Abel et Léo 05 : Le trésor de la cité des sables
36 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Abel et Léo 05 : Le trésor de la cité des sables , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
36 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

C’est à dos de dromadaire dans le désert de Thar en Inde que s’amorce ce cinquième épisode de la série Abel et Léo résolument sous le signe de l’aventure. Exotisme, mystère, malédiction et révélations sont aussi au menu habilement concocté par Lucie Bergeron pour donner aux jeunes lecteurs de sept ans et plus l’impression de voyager par procuration. De rebondissements en rebondissements, l’intrigue nous conduit tout droit vers la découverte d’un trésor qui n’a pas de prix et qui pourrait changer le cours des choses pour bien des gens…
Devant franchir des dunes de sable pour se rendre à la citadelle de Jaisalmer où ils sont attendus, Swapnil, Abel, son grand-père Léo et l’ineffable chien Mammouth font l’expérience du désert avec tout ce que cela comporte d’imprévus. Il y a des dromadaires récalcitrants, des tartes magiques qui attisent des feux, un serpent en quête de chaleur et surtout, une étrange histoire de malédiction entre tribus rivales. Mais attention ! il en faut plus pour freiner la marche des Tigrons étoilés, dont font partie Abel et Léo. Une fois parvenus à destination, les malchances s’accumulent. Se pourrait-il que le mauvais œil ait accompagné les voyageurs ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 novembre 2013
Nombre de lectures 0
EAN13 9782764426104
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0015€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada

Bergeron, Lucie
Le Trésor de la cité des sables
(Bilbo jeunesse ; 135)
(Abel et Léo ; 5)
ISBN 978-2-7644-0374-7 (Version imprimée)
ISBN 978-2-7644-2604-3 (PDF)
ISBN 978-2-7644-2610-4 (ePub)

I. Merola, Caroline. II. Titre. III. Collection : Bergeron, Lucie. Abel et Léo ; 5. VI. Collection : Bilbo jeunesse ; 135.
PS8553.E678T73 2004 jC843’.54 C2004-941209-4
PS9553.E678T73 2004



Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour nos activités d’édition.
Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC.
Les Éditions Québec Amérique bénéficient du programme de subvention globale du Conseil des Arts du Canada. Elles tiennent également à remercier la SODEC pour son appui financier.

Québec Amérique
329, rue de la Commune Ouest, 3 e étage
Montréal (Québec) Canada H2Y 2E1
Téléphone : (514) 499-3000, télécopieur : (514) 499-3010

Dépôt légal : 3 e trimestre 2004
Bibliothèque nationale du Québec
Bibliothèque nationale du Canada

Révision linguistique : Diane Martin et Monique Thouin
Mise en pages : André Vallée
Conversion au format ePub : Studio C1C4

Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés

© 2004 Éditions Québec Amérique inc.
www.quebec-amerique.com
LUCIE BERGERON ILLUSTRATIONS : Caroline Merola
De la même auteure

Jeunesse
SÉRIE SOLO
Solo chez madame Broussaille , coll. Mini-Bilbo, Québec Amérique Jeunesse, 2001.
Solo chez monsieur Copeau , coll. Mini-Bilbo, Québec Amérique Jeunesse, 2002.
Solo chez madame Deux-Temps , coll. Mini-Bilbo, Québec Amérique Jeunesse, 2003.
Solo chez monsieur Thanatos , coll. Mini-Bilbo, Québec Amérique Jeunesse, 2004.
Solo chez grand-maman Pompon , coll. Mini-Bilbo, Québec Amérique Jeunesse, 2005.
SÉRIE ABEL ET LÉO
Bout de comète ! , coll. Bilbo, Québec Amérique Jeunesse, 2000.
Léo Coup-de-vent ! , coll. Bilbo, Québec Amérique Jeunesse, 2001.
Sur la piste de l’étoile , coll. Bilbo, Québec Amérique Jeunesse, 2002.
Un Tigron en mission , coll. Bilbo, Québec Amérique Jeunesse, 2003.
Le Trésor de la cité des sables , coll. Bilbo, Québec Amérique Jeunesse, 2004.

Un chameau pour maman , coll. Libellule, Héritage Jeunesse, 1991.
La Grande Catastrophe , coll. Libellule, Héritage Jeunesse, 1992.
Un voilier dans le cimetière , coll. Boréal Junior, Éditions du Boréal, 1993.
Zéro les bécots ! , coll. Libellule, Héritage Jeunesse, 1994.
Zéro les ados ! , coll. Libellule, Héritage Jeunesse, 1995.
Un micro S.V.P. ! , coll. Carrousel, Héritage Jeunesse, 1996.
Zéro mon Zorro ! , coll. Libellule, Héritage Jeunesse, 1996.
Le Magasin à surprises , coll. Carrousel, Héritage Jeunesse, 1996.
À pas de souris , coll. Carrousel, Héritage Jeunesse, 1997.
La Lune des revenants , coll. Libellule, Dominique et compagnie, 1997.
Le Secret de Sylvio , coll. Carrousel, Dominique et compagnie, 1998.
La Proie des ombres , coll. Libellule, Dominique et compagnie, 1998.
Zéro mon grelot ! , coll. Libellule, Dominique et compagnie, 1999.
Le Tournoi des petits rois , coll. Carrousel, Dominique et compagnie, 1999.
À Claude qui a illuminé ma vie.
- 1 -
Au pays des contrastes
U n turban orange sur la tête, je scrute l’horizon. Partout, je ne vois que du sable. Je ne reconnais rien. La nuit dernière, le vent s’est levé et a transformé le paysage. Là où, hier, il y avait une dune, maintenant c’est un creux. J’ai dormi par terre avec la Voie lactée comme plafond. J’ai du sable dans les oreilles, entre les orteils, sous mes ongles, dans mes cheveux, mon nez, ma bouche. Je sens craquer les grains durs sous mes dents.
Je cherche désespérément une oasis. Il faut que je retrouve la civilisation, mais surtout je dois trouver des fruits et de l’eau fraîche pour Swapnil. Assis derrière moi, mon ami n’arrive plus à se tenir droit sur la selle et il se laisse porter comme une poche de patates. La chaleur torride a eu raison de lui. N’en pouvant plus, il a appuyé sa tête sur mon épaule, totalement vaincu. Je m’inquiète pour lui… Dans un geste héroïque, je lui donne les quelques gouttes d’eau, très chaudes je dois le dire, qu’il reste dans ma gourde en peau de cochon sauvage.
Accrochés à notre monture, Swapnil et moi errons depuis des jours dans le désert du Thar, au cœur du Rajasthan. Même notre vaillant dromadaire, Sukia, a la mine basse. Son pas est moins sûr. Je crains que Sukia s’épuise. J’ai peur qu’il s’affaisse dans le sable, nous laissant sans ressources, abandonnés dans cette immensité.
Les yeux secs et rougis par le soleil, je scrute de nouveau l’horizon… quand j’entends le loo, ce grand vent du désert, souffler à mes oreilles une étrange musique. D’une voix profonde, il me demande :
— Comment trouves-tu la balade, champion ?
Ah, malheur ! La chaleur me donne des hallucinations auditives. J’essuie mon front ruisselant. La voix du vent reprend :
— Youhouou, mon Tigron !… Tu es dans la lune ? Aaaabel ?…
Bon, ça y est ! Il n’y a plus rien à faire, le charme est rompu. Je soupire et détourne la tête. Perché sur un vieux dromadaire, grand-papa Léo m’envoie la main. Il se dirige vers moi. Je flatte l’encolure de Sukia. Moi qui essayais de m’imaginer en pleine aventure, luttant pour ma survie et celle de mon ami. Avec ses questions, grand-papa m’a brutalement sorti de mes rêves de héros.
Assis derrière moi, Swapnil répond à ma place :
— J’aime beaucoup ! C’est grand, très grand ! Et on ne voit pas de maison. Je ne pensais pas que c’était possible dans mon pays.
— En Inde, tout est possible, mon jeune ami. Il y a même des montagnes pour skier !
— Kay ?… Pour skier ? s’étonne Swapnil.
Je précise :
— Oui, skier sur la neige.
— La… neige ? Tu connais aussi, Abel ?
— Oh oui ! C’est blanc, c’est froid et on peut la mettre en boule.
— Comme la crème glacée !
Je rigole. Mon ami est encore plus gourmand que le gros Mammouth ! Quand nous descendrons du dromadaire, je lui montrerai mon encyclopédie. Il y a une photo des pics enneigés de l’Himalaya, à Manali. Le village est situé près du Tibet, à des milliers de kilomètres de chez Swapnil. Pas étonnant qu’il n’y soit jamais allé !
Dans mon dos, Swapnil gigote sur la selle. Il a toujours envie de bouger. Avant que grand-papa vienne m’interrompre, je nous imaginais bien, valeureux compagnons d’infortune bravant tous les dangers pour traverser le désert. La réalité est un peu différente. Bien sûr, il y a les dunes de sable et les dromadaires, mais il y aussi deux guides en turban, pas un brin de vent et quelques buissons épineux. Tout à l’heure, j’ai même vu des crottes de chèvre et une piste de lézard dans le sable. Il paraît qu’ici, dans le désert du Thar, on peut apercevoir des chacals, des vautours, des serpents. Mais, d’après grand-papa, ce qu’on rencontre le plus, ce sont des touristes !
Notre randonnée dans le désert est plutôt calme. Ici, le plus dangereux, je pense que c’est… l’haleine de mon dromadaire Sukia ! Les moustiques meurent juste à regarder ses dents cariées.
— Hé ! les intrépides ! lance grand-papa. Auriez-vous envie d’un bon cornet à trois boules ? Vanille-mangue-chocolat ?
Swapnil et moi répondons par un oui retentissant.
— Dommage… fait grand-papa. Je n’en ai pas !
Et il s’esclaffe. Je croise les bras de frustration. Il est bien le seul à se trouver drôle. Même Koula, sa monture, pousse un cri interminable pour protester.
— Jamais content… toujours à blatérer, marmonne Léo. Croyez-moi, les jeunes, Koula bougonne depuis qu’il est haut comme trois pommes. Espèce de vieux grognon à poils jaunes !
Vexé, le dromadaire donne un violent coup de tête. Grand-papa sursaute, perd l’équilibre. La moue dédaigneuse, Koula en profite et part brusquement au trot. Léo bascule vers l’arrière. Koula accélère. Léo s’accroche à la selle, son bras battant l’air.
— Bout de comèèèèète ! gronde-t-il en essayant de retenir son chapeau de cow-boy.
Les guides se précipitent. À toute vitesse, ils courent derrière grand-papa et sa monture. Mammouth, qui dormait dans une charrette, se réveille. Le chien aperçoit son maître en détresse. Il saute dans le sable et part ventre à terre en aboyant. Dans un dernier sprint, ils disparaissent tous derrière une dune.
Pince-sans-rire, Swapnil me dit :
— Ton grand-père est un bon cavalier,

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents