Objets connectés et développement intelligent
288 pages
Français

Objets connectés et développement intelligent

-

288 pages
Français

Description

Cette analyse aborde premièrement les enjeux des objets connectés, la deuxième partie aborde la question des objets connectés dans divers secteurs : ceux de la santé, du développement culturel, de la gestion et des affaires publiques. La dernière partie aborde la contribution des objets connectés au développement économique, notamment dans le secteur de l'agriculture africaine. Les objets connectés sont approchés de façon critique et interrogés sur les plans théoriques et pratiques.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 16 février 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140071164
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Sous la direction de Alain KIYINDOU, Noble AKAM et Etienne DAMOME
Objets connectés et développementintelligent
Objets connectés et développement intelligent
Communication et Civilisation Collection dirigée par Nicolas Pélissier La collectionCommunication et Civilisation, créée enseptembre 1996, s’est donné un double objectif. D’une part, promouvoir des recherches originales menées sur l’information et la communication en France, en publiant notamment les travaux de jeunes chercheurs dont les découvertes gagnent à connaître une diffusion plus large. D’autre part, valoriser les études portant sur l’internationalisation de la communication et ses interactions avec les cultures locales. Information et communication sont ici envisagées dans leur acception la plus large, celle qui motive le statut d’interdiscipline des sciences qui les étudient. Que l’on se réfère à l’anthropologie, aux technosciences, à la philosophie ou à l’histoire, il s’agit de révéler la très grande diversité de l’approche communicationnelle des phénomènes humains. Cependant, ni l’information, ni la communication ne doivent être envisagées comme des objets autonomes et autosuffisants. Dernières parutions Docteure Nawel CHAOUNI,Fans des séries télévisées sur les réseaux socionumériques (RSN), 2018.Maud PÉLISSIER et Nicolas PÉLISSIER (dir.),Métamorphoses numériques. Art, culture et communication, 2017. Nicolas OLIVERI, Manuel ESPINOSA, Christelle WATY-VIAROUGE,La création de contenus au cœur de la stratégie de communication, Storytelling, brand content, inbound marketing,2017 Audrez ALVES et Marieke STEIN (dir.),Lesmooks. Espace de renouveau du journalisme littéraire, 2017. Anne-Marie LAULAN (dir.),La coopération à l’ère du numérique, 2017. Alain KIYINDOU, Etienne DAMOME (dir),Terminaux et environnements numériques mobilesdans l’espace francophone,2016Eric DACHEUX,Sans les citoyens, l’Europe n’est rien. Pour une nouvelle communication publique au service de la démocratie, 2016. Alain KIYINDOU,Les sciences de l’information et de la communication. Par-delà les frontières, 2016. Fabienne MARTIN-JUCHAT et Adrian STAII (dir.), L’industrialisation des émotions.Vers une radicalisation de la modernité ?, 2016.
Sous la direction de Alain KIYINDOU, Noble AKAMetEtienne DAMOMEObjets connectés et développement intelligent
© L’Harmattan, 2018 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr
ISBN : 978-2-343-13916-6 EAN : 9782343139166
INTRODUCTION
Alain Kiyindou, Noble Akam, Etienne Damome
Chaire UNESCO Pratiques émergentes
en technologies et communication
pour le développement,
Université Bordeaux Montaigne
Cet ouvrage s’inscrit dans la lignée des recherches de la Chaire Unesco Pratiques émergentes en technologies et communication pour le développement. Il regroupe quatorze contributions aux débats critiques et transdisciplinaires sur les implications épistémologiques des objets connectés (OC) en lien avec le processus de développement. Les objets dont il est question sont ceux doués d’un potentiel de communication, le principe de connexion étant l’élément fondateur de la notion. Ils vont des étiquettes électroniques (dites TAG) placées sur des objets ou sous la peau, aux satellites, en passant par les smartphones, montres, lunettes, bracelets de tout genre, vêtements, appareils électroménagers, caméras... Il ne s’agit pas d’un phénomène marginal. L’Organisation des Nations unies évalue entre 30 et 212 milliards d’objets
5
connectés d’ici 2020. Général Electric estime qu’en 2025 le marché des objets connectés atteindra 82 trilliards de dollars soit la moitié du PIB mondial. Si pour l’instant ce déploiement s’observe dans les pays développés, Cisco estime le marché des objets connectés en Afrique à environ 500 milliards de dollars d’ici à 2025. Le questionnement dépasse cependant le cadre des acteurs et du marché de ces objets pour en analyser les enjeux, mais surtout les pratiques associées au processus de développement. L’émergence de l’Internet des objets pose en effet de nouvelles questions à la fois sur leur apport au développement culturel, économique que social. Ils réinitialisent le débat sur la réception (de Certeau 1980), la représentation (Moscovici 1961), les industries culturelles (Miège 2000), la fracture numérique (Kiyindou 2009, Chéneau-Loquay…). L’ouvrage se divise en trois parties. La première analyse les enjeux des objets connectés. Lorsqu’on observe le phénomène de développement de ces objets, on ne peut manquer de se poser la question de leur utilité sociale, et donc de leur impact multidimensionnel et multisectoriel. C’est la question que pose d’emblée Christelle CAZABAT dans sa contribution. Se plaçant sous l’angle de l’approche du développement humain introduite au début des années 1990 par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), l’auteure analyse les initiatives publiques et individuelles utilisant les Technologies de l’Information et de la Communication pour améliorer les indicateurs de santé, d’éducation et de participation citoyenne. Après ce cadrage, la situation marocaine présentée par Mohamed Ali MAZEGH, Khadija YOUSSOUFI et Abderrahmane AMSIDDER apparaît comme une étude de cas. Leur interrogation porte sur la question de savoir si l’usage des objets connectés répond à un véritable besoin chez les usagers ou s’il sagit, au stade actuel, d’un simple effet de mode. Prolongeant la question de l’impact des objets connectés, Martial Sylvain Marie ABEGA ELOUNDOU se demande comment l’Afrique peut tirer parti des opportunités de
6
développement liées à la généralisation de l’Internet Des Objets (IdO). Comment ancrer en particulier l’IdO au cœur des problématiques de développement durable en Afrique ? Il apporte des tentatives de réponses à ces questions à travers une analyse prospective mettant en relief des opportunités et des défis que l’Afrique devra relever. Le potentiel d’appropriation et d’adoption de ces objets pose également question. Emmanuelle JACQUES explore ainsi, à partir de l’exemple du Woélab de Lomé au Togo, l’aspect « appropriation ». Dans une perspective socioanthropologique, il définit les valeurs véhiculées dans l’informatique ubiquitaire, questionne ce que ces objets proposent comme nouveaux Mondes et analyse du point de vue du métissage culturel des dispositifs proposés au Woélab : Le JerryDit et l’Afaté Kodjo (ordinateur et imprimante 3D bricolés à partir de déchets informatiques) ainsi que des espaces de démocratie technologique en architecture urbaine proposés par Sémané KOFFI Agbodjinou (Architecte, anthropologue). Caroline BAYART, Agnès LANCINI et Catherine VIOT recherchent pour leur part les facteurs favorisant l’adoption de ces objets par les consommateurs. La question des objets connectés charrie par ailleurs des enjeux identitaires. C’est sous cet angle qu’Anoman Nathalie DON participe au débat. L’entrée dans la nouvelle civilisation inaugurée par l’ère numérique, implique selon elle de nouvelles façons d’être et change le regard de l’homme sur lui-même et sur les choses. En cause, le pouvoir de transformation et d’acquisition d’une identité nouvelle que tout objet peut revêtir grâce à la connexion. Il s’en suit une modification de l’être pour s’adapter au monde qui implique également l’homme au point qu’il est question d’homme augmenté. On peut par ailleurs interroger la dimension modélisation de ces objets. Alors qu’on aurait pu penser que leur avènement isolerait encore plus l’individu, Anne-Cécile LENOËL affirme qu’il met au contraire en place, à travers l’évolution du design
7
qu’il induit, un système réticulaire connecté et volontairement participatif. Il institue d’emblée les logiques de réseaux en reconfigurant les contextes de la production culturelle, la libre circulation des données et leurs exploitations. Elle propose en lecture trois projets « exemplaires » permettant de « pointer les ressorts de l’expertise du design qui en font aujourd’hui, un acteur de terrain capable de produire et connecter des idées, replacer l’humain au centre de ses prérogatives, et faire de la participation des publics, sa nouvelle priorité. » La deuxième partie du livre aborde la question des usages des objets connectés dans divers secteurs. Tout d’abord, dans celui de la santé. Hubert Étienne MOMO montre que dans ce domaine, les objets connectés ont connu une inflexion singulière, avec une recomposition des rôles des acteurs et la mutation de la grammaire de la relation au corps. On y observe « la valorisation d’un quantified self accompagné par le faisceau discursif des mutuelles, c’est une dynamique de «empowerment» par les technologies qui est impulsée » avec pour finalité le renforcement des capacités du sujet pour une responsabilisation plus grande. Observant le cadre du déploiement de ces objets dans le même domaine, en Côte d’Ivoire, Gnéré Blama DAGNOGO propose un état des lieux sur leur notoriété, leur usage ainsi que leur utilité dans la recherche de la santé et du bien-être des populations ivoiriennes en général et de la clientèle hospitalière en particulier. Ensuite dans le domaine de la culture et c’est surtout Samuel TIETSE qui s’y intéresse. Il analyse le développement des nouvelles pratiques informationnelles et de nouveaux dispositifs de médiations qui sont mis en œuvre dans les institutions à caractère culturel d’Afrique. Les objets connectés sont par ailleurs utilisés dans la gestion des affaires publiques. Kouméalo ANATE et Holonou DANKLOU l’attestent à travers l’exemple d’un programme de
8
modernisation de l’administration par la gouvernance numérique initié par le gouvernement togolais. Leur analyse essaie de comprendre les attentes et les enjeux déploiement efficace de l’e-gouvernement au Togo. Ils se demandent à quelles conditions la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles à l’échelle de toutes les administrations publiques pourront représenter une réelle opportunité pour les citoyens, les entreprises, les organismes et l’administration publique elle-même. La troisième partie du livre aborde la question de la contribution des objets connectés au développement économique. Plusieurs articles portent sur le domaine agricole. L’agriculture africaine, contrairement à d’autres continents où s’est déjà jouée la révolution digitale dans le secteur, est restée rudimentaire et confinée à de petites exploitations paysannes. La connectivité, qui implique l’utilisation des technologies d’action à distance coordonnées par voie satellitaire, commence à peine à toucher le continent. Les efforts restent d’ailleurs concentrées dans quelques pays : Afrique du Sud, Nigéria, Sénégal, Côte d’Ivoire, Kenya, etc., où des entrepreneurs agricoles se servent desstart-up spécialisées pour introduire la connectivité (Cloud, DD Center, Wherever, TV White Space, etc.). Après avoir répertorié et analysé l’ensemble des enjeux, la contribution de Kossi AMESSINOU explore les faiblesses d’un modèle de communication persuasif et optimiste qui ne prend pas en compte les contraintes objectives de l’agriculture africaine. Wendpanga Rodrigue KABORE s’est quant à lui intéressé aux usages du téléphone mobile auprès des producteurs d’ananas burkinabés et relève la faible utilisation des potentialités réelles du dispositif. Toutes ces contributions offrent au lecteur une approche interdisciplinaire et multi-terrains des objets connectés et le développement perçu ici comme un développement intelligent
9
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents