Japonais - Guide de conversation
160 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Japonais - Guide de conversation

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
160 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description


Attention, livre numérique hautement enrichi !

Quelques jours à Tokyo ou à la campagne ? Avec plus de 2 heures de conversation audio, le créateur de la célèbre méthode Assimil a conçu pour vous le compagnon moderne et indispensable de votre week-end ou séjour au Japon.

°Plus de 2h d’audio

°Initiation à la langue : 21 leçons de japonais

°Les phrases et les mots indispensables

°Toute la prononciation

°Toutes les situations du voyage


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 décembre 2013
Nombre de lectures 378
EAN13 9782700560671
Langue Français
Poids de l'ouvrage 59 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0075€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Japonais
Sommaire Copyright Page de titre Avertissement Introduction Comment utiliser ce guide La partie “Initiation” La partie “Conversation” Le Japon : faits et chiffres Un peu d’histoire Les débuts La période du pouvoir impérial Le pouvoir aux guerriers, la paix retrouvée La période moderne, l’ère des grands conflits Aujourd’hui La langue japonaise L’écriture japonaise La prononciation Initiation 1 er jour Une journée 2 e jour À la librairie 3 e jour En ville 4 e jour Au café 5 e jour Le petit-déjeuner 6 e jour Le rendez-vous 7 e jour À la bibliothèque 8 e jour Au restaurant 9 e jour Ma voiture 10 e jour Les enfants 11 e jour Première rencontre 12 e jour Partir en promenade 13 e jour Les études 14 e jour L’exposition 15 e jour Un vrai sportif ! 16 e jour Au golf 17 e jour Sur le départ… 18 e jour Aspirations japonaises… 19 e jour La photo 20 e jour L’invité sans gêne 21 e jour Malentendu très courtois… Les indispensables Les nombres La prononciation Voyelles Consonnes Combinaisons de sons Se repérer dans l’espace et dans le temps L’espace Le temps Les mots et les phrases pour poser des questions Les mots et phrases indispensables Conversation Premiers contacts Salutations Pour dire « merci » Excuses Souhaits Accord, désaccord Petits mots utiles pour rythmer la conversation Questions, réponses Langage du corps Langues et compréhension Rencontre et présentation Se rencontrer Se présenter ou présenter quelqu’un Dire d’où l’on vient Dire son âge La famille Emploi, occupation, études Pourquoi le Japon ? Religions, traditions Le temps qu’il fait Sentiments et opinions Invitation, visite Un rendez-vous ? Temps, dates et fêtes Dire l’heure Dire une date Vocabulaire du temps, des jours et des saisons Jours fériés Appel à l’aide Urgences En cas de perte ou de vol… Sur la route Panneaux Voyager Contrôle des passeports et douane Change Informations utiles pour tout voyage En avion En autocar et en train En bateau En taxi À vélo Location de voitures Circuler en voiture En ville Pour trouver son chemin Transports urbains Visite d’expositions, musées, sites Autres curiosités Sorties au cinéma et au théâtre, concerts À la poste Au téléphone Internet L’ administration À la banque Chez le coiffeur Une originalité japonaise À la campagne, à la plage, à la montagne… Au stade ou en plein air À la piscine, à la plage Arbres et fleurs Animaux Hébergement Réservations d’hôtel À la réception Vocabulaire des services et du petit-déjeuner En cas de petits problèmes Régler la note Nourriture Au restaurant Passer une commande Spécialités et plats traditionnels Vocabulaire des mets et produits Façons de préparer les plats et sauces Parler du goût Les boissons Boissons alcoolisées Autres boissons Achats et souvenirs Provisions Magasins et services Livres, revues, journaux, musique Vêtements et chaussures Acheter des cigarettes Photo Souvenirs Rendez-vous professionnels Fixer un rendez-vous (au téléphone) Visiter l’entreprise Vocabulaire de l’entreprise Santé Chez le médecin, aux urgences Symptômes Douleurs et parties du corps Santé de la femme Soins médicaux Chez le dentiste Chez l’opticien Pharmacie
© Assimil 2013
EAN numérique : 9782700560671
ISBN papier : 978-2-7005-0548-1
Création graphique : Atwazart

Réalisation de l'ePub : Prismallia
Contrôle de l'ePub : Céladon éditions
Japonais

Catherine Garnier & Takahashi Nozomi




B.P. 25
94431 Chennevières-sur-Marne cedex
France
Avertissement


Cet ouvrage ne prétend pas remplacer un cours de langue, mais si vous investissez un peu de temps dans sa lecture et apprenez quelques phrases, vous pourrez très vite communiquer. Tout sera alors différent, vous vivrez une expérience nouvelle.

Un conseil  : ne cherchez pas la perfection ! Vos interlocuteurs vous pardonneront volontiers les petites fautes que vous pourriez commettre au début. Le plus important, c’est d’abandonner vos complexes et d’oser parler.
Introduction Comment utiliser ce guide La partie “Initiation” La partie “Conversation” Le Japon : faits et chiffres Un peu d’histoire Les débuts La période du pouvoir impérial Le pouvoir aux guerriers, la paix retrouvée La période moderne, l’ère des grands conflits Aujourd’hui La langue japonaise L’écriture japonaise La prononciation
Comment utiliser ce guide

La partie “Initiation”
Vous disposez d’une petite demi-heure quotidienne ? Vous avez trois semaines devant vous ? Alors commencez par la partie “Initiation”, 21 mini-leçons qui vous donnent sans complications inutiles les bases du japonais usuel, celles dont vous aurez besoin pour comprendre et parler :
- lisez la leçon du jour une première fois puis prononcez les phrases en consultant la traduction et la translittération ;
- lisez ensuite les brèves explications grammaticales : elles vous expliquent quelques mécanismes que vous pourrez reproduire vous-même ;
- faites le petit exercice final, vérifiez que vous avez tout juste… et n’oubliez pas de passer à la leçon suivante le lendemain !

La partie “Conversation”
Pour toutes les situations courantes auxquelles vous allez être confronté durant votre voyage, la partie “Conversation” de ce guide vous propose une batterie complète d’outils : des mots, mais aussi des structures de phrase variées que vous pourrez utiliser en contexte. Tous sont accompagnés de leur traduction (avec le mot à mot) et d’une translittération qui vous dit comment il faut les prononcer. Même si vous n’avez aucune connaissance préalable du japonais, vous saurez vous débrouiller sur place grâce à ce “kit de survie” : il fera donc de vous un voyageur autonome.
Le Japon : faits et chiffres

Le Japon est constitué de quatre grandes îles (du nord au sud : Hokkaïdô, Honshû (la plus vaste), Shikoku, Kyûshû), de l’archipel des Ryûkyû (la plus grande île étant Okinawa) ainsi que de milliers de petites îles et îlots.
Superficie 377 000 km² Population Plus de 125 millions d’habitants (dont près des 3/4 dans les villes) Capitale Tôkyô (37 millions d’habitants) Dimensions 3 000 km du nord au sud Frontières maritimes La Chine, la Russie, la Corée du Nord, la Corée du Sud, les Philippines, les îles Marianne Langue officielle Le japonais Régime politique Monarchie constitutionnelle Religions Les deux principales religions sont le bouddhisme et le shintô mais il existe de nombreuses autres religions.
Un peu d’histoire

L’histoire du Japon a évidemment été profondément marquée par l’insularité.

Les débuts
La préhistoire se caractérise par l’influence de civilisations du continent qui ont apporté la riziculture sur l’archipel, par exemple. Vers le V e siècle apparaît un début d’État. Les contacts avec la Chine sont alors florissants. Le VII e siècle est la grande période d’assimilation des apports chinois, en particulier pour l’organisation politique et administrative. C’est aussi le moment de l’introduction du bouddhisme, à côté de la religion autochtone, le shintô, de type animiste.

La période du pouvoir impérial
À partir du VII e siècle, ce qui va devenir le régime impérial s’instaure progressivement, dans un Japon qui connaît de moins en moins de relations avec l’extérieur. La ville de Nara, près de Kyôto, en est le centre. De Nara, la capitale s’installe ensuite dans le lieu qui va devenir Kyôto, où pendant quatre siècles se développe une civilisation brillante.
Cependant, à partir du XII e siècle, le Japon entre dans une période sombre de son histoire, due à des luttes intestines entre les grands clans guerriers et la cour impériale. C’est pendant ces temps troublés que le Japon entre en contact pour la première fois avec des Européens.

Le pouvoir aux guerriers, la paix retrouvée
Le pays ne retrouve sa stabilité qu’au début du XVII e siècle. Les clans guerriers ont définitivement conquis le pouvoir, exercé désormais par le shogoun , un chef militaire , qui installe le siège de son gouvernement à Edo (le futur Tôkyô). Commence alors la période dite d’Edo, marquée par la fermeture officielle du pays.
À la fin du XIX e siècle, sous la pression des puissances occidentales, le Japon s’ouvre et entre dans l’histoire du monde. La date de 1868 marque une rupture profonde. C’est le début de l’ère Meiji (du nom de l’empereur d’alors) : cette dernière rime avec restauration du pouvoir impérial, création d’un État moderne, ouverture du pays, instauration de relations internationales et changements fondamentaux dans la société.

La période moderne, l’ère des grands conflits
À la fin du XIX e siècle et au début du XX e siècle, le Japon est engagé dans de nombreux conflits. Tout d’abord contre ses voisins immédiats : la Chine et la Russie. Il entre ensuite dans la Première Guerre mondiale, contre l’Allemagne, aux côtés des pays de l’Entente. La montée en puissance des militaires et des visées expansionnistes expliquent pourquoi le Japon a participé à la Seconde Guerre mondiale – qui se termine par Hiroshima et l’écrasement total du pays. Son relèvement spectaculaire, grâce à l’aide américaine, place le Japon à la première place des puissances économiques internationales. Rang qu’il a perdu après une grave crise à la fin des années 80.

Aujourd’hui
Au début du XXI e siècle, l’émergence de la Chine et d’autres pays asiatiques change profondément le paysage : le Japon, longtemps tourné vers l’Occident, est amené à repenser sa place et son rôle parmi les pays d’Asie.
La langue japonaise

La langue japonaise est parlée sur tout l’archipel. De l’origine et des parentés de cette langue, on ne connaît pas grand-chose. Les hypothèses avancées à ce sujet font débat. Le seul point clair : la langue qui en est la plus proche est le coréen.
Il existe une autre langue parlée sur le territoire japonais : l’aïnou. C’était la langue du peuple qui vivait à Hokkaïdô, avant que les Japonais ne s’y installent au cours du XIX e siècle. Cette langue compte peu de locuteurs, elle continue à vivre seulement grâce à des mesures volontaires de conservation.
L’écriture japonaise

Les Japonais emploient trois systèmes en même temps : deux systèmes phonétiques purement japonais où chaque caractère correspond à une syllabe, et quelques six milliers de caractères empruntés à la Chine (kanji). Si vous attendez de savoir tout ça par cœur avant de visiter le Japon, vous n’êtes pas parti ! Nous laisserons donc cela de côté. Simplement, nous vous signalerons de temps en temps les caractères utiles à connaître.
Sachez cependant que les deux syllabaires ont des fonctions différentes. L’un (hiragana, 47 signes) sert à écrire, en combinaison avec les caractères chinois, tout ce qui est japonais, l’autre (katakana, 46 signes) est réservé à la notation des mots d’origine étrangère, massivement américains.

La prononciation
Tous les mots et phrases japonais contenus dans ce guide seront écrits en écriture japonaise, avec une translittération. Vous trouverez sur les rabats 2 et 3 toutes les informations nécessaires pour prononcer correctement le japonais à partir de cette translittération. Pour vous, seule cette dernière sera utile, mais si vous voulez parfois montrer une phrase à un interlocuteur japonais, la translittération ne suffira pas : vous aurez besoin de l’écriture japonaise ! Et puis, cela vous aidera à repérer éventuellement quelques hiragana, katakana ou kanji qui sont faciles à apprendre, si vous en avez la curiosité.
Initiation 1 er jour Une journée 2 e jour À la librairie 3 e jour En ville 4 e jour Au café 5 e jour Le petit-déjeuner 6 e jour Le rendez-vous 7 e jour À la bibliothèque 8 e jour Au restaurant 9 e jour Ma voiture 10 e jour Les enfants 11 e jour Première rencontre 12 e jour Partir en promenade 13 e jour Les études 14 e jour L’exposition 15 e jour Un vrai sportif ! 16 e jour Au golf 17 e jour Sur le départ… 18 e jour Aspirations japonaises… 19 e jour La photo 20 e jour L’invité sans gêne 21 e jour Malentendu très courtois…
1 er jour

Une journée

早く 起きます か。 / 早く 起きません。
hayaku okimas(u) ka / hayaku okimasèn’
tôt se-lever [question] / tôt ne-pas-se-lever
Vous vous levez tôt ? / Je ne me lève pas tôt.
出掛けます か。 / 出かけます。
dékakémas(u) ka / dékakémas(u)
sortir [question] / sortir
Est-ce que vous sortez ? / Je sors.
いつ 帰ります か。 / 早く 帰ります。
itsu kaérimas(u) ka / hayaku kaérimas(u)
quand rentrer [question] / tôt rentrer
Quand rentrez-vous ? / Je rentre tôt.

Notes de grammaire

Poser des questions  : mettre か ka à la fin d’une phrase suffit à en faire une question. Comme nous ne pouvons pas traduire ce petit mot, nous indiquerons entre crochets sa fonction “ [question] ”.

Le verbe japonais ne varie pas en fonction des personnes. Par commodité, nous donnons aux verbes un équivalent à l’infinitif, mais l’infinitif n’existe pas en japonais. Les formes employées ici veulent dire je, tu, il, elle, nous, vous, ils, elles … ; 帰ります kaérimas(u) veut dire je rentre, tu rentres, il/elle rentre, nous rentrons, vous rentrez, ils/elles rentrent . Le contexte permet d’éviter toute erreur : ainsi si quelqu’un exprime une question en vous regardant, c’est évident qu’elle vous concerne et votre réponse sera généralement je … Vous pouvez complètement transposer le dialogue ci-dessus en remplaçant vous et je par il(s), elle(s) ou nous .

La forme des verbes : elle varie en fonction des relations entre les deux personnes qui conversent. Nous avons choisi pour tout l’ouvrage la forme la plus neutre, celle qu’on emploie quand on ne connaît pas bien la personne à qui l’on parle. Elle est marquée pour tous les verbes par la terminaison ‑ます ‑mas(u) et ses dérivés. ‑ます ‑mas(u) s’emploie pour la forme affirmative et ‑ません ‑masèn’ pour la forme négative, aussi bien au présent qu’au futur.

Entraînement – Traduisez les phrases suivantes Ils ne se lèvent pas tôt. Quand rentreront-elles ? dékakémasèn’ hayaku kaérimas(u) ka

Solutions hayaku okimasèn’ itsu kaérimas(u) ka Je (nous/ils/elles) ne sors (…)/sortirai (…) pas. Vous (ils/elles) rentrez/rentrerez (rentrent/rentreront) tôt ?
2 e jour

À la librairie

どこ に 行きます か。/ 本屋 に 行きます。
doko ni ikimas(u) ka / hon’ya ni ikimas(u)
où [but] aller [question] / librairie [but] aller
Où allez-vous ? / Je vais à la librairie.
新聞 を 買います か。 / はい、買います。
shim’bun’ o ka.imas(u) ka /haï ka.imas(u)
journal [objet] acheter [question] / oui acheter
Vous achetez des journaux ? / Oui.
本 を 買います か。 / いえ、買いません。
hon’ o ka.imas(u) ka / i.ié ka.imasèn’
livre [objet ] acheter / non ne-pas-acheter
Vous achetez des livres. / Non.

Notes de grammaire

La phrase japonaise  : dans la phrase japonaise, le verbe se place toujours à la fin. On n’exprime le sujet que quand cela est nécessaire. Tous les compléments et le sujet (quand il y en a un – ce qui est le cas le moins fréquent) se placent devant le verbe, reliés à lui par une particule (= un tout petit mot qui indique la fonction du mot qui le précède).

Les particules  : を o s’utilise pour marquer le complément d’objet direct. Comme c’est une fonction, là aussi nous le traduirons par “[objet]” dans la traduction littérale. Quant à la particule に ni , elle a plusieurs usages : l’un d’eux est d’indiquer le lieu qui est le but d’un déplacement. Il sera noté “[but]”.

Répondre à une question  : pour répondre à une question, on ne dit pas seulement oui ou non (cela serait impoli), on répète les termes de la question.

Le nom  : les noms sont invariables en japonais et les articles n’existent pas ! Deux bonnes surprises, non ? Ainsi 新聞 shim’bun’ veut dire le journal, un journal, les journaux, des journaux .

Entraînement – Traduisez les phrases suivantes Vous allez à la librairie ? Je n’achète pas de journaux. hon’ o ka.imas(u) doko ni ikimas(u) ka

Solutions hon’ya ni ikimas(u) ka shim’bun’ o ka.imasèn J’(tu/il/nous/vous/ils/elles) achète (achètes, (…)) des livres. Où allez-vous/va-t-il/elle ?
3 e jour

En ville

美術館 です か。
bijutsukan’ dès(u) ka
musée c’est [question]
C’est un musée ?
はい、美術館、です。 / はい、 そう です。
haï bijutsukan’ dès(u) / haï sô dès(u)
oui musée c’est / oui ainsi c’est
Oui. C’est un musée. / Oui. c’est ça.
いいえ、美術館 で は ありません 。
i.ié bijutsukan’ dé wa arimasèn’
non musée ce-n’est-pas
Non, ce n’est pas un musée.
何 です か。
nan’ dès(u) ka
quoi c’est [question]
Qu’est-ce que c’est ?
駅 です。
éki dès(u)
gare c’est
C’est une gare.

Notes de grammaire

Les expressions « c’est » et « ce sont »  : leur équivalent est le mot です dès(u) qui appartient au même registre que ‑ます ‑ mas(u) , le registre neutre. Il convient pour toute situation. Ce terme, comme les verbes, ne varie pas en fonction du nombre (singulier ou pluriel) ; il correspond donc à c’est, et à ce sont. Sa forme négative est で は ありません dé wa arimasèn’ , ce n’est pas, ce ne sont pas.

Un mot important : 何, qui se prononce nan’ ou nani . Il signifie quoi ?, que ? , et sert à former beaucoup d’expressions interrogatives. Nous en reparlerons plus tard.

Petit rappel : on ne peut pas simplement répondre par oui ou non à une question. On doit reprendre le contenu de la question. Dans le cas d’une phrase avec です dès(u) , on peut se contenter de répondre そう です sô dès(u) , c’est ainsi , ou そう で は ありません sô dé wa arimasèn’ , ce n’est pas ainsi .

Entraînement – Traduisez les phrases suivantes Ce n’est pas une gare. C’est un musée ? – Oui. (litt. “oui, c’est ainsi”) nan dès(u) ka shim’bun’ dès(u)

Solutions éki dé wa arimasèn’ bijutsukan’ dès(u) ka. – haï, sô dès(u) Qu’est-ce que c’est ? Ce sont des journaux.
4 e jour

Au café

コーヒー を ください。
kôhî o kudasaï
café [objet] donnez-moi
Je voudrais un café s’il vous plaît.
ビール お願い します。
bîru onéga.i shimas(u)
bière demande faire
Une bière s’il vous plaît.
新聞 を 貸して ください。
shim’bun’ o kashité kudasaï
journal [objet] prêtez
Prête-moi ton journal, s’il te plaît !
道 を 教えて ください。
michi o oshiété kudasaï
chemin [objet] expliquez
Explique-moi le chemin, s’il te plaît !

Notes de grammaire

Pour demander un objet , il y a deux possibilités :
- le nom de l’objet + la particule を o + le verbe ください kudasaï (litt. “donnez-moi”) ;
- le nom de l’objet + お願い します onéga.i shimas(u) (litt. “je vous fais la demande”).

Pour demander à quelqu’un de faire quelque chose pour soi : on emploie le verbe exprimant cette action + ください kudasaï (litt. “donnez-moi”). Simplement, le verbe sera à une forme invariable terminée par ‑て ‑ té .

La possession : en français, on adore dire à qui appartiennent les choses et on emploie donc beaucoup d’adjectifs possessifs devant les noms : ma, ton, ses… Les Japonais le font très rarement. Aussi 新聞 shim’bun’ , qui veut déjà dire un/le/des/les journal/journaux , suffira dans bien des cas pour dire aussi : mon/mes/ton/tes/son/ses/ (…) leurs journal/journaux .

Entraînement – Traduisez les phrases suivantes Qu’est-ce que c’est ? Expliquez-moi s’il vous plaît. Le journal, s’il vous plaît. hon’ o kashité kudasaï kôhî onéga.i shimas(u)

Solutions nan’ dès(u) ka. oshiété kudasaï shim’bun’ onéga.i shimas(u) Prêtez-moi votre livre. Un café s'il vous plaît.
5 e jour

Le petit-déjeuner

今朝 和食 を 食べました。
késa washoku o tabémash(i)ta
ce-matin repas-japonais [objet] avoir-mangé
Ce matin j’ai pris un petit-déjeuner japonais.
パン と コーヒー で は ありません でした。
pan’ to kôhî dé wa arimasèn’ dèsh(i)ta
pain et café ce-n’était-pas
Ce n’était pas du pain et du café.
ご飯 と 魚 でした。
gohan’ to sakana dèsh(i)ta
riz-cuit et poisson [objet] c’était
C’était du riz et du poisson.
ご飯 しか 食べません でした。
gohan’ shika tabémasèn’ dèsh(i)ta
riz si-ce-n'est-pas ne-pas-avoir-mangé
Je n’ai mangé que le riz.

Notes de grammaire

Le passé  : il s’exprime par un suffixe ‑た ‑ ta qui s’ajoute à la fin du verbe après ‑ます ‑mas(u) (devenu ‑まし‑ ‑mashi‑  ), et à la fin de です dès(u) (devenu でし dèsh(i) ). Comme pour ‑ます ‑mas(u) ou です dès(u) , la forme obtenue : ‑ました ‑mash(i)ta ou でした dèsh(i)ta convient pour toutes les personnes du singulier et du pluriel. La forme négative correspondante à ‑ました ‑mash(i)ta est ‑ません でした ‑masèn’ dèsh(i)ta .

C’est le moment de récapituler les formes pour la terminaison des verbes et pour です dès(u)  :

présent/futur
‑ます
‑mas(u)
です
dès(u) présent/futur négatif
‑ません
‑masèn
で は ありません
dé wa arimasèn’ passé
‑ました
‑mash(i)ta
でした
dèsh(i)ta passé négatif
‑ません でした
‑masèn désh(i)ta
で は ありません でした
dé wa arimasèn’ dèsh(i)ta
La particule と to  : elle veut dire et , mais exclusivement entre deux noms. On a donc : nom + と to + nom. La particule indiquant la fonction se met à la fin de cet ensemble.

Entraînement – Traduisez les phrases suivantes C’était du pain et du café. J’ai acheté du poisson et de la bière. washoku o tabémash(i)ta ka? – haï, tabémash(i)ta késa dèsh(i)ta? – i.ié sô dé wa arimasèn dèsh(i)ta

Solutions pan’ to kôhî dèsh(i)ta sakana to bîru o ka.imash(i)ta Vous avez pris un petit-déjeuner japonais ? Oui. C’était ce matin ? – Non (litt. “non, ce n’était pas ainsi”).
6 e jour

Le rendez-vous

十二日 から 二十二日 まで 東京 に います。
jû ni ni nichi kara ni jû ni nichi madé tôkyô ni imas(u)
dix deux jour à-partir-de deux dix deux jour jusqu’à Tôkyô [lieu] se-trouver
Je suis à Tôkyô du douze au vingt-deux.
明日 会いましょう か。
ash(i)ta a.imashô ka
demain rencontrons-nous [question]
On peut se voir demain ?
デパート に 行きましょう。
dépâto ni ikimashô
grand-magasin [but] aller
Allons à un grand magasin.
ホテル から デパート まで 歩いて  行きましょう か。
hotèru kara dépâto madé aruité ikimashô ka
hôtel à-partir-de grand-magasin jusqu’à en-marchant allons
Et si on allait à pied de mon hôtel au grand magasin.

Notes de grammaire

Quelques particules  :
- から kara s’emploie pour le point de départ (temporel ou spatial) : à partir de, depuis, de .
- まで madé s’emploie pour le point d’arrivée (temporel ou spatial) : jusqu’à, à .
- に ni s’utilise, vous le savez, pour le but d’un déplacement mais sert aussi pour indiquer le lieu où quelqu’un ou quelque chose se trouve (“[lieu]”).

Une autre forme de ‑ます ‑mas(u)  : ‑ましょう ‑mashô exprime une invite qu’on se fait à soi-même et à ceux qui nous accompagnent. Ainsi, 行きましょう ikimashô signifie allons … Si on y ajoute le か ka de la question, c’est une façon de demander l’avis des autres : Et si on… ?

Entraînement – Traduisez les phrases suivantes Et si on allait à pied jusqu’au musée… Je suis à Kyôto jusqu’à demain. ni jû ni nichi kara tôkyô ni imas(u) hayaku kaérimashô

Solutions bijutsukan’ madé aruité ikimashô ka ash(i)ta madé kyôto ni imas(u) Je suis à Tôkyô depuis le 22. Rentrons vite !
7 e jour

À la bibliothèque

図書館 は 駅 から 遠い です か。
toshokan’ wa hotèru kara too.i dès(u) ka
bibliothèque [annonce] gare à-partir-de être-loin [question]
Est-ce que la bibliothèque est loin de la gare ?
いいえ、 遠く は ありません。近い です。
i.ié tooku wa arimasèn chikaï dès(u)
non ne-pas-être-loin être-proche
Non, elle n’est pas loin. Elle est tout près.
この 本 は 面白い です か。
kono hon’ wa omoshiroï dès(u) ka
ce livre être-intéressant [question]
Est-ce que ce livre est intéressant ?
いいえ、全然 面白く は ありません。
i.ié zèn’zèn’ omoshiroku wa arimasèn’
non pas-du-tout ne-pas-être-intéressant
Non, il n’est pas du tout intéressant.

Notes de grammaire

Les « adjectifs » japonais  : une partie des adjectifs du japonais ressemblent à des verbes. Comme eux, ils peuvent présenter des formes variables, et dans les mêmes conditions, c’est-à-dire en fonction des relations entre les personnes qui conversent. Pour eux aussi, nous employons la forme la plus neutre, correcte en toute circonstance. 面白い omoshiroï seul suffirait pour dire c’est intéressant , mais ce serait trop familier. Il faut y ajouter です dès(u) pour obtenir une forme neutre.
Pour la forme négative on remplace le ‑い ‑i final par ‑く は ありません ‑ku wa arimasèn’ .

La fonction de la particule は wa (qui est écrite par le biais du hiragana ha mais que l’on prononce [wa] ) : elle annonce de quoi on veut parler. On l’indiquera ici par “[annonce]”. Le groupe qu’elle forme avec un nom se trouve toujours en tête de phrase. C’est un procédé que nous utilisons souvent en français : Les sushis, j’adore ça ! , ou Le Japon, j’aimerais bien y aller une fois !

Entraînement – Traduisez les phrases suivantes Mon hôtel n’est pas loin. La bibliothèque, elle est près de la gare ? kono shim’bun’ wa zèn’zèn’ omoshiroku wa arimasèn kono hon’ wa omoshiroï dès(u)

Solutions hotèru wa tooku wa arimasèn’ toshokan’ wa éki kara chikaï dès(u) ka Ce journal n’a aucun intérêt. (litt. “n’est pas du tout intéressant”) Ce livre est intéressant.
8 e jour

Au restaurant

いつ 着きました か。
itsu tsukimash(i)ta ka
quand être-arrivé [question]
Quand êtes-vous arrivé ?
十 二 日 に 着きました。
jû ni nichi ni tsukimash(i)ta
dix deux jour [temps] être-arrivé
Je suis arrivé le douze.
日 本 で は お箸 で 食べます。
nihon’ dé wa ohashi dé tabémas(u)
Japon [lieu action] [relief] baguettes [moyen] manger
Au Japon on mange avec des baguettes.
私 は お箸 で は 食べません。
watashi wa ohashi dé wa tabémasèn’
moi [annonce] baguettes [moyen] [relief] ne-pas-manger
Moi, je ne mange pas avec des baguettes.

Notes de grammaire

Indiquer un moment précis dans le temps  : il y a deux possibilités. Ou bien une expression non chiffrée du type 明日 ash(i)ta , demain  ; 今朝 késa , ce matin , etc. et il n’y a pas besoin de particule. Ou bien des expressions chiffrées et des noms de jours ou de mois, et la particule に ni est nécessaire : 二〇〇五 年 に ni sèn’ go nèn’ ni , en 2005  ; 十三日 に jû san’ nichi ni , le 13  ; 火曜日 に kayôbi ni , mardi  ; 四月 に shigatsu ni , en avril . Nous noterons cette fonction par “[temps]”.

Les deux fonctions de la particule で dé  : elle peut exprimer le lieu où se déroule une action (“[lieu action]”) : デパート で dépâto dé , dans un grand magasin  ; ou bien le moyen (“[moyen]”) : 飛行機 で hikôki dé , en avion  ; お箸 で ohashi dé , avec des baguettes .

Un autre emploi de la particule は wa  : il consiste à suivre une autre particule pour mettre un mot en relief (“[relief]”). Cela s’emploie très souvent dans des phrases négatives ou en cas d’opposition : 今朝  図書館 に いきます。 本屋 に は 行きません。 késa toshokan’ ni ikimas(u). hon’ya ni wa ikimasèn’ , Ce matin je vais à la bibliothèque. Je ne vais pas à la librairie.

Dire « je »  : si dans la conversation normale, on ne dit pas je, on peut le faire en cas de nécessité. Le terme watashi est assez neutre. Un peu plus formel : watakushi .

Entraînement – Traduisez les phrases suivantes Quand [y] allez-vous ? Le 22. (litt. “[Je vais] le 22.”) En France on ne mange pas avec des baguettes. ôsaka ni jû ni nichi ni tsukimas(u) kono ohashi wa dépâto dé ka.imashi(t)a

Solutions itsu ikimas(u) ka. ni jû ni nichi ni ikimas(u) furan’su dé wa ohashi dé tabémasèn’ J’arriverai le 12 à Ôsaka. J’ai acheté ces baguettes dans un grand magasin.
9 e jour

Ma voiture

あの 赤い 車 を 見て ください。
ano akaï kuruma o mité kudasaï
cette-là-bas être-rouge voiture [objet] regardez
Regardez cette voiture rouge là-bas.
銀行 の 前 の 車 です か。
gin’kô no maé no kuruma dès(u) ka
banque [relation] devant [relation] voiture c’est [question]
La voiture devant la banque ?
はい。 私 の 車 です。
hai watakushi no kuruma dès(u)
oui moi [relation] voiture c’est
Oui. C’est ma voiture.
日本製 の 車 です。  とても 高い  車 です。
nihon’sèï no kuruma dès(u) totémo takaï kuruma dès(u)
fait-au-Japon [relation] voiture c’est très être-cher voiture c’est
C’est une voiture japonaise. Elle est très chère.

Note de grammaire
Préciser un nom  : toute précision apportée à un nom, que ce soit par le biais d’un adjectif ou d’un complément du nom, est toujours placée devant le mot précisé. Si c’est un adjectif qui précise le nom, il est placé directement devant le nom concerné : 赤い 車 akaï kuruma , une voiture rouge (litt. “être-rouge voiture”). Si c’est un autre nom, il devra être relié par la particule の no (traduit “[relation]”) au nom que l’on veut préciser. Cette structure sert à indiquer la possession (quand c’est nécessaire) (私 の カメラ watashi no kaméra , mon appareil photo ) et la matière (絹 の スカーフ kinu no s(u)kâfu , une écharpe en soie ). Elle est utilisée également pour indiquer la localisation : ᐧᐧᐧの 上 …no ué , sur  ; ᐧᐧᐧ の 中 …no naka , dans  ; ᐧᐧᐧの 前 …no maé , devant  ; ᐧᐧᐧの 近く …no chikaku , près de . Dans ces expressions, 上 ué  ; 中 naka  ; 前 maé  ; 近く chikaku , sont des noms et devront donc être suivis eux-mêmes de la particule qui convient selon leur fonction dans la phrase.

Entraînement – Traduisez les phrases suivantes Cette voiture rouge là-bas, ce n’est pas la mienne. J’ai acheté une voiture très chère. ginkô no maé dé a.imashô éki no chikaku ni imas(u)

Solutions ano akaï kuruma wa, watakushi no kuruma dé wa arimasèn’ totémo takaï kuruma o ka.imash(i)ta Retrouvons-nous devant la banque. Je suis près de la gare.
10 e jour

Les enfants

子供達 は どこ に います か。
kodomotachi wa doko ni imas(u) ka
enfants [annonce] où se-trouver [question]
Où sont vos enfants ?
部屋 の 中 に います。
héya no naka ni imas(u)
chambre [relation] dedans [lieu] se-trouver
Ils sont dans leur chambre.
部屋 は 何 階 に あります か。
héya wa nan’ kaï ni arimas(u) ka
chambre [annonce] quel étage [lieu] se-trouver
À quel étage est leur chambre ?
何 時 に 寝ます か。
nan’ ji ni némas(u) ka
quelle heure [temps] se-coucher [question]
À quelle heure ils se couchent ?

Notes de grammaire

Le pluriel  : il existe une sorte de suffixe de pluriel ‑達 ‑tachi , qui ne peut s’employer qu’à propos de personnes. Plutôt qu’un pluriel, c’est un terme qui met l’accent sur l’idée d’un groupe de personnes : 子供 kodomo , un enfant/les enfants , mais 子供達 kodomotachi , les/des/vos enfants . Ce ‑達 ‑tachi s’emploie aussi avec un nom propre de famille 山田さん yamadasan’ , M./Mme Yamada  ; 山田さん達 yamadasan’tachi , les Yamada, la famille Yamada .

何 nan’/nani  : c’est le roi de la question ! Seul, il veut dire quoi ?, que ? et joint à un autre terme, il correspond à quel(le)(s)… ? ou à combien de… ? . Ainsi : 何 時 nan’ ji , quelle heure ?  ; 何 階 nan’ kaï , quel étage ?  ; 何 歳 nan’ saï (litt. “combien d’années”), quel âge ?  ; 何 キロ nan’ kiro , combien de kilomètres/kilogrammes ?

Traduire « il y a », « être/se trouver »  : pour tout ce qui est inanimé, ici la chambre, on emploie あります arimas(u) , Pour les êtres animés, ici les enfants, on emploie います imas(u) .

Entraînement – Traduisez les phrases suivantes À quelle heure [allez-vous] rencontrer les Yamada ? À quel étage se trouve votre chambre ? kodomotachi wa toshokan ni imas(u) watashi no hotèru wa éki no chikaku ni arimas(u)

Solutions yamadasan’tachi wa nan ji ni a.imas(u) ka héya wa nan’ kaï ni arimas(u) ka Les enfants sont à la bibliothèque. Mon hôtel se trouve/est près de la gare.
11 e jour

Première rencontre

日本語 が できます / わかります か。
nihon’go ga dékimas(u)/wakarimas(u) ka
langue-japonaise [sujet] être possible/être compréhensible [question]
Vous parlez/comprenez le japonais ?
少し できます / わかります。
s(u)koshi dékimas(u)/ wakarimas(u)
un-peu être-possible/être-compréhensible
Je le parle/comprends un peu.
日本 料理 が お 好き です か。
nihon’ ryôri ga o suki dès(u) ka
Japon cuisine [sujet] être-aimé c’est [question]
Vous aimez la cuisine japonaise ?
はい、大好き です。
haï daïsuki dès(u)
oui être-très-aimé c’est
Oui, j’adore ça.

Notes de grammaire

Traduction de certains verbes. Certains verbes ou expressions très courants ont un sens littéral un peu différent de celui de leur équivalent français : わかります wakarimas(u) (litt. “être compréhensible/su”), comprendre/savoir  ; できます dékimas(u) (litt. “être possible”), pouvoir (faire) ; 好き です suki dès(u) (litt. “être aimé”), aimer . Leur sujet n’est donc pas je , mais ce sur quoi porte la compréhension, la capacité ou l’amour. Pour indiquer ce sujet, on utilise une particule が ga (traduit “ [sujet] ”). Dans une phrase négative ce が ga est remplacé par は wa .

Parler de soi et des autres  : une des constantes du japonais, dans le langage neutre, c’est que l’on n’emploie pas toujours les mêmes mots pour parler de soi ou des autres. Ainsi, on fait toujours suivre le nom d’une autre personne par さん s an’ , jamais son propre nom. Par ailleurs, pour parler de l’autre, on emploie parfois un préfixe お o  : お 好き です か o suki dès(u) ka , vous aimez ?  ; お 元気 です か o gèn’ki dès(u) ka , vous allez bien ? La réponse se fera sans le お o  : 好き です suki dè(su) , j’aime ; 元気 です gèn’ki dès(u) , je vais bien .

Entraînement – Traduisez les phrases suivantes Est-ce que vous aimez le poisson ? Oui, j’adore ça. Où est la chambre des enfants ? Je ne sais pas. nihon’go wa zèn’zèn’ wakarimasèn’ yamada san’ wa furan'sugo ga s(u)koshi dékimas(u)

Solutions sakana ga o suki dès(u) ka. hai daïsuki dès(u) kodomotachi no héya wa doko ni arimas(u) ka.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents