Petites lumières sous les planches
72 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Petites lumières sous les planches , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
72 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Trois pièces courtes pour mettre le théâtre en scène Exister ça prend du temps : Au fil de l’écriture, les personnages vont exister sur scène L’auteur cherche, hésite…sur scène ses personnages vont prendre vie au fil de son écriture. Vice et versa : Et si les comédiens devaient payer pour pouvoir jouer devant des spectateurs professionnels… Derrière le rideau : Une troupe d’amateurs d’une petite ville, d’âges et d’horizons différents…

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 février 2014
Nombre de lectures 1
EAN13 9782312021157
Langue Français

Extrait

Petites lumières sous les planches
Alain Bouthier
Petites lumières sous les planches
3 pièces courtes







LES ÉDITIONS DU NET
22, rue Édouard Nieuport 92150 Suresnes
© Les Éditions du Net, 2014
ISBN : 978-2-312-02115-7
« On peut toujours ironiser sur l’importance d’une chorale ou d’un club théâtre, d’un orchestre ou d’une fanfare, d’un club cinéma ou d’un atelier de sculpture […] On apprend le « soi » grâce à l’autre et on découvre l’autre grâce à moi… Le théâtre m’a fait prendre conscience que quelque chose de beau, de terrible, de drôle, de fort peut sortir de moi et que j’en ai le droit. J’ai appris à parler de Shakespeare en réalisant comme une évidence que Shakespeare a écrit cela pour moi aussi et je n’ai plus oublié cela après. »
Philippe Torreton.
Exister, ça prend du temps
À Amandine et Coralie.
À Henry Bauchau.
S CÈNE 1
J EUNE FILLE
Bonjour, je peux m’asseoir ?
H OMME 1
Lisant son journal
Bien sûr, vous faites partie du… enfin de notre « voyage » ?
J EUNE F ILLE
En quelque sorte oui…
Silence
H OMME 1
Vous n’êtes pas très causante… Remarquez, vous n’avez peut-être pas encore beaucoup à dire ?…
J EUNE F ILLE
Excusez-moi, je m’efforce de rester à l’écoute. Je perçois encore par bribes des impressions diffuses, comme des appels.
H OMME 1
Des appels ? moi, ce fut très direct, sans détail. J’attends la suite…
J EUNE F ILLE
Je crois que ça fait quelque temps…qu’il m’appelle… vous aussi je suppose ?
H OMME 1
Oui, et non ! ça fait quelque temps en effet. Mais depuis, rien. Pas le moindre souffle de quoi que ce soit. Vous voulez que je vous dise… je crois que nous n’avons pas affaire à un rapide !
J EUNE F ILLE
Ah… remarquez, je préfère…Il y en a qui vous bâcle un personnage, qui s’insinue dans son intimité sans même prendre le temps de le connaître, de le rencontrer… ça n’aide pas !
Homme 1 se remet à lire, se détournant un peu
Ceci dit, je suis toujours impatiente de savoir… Il n’a toujours pas choisi mon nom.
H OMME 1
Ça vient souvent très tard. C’est ce qu’on m’a dit. Quelquefois il le change même alors que tout semble fini !
Il ne faut pas s’attacher trop tôt au nom qu’on vous donne.
J EUNE F ILLE
Tout de même ! Je veux bien comprendre, mais j’aime savoir comment je m’appelle, c’est important un nom !
H OMME 1
Bien sûr que c’est important. Mais vous n’existez pas vraiment tant que tout n’est pas bouclé, vous n’êtes… qu’une sorte de mannequin…
J EUNE F ILLE
Et vous, vous avez un nom ?
H OMME 1
Il a noté : « Homme »
J EUNE F ILLE
Moi aussi !
H OMME 1
Vous êtes également un homme ?
J EUNE F ILLE
Non, je veux dire moi aussi… je n’ai pas encore de vrai nom. Il a écrit « Jeune fille », c’est tout.
H OMME 1
Au moins vous savez que vous n’êtes pas grand-mère !
J EUNE F ILLE
Tout de même, je ne suis pas d’accord avec vous…
Il lâche son journal
Vous avez dit que nous ne sommes que des mannequins…
H OMME 1
Oui, bien sûr, mais des mannequins qui n’attendent qu’à devenir vivants.
J EUNE F ILLE
Je ne me sens pas du tout un mannequin…
H OMME 1
Vous savez, il y a mannequin et mannequin… Vous me semblez un mannequin très convenable !
J EUNE F ILLE
Vous ne devez pas me parler ainsi, ça laisse penser que vous avez pour moi… enfin, nous ne savons pas encore quels seront nos rapports !
Non, je voulais dire que je me sentais déjà vivre. Il a suffi qu’il me pense un tout petit peu, pour que je frémisse déjà.
H OMME 1
Je vous trouve bien lyrique, mais vous avez sans doute raison, je vous le concède. Et puis, nous n’allons pas disserter ensemble maintenant de ce que c’est que vivre ! Je vous accorde que là, en ce moment déjà, nous vivons, puisque nous en parlons, puisque nous sommes… emphatique tendus vers notre avenir en quelque sorte.
J EUNE F ILLE
Je suis peut-être un peu lyrique, mais je vous trouve pas mal théâtral !…
H OMME 1
Au fond nous sommes là pour ça, non ?
J EUNE F ILLE
Moi, je laisse naître en moi toutes ces vibrations qui vont m’habiter… c’est agréable de sentir des frémissements qui osent se dévoiler, s’éteignent, reprennent ailleurs.
Je sens qu’inexorablement je vais ETRE.
H OMME 1
Ne vous emballez pas, exister, ça prend du temps !
J EUNE F ILLE
D’accord, mais tout de même, j’aimerais bien exister… tout de suite, en bloc. Comme ça je saurais où je vais !
H OMME 1
Vous n’êtes pas très cohérente, tout à l’heure vous vous réjouissiez de ne pas être bâclée…
J EUNE F ILLE
Tout à l’heure, c’était tout à l’heure. Et je suis impatiente voilà tout.
H OMME 1
Parce que vous croyez que dans la… vie ; je veux dire dans celle de… enfin, un peu la nôtre tout de même, vous croyez qu’on a autant de certitudes que celles que vous attendez, là comme ça ?
J EUNE F ILLE
Ce n’est pas la même chose, nous ne sommes pas…
H OMME 1
Je vous arrête tout de suite : Nous sommes ! Voilà tout, et nous aussi parce que nous sommes, nous sommes essentiellement en devenir.
Il reprend son journal
J EUNE F ILLE
Vous avez peut-être raison, mais tout de même pour être à l’écoute de vos « vibrations à venir », je vous trouve bien peu professionnel.
H OMME 1
Comment ça ?
J EUNE F ILLE
Parce que vous trouvez que s’installer comme si de rien n’était, à lire son journal, c’est une attitude qui favorise votre perception de cette vie que vous dites sentir en vous ?
H OMME 1
Et bien moi, je vous trouve un peu trop pétrie d’idées toutes faites.
Il soupire, résigné
Si c’est le cas, ça nous promet du bon temps !
J EUNE F ILLE
Je vous dis seulement ce que je ressens… ce n’est pas très cohérent, certes…mais c’est le lot de tout être qui est en construction, voilà !
H OMME 1
Mais avec quoi prétendez-vous ressentir, puisque vous n’êtes pas encore tout à fait vous-même ?
J EUNE F ILLE
Je ne prétends rien, je ressens voilà tout. Ne me faites pas croire que ce n’est pas le cas pour vous, que vous n’avez pas au moins une ou deux opinions sur ce que nous devons faire…
H OMME 1
Non, je me laisse vivre. Mais justement, il y a peut-être en moi déjà quelque chose qui me permet d’être ainsi et qui fait partie de moi. Quelque chose qui se serait insinué en moi, sans que je m’en aperçoive.
J EUNE F ILLE
Vous pensez que c’est possible, que certaines parties de notre personnalité se soient déjà installées en nous à notre insu.
H OMME 1
Sans doute. Vous, vous vous dites à « l’écoute »… mais peut-être n’entendez-vous pas tout…
J EUNE F ILLE
Je voudrais tant faire connaissance avec moi-même…
H OMME 1
Ne dites pas de bêtise, lui-même ne sait peut-être pas un centième de ce que vous allez être ! Alors vous, vous pensez bien !…
J EUNE F ILLE
Attendez, je crois qu’il s’est remis à sa table !
NOIR
S CÈNE 2
É CRIVAIN
Ca fait deux jours que je ne m’y suis pas remis. Et pourtant je ne pense qu’à ça !
M USE USÉE 1
Tu devrais peut-être construire un plan, tu saurais où tu vas.
M USE USÉE 2
Fais une liste de tes personnages, par exemple, je ne sais pas… une fiche pour chacun avec son nom, son caractère, comment il est habillé…
É CRIVAIN
Et pourquoi pas son régime alimentaire, son poids, ses mensurations…
M USE USÉE 1
Mais enfin qu’as-tu envie de faire vivre sur scène ? Et puis où cela se passe-t-il d’abord ?
É CRIVAIN
Pourquoi « d’abord ? » comme si le lieu était primordial. Et puis pourquoi ce serait moi qui devrais aller vers eux ?
M USES USÉES 1 ET 2
Vers eux ?
É CRIVAIN
Et bien oui, vers mes personnages. Je suis sûr que ce sont eux qui vont venir vers moi. Il suffit que je sois un peu patient, que je sois heureux de les voir émerger doucement de ma conscience, histoire de ne pas les effrayer.
M USE USÉE 2
Parce que tu prétends qu’ils existent déjà ?
É CRIVAIN
Bien sûr, sinon, pourquoi aurais-je envie d’écrire leur histoire ?
M USE USÉE 1
Tu crois encore à l’inspiration divine, à cet état second qui te ferait rencontrer, toi l’élu, des esprits en attente d’un médium…
É CRIVAIN
Arrête, je ne crois rien de tout cela, je dis simplement que ces personnages sont en moi. En moi, tu entends ! Cela signifie bien sûr qu’il faudra que je choisisse les mots justes, que je me corrige, que je m’attelle à

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents