L ANTISEMITISME 2EME EDITION
136 pages
Français

L'ANTISEMITISME 2EME EDITION

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
136 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'auteur de cet ouvrage rend compte de la portée historique de l'antisémitisme, il nous invite également à en analyser les ressorts psychologiques et à nous interroger sur l'émergence de cette nouvelle vague "judéophobe".

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 mars 2015
Nombre de lectures 18
EAN13 9782749534008
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

& ThèmesDébatssociété Collection dirigée parÉric Keslassy
L’antisémitisme
A l e x i s R o s e n b a u m Agrégé de philosophie
Retrouvez toute la collection& ThèmesDébats sur notre site
www.editionsbreal.fr
© Bréal 2015 Toute reproduction même partielle interdite. ISBN : 978 2 7495 3400 8
AVANTPROPOS
« La France sans les Juifs de France n’est plus la France », Manuel Valls, Premier ministre, 10 janvier 2015
J’écris ces quelques lignes au lendemain de la prise d’otages dans un supermarché casher de la porte de Vincennes à Paris.4 Juifs sont morts le 9 janvier 2015. L’antisémitisme issu del’islamisme radical a encore frappé. Après l’attentat de l’école de Toulouse, en mars 2012, les Juifs de France viennent ànouveau de payer un lourd tribut. Depuis de trop nombreuses années, ils se heurtent également à un antisémitisme duquotidien : dans certains quartiers populaires, les Juifs sont régulièrement insultés et agressés, des institutions « commu nautaires » (des synagogues et des écoles) sont également attaquées... Alors que les paroles et/ou les actes antijuif ne cessent de se multiplier de plus en plus librement, il ne fautpas oublier que les membres du « gang des barbares » consi déraient que les Juifs sont nécessairement riches. Les vieux stéréotypes – tels que « Juif = argent » – existent toujours… comme l’antijudaïsme d’extrêmedroite ou encore l’antisémi tisme qui se camoufle derrière l’antisionisme. On saisit ici combien une seconde édition de cet ouvrageest nécessaire. Alexis Rosenbaum a actualisé et augmentéun propos qui rend compte de la portée historique de l’anti sémitisme. L’auteur nous invite également à en analyser lesressorts psychologiques et à s’interroger sur l’émergence de cette nouvelle vague « judéophobe ». En dépit d’une certaine permanence, il ne faut évidemment pas perdre l’espoir d’éradiquer l’antisémitisme et ce livre s’achève sur quelques pistes connues pouvant aider à lecombattre efficacement.
Éric Keslassy Directeur de la collection « Thèmes et Débats Société ».
SOMMAIRE
AVANTPROPOS....................................................................................... 3
INTRODUCTION...................................................................................... 7
CHAPITRE1 L’antisémitime existetil depuis toujours ?......... 11 1. – La judéophobie dans le monde antique ....................................... 12
2. – L’antijudaïsme chrétien ................................................................. 15
3. – Les persécutions médiévales ......................................................... 19
4. – L’antisémitisme moderne ............................................................. 25
5. – Le génocide des juifs (ou Shoah) .................................................. 33
Conclusion ........................................................................................... 39
CHAPITRE2– L’antisémitisme n’estil qu’une forme de jalousie sociale ?.................................................. 41 1. – Les juifs comme boucs émissaires ................................................ 42 a. – La purgation collective ..................................................................... 42 b. – L’instrumentalisation politique ......................................................... 46
2. – Les juifs comme objets de frustrations relatives .......................... 53 a. – Les frustrations de classe................................................................... 54 b. – Les frustrations des minorités ........................................................... 62
Conclusion ........................................................................................... 66
CHAPITRE3– L’antisémitisme estil l’expression d’une névrose ?......................... 67
1. – L’apport de la psychanalyse .......................................................... 68 a. – L’antisémitisme comme symptôme..................................................... 68 b. – Exemple de l’antisémitisme chrétien71 ................................................. c. – La paranoïa antijuive....................................................................... 74
2. – Les résultats de la psychologie sociale ......................................... 77 a. – L’émergence des préjugés .................................................................. 78 b. – Les stéréotypes.................................................................................. 81 c. – La soumission à l’autorité ................................................................. 86
Conclusion : antisémitisme individuel et collectif .............................. 89
CHAPITRE4– L’antisionisme estil le nouveau masque de l’antisémitisme ? .................................................. 93 1. – L’antisionisme ............................................................................... 94
2. – Quand l’antisionisme devient antisémite ..................................... 99 a. – Le rétablissement du système d’accusation antisémite ....................... 100 b. – La mondialisation de l’antisionisme antisémite................................ 103
Conclusion ......................................................................................... 115
CHAPITRE5– Peuton combattre l’antisémitisme aujourd’hui ?................................ 117 1. – La lutte contre le racisme et l’antisémitisme ............................. 118
2. – Les spécificités de la lutte contre l’antisémitisme ...................... 125
Conclusion ......................................................................................... 129
CONCLUSION..................................................................................... 133
BIBLIOGRAPHIE................................................................................. 135
6
lechômage
INTRODUCTION
« Il est difficile de croire que, soixante ans après latragédie de l’Holocauste, l’antisémitisme, une fois de plus, lève la tête. Mais il est évident que nous assistons, sous de nouvelles formes et de nouvelles manifestations,à une résurgence alarmante de l’antisémitisme […] Cette fois, le monde n’a pas le droit de garder le silence. » Le 21 juin 2004, le secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, proclame officiellement le retour de l’antisémitisme sur la scène mondiale. Attentats, assas sinats, discours violemment antijuifs, dérapages verbaux d’hommes politiques, résurgence des théories du com plot, on ne compte plus les symptômes de cette vague planétaire. La France n’est pas épargnée puisqu’elle connaît à partir de l’automne 2000 une flambée à laquelle ni l’opinion publique ni les autorités ne semblaient prépa rées. Synagogues incendiées, écoles attaquées, personnes molestées en pleine rue, pierres jetées sur des fidèles devant leur lieu de culte, cocktails Molotov, voitures béliers, jamais depuis la Libération le pays n’avait connu de telles exactions contre les juifs. À la stupéfaction quasi générale, la parole antisémite se libère, le slogan « Mort aux juifs » resurgit dans des manifestations en plein Paris et, au cœur de certains quartiers sensibles, se présenter comme juif devient dangereux. En 2006, le jeune Ilan Halimi est enlevé en région parisienne, puis torturé à mort, par un groupe d’une vingtaine de personnes sefaisant appeler « le gang des barbares », dirigé par
8
lantisémitisme
Youssouf Fofana. Six ans plus tard, en mars 2012, le djiha diste Mohammed Merah ouvre le feu dans une école juive de Toulouse. Il tue un enseignant, ses deux enfants de 3 et6 ans, puis une fillette de 8 ans à laquelle il loge une balle dans la tempe. Ces deux drames provoquent une vive émotion dans le pays. Mais ils s’accompagnent aussi d’une hausse significative de la violence antisémite dans les semaines qui suivent, comme s’ils avaient libéré certaines inhibitions. Plus récemment, en mai 2014, quatre per sonnes sont abattues de sangfroid dans le Musée juif de Bruxelles. Le principal suspect est un djihadiste franco algérien. Et le 9 janvier 2015, un islamiste assassine quatre clients d’une supérette casher de la Porte de Vincennes,à Paris.
Aujourd’hui, même si pratiquement plus personnene se déclare ouvertement antisémite, une fraction consi dérable des actes répertoriés par la Commission nationale consultative des droits de l’homme ont pour cibles des juifs. Durant les années 2010, plus d’un tiers du total des actes et menaces à caractère xénophobe sont antisémites (Tableau 1), alors que les juifs représentent moins d’1% de la population du pays.
Ce constat laisse perplexe. Comment comprendre, soixante ans après la défaite du nazisme, la recrudescence d’une haine que beaucoup croyaient en voie d’extinction e ou, au pire, entretenue par quelques nostalgiques du III Reich ? La Shoah, dont six millions de juifs ont été vic times, ne devaitelle pas discréditer l’antisémitisme à tout jamais ? Comment une « nouvelle judéophobie » atelle pu émerger dans l’espace public ? Doiton y voir la consé quence conjoncturelle du conflit procheoriental ou bien le retour de vieux démons ?
introduction
9
Tableau 1 Recensement des actes et menaces racistes et antisémites
Année 2010 2011 2012 2013
Violences antisémites Violences racistes 466 886 389 710 614 724 423 625 Source : ministère de l’Intérieur.
La première difficulté consiste à définir cet étrange terme : antisémitisme. Il désigne, selon le Larousse, une « doctrine ou attitude d’hostilité systématique à l’égard des juifs ». Hostilité qui peut prendre la forme de senti ments, opinions, discours, légendes, et bien entendu de comportements discriminatoires ou violents. Popularisé en Allemagne à la fin des années 1870, le mot signifiait à l’origine une opposition aux « Sémites ». Cette dernière notion, assez vague, appartenait à la théorie des races de l’époque et incluait plusieurs peuples. Mais en réalité, antisémite devint rapidement synonyme d’antijuif, si bien que l’antisémitisme désigne depuis lors l’hostilité qui vise spécifiquement les juifs. Audelà du mot, quiconque entreprend de réfléchir sur cette haine est vite envahi par une double série d’in terrogations: – d’une part, son ancienneté est troublante. Comment comprendre que tant de gens, depuis si longtemps, en veuillent aux juifs ? Ces derniers posséderaientils ou développeraientils des traits de caractère, des attributs qui les rendent odieux, détestables ? Y atil au contraire
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents