Démocratie et développement sous le Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno
269 pages
Français

Démocratie et développement sous le Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
269 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Arrivé au pouvoir par les armes en décembre 1990, le Maréchal du Tchad Idriss Déby Itno est celui qui a apporté la démocratie et la modernisation politique au Tchad. En effet, malgré la persistance des crises politiques, le processus démocratique sous la houlette du président Idriss Déby entamé en 1990 a conduit à la restauration du dialogue politique au Tchad en rassemblant dans un élan de fraternité la majorité présidentielle et l’opposition démocratique. Ils font aujourd’hui le charme et la vitalité de la jeune démocratie tchadienne. Le renforcement de l’État de droit, la diversification de l’économie et l’amélioration des conditions de vie des Tchadiens ont toujours été au centre des priorités du président Déby. À cet effet, la stabilité unitaire de l’État, la résilience sociopolitique et la diplomatie sécuritaire de leadership qui sont des valeurs chères au régime tchadien pour un pays prospère et tourné vers le développement ont été décrites, analysées et systématisées. Homme d’État atypique et providentiel, Idriss Déby Itno s’est toujours présenté comme le héraut de l’unité nationale, le bâtisseur de la modernité politique, le chantre de la libéralisation politique, l’artisan de la paix et des libertés publics au Tchad. Il a fait de la diversité ethnique et culturelle du Tchad un atout essentiel de stabilité et de paix. Par ailleurs, l’avènement de la démocratie a offert un cadre favorable à la stabilisation du pays et au dialogue politique inclusif. Cet ouvrage montre comment la démocratie sous le président Déby a apporté un infléchissement de la gestion du pouvoir étatique vers plus de rationalité et de transparence à travers la restauration du multipartisme et la valorisation de la légitimité démocratique d’une part, et la pratique de la bonne gouvernance pour accroître l’efficacité de l’action publique en vue de rendre attractif le cadre économique tchadien d’autre part. De plus, sur le plan international, l’auteur fait remarquer que l’intervention des troupes tchadiennes dans la crise malienne en 2013 et dans la lutte contre les islamistes de Boko Haram en 2015, a confirmé le Tchad dans le rôle et le statut de puissance militaire montante en Afrique centrale et dans l’espace sahélien. Cela a été possible grâce au volontarisme militaire du président Idriss Déby Itno pour la paix et la stabilité en Afrique. Ce qui fait du Tchad aujourd’hui un interlocuteur régional incontournable pour les grandes puissances dans la lutte contre l’insécurité en général et le terrorisme en particulier.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2020
Nombre de lectures 1
EAN13 9782376700869
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,025€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Démocratie et développement sous le Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno
Modernité politico-économique et quête du leadership sécuritaire en Afrique
1
2
Brahim Edji Mahamat
Démocratie et développement sous le Maréchal du Tchad, Idriss Déby Itno
Modernité politico-économique et quête du leadership sécuritaire en Afrique
Éditions Toumaï L’Éditeur de nouveaux talents
3
4
Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation reservée pour tous les pays. © By Toumaï Editions, Avenue Taiwan, B.P: 5451 N’Djamena-Tchad, Tél. +235 63 05 65 02 Email : editionstoumai30@yahoo.com ISBN :978-2-37670-086-9
Première édition : juillet 2020 à N’Djaména
5
6
INTRODUCTION GÉNÉRALE Géographiquement situé au centre du continent africain (Afrique centrale), le Tchad, Paysenclavé, est l’un des plus vastes du continent avec une superficie de 1 284 000 km2. Sa population est estimée à 15 162 044 d’habitants en 2018, il a comme langues officielles le français et l’arabe mais les principales langues de communication sontl’arabe tchadien et lesara. Les principales religions sont l’islam (54%) et le 1 christianisme (35 %) . Le Tchad a accédé à l’indépendance le 11août 1960. Très rapidement, la succession des crises politico-militaires liées à la mal-gouvernance du premier président Tombalbaye (1960-1975) eut un effet désastreux sur son potentiel économique, social et culturel.
À cet effet, malgré la persistance de ces crises, le processus démocratique sous la houlette du président Idriss Déby Itno, entamé en 1990, a conduit le pays à la tenue de la conférence nationale souveraine en janvier1993, à l’adoption d’une nouvelle constitution le 31 mars 1996 mais révisée en juillet 2005 pour aboutir à la suppression de la limitation des mandats présidentiels, puis à la tenue des élections présidentielles en avril 2016, et enfin à la révision constitutionnelle de mars 2018à l’issue du Forum National Inclusif qui a débouché sur la naissance de la Quatrième République le 4 mai 2018. En outre, si on constate qu’aujourd’hui, la vie politique retrouve progressivement une relative tranquillité, il est nécessaire de rappeler que le Tchad sous le président Idriss Déby avait renoué avec des moments d’instabilités politiques tant sur le plan des rébellions que celui des acteurs des partis politiques légalement constitués.
1  Mahamat-Ahmad ALHABO, « Le processus démocratique au Tchad »,Fondation Jean Jaurès, 04 octobre 2016, p.1, disponible in https://jean-jaures.org/sites/default/files/redac/commun/intervention_mahamat_alhabo.pdf
7
Ainsi, sur le plan militaire, le Tchad avait connu pendant la période allant de 1998 à 2008 une vague de mouvements de rébellion qui ont tenté de renverser le régimed’IdrissDéby Itno. Certains de ces mouvements ont réussi à attaquer par deux fois la ville de N’Djamena. D2002, leà septembre août 1998 Mouvement pour la Démocratie et la Justice au Tchad (MDJT) de Youssouf Togoïmi avait menacé de renverser les institutions de la République. En 2006, ce sont les éléments du Front Uni pour le Changement (FUC) de Mahamat Nour Abdelkerim qui se sont confrontés à la résistance du pouvoir de N’Djamena. En 2008, la bataille mémorable du 2 février a été l’œuvre de la coalition des forces rebelles de l’Union des Forces pour la Démocratie et le Développement (UFDD) de Mahamat Nouri, de l’Union des Forces pour la Démocratie et le Développement Fondamental (UFDDF)d’AbdelwahidAbou Makaye etd’AcheikIbn Oumar et du Rassemblement des Forces 2 Démocratiques (RFD) de Timan Erdimi .
Au niveau politique, le climat s’est dégradé avec une succession de boycott du processus électoral par une partie importante de la classe politique : celui du recensement électoral de 2005, du référendum constitutionnel de juin 2005, puis des élections présidentielles de mai 2006 et 2011. La crise née du boycott de l’élection présidentielle de 2006 va conduire les acteurs politiques à entamer des négociations qui vont déboucher sur la signature de l’Accord Politique en vue du renforcement du processus électoral et la consolidation de la démocratie au Tchad, le 13 août 2007. Dans ce contexte, l’élection présidentielle de 2016
2 Pour plus d’informations sur les rebellions au Tchad,voir Louise KHABUREDes sociétés prises au pièges. Conflits et enjeux régionaux. Tchad, République centrafricaine Soudan, Soudan du Sud, Accord, CCFD-Terre, 2014et Eugène Le Yotha NGARTEBAYELes rebellions sous le régime d’Idriss Déby (1990- 2008), Mémoire de Master II en Science Politique, option Sécurité et Défense, Université de Lyon III, 2009, disponible in https://www.memoireonline.com/12/13/8311/Les-rebellions-sous-le-regime-d-Idriss-Deby-1990-2008.htmlconsulté le 14/07/2019 0 08h02mn.
8
a vu le retour sur la scène politique tchadienne des partis politiquesde l’opposition radicalesavoir à l’UNDR et le FAR/PF qui avaient boycotté les élections de 2006 et 2011.
Cette réélection du président Déby est intervenue dans un contexte économique difficile car, le pays traverse une crise financière consécutive suite à la baisse du prix du pétrole, ainsi qu’àl’engagement militairedu Tchad dansla lutte contre le terrorisme à l’intérieur et hors du territoire national. Ce qui a entraîné un coût énorme pour le trésor public. Dans ces conditions, le Gouvernementn’estplus en mesure d’assurer les charges régaliennes (paiement régulier des salaires), la subvention en faveur des secteurs prioritaires tels que l’éducation, la santé, etc. Par conséquent, onenregistre des répercussions sérieuses sur la vie sociale : grèves des fonctionnaires, manifestations des étudiants, ainsi que des personnes retraitées.
À cet égard, le président Idriss Déby Itno a décidé de traduire en acte le volet institutionnel de ses promesses électorales. En effet, pendant la campagne électorale de l’élection présidentielle de 2016, le président Idriss Déby Itno avait fait des promesses aux rangs desquelles figure l’annonce des profondes réformes institutionnelles. Lors de son discours d’investitaoût 2016, il aure le 8 réitéré sa volonté de reformer les institutions de la République. Cette volonté s’est traduite en acte le 26 octobre par le décret N° 681/PR/PM/2016, instituant un Haut Comité chargé des réformes institutionnelles. Le Haut Comité bénéficiede l’appui d’un Comité Technique créé par l’Arrêté N° 188/PR/PM/2017 du 18 janvier 2017. Le 9 février 2017, le Haut Comité fut installé solennellement par le chef de l’État.
Ainsi, par cet acte du chef de l’État, le projet de réformes institutionnelles a été lancé. Mais ce processus
9
politique s’est mis en route dans un climat de tension entre le parti au pouvoir et les partis de l’opposition regroupés dans la Coordination pour la Défense de la Constitution (CPDC) et le Front de l’Opposition Nouvelle pour l’Alternance et le Changement (FONAC). Ces derniers ont continué par contester la réélection du président Idriss Déby Itno et ont réclamé un dialogue inclusif pour discuter de la situation du pays en général. À cet effet, pour faire suite à la demande de dialogue inclusif, le chef de l’État Idriss Déby Itno avait rencontré les partis politiques de l’opposition, à l’occasion de la promulgation de la Constitution de la IVe République le 4 mai 2018, et avait estimé que : « Pour la sérénité du jeu politique, il est nécessaire de restaurer le cadre de dialogue politique. Cette structure, qui rassemble dans un élan fraternel la majorité présidentielle et l’opposition démocratique, fait le 3 charme et la vitalité de notre jeune démocratie » .
Ainsi, comment se construit la modernité politico-économique au Tchad sous le régime du président Idriss Déby Itno ? Quels sont les piliers de la stabilité unitaire du Tchad et de la diplomatie sécuritaire de leadership du président Idriss Déby Itno? C’est pour répondre à ces interrogations, que cet ouvrage a été rédigé. En effet, le présent ouvrage s’inscrit dans une démarche visant à rendre compte non seulement de la modernisation politique tchadienne, durenforcement de l’État de droit, dela diversification de l’économie et de l’amélioration des conditions de vie desTchadiens, mais également,il met en valeur la stabilité unitaire de l’État, la résilience sociopolitique et la diplomatie sécuritaire de leadership du président tchadien. Cependant, pour y parvenir, nous nous sommes d’abord intéresséà la personne du président tchadien (I), ensuite, au processus de démocratisation du Tchad sous Idriss 3 Le cadre national de dialogue politique est un organe paritaire créé il y a dix ans, au sein duquel majorité et opposition discutent des dispositions pour pouvoir permettre l’organisationdesélections transparentes.
10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents