Spiritis
105 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
105 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Spiritis est un espace de cognition où se déploient les grandes fonctions mentales, Les Dames et Seigneurs de l’Esprit : Dame-Intelligence, Seigneur-Jugement… pour raconter une autofiction dans laquelle Petite-Idée, personnage principal, pleurnichard et zézayant entraîne Maître-Esprit et tous les Spiritis dans son voyage initiatique au fond des abîmes de Dame-Mémoire et de Seigneur-Oubli et les implique dans un débat de délire. Petite-Idée possède une grande perception de la vérité qui échappe au raisonnement, à la durée et au virtuel en même temps ; elle neutralise le temps, le lieu et édifie l’ère de la mobilité telle une énergie qui nous emporte dans son écoulement vers l’infini. Dans un retour au réel, surgît une voix qui dénonce les « idées intruses » et met le monde en garde contre : « ces idées porteuses de virus qui gangrènent l’esprit grégaire d’un peuple à la cherche d’une dignité, d’une justice et d’une démocratie ». Ce qui arriva dans les révolutions arabes ! L’auteure se soulève contre les déroutes du langage érotisé : « printemps », « jasmin » qui suscitent le désir de croire aux idées importées et dangereuses parfois. Latifa Chaker, Psychopédagogue, Inspecteur Général de l’Education invite les « concernés » à bien réfléchir à cela. Quant à Petite-Idée, elle continue à chercher l’unité de mesure de l’esprit chez « les idées Suspendues », lieu sans espace, ni temps, où le délire risque de délirer et où Petite-Idée qui, avant de quitter l’auteure, essaye de meubler sa vingt-cinquième heure, pour une potentielle résurrection… Et cela recommence sans jamais s’arrêter !…

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 septembre 2017
Nombre de lectures 0
EAN13 9782312054452
Langue Français

Extrait

Spiritis
Latifa Samira Chaker
Spiritis
Genèse et parcours d’une petite idée
LES ÉDITIONS DU NET
126, rue du Landy 93400 St Ouen
© Les Éditions du Net, 2017
ISBN : 978-2-312-05445-2
À mes enfants : Haythem et Hind !
Pour me faire pardonner l’histoire de Lee .
À mes petits-enfants : Haroon et ceux qui vont venir…
Á Myriam … !
Prologue
Il est 23 h et quelques… et je n’ai pas encore sommeil. Je me mets dans mon lit, éteins la lumière et me fais voyageuse sur les chemins oubliés de mon existence…
Chaque nuit, je prends la même route vers l’intérieur de moi. A peine mon esprit reposé et bien détendu, il s’ouvre sur d’autres dimensions… Je me lance alors dans l’exploration de mes assises, Essence de mon identité profonde, Support de ma réalité… Je gratte pour vérifier et analyser la solidité de mes souterrains. Je me dois de maintenir ma stabilité, parfois fragilisée, sinon je ne saurais exister en tant que conscience individuelle et universelle. La quête intellectuelle, spirituelle me permet de créer un lien intime entre mon monde intérieur et l’univers en entier.
Il m’est parfois difficile d’établir un contact avec les différents « moi ». Je me perds souvent dans le brouillard, entre directions et sens, au centre des points cardinaux. Et là, je ne trouve pas mieux que de m’arrêter au beau milieu du carrefour, celui de la nuit. Je me repose un peu, renouvelle mon énergie et attends !… Ensuite, je choisis selon les caprices du moment et le besoin du repos : ou bien continuer ma quête jusqu’au bout ou alors annuler le voyage, rebrousser chemin et me laisser sombrer dans le sommeil.
D’autre fois, Obscurité et Bouillard se dégagent dès les premiers pas et une lumière intense m’envahit, me transforme en source lumineuse qui éclaire les lieux et dégage la route, et alors j’avance…
Sur ces lieux perdus, je trouve souvent des bouts épars de moi-même, oubliés, cassés, détruits. Ce genre de rencontre ralentit mon rythme et ma marche vers le rêve. Ces débris, des déchets de moi-même freinent mon élan, gênent ma conscience et réveillent mon aversion contre certaines gens vils et bas… Pourtant , parfois je me baisse et prends soigneusement entre les mains de précieux petits morceaux de moi-même. J’essaie de les coller les uns aux autres, dans l’espoir de colmater les petites brèches qui menacent encore mon édifice d’écroulement. Naïvement , j’espère régler de la sorte, quelques affaires en suspens afin d’obtenir l’image idéale de moi, celle qui puisse me convenir, me contenir…
Mais comme le temps est à sens unique et qu’il emporte dans son cours Illusions, Rêves et Désirs, il ne s’arrête point pour me permettre de réparer les bavures de la vie. Je laisse finalement ces bouts, là où ils sont, pour ne pas me perdre en chemin et m’éparpiller vainement. Il est inutile de trop regarder en arrière, au risque de devenir distance en échappant à soi-même.
Plusieurs chemins de sens opposés se présentent à moi, je choisis celui qui va devant. Je suis bloquée vers l’avant, sans aucune possibilité de revenir en arrière… Et je prends la route. Je continue à avancer sans avoir un but précis et je marche… marche… marche !
Ces chemins perdus s’arrêtent toujours au même endroit, au seuil du domaine des rêves. J’arrive souvent à instaurer une paix au fin fond de moi… ! Les pensées positives finissent par me bercer tendrement et me plonger dans un sommeil serein, qui donne sur l’autre monde. Et je m’abandonne… Ce que je fais chaque nuit.
Sauf que cette nuit le sommeil tarde à venir. Il doit s’occuper des malheureux insomniaques qui ont plus que moi, besoin de lui… Alors je me redresse dans mon lit et me mets à écrire… Mais bien que j’aie à portée de la main mon PC, j’opte pour le crayon et le papier, mes plus anciens et chers outils d’écriture qui, avec quelques livres de chevets, ne quittent jamais ma table de nuit.
Sans réfléchir, luttant contre le sommeil qui commence finalement à me gagner et sans aucun contrôle, ma main se met à courir sur le papier, guidée par le seul pouvoir des mots. Faisant fi de leur graphie, des règles qui gèrent morphologie des verbes, syntaxe, sémantique… La main rapide noircit feuille sur feuille.
Investie d’une mission secrète et espérant l’accomplir au plus vite, elle court, court, court, voulant précéder l’éveil de mes propres pensées pour qu’elles ne puissent pas la rattraper et m’embrouiller dans leur logique. Dans cette folle course de minuit et dans cet épais brouillard d’idées foisonnantes, oscillant entre conscient et inconscient, rêve et réalité, la main devient de plus en plus incontrôlable…
Indépendante, ma main possède un « soi » propre à elle qui pense, réfléchit, prend les rênes de mes idées et dirige souvent mon esprit. Capable d’aller se promener à sa guise dans les méandres et les oubliettes de la mémoire, ma main se laisse guider par l’inconscient, gardien suprême des secrets et source d’intuition et de créativité.
Rebelle, ne voulant pas céder à la fatigue qui commence à la freiner, ma main continue sa course en griffonnant ses propres signes, se référant à son propre avis, refusant sur son passage tout contrôle logique. Elle ne s’occupe que du rythme effréné de sa course, pour écrire au plus vite son propre scénario qui n’appartient pas au domaine du réel, mais à celui de l’hallucination, du délire et de la fiction…
Indépendante, ma main possède un « soi » propre à elle qui pense, réfléchit, prend les rênes de mes idées et dirige souvent mon esprit. Capable d’aller se promener à sa guise dans les méandres et les oubliettes de la mémoire, ma main se laisse guider par l’inconscient, gardien suprême des secrets et source d’intuition et de créativité.
Rebelle , ne voulant pas céder à la fatigue qui commence à freiner son rythme, elle continue sa marche en griffonnant ses propres signes, se référant à son propre avis, refusant sur son passage tout contrôle logique. Elle ne s’occupe que du rythme effréné de sa course, pour écrire au plus vite son propre scénario qui n’appartient pas au domaine du réel, mais plutôt à celui de l’hallucination, du délire et de la fiction…
Naissance
– Bozour !
– Qui vient de parler ? Qui a dit bozour ?
– Bozour ! C’est moi ! Suis là…
– D’abord, on dit « bonjour » et non pas « bozour ». Et puis, je ne te vois pas. Où es-tu ? Qui es-tu ?
– Ze Suis là, Ho ! Ho ! Tu ne me vois pas ? Moi, ze suis si petite ! Ze viens à peine de naître et ze ne sais pas qui ze suis ! Snif… snif… ! Ze ne sais pas où ze suis, maintenant ni ce que ze fais ici… snif… snif !…
– Hum !… Hihihi ! C’est pour cela que je n’arrive pas à te voir. Je comprends maintenant. Allons ! Cesse de pleurnicher !
– Qu’est-ce que tu comprends ? Hein !… Est-ce que tu sais qui ze suis et où ze suis ? Hier z’étais dans un autre endroit très confiné, avec beaucoup d’autres qui me ressemblent. Elles ne sont pas encore nées. Nous n’étions toutes rien que des impressions en état d’embryon… Moi, ze suis sortie la première. Et ze suis là, mais ze ne sais pas encore qui ze suis… Et toi, qui es-tu ?
– Hé ! Hé ! Hé ! Doucement et arrête de zozoter ! Ecoute-moi bien ! D’abord on me vouvoie, moi. On me dit « vous ». Et toi… puisque tu viens de naître, alors tu es « Petite-Idée », qui…
– Hein ! Z’aime bien !
– … Qui dois m’écouter et ne plus me tutoyer, ni m’interrompre. Tu vois, moi, je suis grand(e) ! Je suis même très grand(e). Je suis presque éternelle dans ce monde !
– Ho !
– Oui , Petite … ! Moi , je suis l’impitoyable Idée - Fixe ! Celle qui ne s’en va presque jamais sans faire ou faire faire ce qu’elle veut. Tu sais, on ne peut pas m’abandonner. On ne peut pas me déloger facilement ! Quand on essaie de me laisser tomber, je me cache dans un coin sombre et sinueux pour surgir à l’improviste et imposer ce que je désire. Et si on n’arrivait pas à m’apprivoiser, je pourrais devenir terrible et on ne pourra plus me contrôler, me commander ni me déloger ! Je peux facilement me transformer en grandes choses : belles ou mauvaises.
– Oh !̷

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents