Volte-face
20 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Volte-face , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
20 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description




Le virage sensuel d’une belle veuve privée d’amour qu’emportent les frasques amoureuses de sa voisine...







Amélie, qui a cru entendre des cris, surveille à nouveau la porte de sa voisine. Elle voit partir l’inconnu, le suit des yeux. Elle se dit qu’il a plutôt belle allure.
— Se faire reluire la poupougne par un tel homme, ma foi, ça doit être ben agréable. Pour sûr que la Solange y prend du plaisir à ce que j’ai entendu.
Amélie soupire tandis que sa main s’égare le long de sa cuisse, échappant quasiment à sa volonté, se fait plus hardie, passe sous les plis du tablier, remonte l’ourlet de la robe. Cachée sous les dentelles modestes, elle cherche ce petit bout de chair qui s’électrise délicieusement sitôt qu’on le titille.




Dar et Ventura, nos duettistes de la paillardise littéraire, raffolent autant des mœurs paysannes que des mœurs villageoises. Elles nous troussent des anecdotes savamment coquines qui raviront les amateurs de bonnes chairs émoustillées par des désirs inflammables au dernier degré.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 décembre 2018
Nombre de lectures 51
EAN13 9791023407532
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0022€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Dominique Dar Ava Ventura Volte-face Nouvelle QQQ
CollectionCulissime
Q = romance rose QQ = libertinérotique QQQ = pornobscène
Dans le gros bourg de Meyanvilliers, chef-lieu du Gers, le bonheur n’est pas dans le pré, mais chez la Solange. Certains viennent le chercher tôt le matin, d’autres tard le soir. Et ça défile encore parfois dans la journée. De la fenêtre de sa cuisine, Amélie les voit arriver. — Si c’est pas Dieu possible, s’indigne-t-elle, voilà Raoul le plombier. Quel vieux cochon ! Dire qu’il a fait sept enfants à sa Sylvette. Pour sûr, qu’il l’a bien besognée. À présent, elle est toute sèche, la Sylvette. Pas comme cette traînée de Solange avec ses gros nichons et son gros cul. Si c’est pas une honte ! Puis, songeuse, elle ajoutein petto :Elle doit bien se faire ses cent cinquante euros par jour avec son petit commerce ! Amélie soupire, lève les yeux au ciel. Invoque le bon Dieu, les saints et Marcel. C’est qu’il est là-haut son Marcel. Un brave homme de mari, dur à la tâche, qui élevait ses canards et faisait son vin. Il le buvait aussi, un peu trop sans doute, ça lui a rongé le foie. Il est mort vite, la laissant jeune veuve et sans enfant, à devoir travailler deux fois plus. De temps en temps, dans le noir, il lui faisait sa petite affaire sans trop la déranger. — Tu veux bien être bonne ? demandait-il. Alors, elle soulevait sa chemise de nuit et docilement, écartait les cuisses. Marcel enfonçait sa queue sans autre cérémonie, la faisait aller et venir une petite minute, puis poussait un long soupir et s’endormait. Il n’a jamais réussi à engrosser son Amélie qui ne voyait à l’exercice aucun intérêt, souffrant surtout que Marcel l’écrasat. Une histoire d’oreillons, qu’avait dit le docteur. Avec de petits coups d’œil égrillards, il avait ajouté qu’il fallait aussi y mettre de la bonne volonté plus d’une fois par semaine. En insistant : « Quand on a une femme aussi jeune que la tienne, Marcel, il faut l’honorer, sinon d’autres le feront. » — Cela fait un bon quart d’heure qu’il est entré, le plombier ! Embusquée derrière son rideau, Amélie s’impatiente. C’est pas qu’elle soit curieuse, mais quand même, elle aimerait bien voir ce qui
s’y passe, chez la Solange : des horreurs, pour sûr, du genre qu’on ne peut même pas dire à confesse ! La jeune veuve essaie d’imaginer ces choses dont elle a vaguement entendu parler, murmurer plutôt, des choses qui se font sans qu’on en cause, pardi, des pas trop propres… Pour sûr que la Solange, elle doit en connaître un rayon ! De l’autre côté de la rue, la Solange est ma foi fort occupée. C’est que le Raoul n’est plus très vaillant, et qu’il a besoin d’une sérieuse mise en condition. Il est debout, son cul maigre et poilu à l’air tandis qu’à genoux devant lui, Solange tripote le sexe mou. Elle soupèse les couilles d’une main, enserrant de l’autre la verge qui peine à durcir. Raoul, bouche ouverte, exhale des soupirs qui s’accentuent quand Solange lèche sa bite et la couvre consciencieusement de salive. La voilà enfin aussi roide qu’un manche de pioche ! Solange soupire intérieurement « Pas trop tôt ! S’ils étaient tous comme lui, je n’en finirais jamais… » — Vite, ton cul, souffle Raoul, ouvre ton trou… Docilement, Solange se retrousse. Pas de...
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents