Lao-Tseu ou la voie du Dragon
40 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lao-Tseu ou la voie du Dragon , livre ebook

-
illustré par

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
40 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La naissance de Lao-Tseu fut annoncée par une comète. Ce petit homme aux traits de vieillard, archiviste à la cour impériale, reconnut la vanité de la science. Témoin de la corruption du pouvoir, il s'en éloigna pour chercher la véritable voie de la sagesse.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2016
Nombre de lectures 47
EAN13 9782361650568
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0500€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Lao-Tseu ( VIe siècle av. J.-C. )
Génie extraordinaire, ne relevant que de la grande et antique tradition, Lao-Tseu appartient à la lignée des sages immortels, dont la pensée est sur terre un reflet de la lumière divine.
En raison de la haute spiritualité de son œuvre, Lao-Tseu n’a pu échapper à la nécessité d’utiliser des images symboliques. Il voulut ainsi représenter le Principe éternel et inconnaissable de toutes choses. « Ne connaissant pas son nom, dit-il, je le désigne par le mot Tao — la Voie. »
d’après Sima Qian,
Mémoires historiques ,
104 av. J.-C.

Née en Allemagne, Miriam Henke s’est consacrée à l’étude des lettres chinoises et a longtemps voyagé en Asie. Elle a vécu à Paris, où elle exerçait le beau métier de traductrice, et suit désormais les traces de Lao-Tseu en Orient.
Jérôme Meyer-Bisch vit dans sa cuisine et travaille dans sa chambre à Paris. Nostalgique de son Est natal, il se console par le dessin et la choucroute. Philosophe de comptoir, il a fait sienne la devise « Alles hat ein Ende, nur die Wurst hat zwei », libre interprétation de la sentence de Lao-Tseu « Tout a une fin, sauf le rouleau de printemps qui en a deux. »
À l’époque de la dynastie des Zhou, par une nuit claire et chaude, une comète se détacha d’une planète lointaine, et laissant derrière elle sa voie pleine d’étoiles, frôla la sphère terrestre. Une jeune Chinoise, assise devant sa chaumière, observait le ciel. Profondément troublée, elle avala le noyau de la prune qu’elle mangeait. La vie qui engendre la vie, c’est cela le changement. L’année suivante, la jeune fille donna naissance à un bébé aux traits de vieillard qui, à cause de ses longues oreilles, reçut le nom de Li-Tan.


En grandissant, Li-Tan se révéla d’une intelligence extraordinaire. Il ne se laissait pas vaincre par l’hésitation, ni emporter par l’impatience. Lorsqu’on louait son attitude paisible et modeste, il répondait :
« La voie qu’on peut parcourir n’est pas la Voie.
— Il n’y a aucun doute, disaient les villageois, cet enfant est le fils d’un dragon. »


Li-Tan souriait en écoutant les villageois :
« À vos yeux, je suis donc fils de cet être majestueux, dont le corps opaque se détend pour chevaucher les nues ? Les gens comme vous pensent toujours avec démesure, mais l’humilité de la terre procure plus de stabilité que l’ambition du ciel.
Je ne sais d’ailleurs pas à quelle famille appartiennent les dragons. Dans notre encyclopédie Trésor céleste des enseignements bienfaisants , j’ai trouvé la classification suivante des animaux :
Les animaux appartenant à l’Empereur Les animaux conservés dans des pots Les animaux apprivoisés Les cochons de lait Les sirènes Les animaux imaginaires Les chiens errants Ceux qui se comportent comme des fous Les innombrables Les animaux dessinés au pinceau très fin Ceux qui ont brisé la cruche Ceux qui, de loin, ressemblent à des mouches
Non seulement il n’y a pas de dragons dans cette liste, mais quelle vanité surtout de vouloir imposer un ordre aux choses ! D’autres hommes trouveront cette classification insuffisante, alors qu’elle nous paraît aujourd’hui si judicieuse. »
On changea alors le nom de Li-Tan en celui de Lao-Tseu, ce qui veut dire « le vieux sage ».


Lao-Tseu aimait à déchiffrer le livre inépuisable du monde. Se promenant le long des rizières, à l’ombre des rochers entourés de ginkos et de mûriers blancs, sur les terrasses verdoyantes et les talus escarpés, il atteignait parfois les hauteurs boréales. Les pics enneigés lui révélaient sa propre insignifiance parmi les dix mille êtres qui peuplent l’univers.


Les simples choses de la vie ne cessaient d’émerveiller Lao-Tseu.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents