentielles et législatives qui ont été organisées dans le pays jusqu’ici et qui n’ont vu que les seules victoires du candidat du M.P.S et ses alliés ; cette victoire, la sera-t-elle encore à la succession prochaine ? Arrivera-t-on à organiser un jour des élections où les perdants reconnaitront tous leur défaite ? La pérennisation au pouvoir d’Idriss Deby Itno et de son parti le M.P.S est à mettre au bénéfice seul de ses propres actions militaires audacieuses nationales comme sous régionales
14
qui lui ont valu le soutien indéfectible de ses pairs Présidents africains, des occidentaux et surtout de la France. Ceux-ci mettent tout en œuvre pour le maintenir au pouvoir auxfins de protéger leurs intérêts africains mis à rude épreuve. La proposition actuelle de révision constitutionnelle par Idriss Deby Itno, prouve son intention de quitter le pouvoir, mais qu’en sera-t-il du M.P.S ? Qui peut valablement le remplacer et à la tête du mouvement, et en même au pouvoir ? Voilà une question aussi épineuse certes, et qui perturbe aussi bien les militants du M.P.S, leurs alliés de la mouvance présidentielle que les partenaires extérieurs d’Idriss Deby Itno et du M.P.S. Enfin, que pensentet disent ceux qui s’acharnent à maintenir Deby au pouvoir à sa prochaine succession ?
Gomayena Lawoutawi, Écrivain togolaise
15
INTRODUCTION
Exacerbés par les tortures, les exactions, les assassinats extrajudiciaires de leurs compatriotes, un groupe d’officiers de l’armée Tchadienne se révolte et regagne le er maquis le 1avril 1989. L’objectif étant de renverser le régime du dictateur Hissein Habré. A cette époque, le Tchad vivait la dictature la plus sanglante de son histoire. Alors, comment faire pour renverser le régime d’Hissein Habré et instaurer la démocratie ?
Il a fallu aux groupes politico-militaires basésà l’étrangerfusionner pour donner de naissance au Mouvement Patriotique du Salut(M.P.S) lors du congrès de Bamina. Les congressistes ont porté leur choix sur Maldom
16
Bada, mais celui-ci déclina l’offre, finalement c’estjeune colonel Idriss Deby qui a été le choisi pour diriger le mouvement. Avant de lancer l’offensive sur N’Djaména, les combattants du M.P.S auraientjuré d’œuvrer pour le bien-être des Tchadiens une fois le pouvoir conquis.
Grâce aux soutiens de la France, de la Libye, du Burkina-Faso, dela Côte d’Ivoire, du Togo et du Soudan, les forces du M.P.S lancèrentl’offensive sur les positions de l’armée Tchadienne qui, sans grande résistance, cédèrent leurs positions une à une er jusqu’à N’Djaména le 1décembre 1990.
Le 03 décembre 1990, le colonel Idriss Deby s’adressa à la nation Tchadienne d’où la célèbre phrase:«Tchadiennes, Tchadiens, je vous apporte ni or ni argent mais la liberté».
Afin de consolider les cœurs meurtris pendant des décennies de guerre et de réconcilier les Tchadiens avec eux-mêmes ; il fallait organiser la conférence nationale souveraine du 15 janvier au 13 avril 1993. Conformément aux résolutions issues de cette conférence, un gouvernement de transition a été formé, une constitution fut adoptée au
17
référendum du 31 mars 1996 ; ce qui ouvrit la voie aux Premières élections libres et transparentes.
Trois décennies après la naissance du M.P.S, que pensent les militants de cette formation politique ?L’objectif fixé à Bamina marqué par un serment est-il atteint ?L’heure du changement a-t-elle sonné ? Quels sont les militants prédestinés pour remplacer Idriss Deby Itno à la tête du parti ?
Dans notre démarche, nous avons recueilli les avis des militants du M.P.S, les « Baministes » et les « non Baministes » ainsi que les officiels français.
18
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents