Le secret du Village d antan
49 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le secret du Village d'antan , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
49 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En visite au Village d’antan, Billy Stuart et ses amis font une étonnante découverte. Il semblerait que les personnes qui travaillent sur le site ne soient pas des comédiens. Le médecin sait faire des points de suture et l’arracheur de dents peut extraire une molaire en moins de temps qu’il en faut pour le dire.
Et si le village cachait un autre secret ? Un secret bien plus grand…

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 avril 2020
Nombre de lectures 4
EAN13 9782897624682
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0350€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Éditrice : Colette Dufresne
Directrice artistique : Marie-Ève Boisvert, Éditions Michel Quintin
Adaptation numérique : Studio C1C4



La publication de cet ouvrage a été réalisée grâce au soutien financier du Conseil des arts du Canada et de la SODEC.

Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC

Tous droits de traduction et d’adaptation réservés pour tous les pays. Toute reproduction d’un extrait quelconque de ce livre, par procédé mécanique ou électronique, y compris la microreproduction, est strictement interdite sans l’autorisation écrite de l’éditeur.

ISBN 978-2-89762-463-7 (papier)
ISBN 978-2-89762-469-9 (PDF)
ISBN 978-2-89762-468-2 (ePub)

© 2020, Éditions Michel Quintin inc.

Éditions Michel Quintin
Montréal (Québec) Canada
editionsmichelquintin.ca
info@editionsmichelquintin.ca
« Ahhhhhhh! »
Existe-t-il, dans ce monde, une douleur plus horrible que celle-là? Ça risque de ruiner mes vacances scolaires et cette magnifique journée estivale.
— Franchement, Billy Stuart! Tu exagères tout le temps! me reproche Foxy.
Le visage grimaçant, je montre mon index à mon amie la renarde.
— Ce serait gentil de compatir un peu, Foxy, lui dis-je en fronçant les sourcils.

En écrivant ce passage, j’ai dû vérifier deux fois plutôt qu’une : Billy Stuart a-t-il des sourcils qu’il peut froncer? Je me faisais du souci pour ses sourcils. La réponse est : oui! Cependant, il faut vraiment y regarder de près.
La renarde plisse les yeux, examine ma blessure, puis lâche, dépitée :
— Tu n’es qu’un gros bébé, Billy Stuart!
Si je ne souffrais pas tant, j’aurais trouvé autre chose à répliquer que :
« Aaaaaaaargh! »
— C’est juste une écharde, me rappelle Foxy.
Je me dois d’insister :
— Oui, mais une écharde enfoncée dans MON doigt!
La renarde pousse un soupir d’impatience. Ensuite, elle s’empare de mon index blessé.
— L’écharde est si petite qu’il faudrait une loupe pour la voir et réussir à l’extraire. Tu es sûr que c’est le bon doigt, Billy Stuart? me demande Foxy.
Se moque-t-elle de moi? Tu parles d’une amie… Exaspéré par son attitude nonchalante, je m’écrie :
— Ne regarde pas trop! Ça me fait mal!
Nous sommes dans la forêt des Kanuks depuis ce matin. Je me suis planté ce monstrueux éclat de bois en manipulant des branches mortes pour le jeu de « Branche ou débranche! », dont l’objectif était d’en accumuler le plus possible en cinq minutes.
Nous, les Zintrépides, avons gagné ce jeu contre les Zaventuriers, qui ont triché encore une fois. Ils en font une spécialité. Dévil, le carcajou meneur des Zaventuriers, ne trouvait plus de branches par terre. Il a alors arraché des branches d’arbres toujours debout. Biveur Jovial, le castor organisateur de la rencontre annuelle des scouts du comté, l’a vu agir et nous a accordé la victoire dans cette épreuve.
Le castor nous attend pour le dernier concours, celui qui déterminera quel clan est la meilleure troupe scoute de la région de MacTavish.
Foxy m’indique qu’elle va m’enlever l’écharde à l’instant. Je mords dans un bout de bois pour contrer la douleur. Je serre les dents. Je regarde ou pas? Je…
— C’est fait, Billy Stuart! m’annonce-t-elle.
Quoi? Déjà? C’était trop rapide! Je n’ai pas pu crier! Quelle est l’utilité de souffrir si on m’interdit de crier?
— Paaaarfait! annonce Biveur Jovial, prêt à animer le prochain et dernier jeu de la journée.
Féline, le lynx, me demande d’un air doucereux :
— Tu as encore mal, Billy Stuart?
Je me méfie d’elle et des autres Zaventuriers. Je suis étonné de sa soudaine sollicitude. Ce n’est pas dans sa nature.
— Oui, lui dis-je, soupçonneux. Pourquoi? Ça t’intéresse?
Son alliée, la louve Milouve, entre en action. La porte est grande ouverte.
— Pour que tu n’aies plus mal, Billy Stuart, il suffirait à ta Foxy de déposer un bisou sur ton doigt…
— Yurk! yurk! yurk! ricane Dévil.
La renarde fait volte-face et s’occupe du chien FrouFrou.
Biveur Jovial invite les finalistes et les spectateurs à le suivre dans la clairière de la forêt.
— Nous avons besoin d’espace! explique-t-il.
C’est ainsi que les Zintrépides et les Zaventuriers se retrouvent à distance égale les uns des autres, autour d’une large toile de parachute colorée. Je me souviens d’avoir joué avec un pareil article à la garderie, quand j’étais un petit Billy Stuart.
— Chers zamis, commence le castor, dans cette dernière épreuve, vous allez vous affronter au jeu de « Requin et petit poisson »!
Une clameur salue l’annonce de Biveur Jovial. Plusieurs troupes, même celles qui ont été éliminées, sont demeurées sur place pour assister à l’ultime épreuve de la journée. Les deux équipes en finale, les Zintrépides et les Zaventuriers, se réjouissent de leur présence.
Yéti est excité et brandit ses poings en direction de nos rivaux.
— Qu’ils y viennent! Non, mais qu’ils y viennent, les ménés! Je vais les dévorer! s’écrie la belette.
— Tu ne perds rien pour attendre, petit rat! riposte Dévil, les dents serrées.
Yéti me dit :
— Tu te laisses traiter de petit rat, Billy Stuart?
Je précise l’intention du carcajou.
— Non, c’est à toi que Dévil s’adressait.
L’air mauvais, Yéti tourne lentement la tête vers le carcajou, qui est face à lui mais de l’autre côté du parachute. Puis il lui déverse un flot d’insultes trop longues à énumérer ici. Un vrai capitaine Haddock!

Le capitaine Haddock, personnage phare de la série , avait un très vaste répertoire d’insultes et de jurons, plutôt spectaculaires. On parle de plus de 220 mots d’esprit dans les 24 albums créés par Hergé, tels que recensés dans le dictionnaire d’Albert Algoud.
Biveur Jovial tape le sol avec sa queue à quelques reprises pour rétablir le calme dans les deux camps.
— Je vous rappelle, chers membres scouts, que la compétition doit être saine entre nous, et que l’amitié et l’entraide prévalent sur tout…
Le succès de son intervention est, avouons-le, relatif. Le castor n’est pas sans le remarquer.
À bout de patience, ce qui ne survient que très rarement, il hausse le ton :
— Si vous n’écoutez pas mes recommandations, j’attribuerai le premier prix à la troupe qui a terminé au troisième rang, les Zincompris…
L’un des assistants de Biveur Jovial, Petit Tamia, lui souffle un mot à l’oreille.
— Quoi? s’étonne le castor. Ils sont partis?
Il décide à l’instant que, dans le cas où les consignes ne seraient pas respectées, la récompense sera remise aux détenteurs de la quatrième position, les Zinconnus. Ceux-ci manifestent leur approbation. Biveur Jovial tape à nouveau de la queue pour les faire taire. Satisfait, il nous lance :
— Vous êtes prévenus, les Zintrépides et les Zaventuriers!
Sans nous consulter, nous obéissons. Ça n’empêche pas Milouve et Féline de rigoler.
— Que chaque troupe désigne un participant ou une participante pour le jeu, indique le castor.
La louve élève la voix pour être entendue de tous :
— Je crois que Billy Stuart va choisir Foxy…
— Ouuuuuuuh! fait Féline.
J’évite le regard de la renarde, qui m’imite.
Il n’y aura pas de discussion de notre côté. Nous y allons à tour de rôle, et c’est à Yéti de jouer. Chez les Zaventuriers, Dévil a choisi Bébère, l’ours brun. Galopin, le caméléon, lui dit :
— Euh, Bébère, t’as un truc au museau!
Confus, l’ours se retourne vers ses amis.
— C’est vrai, les gars? C’est vrai?
À nous maintenant de rigoler. Biveur Jovial gronde.
— Ça commence mal…
L’ours et la belette rejoignent l’organisateur, qui explique les règles de « Requin et petit poisson » aux deux joueurs.
— C’est tout simple, dit-il.
— Même un idiot comme Bébère devrait comprendre, estime Galopin.
— Quoi? fait l’ours brun.
Biveur Jovial terrasse le caméléon d’un regard pour le faire taire.
— Sous le parachute qui sera agité par vos zamis, le requin aura une minute pour attraper le petit poisson.
Yéti serre les poings.
— Qu’il y vienne! Non, mais qu’il y vienne, le Bébère. C’est moi le requin et je vais t’avaler tout rond, petit poisson avec un truc sur le museau.
L’ours brun s’adresse aux Zaventuriers.
— C’est vrai, les gars? C’est vrai?
Biveur Jovial tranche en lançant une pièce de monnaie dans les airs. Il la rattrape et la cache dans sa main.
— Pile ou face?
— Pile! répond Yéti, plus vif.
— Face! riposte Bébère.
Le castor ouvre la main.
— Face! annonce-t-il.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents