Les Femmes dans l
67 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Les Femmes dans l'impressionnisme

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
67 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description


Le XIXe siècle a été marqué par une extraordinaire effervescence dans le monde des sciences, des idées et des arts. Un mouvement artistique va en particulier durablement révolutionner la peinture : l'impressionnisme. Si Manet, Monet, Renoir, Pissarro ou Sisley en sont les protagonistes les plus notoires, l'histoire a longtemps oublié les quelques femmes peintres qui se sont engagées à leurs côtés.


Dans un monde de l'art dominé pendant des siècles par les hommes, et dans une France alors corsetée par les conventions sociales, Berthe Morisot, Mary Cassatt, Marie Bracquemond et Eva Gonzalès font ainsi figure d'avant-gardistes.


Découvrez la place des femmes dans la peinture à travers les âges, les difficultés que l'impressionnisme a connues pour éclore en cette période régie par l'académisme, et la vie de ces quatre grandes artistes qui, depuis quelques décennies, sortent enfin de l'ombre.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 20
EAN13 9782843681714
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0034€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

LES COLLECTIONS DU CITOYENVIE CITOYENNE
Uesfemmesdans l’impressionnisme
Ouvrage collectif Texte : Marianne Leclère
16, rue de Marignan – 75008 Paris Téléphone 01 53 83 95 78 – Fax 01 53 75 36 80 contact@nane-editions.fr www.nane-editions.fr
Sommaire
Un peu d’histoire…
LA RÉVOLUTION IMPRESSIONNISTE
Des talents féminins étouffés
Une nouvelle forme de peinture
Les expositions des impressionnistes
La représentation de la femme
QUATRE FEMMES IMPRESSIONNISTES
Berthe Morisot
Mary Cassatt
Marie Bracquemond
Eva Gonzalès
Lexique Liste des œuvres
Bibliographie
Collection Adresses utiles
Avant-propos
Berthe Morisot, Mary Cassatt, Marie Bracquemond et Eva Gonzalès, filles de bonne famille, n’avaient pas vraiment l’âme de révolutionnaires. Pourtant, au regard de l’histoire de l’art, elles furent d’aventureuses créatrices. Non seulement elles étaient artistes peintres dans un siècle et un milieu qui avaient renvoyé les femmes à leurs foyers ; mais en plus elles refusaient de peindre selon lescritères académiques* qui prévalaient à cette époque, mêlant leurs pinceaux à ceux d’un groupe de peintres avant-gardistes, les impressionnistes. Pour prendre toute la mesure de leur modernité, il faut dresser un rapide tableau de la représentation des femmes au fil des mouvements picturaux, et de la place que la femme artiste a occupée dans un monde de l’art presque exclusivement régi par les hommes. *Les mots suivis d’un astérisque sont expliqués dans le lexique.
n peu d’histoire
L’ART RELIGIEUX AU MOYEN ÂGE u Moyen Âge, la peinture, les sculptures et lesenluminures* romanes puis gothiques sont Apresque entièrement consacrées à la religion, dans un but pédagogique. Les romans en vers d’amour courtois comprennent des illustrations de « belles dames », mais l’image de la femme est surtout utilisée pour illustrer des récits de la Bible, dans un but moralisateur : elle est représentée en Vierge, Vierge à l’enfant, sainte… ou encore en Ève tentatrice. Les artisans travaillent en famille dans des ateliers d’art, sous la responsabilité d’un père ou d’un mari. Les femmes sont « peintresses, ymagières et enlumineresses », mais citées comme « la fille de » ou « la femme de ».
Giotto :Histoire du Christ : adoration des Mages, 1304-06.
SAVIEZ-VOUS QUE…
Au Moyen Âge, il n’existe pas de distinction entre un artiste et un artisan. Les artisans d’un même métier se réunissent souvent en corporations et ne travaillent qu’à partir de commandes émanant de l’Église, de confréries, de rois, de seigneurs ou de riches bourgeois. L'artiste de cour, attaché exclusivement à un roi, n'apparaît qu'à la fin du Moyen Âge.
LA RENAISSANCE (XIVE– XVIE SIÈCLE)
endant la Renaissance, les arts acquièrent un rôle majeur dans la société. Cette période, Pfortement influencée par l’Antiquité, est caractérisée par l’apparition de la perspective, des paysages, des décors, et d’un travail sur la lumière et leclair-obscur*… Les peintres comme Léonard de Vinci, Michel-Ange, Véronèse recherchent le beau, les proportions justes : les corps d’hommes sont nus et athlétiques. La Renaissance marque la fin d’une représentation uniquement religieuse des femmes : elles apparaissent désormais dans des scènes profanes issues de la mythologie, mais aussi sous forme de portraits. En effet, les peintres vivent des commandes : de l’Église, bien sûr, mais aussi du pouvoir civil qui cherche à conforter sa position sociale. À l’instar des princes et des nobles, reines et femmes de la cour sont portraiturées en vue d’alliances ou pour asseoir celles-ci : le portrait est un signe de réussite sociale. Ils doivent en conséquence être le plus fidèle possible. Les femmes artistes sont, sauf à de rares exceptions, exclues des ateliers, où règnent désormais des maîtres entourés d’élèves – difficile pour une jeune fille de préserver sa réputation dans ce milieu exclusivement viril. Quelques peintres enseignent toutefois leur art à leur fille, mais elles restent des assistantes dans l’ombre. Des jeunes filles issues de riches familles aristocratiques reçoivent parfois un enseignement artistique pour parfaire leur éducation. Certaines femmes réussissent à se faire un nom : la peintre italienne Lavinia Fontana, la miniaturiste flamande Levina Teerlinc, ou l’Italienne Sofonisba Anguissola, qui était peintre officiel de la cour d’Espagne. Mais elles sont des exceptions dans un monde où la femme disparaît des ateliers et où seul l’homme peut peindre le sacré.
Lorenzo Lotto :Micer Marsilio Cassotti et son épouse Faustina, 1523.
SAVIEZ-VOUS QUE…
Marietta Robusti (1554-1590), fille du peintre Le Tintoret, aurait peut-être traversé les siècles si son père ne l’avait pas tant aimée. Elle était si talentueuse que les plus grands rois d’Europe la réclamaient, mais son père, qui l’adorait, préféra la marier pour la garder à ses côtés. Elle mourut en couches à 36 ans. On décompte peu d’œuvres d’elle : beaucoup ont été perdues… et certaines attribuées à son père.
Le Caravage :La Flagellation du Christ à la colonne, 1606-07.
LE SOMMET DU BAROQUE (XVII E SIÈCLE) e mouvement baroque connaît son apogée au XVII e siècle. En peinture, c’est le règne des L mises en scènes théâtrales, des mouvements exagérés, des courbes et des draperies. Les artistes travaillent particulièrement les couleurs et les contrastes, les jeux d’ombres et de lumière, les regards et les expressions. Le Caravage, Vélasquez, Rubens, Rembrandt sont les peintres les plus célèbres de cette période. C’est aussi la naissance d’une école française de peinture, avec Poussin, Claude Lorrain, Georges de La Tour, les frères Le Nain… Les femmes de la noblesse ne participent pas à la vie politique et économique, mais elles s’émancipent et deviennent parfois ouvertement des intellectuelles. Madame de Rambouillet...
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents