Contes extraordinaires pour familles non ordinaires
119 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Contes extraordinaires pour familles non ordinaires

-
traduit par

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
119 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Une princesse avec des parents séparés, une famille recomposée de lutins, un elfe adopté par un couple d'ogres, un petit monstre et sa mère chef d’entreprise… Dix contes modernes pour apprendre aux enfants que toutes les familles sont magiques !

Titre original : Fiabe straordinarie per famiglie non ordinarie


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 28 décembre 2020
Nombre de lectures 2
EAN13 9782215163213
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0025€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Illustrations de Leandra La Rosa
Traduction d’Emmanuelle Rivoire-Grimaud
Sommaire Nora et les fleurs folles Amira et la mélodie de l'amitié Ti'Monstre et les bousilleurs de rêves Ivy et le petiot Océane, Colin et les sourires perdus Valérie, Micky et les chasseurs de fantômes Xago et le Grand sorcier grognon Amy et le mystère des sorcières disparues Kal et la graine de la discorde Flammette et les mauvais conseils Page de copyright
Points de repère Page de Titre Couverture Corps de texte
Il était une fois une petite fille prénommée Nora.
Nora était une princesse, la fille unique du roi du Nord, Guillaume, et de la reine du Sud, Priscilla.
Depuis plusieurs années, son père et sa mère s’étaient partagé le royaume parce qu’ils n’étaient plus jamais d’accord. Mais vraiment plus d’accord sur rien du tout !
Le roi Guillaume adorait la viande, tandis que la reine Priscilla aimait seulement le poisson. Il préférait le froid, la neige et le vent. Elle, au contraire, aimait l’été, la chaleur et même la canicule étouffante. Et si la reine avait envie d’organiser un bal masqué, le roi aussitôt rêvait d’un grand banquet.
Elle voulait un tapis en soie devant son trône ? Lui, un tapis de velours.
Le roi mangeait sans cesse des glaces au chocolat, ou même aux pépites de chocolat, dans un cône de taille moyenne. Elle choisissait toujours des sorbets au citron et à la fraise, dans une petite coupe exclusivement.
Mais, en réalité, ce qui les différenciait le plus profondément, c’est que le roi était un guerrier et la reine, une magicienne.
En ce temps-là, les magiciens et les guerriers avaient des habitudes vraiment différentes et ils ne s’entendaient pas les uns avec les autres.
Pour les magiciens, les guerres étaient inutiles et, depuis très longtemps, totalement dépassées. Selon eux, tous les problèmes pouvaient se résoudre par la magie.
Les guerriers, au contraire, étaient un peu d’un autre temps et pensaient encore qu’il fallait maintenir l’ordre avec des épées, des lances et des hallebardes.
Même la façon dont ils éduquaient leurs enfants était différente !
Parfois, par exemple, Nora parlait avec son père et il lui expliquait :
— Parle plus fort, ma fille ! Nous sommes des guerriers et les gens doivent savoir que nous avons des poumons puissants !
Alors, Nora allait voir sa maman et lui criait :
— BONJOUR, MAMAN !
Et sa maman lui répondait, tout doucement :
— Chut, Nora ! Baisse la voix ! La puissance des magiciens se trouve dans les formules magiques qu’ils savent prononcer, mais sûrement pas sur le ton avec lequel tu viens de me parler !

Ou alors, son papa disait :
— Mange avec les mains, Nora ! Comme une vraie guerrière !
Et sa maman :
— Utilise les couverts ! Nous ne sommes pas des animaux !
Ou bien encore :
— Bon anniversaire, mon trésor ! Voici une armure pour toi !
— Bon anniversaire, ma chérie ! Est-ce que ta nouvelle baguette magique te plaît ?
Depuis que sa maman avait pris le royaume du Sud et son papa celui du Nord, Nora faisait sans cesse la navette entre les deux châteaux et passait un jour chez l’un, un jour chez l’autre.
Lorsqu’elle était dans le royaume du Sud, chez sa maman la reine, Nora fréquentait l’école de magie. Elle y apprenait des incantations, le secret des potions magiques, mais aussi à chevaucher les dragons. Une fois rentrée à la maison, elle suivait sa maman dans son travail de reine magicienne jusqu’à l’heure du dîner. Et, pendant le repas, évidemment, elles parlaient toutes les deux de magie !
En revanche, lorsque Nora se trouvait dans le royaume du Nord, chez son papa le roi, elle fréquentait l’école des guerriers et apprenait à combattre avec toutes sortes d’armes. Une fois rentrée à la maison, elle suivait son papa dans son travail de roi guerrier jusqu’à l’heure du dîner. Et, pendant le repas, ils parlaient évidemment de batailles !

Ses journées étaient donc bien remplies entre les diverses leçons, les devoirs et les entraînements. Mais Nora était heureuse : elle apprenait tant de choses nouvelles et voyait ses deux parents, comme ils le lui avaient promis. De plus, à chaque fois qu’elle allait d’un royaume à l’autre, Nora faisait une très belle promenade, peut-être même la plus belle du monde.
Ainsi, elle passait sous la Cascade des Mille Cristaux et continuait par la Vallée des Papillons Cirque, le long du sentier qui mène à l’Arche des Glycines Lumineuses et au Lac des Cygnes Chanteurs.
À chaque voyage, Nora faisait une petite pause. Elle goûtait alors un moment de paix, seulement pour elle. Elle aimait beaucoup s’asseoir un instant pour réfléchir, toujours au même endroit, dans ce beau pré vert qui semblait abandonné. Là, au fil des jours, Nora avait commencé à cultiver des fleurs vraiment particulières, différentes de toutes celles que l’on connaissait jusqu’alors.
Les fleurs que Nora faisait pousser dans son jardin étaient de véritables Fleurs Folles. En plus d’être d’une beauté incomparable, chacune d’elles avait quelque chose d’exceptionnel, de surprenant, parfois un peu drôle, mais toujours extraordinaire.
La Violette Internationale, par exemple, savait traduire n’importe quelle phrase dans n’importe quelle langue du monde. Il suffisait de murmurer « bonjour » tout près de sa corolle et elle répondait aussitôt « good morning » ou « buongiorno » ou encore « buenos días », en fonction de son humeur du moment.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents