Les dispositifs dans la "recherche avec"
157 pages
Français

Les dispositifs dans la "recherche avec"

-

157 pages
Français

Description

Cet ouvrage vise un questionnement épistémologique, méthodologique et praxéologique. L'ensemble des contributions se saisissent de ces interrogations et mettent en réflexion leur manière de faire de la recherche avec, au regard des dispositifs construits, co-construits au fil de celle-ci. L'ouvrage traite des dérives, tensions, mouvements et effets produits par les dispositifs mis en oeuvre dans les recherches commandées.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2017
Nombre de lectures 20
EAN13 9782140053009
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Sous la direc tion de Patr icia Bessaoud-Alonso
Savoir
& Formation
Les dispositifs dans la « recherche avec »
Regards croisés en éducation
Les dispositifs dans la « recherche avec » Regards croisés en éducation
Savoir et Formation Collection créée par Jacky Beillerot (1939-2004), Dominique Fablet (1953-2013) et Michel Gault,dirigée par Claudine Blanchard-Laville, Patrick Geffard et Nicole Mosconi À la croisée de l'économique, du social et du culturel, des acquis du passé et des investissements qui engagent l'avenir, la formation s'impose désormais comme passage obligé, tant pour la survie et le développement des sociétés, que pour l'accomplissement des individus. La formation articule savoir et savoir-faire, elle conjugue l'appropriation des connaissances et des pratiques à des fins professionnelles, sociales, personnelles et l'exploration des thèses et des valeurs qui les sous-tendent, du sens à leur assigner. La collectionSavoir et Formationcontribuer à veut l’information et à la réflexion sur ces aspects majeurs. Dernières parutions Arnaud DUBOIS (dir.),Accompagner les enseignants, Pratiques cliniques groupales, 2017. Nicole MOSCONI(dir.),Jacky Beillerot et les sciences de l’éducation, 2017. Antoine KATTAR,Adolescent dans un environnement incertain, Une expérience libanaise, 2016. Claude RENOTON,Des adolescentes aux prises avec le genre. Cinq récits, 2016. Jacqueline FONTAINE,Les étudiantes en médecine à la faculté de Montpellier au cours de la Troisième République, 2016. Michèle GUIGUERébecca S et IRMONS,L’instruction en famille. Une liberté qui inquiète, 2015. Jacques BEC,Jacky SINGERY et Dominique TRICOT,La formation en alternance : complexité et dynamique des dispositifs, 2014. Philippe CHAUSSECOURTE(dir.),Enseigner à l’école primaire : dix ans avec un professeur des écoles, 2014. Séverine PARAYREet Alexandre KLEIN(dir.),Education et santé. Des pratiques aux savoirs, 2014.
Sous la direction de Patricia Bessaoud-Alonso Les dispositifs dans la « recherche avec » Regards croisés en éducation
Du même auteur PatriciaBessaoud-Alonso (dir.) (2017).Familles et institutions : enjeux institutionnels et éducatifs. Limoges : PULIM © L’HARMATTAN, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-13645-5 EAN : 9782343136455
SOMMAIREPƌĠfaĐe .......................................................................................... ϳ Marguerite Soulière IŶtƌoduĐtioŶ ................................................................................ ϭϭ Patricia Bessaoud-Alonso Du dispositif au pƌotoĐole : eŶtƌe sĐieŶĐes soĐiales et ďioŵĠdiĐales ..................................... ϭϱ Séverine Colinet Jeudž de pouvoiƌ daŶs l’ĠŵeƌgeŶĐe d’uŶe deŵaŶde d’iŶteƌveŶtioŶ .................................................. ϯϯ Corinne Rougerie UŶe ƌeĐheƌĐhe aĐtioŶ aupƌğs des faŵilles pƌĠĐaiƌes...................... ϰϵ Elodie Fressinel-Mesquita, Patricia Bessaoud-Alonso
UŶ dispositif de soĐio-ĐliŶiƋue iŶstitutioŶŶelle pouƌ ĐheƌĐheƌ aveĐ des Ġlğves de CLIS ϭ..................................... ϲϱ Claire de Saint-Martin EŶƋuġteƌ suƌ les ĠtudiaŶts aveĐ les ĠtudiaŶts : dispositif pĠdagogiƋue et dispositif de ƌeĐheƌĐhe....................... ϴϱ Vincent Enrico UŶ dispositif de « ƌeĐheƌĐhe aveĐ » des ĐollĠgieŶs. SoĐio-ĐliŶiƋue iŶstitutioŶŶelle des ƌelatioŶs eŶtƌe filles et gaƌçoŶs .............................................................. ϭϬϯ Gilles Monceau, Virginie Dufournet-Coestier, Carla Aparecida-Spagnol ÉduĐatioŶ ĐoŶtiŶue eŶ saŶtĠ et dispositifs aŶalLJtiƋues eŶ « ƌeĐheƌĐhe aveĐ ».............................................................. ϭϮϯ Flávio Adriano Borges, Cinira Magali Fortuna DisĐussioŶ et peƌspeĐtives ......................................................... ϭϰϭ Patricia Bessaoud-Alonso, Anna Rurka PƌĠseŶtatioŶ des auteuƌs ........................................................... ϭϰϵ
PƌĠfaĐe Marguerite Soulière Dans le monde universitaire, les espaces conviviaux de ren-contre et d’échange sont à la fois très nombreux et rarissimes. Les colloques, symposiums, journées d’études, conférences, tables rondes se succèdent. On s’y retrouve en groupe dans un même local. Les uns parlent avec conviction de leur travail le plus récent. Les autres, écoutent, jugent, apprennent, retiennent ce qui leur convient et oublient le reste. Parfois, il reste du temps pour discuter. Celles et ceux qui arrivent encore à se con-centrer s’y risquent. Et vient le mot de la fin. On repart avec son cahier de notes ou son laptop, avec des concepts qui ont frappé et des idées qu’on veut retenir, quelques noms d’auteurs et titres de livres et peut-être une ou deux adresses courriels. Et c’est fini, l’événement est terminé. C’est dans ce cadre formaté que s’est passée la partie for-melle du symposium « Effets des recherches socio-cliniques sur les pratiques étudiées : enquêter/intervenir »organisé par Gilles Monceau dans le cadre du colloque de l’AREF à Montpellier en août 2013. Des Français, des Brésiliens, des Canadiens se sont succédés durant deux jours pour présenter un morceau choisi de leur travail proche des personnes concernées par leur objet de recherche. Beaucoup de contenus passionnants, peu de temps (de féroces gardiens de la montre), peu d’échanges. Par ailleurs, dans l’informel de ce symposium, tout avait été mis en place pour permettre des moments d’échange et de partage entre les participants : hébergement dans des hôtels à proximité les uns des autres, organisation des déplacements et des repas en groupe, etc. Cette rencontre intellectuelle avait été pensée pour en faire aussi une rencontre humaine qui créait en soi d’autres possibles. Alors, cette fois, l’événement terminé, ce n’était pas fini. Plusieurs sont restés à Montpellier, il y avait un bébé à s’occuper : un projet de rencontre internationale, interdiscipli-naire pour parler de ce qui se passe avant et pendant la re-cherche, de ce que nous ne disons pas dans la présentation de
nos travaux et ce avec quoi, nous restons seuls avec plein de questions. C’est en partant de l’intention initiale de mettre en commun, non pas nos résultats, mais nos expériences de re-cherche avec ses enjeux, ses limites, ses paradoxes, ses doutes, ses stratégies gagnantes que la réflexion épistémologique, éthique, méthodologique et pratique du RéseauRechercheavecs’est amorcée. L’envie de l’envers était venue presque naturellement lors de séances de travail et d’échanges entre des doctorantes françaises et des professeur-e-s français, canadienne et brésilienne à Paris en 2012. Ce désir de réflexivité collective n’est pas étranger aux con-ditions extérieures de la pratique de la recherche. Même si les procédures et les circonstances varient d’un pays et parfois d’une institution à l’autre, des pressions socioéconomiques et politiques similaires s’exercent à un niveau global sur le métier de chercheur. Cela apparaît encore plus fortement lorsque les chercheurs donnent de l’importance aux sujets dans le proces-sus de production des connaissances, et au point d’en ébranler les assises épistémologiques, éthiques et méthodologiques quand ces mêmes sujets sont à la fois marginalisés, dits vulné-rables, et cibles des politiques en éducation, en santé ou en in-tervention sociale. En effet les coupures et les réorientations dans le financement public de la recherche se poursuivent au profit d’un arrimage de la recherche aux visées d’efficience des systèmes publics et des entreprises privées, de développement technologique et organisationnel. Parallèlement, les finance-ments charitables installent leur autorité en imposant des résul-tats mesurables et prédictibles pour lutter contre les inégalités sociales, valorisant des épistémologies décontextualisées, à distance des réalités vécues. À un autre niveau, la manière de produire des connaissances n’est pas étanche à la normation de plus en plus pointue du format, du lieu et du nombre de publica-tions qui sert à mesurer la qualité du dossier de chercheur. Cela pose des défis majeurs lorsque les acteurs-sujets-partenaires-non universitaires sont au cœur du processus : comment conju-guer la reconnaissance de leurs savoirs expérientiels et leur participation à la production des connaissances et celle de son
8
travail de chercheur et sa contribution à l’avancement des con-naissances ? Toujours est-il qu’à Montpellier, après le symposium, nous avons mis en marche la préparation d’un symposium qui parti-rait de ces réalités complexes de la pratique de la recherche. Si nous cherchions à éviter les présentations de solos en continu, il fallait créer des dispositifs qui nous amèneraient à travailler ensemble avant le moment du symposium. Après un premier envoi aux personnes de nos réseaux respectifs susceptibles d’être intéressées, nous avons répondu aux intéressés en leur posant quatre questions de base. Nous voulions orienter l’organisation à partir de ce que les chercheurs, les doctorants, les praticiens chercheurs retenaient de notre appel et souhai-taient partager durant le symposium. Le ton était donné : les retours des intéressés ne mettaient en avant que très partielle-ment les résultats des leurs recherches, mais surtout les ques-tionnements, les doutes, les enjeux : comment définir le « avec » dans la pratique de la recherche ? Qui fait quoi et comment ? Comment apprendre à travailler « avec », comment apprendre la collaboration ? Comment s’assurer de mettre en place les dispositifs qui permettent de réaliser concrètement la recherche « avec » ? Comment faciliter une expérience humaine d’abord, scientifique ensuite ? Comment concilier les intérêts différents entre les intervenants qui s’impliquent dans un projet de recherche en vue de voir se transformer leur organisation et leurs pratiques, et ceux de production de connaissances du chercheur ? Comment véritablement agir sur le changement social en faisant des recherches « avec » ? Comment faire la place à une science citoyenne ? Une science où les non-universitaires participent à la collecte et à l’analyse des don-nées ? Comment faire avec la résistance universitaire ? Interro-ger le « avec » dont l’énergie vitale est l’implication de soi des chercheurs et l’engagement des participants ? C’était en bref la nature des questions que notre idée de symposium collaboratif avait soulevée. Ensuite les groupes de discussion sur la Plateforme www.rechercheavec.com se sont formés autour de thématiques issues de ces questions en vue de réfléchir et de préparer les activités des ateliers pendant le symposium qui s’est tenu à Ot-
9
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents