BRI les formes de l ombre
190 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

BRI les formes de l'ombre , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
190 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

« D’un geste de la main, l’effrac annonce qu’elle est prête. Je serre à pleine main l’épaule gauche de l’opérateur qui se trouve juste devant moi, il en fait de même avec l’opérateur devant lui, et ainsi de suite jusqu’en tête. Tout le monde est prêt. Les gars respirent fort. Djamel, en passant plusieurs fois sa main rapidement de haut en bas devant son visage fait signe à Sam qu’elle doit baisser sa visière, ce qu’elle fait immédiatement.
_ L’effrac, quand vous êtes prêts pour la porte, on lance l’assaut.»


Seb, Martial, Djamel, Fabien, Lucas et Samantha font partie de la BRI, l’unité d’intervention de la PJ parisienne. Ces six policiers partagent un métier passionnant, risqué mais surtout très prenant. Entre interventions, entraînements et vie de groupe, la routine n’existe pas dans ce service d’élite surtout quand Nicolai Novic et Sebastian Sdarise, deux dangereux criminels décident de passer à l’action en éliminant leurs rivaux...



Un polar haletant et plus vrai que nature écrit par un ancien opérateur de la BRI.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 24
EAN13 9782372542203
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Parus chez Mareuil Éditions, dans la collection Polar 36
—  Le dernier saut , Jean-Louis Fiamenghi et Franck Heriot, 2017
—  Le chat d’Oran , Georges Salinas, 2018
—  Jike Cooper, police judiciaire , Pierrick Guillaume et Alexandre Fouchard, 2021
Avertissement
Bien que très proche et parfois à la limite de la réalité ce récit est une œuvre de pure fiction. Toute ressemblance avec des situations réelles ou des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.
Tous droits réservés. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit est interdite sans l’autorisation écrite de l’éditeur.
Pour vous tenir informé des prochaines publications de Mareuil Éditions, rendez-vous sur : www.mareuil-editions.com
© MAREUIL ÉDITIONS – 2021
ISBN 978-2372542203
Composition numérique réalisée par Facompo
Pour tous les opérateurs, en particulier Ludo B et ceux partis trop tôt.
S OMMAIRE

Titre
Parus chez Mareuil Éditions, dans la collection Polar 36
Copyright
Préface
Préambule
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13
Chapitre 14
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
Chapitre 18
Chapitre 19
Chapitre 20
Chapitre 21
Chapitre 22
Chapitre 23
Chapitre 24
Chapitre 25
Chapitre 26
Chapitre 27
Chapitre 28
Chapitre 29
Chapitre 30
Chapitre 31
Chapitre 32
Chapitre 33
Chapitre 34
Chapitre 35
Chapitre 36
Chapitre 37
Chapitre 38
Chapitre 39
Chapitre 40
Remerciements
Préface

La Brigade de recherche et d’intervention de Paris est pleine de ressources, parfois insoupçonnées. Cette unité est réputée pour être active et opérationnelle sur le terrain, mais elle présente aussi une facette plus discrète, celle des hommes et femmes qui la composent, et dont la sensibilité peut conduire à l’écriture.
Les policiers de la BRI de Paris sont triés sur le volet. La BRI représente, pour nombre d’entre eux, l’aboutissement d’une carrière. Ce service, précurseur dans de nombreux domaines, dans la lutte contre le grand banditisme et le terrorisme, mais aussi dans l’intervention du haut du spectre, reste pour beaucoup une référence. L’antigang a été commandé par des policiers prestigieux à la carrière réputée, des hommes au caractère affirmé, à l’image des opérateurs affectés dans ce service. Chaque policier qui intègre la BRI fait partie d’une famille unique et indivisible, dont les codes font qu’ils affrontent le danger et se considèrent parfois plus proches de leurs collègues que de leur famille.
J’ai vu arriver Philippe, policier au parcours déjà riche, dans cette unité.
Ce métier prenant nous conduit dans des sentiers très sinueux où l’ombre côtoie la lumière. Pour œuvrer à la BRI, il faut être passionné, en rechercher l’action. Avec le temps, comme le souligne l’auteur, on apprend à calmer ses ardeurs, mais l’événement revient toujours à un moment ou à un autre, pour réactiver le besoin de se sentir utile à la société, qui n’est pas toujours reconnaissante. Toujours discrets, à l’affût, ces hommes de l’ombre interviennent au quotidien dans le danger et le stress permanent. Cette histoire m’a rappelé mon parcours, un chemin périlleux où l’humanité – policiers comme malfrats – prend toute sa place, au sein d’une famille qui vous guide et vous permet de garder les pieds sur terre. Un parcours initiatique pour un lecteur amateur de suspense et d’action. Un premier roman savoureux où se mêlent des moments forts et d’autres plus délicats.
Georges Salinas
Ancien chef-adjoint de la BRI
Préambule

L’UNITÉ
L’histoire que vous allez lire met en scène la BRI, la brigade de recherche et d’intervention, aussi connue sous le nom d’antigang. Créée en 1964, elle a pour objectif de lutter contre le grand banditisme et depuis 1972 – date de la prise d’otages au Jeux Olympiques de Munich, d’intervenir en formation BAC (brigade anti-commando) sur différents théâtres d’opérations (tels des forcenés, des prises d’otages, du terrorismes, etc.).
L’unité comprend 6 groupes au total : les 50, les 70, les 80, les 90, les 100. Nous allons suivre au travers de cette histoire le groupe des 80. Les groupes peuvent venir en renfort d’autres services ou de leur propre initiative (dossiers qu’ils trouvent eux-mêmes par des indics, etc.) et s’assistent systématiquement en cas d’intervention.
Dans une unité d’intervention dite de niveau 3, le groupe comprend une dizaine de policiers, appelés « opérateurs ». Sont de niveau trois les personnels habilités à effectuer certaines missions spécifiques, comme les interventions sur des prises d’otages. Depuis les évènements de 2015, ce terme tend à être fréquemment employé par des services autres que les groupes d’intervention. Les opérateurs sont polyvalents et doivent maîtriser toutes les thématiques. Au sein du groupe, chacun a une spécialité en fonction de ses capacités et de son choix.

SPÉCIALITÉS
— Le THP (tireur haute précision, plus communément appelé « Oméga »).
— Les TIH (technique d’intervention en hauteur pratiquant la varappe / les manœuvres de cordes).
— L’effraction (chaude ou froide 1 ).
— Le négociateur.
L’unité bénéficie du soutien d’autres spécialistes : médecins, démineurs, maîtres-chiens et techniciens qui renforcent les colonnes sur chaque intervention  ; elle s’appuie fréquemment sur les unités primo-intervenantes des deux premiers niveaux du schéma national d’intervention et des forces de sécurité.

MISSIONS
Le quotidien est rythmé par les entraînements opérationnels : tir tactique, manœuvres de cordes, descente en hélicoptère, tactique (bâtiment, milieu ouvert, structures dites tubulaires – bus, train, bateau) et « trainings » PJ (dans le cadre « police judiciaire », le travail s’effectue en civil) avec interpellation de piéton, « serrage » de véhicule, balisage, « filoches » etc.
Les opérateurs soignent leur préparation physique par des séances régulières de renforcement musculaire, boxe, combat au sol, footing.
Chaque année il y a de nombreuses interventions sur l’ensemble du territoire national. À Paris on en compte une vingtaine, qu’il s’agisse de forcenés, de preneurs d’otages domestiques ou d ’ évènements majeurs comme en 2015.

LE GROUPE 80
Je m’appelle Sébastien. J’ai 39 ans. Je suis le chef du groupe 80. À première vue on pourrait me trouver malingre – je mesure 1m75 –, mais en fait je suis plutôt sec et solide ; mon allure de « monsieur tout le monde » me rend redoutable sur les dispositifs de police judiciaire, notamment en filature.
Les yeux bleus, toujours mal rasé, j’adopte un style vestimentaire plutôt cool et décontracté, préférant les baskets aux chaussures de ville et les tee-shirts aux chemises.
Je suis adepte des tatouages, comme la plupart des membres de mon groupe ; un dragon part de mon épaule pour se terminer sur la partie supérieure de mon pectoral gauche.
Fort de quinze années d’unité , j’ai fait mes armes en tant que gardien de la paix avant de réussir mon concours d’officier. Je suis passé par tous les postes avant d’être chef de groupe. Cependant, je préfère le terrain aux missions administratives.
Amoureux de la police judiciaire, j’exerce une autorité naturelle sur mon groupe, qui me respecte. Je suis toujours d’un calme olympien, ma gestion du stress fait de moi un excellent leader en situation de crise.
Passionné de nature, j’aime me ressourcer en participant à des treks dans des conditions parfois extrêmes  ; nous avons commencé gamin , en club, avec mon frangin , et j’ai poursuivi en solo par la suite.
La nature me permet de me reposer psychiquement, la course de me vider physiquement. Mes copains disent de moi que j’ai deux cœurs et trois poumons au vu de mes capacités physiques. Petit dormeur

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents