Mélanie Turner-Klimt ou la désespérance de l art
133 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Mélanie Turner-Klimt ou la désespérance de l'art , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
133 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Théâtre National de Marseille La Criée ° Fiche de lecture Octobre 2006, extraits : "Le flux verbal de Monsieur Richardot est extraordinaire, vocabulaire riche, sens du jaillissement, du rythme ; des associations libres surprennent, permettent des envolées lyriques, du chant, assonances, dissonances, des glissements de sens d'adroites pirouettes. Pour dire quoi ? Pour aller où ? Sur ce périmètre où règnent le fric, le paraître, la sottise et l'ennui -la marchandisation de l'art, de tout l'être ? ... "Honnête homme de notre temps, pour sa culture, et obsessionnel patenté pour la fiction, l'auteur aime, en connaisseur, la peinture, les vrais peintres ; la littérature, mais pas celle à l'estomac - révoltes et allergies peuvent être partagées, cela ne fait pas une pièce de théâtre. L'Auteur "... Pas une pièce de théâtre"... chiche ! ° (La pièce a été remaniée dans l'intervalle... Non sans persister à se réclamer du "non-théâtre-chiche".)

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 janvier 2015
Nombre de lectures 0
EAN13 9791029002052
Langue Français

Extrait

Mélanie-A Turner-Klimt
Du même auteur



Jesbeat , récit poétique, signé Sodoyan , Oswald, 1973.
Le Peintre et son Modèle, roman, Néo-Éditions, 1981.
Sacre clandestin d’un Enfant-Roi, poème, Éditions Saint-Germain, 1982.
BelleBêtise , texte poétique , La Vague à l’âme, 1992.
Du mouron pour les deuches , roman , Nicolas Philippe, 2002.
Kafka entre les lignes , essai , Éditions du Presse-Temps, 2004.
Les Braconniers Chimériques , bibliophilie, texte poétique illustré par T. Léo , Collodion, 2008.
Ezistezistepa , roman , Durand-Peyroles, 2010.
Albertine des Ombres, roman, Durand-Peyroles, 2013.
Le Bébé-Requin ou le charme discret du parricide, roman, Z4 Éditions, 2014.
Cyberneyland, roman, Z4 Éditions, 2014.
Gaïa prénom Terre, Théâtre, chapitre.com, 2014.
Monmeus ou les Salpêtrières de l’aujourd’hui, Théâtre, chapitre.com, 2014.
Georges Richardot
Mélanie-A Turner-Klimt
Ou la désespérance de l’art

Kit théâtral










Les Éditions Chapitre.com
123, boulevard de Grenelle 75015 Paris
© Les Éditions Chapitre.com, 2015
ISBN : 979-10-290-0205-2
Grassi veau d’or
Aux petits légumes
Assis constipé
Sur ta lagune
Théâtre National de Marseille La Criée {1}
Fiche de lecture Octobre 2006, extraits :

« Le flux verbal de Monsieur Richardot est extraordinaire, vocabulaire riche, sens du jaillissement, du rythme ; des associations libres surprennent, permettent des envolées lyriques, du chant, assonances, dissonances, des glissements de sens d’adroites pirouettes. Pour dire quoi ? Pour aller où ? Sur ce périmètre où règnent le fric, le paraître, la sottise et l’ennui -la marchandisation de l’art, de tout l’être ?… »
« Honnête homme de notre temps, pour sa culture, et obsessionnel patenté pour la fiction, l’auteur aime, en connaisseur, la peinture, les vrais peintres ; la littérature, mais pas celle à l’estomac – révoltes et allergies peuvent être partagées, cela ne fait pas une pièce de théâtre. »

L’Auteur
« … Pas une pièce de théâtre »… chiche !
Personnages
MÉLANIE
Belle, la trentaine. Peintre.
ANAÏS
Jolie, quelques années en moins. Comédienne.
GAÉTAN ( et L’AUTEUR)
Quinquagénaire typé Légion d’Honneur. Financier, entrepreneur, tripatouilleur en art.
HILDEGARDE
Âge équivalent, son associée et son pendant féminins.
Éventuellement, deux ou trois FIGURANTS .


Ce « kit théâtral » est conçu en sorte de donner aux réalisateurs la faculté de panacher tableaux et interludes pour en extraire la matière d’un spectacle à géométrie variable. Sans bien entendu autoriser quelque autre manipulation abusive.
Une règle : respecter la progression dramatique et une certaine cohérence entre tableaux et interludes. Peut-être devrait-on définir comme incontournables les tableaux 1 (début véritable), 11 (central) 18 (final).
Ne pas mésestimer que, contre toute apparence, les interludes sont susceptibles de contribuer à la lisibilité des intentions.
Prologue
La scène – nue au départ – passera de l’obscurité à la pénombre. Les acteurs sont allongés, en vrac, remuant doucement, lâchant des plaintes neutres.
Entre l’Auteur, cagoulé ; il va déambuler entre les corps.
L’auteur
Bon, l’idée m’est venue de traiter ce thème. Ce thème, lequel ? Nous verrons bien. De le traiter comment ? On avisera au pif. Un fil rouge, au bord du fossé on s’y raccroche. La troupe progresse en bon ordre. La matière qui afflue, on soupèse, on hume, on rejette, on rentre en force. Ça grince, ça pleure, ça jubile. Une demi-rangée de spectateurs outragés quitte la salle, avec des prétentions au remboursement ponctuées de beaux mouvements du menton. La routine…
Mélanie !… (Anaïs commence à se relever.) J’ai appelé Anaïs ? Quelqu’un m’a entendu appeler Anaïs ? Et merde, qui est qui ? Rouillés, hein ? Temps de d’y remettre, les gars !… (réitérant) Rebelote Mélanie !
Mélanie
(Se dressant…) Présente.
L’auteur
Anaïs !
Anaïs
(Même jeu…) L’est là !
L’auteur
Les autres peuvent disposer.
Les acteurs non retenus se relèvent.
Acteur
Encore un coup pour rien !
Acteur
Ça t’étonne ? Pourquoi on se laisse prendre à chaque coup ?
L’auteur
Hé, suffit les jérémiades ! Vous êtes des pros, ou quoi ?… (Les partants suspendent leur sortie.) Pas exclu que par la suite j’ajoute quelques personnages. Vraisemblablement, le spectacle que je porte en moi – exigence et la sauce – ne restera pas un tête-à-tête. Compte-tenu de sa complexité, il faudra meubler, peupler. Vous savez comme c’est : le matin, on sort de sa demi-insomnie avec une idée neuve trémulant à la Parkinson, voilà créé un job d’intermittent, un sinon, avec les nécessités de la réplique, thèse/antithèse, d’un coup deux ou trois. Ceux que ça intéresse, ne vous éloignez pas trop ! (Grommellements plus ou moins sceptiques des acteurs. Leur départ.) Vous, les filles, d’accord pour une nouvelle aventure ?
Anaïs
(Salut militaire…) Incurables victimes du surendettement, pour vous servir !
L’auteur
Bravo ! Pas de temps à perdre, puisqu’on est sur place on va expédier l’intendance… (criant) Lumière !… (pleine lumière)
D’abord, réfléchir à ce qu’on veut exprimer. Important : le fonds de commerce. Tout de suite après, la route à suivre.
À tout seigneur tout honneur : les personnages. Bon, je vous ai, on commence à se connaître, parés de ce côté-là.
Le décor. Simple. En dehors des considérations pratiques évidentes, éviter de disperser l’attention. Le public on le tient, par les bras, les jambes, les… par où on peut, on va lui injecter une bonne dose de potion. Le thème, la pensée pure et dure, on est là pour ça !
La pensée… ce qui nous amène à un accessoire en rapport… expressif, central, fédérateur… Euréka, chevalet !… (Des machinistes l’apportent.) Un chevalet tout bête. Suggestif autant qu’économique : la peinture, l’art, Rembrandt, Klimt, Bouguereau, les gravures de Lascaux… peut-être pas aller jusque-là ! À propos, Klimt, bon pour le titre.
Mettez-le côté jardin !… (ce qui est fait) En arrière… Là, on est bons. D’ailleurs, ça se déplace, un chevalet. Pas comme une presse à injecter, un four de céramiste, un alambic, une carrière de marbre. Pragmatisme !
Même côté, un matelas… (qu’on apporte) Impeccable, le matelas, on s’y assied, on y pose ce qui nous encombre. On y fait ce qu’on veut, ah ah, pas vrai, les filles ?… (réactions mitigées des intéressées) Ça va, je plaisantais !…
On complète par une table, une chaise. Une table avec un tiroir. Basique, le tiroir. Je m’arrange toujours pour en mettre dans mes pièces… pièces aux deux sens du terme… Ça dépanne, antisèches pour les trous de mémoire !
Bien. Le chevalet, Mélanie, tu te tiens derrière. Tu peins, tu barbouilles… (démonstration) Là, tu y vas en douceur, tu fignoles… Puis tu te fâches, tu te lâches… La haine, Mélanie, la haine au fond des tripes, la rébellion giclant du pinceau. C’est que le monde, le foutu monde, l’avenir en capilotade… Mais faut faire avec, positiver… Tu te reconcentres, le front plissé… Pigé ?… Pigé, Mélanie ? Tu ne m’as pas vraiment regardé !
Mélanie
Sans vouloir te vexer, rien d’exceptionnel dans le scénar ! Un détail ?
L’auteur
Je t’écoute.
Mélanie
Tu as mentionné Klimt pour le titre, on ne pourrait pas remplacer par Turner ?
L’auteur
No problem. Turner, j’adore autant, sinon plus !
Mélanie
C’est pas que, Klimt, j’apprécie pas, mais en bouche c’est rugueux !… (démonstration) Klimt… Klimt…
L’auteur
Faut reconnaître… (soupesant) Klimt, Klimt… Turner, Turner… Les deux feront la paire.
Silence. L’auteur fait le tour du d

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents