Libres, insoumises et audacieuses!
137 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Libres, insoumises et audacieuses!

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
137 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Najat Vallaud-Belkacem (ministre), Nadia El Fani (cinéaste), Rachida Dati (maire et députée européenne), Amel Brahim-Djelloul (soprano), Samia Ghali (sénatrice maire), Meriem Chadid (astronome), Zahia Ziouani (chef d’orchestre), Zohra Mahi (avocate) et 9 autres femmes célèbres, arabes ou nées de parents arabes, sont parvenues aux plus hautes marches de la société française. Elles ont osé et n’ont jamais rien lâché. Ces « égéries venues d’orient » n’ont pas accepté de se laisser traiter d’inférieure par quiconque. Elles ont en commun la passion, le courage, l’intelligence, la force de travail, et, avant tout, la capacité à résister aux échecs. Pour elles, la fatalité n’existe pas. Malgré leur situation familiale, leur éducation, leur milieu social, elles ont eu l’audace de vouloir réussir. Les réunir dans ce livre (sans partie pris pour les politiques, puisqu’elles sont de droite comme de gauche) est une façon de leur rendre hommage. Nous donnons la parole à ces dix-sept femmes qui se racontent. Elles nous révèlent leur lutte intérieure pour gérer deux cultures, leurs efforts pour étudier et leurs combats pour parvenir au sommet. À l’évidence il leur a fallu plus de talents que les autres. Suivons pas à pas, depuis leur enfance, les douleurs, les embûches, les états d’âme et les succès de ces « guerrières », qui, la détermination en bandoulière, ont su se réaliser. Elles répondent à la question : comment s’émanciper de son milieu d’origine, et mettre à mal les stéréotypes ambulants pour devenir soi-même et faire partie des élites de notre pays ? Rien de militant dans cet ouvrage. Ce recueil de portraits est un antidote aux clichés occidentaux. Il vient conforter les bienfaits du métissage et de l’ouverture. Il reflète une réalité : l’avenir ne se fera pas sans ces femmes libres, insoumises et audacieuses. Pionnières elles servent de modèles aux plus jeunes. Parcourez ces pages comme « un regard sur le monde. »

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 10 septembre 2015
Nombre de lectures 9
EAN13 9782359301182
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0996€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Libres, insoumises et audacieuses Droits réservés
ISBN : 978.2.35930.118.2 ©Les points sur les i 16 Boulevard Saint-Germain 75005 Paris
www.i-editions.com
Textes Claire Champenois Photographe Catherine Bendayan
REMERCIEMENTS
En premier lieu, un merci chaleureux à mon éditeur Alain Guillo qui m’a accordé sa confiance. Nous devions nous rencontrer, lui qui soutient les ouvrages proposant une réflexion sur des questions telles que l’immigration, et, moi qui rend hommage à ces femmes d’exception d’origine arabe, maghrébine, kabyle ou berbère qui font honneur à notre pays. Merci à Catherine Bendayan, photographe talentueuse qui s’est associée à ce projet avec enthousiasme. Ensuite, je remercie les éditeurs et les auteurs des titres cités en références bibliographiques dont j’ai extrait quelques citations. En recoupant et comparant les événements, tous ces livres m’ont été d’une aide précieuse pour reconstituer ces parcours de femmes. La plupart de ces ouvrages sont des autobiographies. En s’y référant le lecteur pourra en savoir davantage sur tel ou tel événement, sur telle ou telle période. Je suis admirative du travail effectué par ma belle-sœur Michelle. Pendant une année, emballée par sa tâche de documentaliste, elle a fouillé Internet pour me fournir une documentation étayée sur les dix-sept portraits abordés dans cet ouvrage. Son esprit perspicace et son intelligence m’ont ainsi fait gagner un temps précieux dans le recueil d’informations fiables nécessaires à la véracité des faits relatés. Sans compter « son œil expert » pour dénicher les fautes d’orthographe et de syntaxe de mes brouillons. Merci à Geneviève Charpentier pour la relecture attentive et avisée de mon manuscrit. Je suis reconnaissante à cette amie pour avoir mis à ma disposition sa culture littéraire et pour l’enthousiasme manifesté à chaque étape de mon travail, au fur et à mesure qu’elle recevait mes textes. Dans cette « aventure » Geneviève a toujours été à mes côtés. Ne pas se sentir seule pour une auteure est un cadeau des plus précieux. Merci à Yasrine Mouaatarif (auteure deParis oriental, Éd. Parigramme) qui m’a guidée dans mon choix de femmes et m’en a facilité le contact. Merci à Zeina El Tibi, auteure et journaliste francolibanaise, présidente de l’AFACOM (Association de femmes arabes de la presse et de la communication) qui a accueilli mon projet chaleureusement et m’a conseillée. Je dois également beaucoup à mes amis pour leur appui et leurs encouragements. Je pense à Montserrat, Évelyne, Hadjira, Diana, Eva, Nicole, Claudine, Henri, Marilou, Jean-Pierre, José, Emmanuelle, Framboise, Marc, Marie-Hélène, Éric, Sylvie. Merci à ma famille pour son écoute attentive. Je pense à mon frère Daniel et ses enfants, Élise et Stéphane et à leurs conjoints, Laurence et Luc.
Merci à toutes ces femmes exceptionnelles d’exister car elles servent de modèles aux plus jeunes en leur montrant qu’il ne faut jamais baisser les bras, et qu’avec du travail et encore du travail,
« quand on veut, on peut. »
Claire champenois
AVANT PROPOS
Dans certains secteurs professionnels (politique, astronomie, direction d’orchestre, etc.) les femmes sont presque interdites d’exister. Aussi, lorsque l’on est une femme arabe ou d’origine arabe (*), il faut mener une rude bataille pour une éventuelle ascension sociale. Sans rien concéder de leurs racines, Najat, Samia, Amel, Zohra, Merieme, Rachida, Nadia et les dix autresGrandes Dames de ce livre ont affirmé très tôt leur désir d’indépendance. Leur combat a commencé lorsqu’elles ont pris conscience d’un sentiment de liberté. Leur maxime : « Sois ce que tu as envie d’être et n’accorde pas d’importance au regard de l’autre. » Dès lors, elles ont eu l’audace de vouloir se réaliser en empruntant un chemin difficile et elles ont travaillé sans relâche pour atteindre leur idéal. Quels événements, quelles fiertés, quelles rencontres, quelles déceptions, quelles victoires ont jalonné leur vie ? Moult obstacles et injustices dressés sur leur chemin ne les ont pas découragées. Au contraire. « La seule ressource pour se maintenir debout tout au long de sa vie, c’est le courage. » écrit Zohra Mahi. Mona Khazindar, directrice générale de l’Institut du monde arabe (IMA à Paris) jusqu’en 2014 confie : « Je suis quelqu’un qui résiste. Je n’ai peur de rien. Au moment de mon élection à la Direction de l’IMA, tout était bon pour me faire renoncer. On ne voulait pas d’une femme et encore moins d’une saoudienne. La liberté de choix n’est pas automatique. Nous, femmes arabes, devons lutter davantage pour l’obtenir. » « Les premiers à qui sont offerts les hasards heureux de la vie, dit Najat Vallaud-Belkacem, sont plus souvent les Claudine Dupont que les Najat Belkacem. » J’ai suivi pas à pas les trajectoires de ces personnages féminins, sans jugement, sans commentaire, sans analyse. Je n’ai fait que les écouter. Je leur ai donné la parole et j’ai accueilli leurs réflexions. Réunir ces femmes d’exception dans ce livre, c’est leur rendre hommage. Je les admire. Je loue leur ténacité, leur savoir-faire et bien d’autres qualités qui les réunissent : l’intelligence, la force de travail, la générosité, la rigueur, la résistance et la passion. Puissent ces parcours hors du commun inspirer des vocations et aider les jeunes filles qui se croient privées d’avenir à se prendre en main, à oser et à se lancer. Même si certaines de ces femmesLibres, insoumises et audacieuses s’en défendent, elles servent malgré elles de modèles pour nous offrir un monde multiculturel. Ne sont-elles pas la preuve intangible que ce monde-là est en marche ? Mettant à mal les clichés, le déterminisme social et les stéréotypes, ces « héroïnes », instruments discrets du changement, contribuent à l’excellence de l’humanité. Mon travail a pour but de permettre aux lecteurs de mesurer les enjeux qu’elles représentent aujourd’hui. Dans ce bel écrin, élégant et engagé, agrémenté des regards captés par l’objectif de Catherine Bendayan, les ÉditionsLes points sur les isaluent cette conquête.
Claire Champenois
(*) Quel terme employer pour désigner à la fois des libanaises, des égyptiennes, des maghrébines ? « Arabe » ne risque-t-il pas de froisser les kabyles et les berbères qui ne se considèrent pas comme arabes ? Nous avons pensé à « orientales » mais ce mot ne convient pas à des marocaines, tunisiennes et algériennes appartenant au Maghreb, qui signifieOccident. Nous avons choisi « arabe », car dans l’imagerie populaire cette mosaïque d’ethnies fait partie du « monde arabe ».
« Je ne me sens plus étrangère, mais le combat de la femme arabe n’est pas terminé »
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents