Méthode d apprentissage de la langue vietnamienne
205 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Méthode d'apprentissage de la langue vietnamienne

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
205 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Entrer directement en contact avec les habitants, ne serait-ce que par quelques bribes de phrases, c'est toujours mieux que d'avoir besoin de passer par un traducteur. Le langage est un véritable pont de sentiments nous permettant de nous rapprocher plus facilement. C'est pour ces raisons que l'auteur a voulu aider, par cet ouvrage, ceux qui veulent vraiment découvrir la langue et les coutumes vietnamiennes, du style parlé simple jusqu'au style littéraire.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2010
Nombre de lectures 688
EAN13 9782296260078
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

MÉTHODE D’APPRENTISSAGE
DE LA LANGUE VIETNAMIENNE
Quang Chơn


MÉTHODE D’APPRENTISSAGE
DE LA LANGUE VIETNAMIENNE


Làn v ă n việt tinh hoa


Le flot de la quintessence du langage vietnamien


L’Harmattan
DU MÊME AUTEUR


Les Ailes se sont brisées dans le ciel , éditions Publibook

Ce roman a obtenu un prix
au grand concours littéraire du monde francophone,
organisé par l’Académie Poétique et Littéraire de Provence.


© L’Harmattan, 2010
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-12264-2
EAN : 9782296122642

Fabrication numérique : Socprest, 2012
Mes plus sincères remerciements
à messieurs Jacques DAVOUST et TRAN Nam Anh,
ainsi qu’aux éditions l’Harmattan
pour l’aide qu’ils m’ont apportée
Lời nói đầu

Ở đời muốn học bất cứ nghề nào cũng vậy, cái căn bản vẫn là ý chí và sự nhẫn nại đi đầu, nếu thiếu một trong hai yếu tố này thì sự học khó mà thấu đáo được, nhất là học một ngôn ngữ.
Ðừng nghĩ rằng tiếng này dễ hơn tiếng kia, đó là sai lầm. Nếu muốn nói cho ra câu, viết cho ra văn thiệt không phải dễ. Bởi lẽ ở mỗi ngôn ngữ điều có cái gút mắc, những lề lối nhất định mà mình phải tuân theo, cũng như cái dễ thương, cái giá trị của riêng nó. Như những ai đã biết qua pháp ngữ thì cái khó nhất của pháp ngữ là cách chia động từ. Nhưng qua việt ngữ, cái khó nhất của việt ngữ là gì ? Ðó là phải nói đến phần " Nhân xưng đại danh từ " , bởi lẽ tùy theo từng lứa tuổi, từng cấp bậc của người đối diện mình mà cách xưng hô có sai biệt. Chẳng hạn như bên pháp ngữ chỉ có chữ " je " để chỉ cho ngôi thứ nhất số ít mà thôi chứ không có chữ nào khác, nhưng qua bên việt ngữ thì có cả mười cách xưng hô. Nói như vậy không phải tác giả làm nản lòng người mới học. Chính vì vậy quyển sách này mới ra đời, tác giả muốn học giả phân biệt rõ lúc nào phải dùng "Tôi, Bác, Anh, Chị, Em, Mình… " (je) cho phải phép với từng lứa tuổi.
Thật ra soạn một văn phạm cho một ngôn ngữ là một việc làm rất công phu, vì tôi phải theo chân của các bậc tiền bối đã vạch ra, nếu rườm rà quá sẽ làm nản lòng người học, còn nếu sơ sài quá thì không được. Phương chi tôi cố gắng tóm tắt những phần chính để cho những vị mới học dễ bề theo dõi chung, người pháp nói riêng. Rồi đến lúc nào đó khi ta đã có căn bản văn phạm, chừng đó tự mình có thể học thêm ngữ vựng, tự mình đặt câu làm sao cho lời văn gọn gàng, phong phú, bóng bẩy hơn, đó là tùy theo năng khiếu của mỗi người. Hơn nữa, học một ngôn ngữ, chúng ta không chỉ học vài ba câu là đủ mà còn học cái sắc thái, cái tinh thần của dân tộc đó thì ta mới thấy hết được cái thăng trầm, cái tinh hoa của ngôn ngữ đó, vì ngôn ngữ chính là người vậy.

Quang Chơn
Kính bút

Ngày 21 tháng 08 năm 2007
Préface
Dans la vie, en voulant apprendre n’importe quel métier, ce qui compte en premier c’est toujours d’avoir de la volonté et de la patience ; s’il manquait un seul de ces deux éléments essentiels, il serait alors difficile d’arriver jusqu’au bout de nos connaissances, surtout pour apprendre une langue.
Ne pas croire qu’une langue est plus facile qu’une autre, on peut très bien se tromper. Si on veut apprendre à l’écrire et à la parler correctement ce n’est pas facile du tout. Car chaque langue a ses difficultés, ses règles fixes qu’on doit absolument observer, et a aussi son charme, et sa propre valeur. Pour ceux qui connaissent déjà la langue française, ce qui est le plus difficile c’est souvent la conjugaison des verbes. En passant au vietnamien, quel est le plus difficile ? Il faut bien le dire c’est la partie concernant "Les pronoms personnels" , parce que ça dépend de l’âge ou de la hiérarchie de la personne à qui l’on s’adresse, donc notre manière de parler est complètement différente. Par exemple, dans la langue française, il n’y a que "Je" pour exprimer la première personne du singulier, il n’y a rien d’autre, mais en vietnamien alors on s’aperçoit qu’il y a une dizaine de pronoms personnels différents. En vous signalant ça, ça ne signifie pas que je voudrais décourager ceux qui veulent l’apprendre. C’est pour cela que cet ouvrage paraît, je voudrais que vous analysiez clairement les pronoms personnels "Tôi, Bác, Anh, Chị, Em, Mình…" (je) qui s’emploient dans certaines situations, ou envers certaines personnes pour lesquelles nous devons avoir du respect, et pour éviter que nous leur paraissions impoli.
A vrai dire, c’est un travail extrêmement difficile de préparer la grammaire d’une langue, car j’ai dû suivre les traces de mes prédécesseurs ; si la grammaire est trop fouillée alors ça peut en décourager l’apprentissage, mais à l’inverse si elle ne l’est pas assez alors ce n’est pas suffisant non plus. A fortiori j’ai donc fait l’effort de résumer toutes les parties principales pour en faciliter l’apprentissage en général, et pour les Français en particulier. Jusqu’au jour où quand nous connaîtrons bien la grammaire, alors nous serons capable d’apprendre tout seul le vocabulaire, et nous essaierons de former des phrases qui seront plus concises, plus abondantes et plus sublimes, tout cela dépendra des talents de chacun. D’ailleurs, pour apprendre une langue, nous n’avons pas à en apprendre seulement quelques phrases mais il faut également en apprendre les nuances, connaître l’esprit du peuple, alors nous pourrons voir toutes les choses les plus profondes, et ainsi tirer toute la quintessence de la langue, car le langage c’est l’homme.

Votre plume respectueuse

Quang Chơn

Le 21-08-2007
Bản thử t ự L’ordre alphabétique
A, Ă, Â , B, C, CH, D, Ð, E, Ê, G, GI, H, I, K, L, M, N, NG ,
NGH , NH , O, Ô, Ó, P, PH , Q, R, S, T, TH , TR, U, Ư, V, X,
Y.

Quelquefois on emploie F au lieu de Ph .

F ường/ Ph ường : quartier

Voici des alphabets particuliers de la langue vietnamienne :

Ăn :
manger

Ân huệ :
faveur

Chờ :
attendre

D ấu :
accent

Ðâu :


E m :petit frère ou petite sœur
(pron. pers. voir la 5 e leçon)

Êm ái :
douceur

G ọi :
appeler

Ng ờ :
se douter

Ngh ẹn ngào :
rester interdit

Nh ờ :
rappeler

O ng :
abeille

Ô ng :
monsieur

Hỡi o i ! :
hélas !

Ph ượng :
nom d’une personne (homme ou femme)

Th ành phố : ville

Tr ang :
nom d’une personne (homme ou femme)

Ư ng ý : satisfait(e)
Dấu và cách phát âm Les accents et les prononciations
(A) Dans la langue vietnamienne, il y a six tons différents pour le même mot, et chaque mot a son propre sens, c’est-à-dire sur une hauteur musicale et selon une courbe mélodique propre à chaque type de ton. Une mauvaise prononciation des tons peut entraîner une mauvaise compéhension du message.

1- Cong (adj.) : không dấu
(pas de marque écrite)

Ngồi cong lưng
Se tenir courbé
Cong quẹo (adj.) (sens figuré)
malhonnête (adj.)

2- Còng (adj.) : dấu huyền
(accent grave sur la voyelle)

Lưng còng
dos voûté
Cái còng (n.)
menottes (n.)
Còng (v.) :
menotter (v.) :
Còng nó lại !
Menottez -le ! /Mettez-lui les menottes !

3- Cóng (adj.) : dấu sắc
(accent aigu sur la voyelle)

Trời lạnh cổng
II fait un froid rigoureux
Tay chân lạnh cổng
Le froid engourdit les mains
et les pieds

4- Cỏng (adj.) & (y.) : dấu hỏi
(accent interrogatif sur la voyelle) s’ériger

Remarquez : Par contre l’accent interrogatif a la même prononciation que l’accent horizontal mais ils n’ont pas du tout le même sens. Comment peut-on distinguer ces deux accents alors ? Bien sûr grâce à la construction de la phrase, donc on peut distinguer facilement ces deux accents. Certains Vietnamiens arrivent parfois même à se tromper dans tout cela. On en prend l’habitude.

Cõng (y.) : dấu ngã
(accent horizontal sur la voyelle)

Cõng trên vai
Porter sur le dos

5- Công (adj.) : dấu mũ
(accent circonflexe sur la voyelle)

Công bằng (adj.)
juste (adj.)
Công danh (n.)
renom (nm.)
Công kích (v.)
attaquer (v.)

6- Công (adj.) : dấu nặng
(accent sous-voyelle)

Toán çông /phép công (n.)
addition (nf.)
Cong CỎ (n.)
brin d’herbe (nm.)
C ọ ng rơm (n.)
tige de paille (nf.)
Cọng/Cộng (y.)
additionner (y.)

_____


(B) L’accent dans chaque région est complètement différent, il faut bien écouter pour que l’on comprenne.

Voici trois accents différents entre le Sud (Sài Gòn), le Nord (Hà Nôi) et le Centre (Huế et Ðà Nằng).

1- L’accent du Sud est plutôt chantant, en voici des prononciations particulières :

G se prononce Z = G ì : quoi
R se prononce G = R ồi : déjà
Tr se prononce Ch = Tr ong : dans
V se prononce Z = V ề : rentrer

2- L’accent du Nord est plutôt tranchant : par contre contrairement à l’accent du Sud ils prononcent beaucoup plus clairement R et Tr .

R = R ồi : déjà
Tr = Tr ong : dans

3- L’accent du Centre (Huế et Ðà Nẵng) est plutôt grave, surtout celui de Ðà Nẵng, pour certaines personnes âgées, comme leur accent est très grave alors ils ont du mal à prononcer le A qui ressemble au O .

Chaque région a son propre accent, on ne peut pas dire que l’un est plus joli que l’autre, car chacun a son propre charme. Pour les Européens qui veulent vraiment apprendre le vietnamien, bien sûr il n’est pas du tout facile pour eux de faire la distinction, mais petit à petit ils en prendront l’habitude.
Quán từ Les articles
Dans la langue vietnamienne il n’y a pas d’article comme « le » ou « la » en français. Pourtant, ça dépend de l’objet, car l’article peut changer pour correspondre à l’objet lui-même.

1- cái/ngôi/căn, quả/trái, cách, cánh, cây, con, chiếc, lá, sở, mái :

Cái nhà/ ngôi nhà/ căn nhà
La maison
Quả núi/ trái núi
La montagne
Cách phát âm ( Cách đọc)
La prononciation
Cánh cửa
La porte

Cây bút, cây cuốc, cây nến, cây cột
Le stylo, la bêche, le cierge, la colonne

Con sông, con rạch, con nước, con mắt
La rivière, le canal, la marée, l ’œil

Chiếc đũa, chiếc xe hơi, chiếc giày
La banquette, la voiture, le soulier

Chiếc áo bà ba, chiếc áo dài
La veste vietnamienne, la tunique

Lá thư
La lettre
Sở học ( Sự hiểu biết)
La compréhension

Mái trường/ nhà trường
L ’école

Remarquez : L’article Cái (A), (B) et (C)

(A) Cet article peut devenir tan than tu (l’interjection), il reste toujours devant la phrase pour exprimer une sensation de mécontentement.

Cái ông này thiệt là ! = Celui- là alors !
Cái bà này thiệt là ! = Celle- là alors !

Cái thằng này thiệt khốn nạn mà !
Quel imbécile celui- là !

Cái con nhỏ này thiệt khốn nạn mà !
Quelle imbécile celle- là !

(B) L’article Cái se place parfois devant l’adjectif sans pronom personnel, il devient câu châm ngôn (devise).

Cái khó nó bó cái khôn !
La misère empêche de développer l’intelligence !

(C) L’article Cái peut se placer devant un nom. Il devient soit un adjectif composé, soit un verbe composé ou soit un nom composé.

Cái nhiên (adj.) = probable

Cái thế (v.) = dominer

Anh hùng cái thế ! = Héros qui domine le monde !

Cái nhiên tính (n.) = probabilité

2- Ðàn (cet article s’utilise pour désigner un homme ou une femme)

Ðàn ông
L ’homme
Ðàn bà
La femme

3- Con, thằng, đứa (ces trois articles s’utilisent pour désigner un garçon, une fille ou un enfant)

Con trai ( thằng nhỏ)
Le garçon
Con gái ( con nhỏ)
La fille
Con nít ( đứa bé)
L ’enfant

4- Par contre chez les animaux si on veut distinguer le mâle ou la femelle, on garde toujours l’article Con au début d’un nom comme « le » ou « la » en français, on ajoute seulement Ðực (mal) ou Cái (femelle) derrière un nom.

Con chó đực , con chó cái
Le chien, la chienne
Con mèo đực , con mèo cái
Le chat, la chatte
Con sư tử đực , con sư tử cái
Le lion, la lionne

Pour distinguer la cochonne on l’appelle nái à la place de cái .

Con heo đực , con heo nái
Le cochon, la cochonne

Remarquez : Pour certains animaux, comme le coq ou la poule – l’oiseau mâle ou l’oiseau femelle, alors on utilise plutôt l’article Trống ou Mái à la place de Ðực ou Cái .

Con gà trống , con gà mái
Le coq, la poule

Con chim trống , con chim mái
L ’oiseau mâle, l ’oiseau femelle

Remarquez : La particularité du mot con , en faisant mention des animaux adultes, il faut toujours placer le mot con devant leur nom. Dans ce cas il devient un article, mais si on veut faire mention de leurs petits, alors il faut placer le mot con derrière leur nom.

con gà
le coq
gà con
coquelet

con chim
l ’oiseau
chim con
oisillon

con heo
le cochon
heo con
cochonnet

con chó
le chien
chó con
chiot

con mèo
le chat
mèo con
chaton

con sư tử
le lion
sư tử con
lionceau

5- Si on veut parler de vocabulaire abstrait, il faut mettre l’article Sự ou Cái devant un nom, comme « le » ou « la » en français. Parfois quand il n’y a pas les noms, alors on peut mettre ces articles devant un verbe ou un adjectif, dans ces cas ils deviennent des noms. Et bien sûr on ne peut pas les mettre n’importe comment, ça dépend de la construction de la phrase afin que cela puisse correspondre avec son propre article et que cela rende la phrase plus jolie à entendre et aussi plus féconde, et que cela rende plus subtil et plus émouvant le flot de la littérature vietnamienne.

Remarquez : Ces deux articles ne peuvent pas s’intervertir l’un avec l’autre.

(A) Ce verbe composé devient un nom composé :

Che chở = protéger
Sự che chở = La protection

Sự che chở mà bất cứ đứa bé nào cũng cần phải có.
La protection dont n’importe quel enfant a toujours besoin.

(B) Cet adjectif simple devient un nom simple :

Nghèo = pauvre
Cái nghèo = La pauvreté

Tôi có cảm tưởng cái nghèo sẽ không bao giờ rời xa tôi !
J’ai l’impression que la pauvreté ne me quittera jamais !

6- Pourtant pour certains noms, on peut utiliser ces deux articles :

Sự, Nỗi

Sự bất hạnh/ Nỗi bất hạnh = L ’infortune

Bất cứ sự bất hạnh nào không ít thì nhiều nó có thể tạo cho con
người ta chững chạc hơn.
N’importe quelle infortune peut plus ou moins nous rendre plus
mûr.

Nỗi bất hạnh của một cô gái
L ’infortune d’une fille

7- L’article
Mối

Mối hy vọng = L’espoir - Mối tình = L ’amour

Mối hy vọng hé nở trong lòng tôi…
L ’espoir s’épanouit dans mon cœur…

Tôi yêu Ba Lê như kỷ niệm của một mối tình.
Tôi thương Sài Gòn như lắng nghe tiếng đập của con tim.

J’aime Paris comme le souvenir d’ un amour.
J’aime Sài Gòn comme le murmure des battements d’ un cœur.

Remarquez : Pour certaines phrases on n’a pas toujours besoin de l’article, on s’oblige à comprendre le mot sans l’article qui dans ce cas devient un nom.

Sở dĩ con người ta có thể tồn tại là nhờ hy vọng .
C’est que l’homme peut survivre grâce à l’ espoir .

8- Et d’une façon encore plus compréhensive, pour certains noms, on peut même les utiliser pour les trois articles ci-dessous :

Sự, Nỗi, Mối

Sự ưu phiền/ Nỗi ưu phiền/ Mối ưu phiền = La tristesse

Hãy coi sự ưu phiền như là một cẩm nang tốt nó có thể giúp cho ta thêm nghị lực, đó là cả một nghệ thuật sống vậy !

Veuillez considérer la tristesse comme un bon guide qui peut nous apporter plus d’énergie, c’est tout un art de vivre !

Nỗi ưu phiền đè nặng trong lòng tôi.
La tristesse pèse sur mon cœur.

Mối ưu phiền lúc nào cũng ám ảnh tôi.
La tristesse me hante toujours.

9- L’article

Niềm

Niềm hạnh phúc = Le bonheur

Niềm vui = La joie

Remarquez : Certains articles ne sont jamais placés seuls car ils n’ont aucun sens, mais certains autres oui, dans ces cas ils deviennent des noms simples, des adjectifs simples ou des verbes simples. Ou encore certains articles peuvent suivre ou précéder un mot alors ils deviennent soit un nom composé, soit un adjectif composé, soit un verbe composé.
A vrai dire, un mot vietnamien n’a pas qu’un ou deux sens comme on pourrait le croire, mais il enveloppe plusieur sens, et quand il s’agit d’un nom composé alors il apporte encore d’autres sens et, en plus, cela dépend aussi de la construction de certaines phrases qu’on doit comprendre dans le sens figuré, un seul mot peut donc avoir trois formes, c’est une construction merveilleuse que l’on ne trouve pas dans les autres langues.
Danh từ Les noms
Danh từ ở nhiều thể
Les noms dans les différentes formes

1- Danh từ cụ thể – Les noms concrets
gói thuốc hút (paquet de cigarettes), cái bật lửa (briquet)

2- Danh từ trừu tượng – Les noms abstraits
hy sinh (sacrifice), tha thứ (tolérance), tế nhị (délicatesse)

3- Danh từ đơn - Les noms simples
Biển (mer), sông (rivière), núi (montagne), ao (étang), hồ (lac), CỎ (herbe), cây (arbre), hoa (fleur), la (feuille)

4- Danh từ kép - Les noms composés
tu sĩ (bonze), văn sĩ (écrivain), nhạc sĩ (compositeur), nghệ sĩ (artiste), nam ca sĩ (chanteur), nữ ca sĩ (chanteuse), thi SĨ (poète), họa sĩ (peintre), dược sĩ (pharmacien), bác sĩ (médecin)

5- Pour certains noms composés, on peut inverser les deux noms, alors ils donnent un sens complètement différent.

tình người : amour de l’homme
người tình : amant
tình cảm : sentiment
cảm tình : sympathie
công việc : travail
việc công : affaires publiques

6- Certains noms composés, quand on les inverse, gardent toujours le même sens.

ân ái/ái an
gratitude affectueuse
nhân công/công nhân
ouvrier
thánh hiền/hiền thánh
divin (e)

7- Pour certains noms composés, quand on les inverse, ils deviennent des verbes.

bài học (n.) : leçon
học bài (y.) : étudier
viêc làm (n.) : travail
làm viêc (y.) : travailler
hiện thực (n.) : réalité
thực hiện (y.) : réaliser

8- Dans la langue vietnamienne, certains noms composés portent en eux-mêmes le sens propre et le sens figuré, donc on n’a pas besoin de le préciser ouvertement, c’est pour cela qu’ils gardent toujours leur beauté discrète et leur propre charme.

Voici deux phrases que j’extrais d’un de mes ouvrages qui s’intitule Les deux chemins de l’amour :
Thoáng hương xưa : la fragrance du passé

Si on veut traduire ouvertement ce nom composé, ça signifie : la fragrance des moments affectueux.
(dans le sens figuré)

Ðời thiếu tình yêu đời sẽ trở thành vô vị, dù thứ tình ấy không trọn vẹn. Có những đêm dài trăn trở với tâm hồn thật trống vắng, cần một chút vỗ về, an ủi… Thoáng hương xưa ru ta trong giấc ngủ, như cuộc đời vẫn cần có nhau hôm qua, hôm nay, ngày mai và mãi mãi…

Lorsque l’amour manque dans la vie, elle peut devenir insipide, bien que celui-ci ne soit pas accompli. Certaines nuits on se tourne et se retourne avec l’esprit tellement vide, qui a besoin de petits instants de tendresse, d’apaisement… La fragrance de moments affectueux qui nous berce dans le sommeil, comme la vie qui a toujours besoin de nous d’hier, d’aujourd’hui, de demain et pour toujours…

Phong sương : vent et poussière

Si on veut traduire ouvertement ce nom composé, ça signifie : se dit d’une personne qui traverse beaucoup de vicissitudes, l’horizon de sa voie est très profond, car c’est elle seule qui acquiert sa propre expérience.
(dans le sens figuré)

Nàng nhìn trộm chồng, trên khuôn mặt chồng nàng thấy được nỗi ưu phiền ẩn hiện đầy nét phong sương .

Elle regarde son mari furtivement et voit de la tristesse qui pointe sur les traits de son visage où paraît vent et rosée .

9- Le nom d’une ville ou d’un pays est toujours derrière un nom.

Thành phố Hà Nội/ Thủ đô Hà Nội
Ville de Hà Nội/ Capitale Hà Nội

Thành phố Huế/ Cố đô Huế/ Thừa Thiên Huế
Ville de Huế/ Capitale Huế

Thành phố Sài Gòn/ Thủ đô Sài Gòn
Ville de Sài Gòn/ Capitale Sài Gòn

Thành phố Ba Lê/ Thủ đô Ba Lê
Ville de Paris/ Capitale Paris

Nước Việt Nam/ Xứ Việt Nam
Pays du Việt Nam

Nước Pháp/ Xứ Pháp
Pays de France

10- Quand on fait mention des habitants qui sont nés dans leur ville même, alors il faut mettre ngưòi ou dân devant le nom de leur ville.

Ngưòi Sài Gòn = saigon nais (saigon naise )
Tôi là ngưòi Sài Gòn.
Je suis saigon nais .

Ngưòi Ba Lê = paris ien (paris ienne )
Tôi là ngưòi Ba Lê.
Je suis paris ien .

11- Quand on fait mention des habitants d’un pays, alors il faut mettre ngưòi devant le nom de leur pays.

Ngưòi việt/ ngưòi Việt Nam = vietnam ien (vietnam ienne )
Tôi là ngưòi việt. = Je suis vietnam ien .

Ngưòi pháp = français (fran çaise )
Tôi là ngưòi pháp. = Je suis fran çais .
Nhân xưng đ ạ i danh từ Les pronoms personnels
1 Tôi/Tui : Je (première personne du singulier)

Tôi đ i h ọ c ./ Tui đị h ọ c . = Je vais à l’ école .

Remarquez : pronom personnel Tôi (Je). Dans la langue française il n’y a qu’un seul pronom personnel du singulier (Je). Mais en vietnamien, c’est un peu plus compliqué car les Vietnamiens sont très respectueux de la hiérarchie au sein de la famille et aussi de la société. Ce respect se traduit dans le domaine du langage, ça dépend de l’âge de la personne à laquelle on s’adresse, donc dans ce cas-là Tôi (Je) doit remplacer les pronoms personnels suivants :


Veuillez lire attentivement certains numéros
qui donnent des explications

2 3 4 5 6 7 8 9 10
Bác, Anh, Chị, Em, Cháu, Con, Ta, Tao, Mình

Bác : (personne âgée – homme ou femme)
s’adresse à des jeunes.

Bác muốn gặp cha cháu, ông ấy có ở nhà không cháu ?
Je veux voir ton père, est-ce qu’il est là ?

Anh : (grand frère), Chị (grande sœur)
s’adresse à leurs petits frères ou petites sœurs.

Anh không bằng lòng thái độ của em lúc nãy !
Je ne suis pas content de ton comportement tout à l’heure !

Remarque importante : le pronom personnel Anh est particulier dans la langue vietnamienne, on l’entend souvent dans la conversation quotidienne, il n’est pas uniquement utilisé dans le sens de grand frère, mais il est aussi utilisé pour les jeunes garçons ou les hommes qui s’adressent à leur petite copine ou leur femme, c’est un pronom personnel très respectueux, ce n’est pas une question de hiérarchie, mais c’est plutôt le devoir que chacun doit accomplir l’un envers l’autre, c’est-à-dire la responsabilité d’un homme envers une femme. Donc quand ils disent Anh (moi) alors ils doivent appeler leur petite copine ou leur femme par le pronom personnel Em (tôi) pour correspondre avec le pronom personnel Anh .

Em à, anh đã bảo với em rồi mà em không chịu nghe !
Chérie, je te l’ai déjà dit mais tu ne m’écoutes pas !

Em : (petit frère ou petite sœur)
s’adresse à son grand frère (anh) ou sa grande sœur (chi), ou on s’adresse à ceux qui sont plus âgés que soi, que l’on peut considérer comme des grands frères ou des grandes sœurs.

Em đã bảo với anh rồi mà anh không chịu nghe !
Je te l’ai déjà dit mais tu ne m’écoutes pas !

Remarque importante : le pronom personnel Em , qu’on entend souvent dans la conversation quotidienne, n’est pas uniquement utilisé dans le sens de petit frère ou de petite sœur, mais il est aussi utilisé pour les jeunes filles ou les femmes qui s’adressent à leur petit copain ou leur mari, c’est un pronom personnel très affectueux et modeste envers leur petit copain ou leur mari, elles les respectent comme des personnes qui ont beaucoup d’expérience et qui sont capables de les guider au fil de la vie… Donc quand elles disent Em (moi) alors elles doivent appeler leur petit copain ou leur mari par le pronom personnel Anh (vous) ou (tôi) si vous voulez, pour correspondre avec le pronom personnel Em .

Anh à, em đã bảo với anh rồi mà anh không chịu nghe !
Chéri, je te l’ai déjà dit mais tu ne m’écoutes pas !

Remarquez :

Le pronom personnel « Em » peut aussi remplacer le pronom personnel « Thiếp », ce pronom personnel « Thiếp » peut s’utiliser à la première personne du singulier, mais on le voit plutôt dans l’écrit que dans la parole.

Cháu/Con : (jeune)
s’adresse à des personnes âgées.

Cháu chào bác/ Con chào bác
Bonjour monsieur (madame) ( Je vous salue)

Ta : ce pronom, on ne peut que se l’adresser entre amis ou avec quelqu’un de plus jeune que soi, on le voit plutôt dans la musique ou l’écrit qu’à l’oral.

Người đã đi rồi sao ta còn nhớ.
Elle est partie je pense toujours à elle.

Faites bien attention au numéro 9

Tao : ce pronom, on ne peut que se l’adresser entre amis ou avec quelqu’un de plus jeune que soi.

Tao sẽ đi chơi tối nay, mày có muốn đi với tao không ?
Je vais sortir ce soir, est-ce que tu veux venir avec moi ?

Mình : ce pronom est très particulier et sentimental, on peut aussi l’utiliser à la deuxième personne du singulier (tôi). Ce pronom, on ne peut que se l’adresser entre amis et surtout entre amants.

Mình có chuyện này rất quan trọng muốn bàn với mình đây…
J ’ai une chose importante à te dire…

Mình ơi, tối nay mình có định đi đâu chơi không ?
Chérie , ce soir est-ce que tu as l’intention de sortir pour t’amuser ?

Pour les Européens qui viennent à peine d’apprendre la langue vietnamienne, il faut absolument qu’ils connaissent et emploient correctement tous les pronoms personnels du singulier Tôi (Je), c’est une question difficile pour eux. Mais en réfléchissant bien, n’importe quelle partie de la leçon est toujours aussi importante, s’il en manquait une alors ce serait vraiment dommage, c’est pour cette raison qu’ayant pesé le pour et le contre j’ai décidé d’ajouter la partie qui reste, et bien sûr elle vous aidera à étudier vous-même plus tard.
En dehors des dix pronoms personnels du singulier Tôi (Je) dont j’ai déjà parlé ci-dessus, car en réalité la langue vietnamienne n’est pas aussi simple qu’on pourrait le croire, il y a encore les autres pronoms personnels particuliers du singulier qu’on voit souvent dans la littérature ou dans la poésie. Il faut dire que les pronoms personnels dans la langue vietnamienne sont extrêmement compliqués et polyformes, il y a beaucoup de mots différents pour faire mention des pronoms personnels du singulier de " Tôi " (Je). Dans les écrits ou à l’oral, si on a du mal à distinguer les pronoms personnels qui correspondent à l’âge de chacun, à sa hiérarchie, une seule parole indifférente dont on ne se rend pas compte suffira à nous apporter de mauvaises conséquences qui seront difficiles à mesurer ! Ou au contraire, si on emploie correctement les pronoms personnels, ce sont eux qui seront la clé pour nous aider à entrer par les portes du succès dans tous les domaines ; surtout la façon d’être et la délicatesse d’une personne pourraient se dévoiler clairement. C’est une merveille de la langue vietnamienne que très peu d’Européens connaissent profondément.

Voici la suite de la partie des pronoms personnels particuliers du singulier qui font mention de Tôi (Je) :

(11) L’empereur se prénomme Trẫm au lieu de Tôi (Je).

Comme l’empereur Trần Nhân Tông disait (c’est-à-dire Trúc Lâm Ðại Sư) :

Trẫm thương dân như con.
J ’aime mon peuple comme mes enfants.

Trần Nhân Tông était empereur au XIII e siècle (r. 1278 – 1293), il se retira pour mener une vie de bonze et fonder Truc Lâm, la secte bouddhique de la Forêt de bambous. Son nom bouddhiste était : Trúc Lâm Ðại Sư. Son tombeau est situé au sommet de la montagne Yên Tử au Nord du Viêt Nam.

(12) Au contraire, pour le respecter, son peuple doit lui répondre kẻ hạ thần au lieu de Tôi (Je).

Kẻ hạ thần tuân lệnh.
J ’obéis à vos ordres.

(13) Pour être modeste, les écrivains se prénomment Thiển au lieu de Tôi (Je).

Thiển nghĩ…
Je pense…

(14) Avec encore plus de sentiments dans les conversations, on peut se prénommer directement dans la hiérarchie comme má (maman), cha (père), thầy (maître) au lieu de Tôi (Je).

Má thương con. = Maman t’aime, chéri.

(15) Les Chinois se prénomment Ngộ au lieu de Tôi (Je).

Ngộ hiểu rồi. = J ’ai compris.

(16) On se prénomme Qua au lieu de Tôi (Je).

Ðừng làm thế ! Qua còn khờ dại lắm qua mới tròn mười tám tuổi hà !
Ne faites pas ça ! Je suis encore trop innocente j ’ai tout juste dix-huit ans, voyons !

(17) Et parfois les compositeurs et les poètes emploient souvent les fruits, les fleurs, les feuilles, le soleil, la lune ou des belles images pour remplacer Tôi (Je) ou Em (Tu).

Jadis, les gens étaient plus romantiques et plus discrets, avant le mariage les filles et les garçons s’écrivaient souvent des poèmes pour se comprendre, cette façon de s’exprimer était plutôt pour ceux qui vivaient à la campagne.
Un garçon demande à une fille :

Gặp đây mận mới hỏi đào :
Vườn hồng đã có ai vào hay chưa ?
En se croisant ici prune demande à pêche :
Est-ce qu’il y a quelqu’un qui est déjà entré dans ta roseraie ?

La fille lui répond :

Mận hỏi thì đào xin thưa :
Vườn hồng có lối nhưng chưa ai vào !
Prune demande ce qui permet alors à pêche de répondre :
Dans ma roseraie il y a déjà un chemin mais personne n’est
entré !

Qu’est-ce qu’ils sont mignons ! C’est vrai que la compréhension est toujours aussi large et profonde que la mer, alors il en est ainsi pour apprendre la langue vietnamienne.
_____

1 2 3 4
Ông, Bà, Bác, Cụ : vous
(deuxième personne du singulier – personne âgée)

Chào ông /Chào bác /Chào cụ = Bonjour monsieur
Chào bà /Chào bác /Chào cụ = Bonjour madame

Remarquez aux numéros 1 & 2 : ne pas confondre ông, bà (vous) avec ổng, bả (lui, elle). Ces pronoms ổng, bả s’emploient à la troisième personne du singulier, pour des personnes d’environ une quarantaine d’année, cette façon de parler c’est plutôt celles des personnes qui ont peu d’instruction ou celles qui vivent à la campagne.

Ổng không có ở đây. ( Bả : elle )
Il n’est pas là.

Remarquez : parfois ces pronoms ông (masculin), bà (féminin) on peut les employer avec des amis ou entre frères et sœurs mais dans le sens du tutôiement, même entre époux, cette façon de parler, on l’entend souvent entre les Vietnamiens.

Sao ông nói nhiều quá !
Sao bà nói nhiều quá !
Mais qu’est-ce que tu peux parler alors !

Remarquez au numéro 3 Bác : ce pronom enveloppe indifféremment un homme ou une femme âgés, la plupart des Vietnamiens dans leurs conversations préfèrent dire Bác au lieu de ông ou bà .

Pour les respecter, quand on dit Bác (vous) alors il faut toujours répondre Cháu ou Con (moi) au lieu de Tôi si on est aussi jeune que leurs enfants.

Chào bác . Cháu có chuyện này muốn bàn với bác …
Bonjour monsieur ( madame ). J ’ai quelque chose à vous dire…

Remarquez au numéro 4 Cụ : ce pronom, on ne peut l’adresser qu’à ceux qui sont très âgés, mais il est le plus souvent utilisé par les Vietnamiens du Nord.


Chào cụ . Cháu có chuyện này muốn bàn với cụ …
Bonjour monsieur ( madame ). J ’ai quelque chose à vous dire…

Remarquez : ces quatres pronoms Ông, Bà, Bác, Cụ on peut aussi les employer à la troisième personne du singulier, ils doivent toujours se placer devant le nom d’une personne.

Ông Minh, Bác Minh, Cụ Minh = Monsieur Minh
Bà Minh, Bác Minh, Cụ Minh = Madame Minh
_____

1 2
Anh, Cậu : vous
(deuxième personne du singulier – garçon ou jeune homme)

Parfois on peut même employer ces deux pronoms envers des jeunes hommes mariés.

Chào anh /Chào cậu = Bonjour jeune homme
Bonjour monsieur

Remarquez : ces deux pronoms, on peut aussi les employer à la troisième personne du singulier comme "monsieur" en français. Ils doivent toujours se placer devant le nom d’une personne.

Anh Minh nói với tôi… = Monsieur Minh m’a dit…
Cậu Minh nói với tôi… = Monsieur Minh m’a dit…

Faites bien attention : ne pas confondre Anh , Cậu (vous) avec Ảnh , Cẩu (lui) ces pronoms s’emploient à la troisième personne du singulier.

Ảnh nói với tôi là ảnh sẽ về tới.
Il m’a dit qu’ il ne serait pas en retard.

Cẩu nói với tôi là cẩu sẽ về tới.
Il m’a dit qu’ il ne serait pas en retard.

Remarquez :
1
Le pronom Cậu ne s’adresse pas uniquement aux jeunes hommes ou aux messieurs, on peut également l’adresser à des petits garçons, mais il doit suivre l’adjectif.
Cậu bé = petit garçon

2
Le pronom Cậu devient un article s’il suit un nom.

Cậu hoc trò = Un élève
_____

1 2
Chị, Cô : vous
(deuxième personne du singulier – demoiselle ou jeune femme)

Parfois on peut même employer ces deux pronoms envers des jeunes femmes mariées.

Chào chị /Chào cô = Bonjour mademoiselle
Bonjour madame

Remarquez : ces deux pronoms, on peut aussi les employer à la troisième personne du singulier comme « mademoiselle » ou « madame » en français. Ils doivent toujours se placer devant le nom d’une personne.


Chị Minh nói với tôi… = Mademoiselle Minh m’a di

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents