Lève la tête quand tu marches
68 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Lève la tête quand tu marches , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
68 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Tête en l’air ? Absolument pas ! Trop idéaliste ? Non juste imaginative. C’est l’histoire d’une fille légèrement dans la Lune qui souhaite vivre sa vie comme un conte de fée et atteindre les étoiles.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 janvier 2015
Nombre de lectures 5
EAN13 9782312030289
Langue Français

Extrait

Lève la tête quand tu marches
Laura Louise
Lève la tête quand tu marches










LES ÉDITIONS DU NET
22, rue Édouard Nieuport 92150 Suresnes
© Les Éditions du Net, 2015
ISBN : 978-2-312-03028-9
Chapitre 1 : La Saint-Henri
« Mon Amour », « mon Cher Henri », « Henri »
Nous sommes la veille de la Saint-Valentin : il paraît que c’est la fête des amoureux. Pour l’occasion, je vais écrire (en essayant de ne pas faire de fautes) une lettre à mon amoureux, sur mon beau papier Le Bossu de Notre-Dame .
Je prends mon stylo-plume et me concentre. Difficile pour moi, les seuls mots d’amour que j’ai écrits sont pour mes parents ! Mon dernier espoir : ma grande sœur.
– Emmanuelle tu veux bien écrire pour moi s’il te plaît ? Tu as vu j’ai pris ma plus belle feuille, demandais-je à ma grande sœur car elle est très soigneuse et en plus c’est la meilleure de sa classe. Donc ce sera un succès garanti.
– Oui, je vais écrire, c’est mieux, dit-elle en ricanant.
Henri est le plus beau des CM1, surtout quand il porte son ciré jaune ou quand il joue au football. Je l’aime en secret depuis quelque temps.
Il est moins beau que Steve des Worlds Aparts , mon groupe de Boys Band préféré, mais Henri est plus jeune. De plus c’est le voisin de classe de ma sœur. Elle pourra m’aider.
« Henri, bonne Saint-Valentin. Je t’aime. Laura de CE2. »
Simple et direct.
– Emmanuelle, tu devras lui donner sous le préau quand je serai bien cachée dans les buissons
– Il va se moquer de toi, ricane-t-elle
– Mais non, n’importe quoi !
– Mais il n’est pas amoureux de toi ! Il préfère les CM1.
– C’est pas vrai !!!!
Pour la peine, je ne veux plus lui parler !
Je range bien la lettre dans mon sac à dos sans la froisser, j’essaye de dormir, mais mon ventre me fait mal. C’est le grand jour. J’ai peur comme avant une dictée. Pour l’occasion, je mets mes boucles d’oreilles écureuils offertes par Maman pour« ressembler à une fille » et ma belle salopette rouge.
– Vite les filles, dépêchez- vous, en voiture ! dit maman. Je cours dans la voiture. Je ne veux surtout pas arriver en retard ! Nous voilà arrivées. Il n’y a personne dans la cour de récréation.
– Au revoir les filles, bonne journée ! Oh ! Catastrophe ! Je suis tellement tendue que j’ai oublié de mettre mes chaussures.
– Maman ! Maman ! Reviens ! J’ai oublié mes chaussures !
– Mais ce n’est pas possible d’être dans la lune ! À quoi penses-tu ce matin ?
Je ne peux tout de même pas lui dire la vérité !
Et hop demi -tour !
Nous arrivons à 8 h 05. Ma copine Mélissa n’est pas encore arrivée. C’est dommage, elle m’aurait donné du courage ! Je donne la lettre à ma grande sœur j’espère qu’elle ne va pas la montrer à ses copines !
Le voilà ! Oh j’ai le trac ! Je cours me cacher dans les buissons. Je suis bien planquée, il ne peut pas me voir. Allez Manu, donne-lui la lettre ! La maligne, elle lui donne devant ses camarades ! Il lit, il sourit. Ça doit lui plaire ! Il rigole. Je dois être un clown ! C’est peut-être bon signe : il paraît que les garçons aiment que les femmes les fassent rire ! Il la déchire ! Devant tout le monde. Il part avec ses copains. Voilà, il est 8 h 15 à Quiberon, j’ai sept ans et mon Henri ne veut pas de mon amour.
Bilan : Essayer de rester positif, car un de perdu, dix de retrouvés ! (Enfin c’est ce que l’on dit)
Chapitre 2 : Le Spectacle
– Niny, tu seras déguisée en quoi ce soir ?
– Je serai en Jasmine ! dit-elle doucement.
– Mademoiselle C, allez-vous vous taire ! hurle mon professeur.
Il est vrai que son cours ne me passionne pas du tout. J’ai trop de choses auxquelles penser ! Ce soir nous organisons un spectacle à la maison et demain nous partons voir toute la famille !
– Bon Laura, prenez la lecture au lieu de rêvasser !
– Je suis allèe…
– é pas è mademoiselle C, on se concentre, sinon dans le couloir ! crie la Vilaine.
Mince alors ! Me voilà rouge de honte ! Elle a le don de me mettre toujours mal à l’aise, avec elle je suis toujours punie.
– Allèe…
– Allée !, hurle-t-elle. Dans le couloir !
Voilà ma deuxième humiliation de la semaine ! Henri qui me rejette et voilà que ma maîtresse me met dans le couloir !
Au moins j’ai un endroit tranquille où je peux penser à mes vacances chez Papi et Mamie, avec ma sœur et mon frère. Vive les cabanes dans le jardin, les jeux dehors, les beaux livres dans le bureau de Papi.
Je déteste l’école !!! Je hais les humiliations, je hais mes nouvelles chaussures rouges ! Maman n’a rien trouvé de mieux que de m’acheter ces immondes chaussures rouges, (les mêmes que la sorcière qui m’a mise à la porte), alors que je voulais des chaussures noires vernis : j’ai eu ces horreurs !
– Tu n’es pas assez soigneuse ! Mais je veux bien t’acheter les chaussures vertes pâquerettes, mais on prend les rouges pour l’école.
Dringgggggggggggggg !!!
– C’est les vacances ! hurlent mes camarades
– A ce soir ! crie Melissa.
Je dois attendre ma grande sœur qui n’en finit pas de faire la star devant ses copains ! C’est vrai, elle est belle ma sœur.
Avec ses yeux turquoise et son bronzage, elle ressemble à une poupée. Oscar lui ressemble ! Moi je suis toute brune, avec des billes marron vert « chat de gouttière », la fille du milieu. Nous formons une super équipe : on est toujours prêts à faire des bêtises ensemble !
Nous habitons à Quiberon, une presqu’île en Bretagne.
J’adore ma Bretagne. On s’y amuse beaucoup, on va à la pêche d’où je rentre toujours trempée, on va à la mer, on mange du kouign-amann. La belle vie quoi !
Nous sommes une sacrée tribu : Emmanuelle est très coquette et m’apprend beaucoup de choses ! Elle nous a même appris, à Mélissa et à moi, la reproduction ! Sacré sujet !
Oscar lui est très coquin, c’est un sacré pirate !
Et moi, dans ma bulle au moins je ne suis pas contrariée. Un peu garçon manqué !
Mon côté garçonnet s’est révélé très tôt. A quatre ans, on m’a offert le déguisement de Batman ! Je me souviens, j’avais perdu ma cagoule, elle était tombée du deuxième étage :
Un, deux, trois, je prends mon élan ! Allez !
Et… Hey on m’attrape !
– Elle est folle !
– Mais quoi ? Batman, il vole !
Papa a vraiment eu la trouille ! M’en fous, moi aussi je serai un super héros !
Je suis contente car ce soir c’est la fête à la maison. Nous avons prévu Mélissa, Emmanuelle et moi un concert ! Devinez quoi ? J’ai le premier rôle : Moogly ! Oui, vous avez bien lu ! Moogly ! Voilà je me suis encore fait rouler !
Nos parents sont de bons spectateurs ! Les week-ends, c’est la fête. Nous sommes toujours de sortie, les concerts, les dîners à la maison.
– Bon, cher public, ce soir nous allons vous présenter un numéro très spécial : le spectacle de Disney ! Oh ! Comme Emmanuelle est jolie dans sa belle robe, elle danse sur Ce Rêve Bleu .
J’ai la trouille ! Me voilà habillée avec un bandana en guise de culotte et mes cheveux courts hérissés sur ma tête.
Oh zut ! C’est à moi !
–… Il en faut peu pour être heureux… Tout le monde se marre, même mes parents. Emmanuelle et Oscar sont écroulés comme des baleines ! Pour faire bien je me dandine en frottant mes fesses contre le mur, le coup de grâce ! Je n’entends plus la musique tellement ils rigolent !
La soirée se termine bien, on rigole toujours avec Mélissa, c’est avec elle que j’ai fait les meilleures aventures : faire du patin à roulettes le plus vite possible, des chorégraphies sur les Spice girls dans les champs ! Nous n’avons que quelques jours d’écart, c’est ma meilleure amie !
Presque minuit, tout le monde part, les valises sont prêtes pour demain : nous allons retrouver toute la famille !
Je m’endors avec difficulté. Je suis vraiment excitée d’être en vacances !
Bilan : ne jamais avoir peur du ridicule
Chapitre 3 : De Quiberon à Soissons
– Allez, en voiture ! dit maman, les bras chargés de sacs.
La poisse ! Six heures de route !
Nous voilà chargés comme des bourricots dans la toto de maman ! Génial, je dois me mettre au milieu. Oscar est malade au milieu et Emmanuelle fait sa chochotte !
Adieu mon Quiberon, mon rocher, ma ville enchantée.
Allez hop ! Ça chantonne dans la voiture, on fait les clowns, on rigole, on dort.
– On est arrivéééssssssssss ! On est arrivés !
Je suis très excitée de voir toute ma famille en plus il y a une nouvelle venue ! Mes grands-parents ont une maison géniale. Il faut dire que Papi était un grand médecin, le pauvre il a connu la misère pendant son enfance en Algérie. Parti de rien, il a su se faire une place dans la société. J’adore mes grands-parents ! Ils savent beaucoup de choses, ils sont très i

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents