Lizzy d Armoirie et la légende du médaillon
57 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lizzy d'Armoirie et la légende du médaillon

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
57 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Il y a très longtemps, dans un monde parallèle au nôtre, la Grande Gouverneure-Commodore de l’Armoirie perdit dans la mer un précieux médaillon permettant de passer du Monde Parallèle au Monde Matériel. Des siècles plus tard, Éléna, une jeune Québécoise en vacances avec sa famille à Bouctouche, trouve le mystérieux bijou sur la plage. Inspirée par les légendes et l’histoire locales, Éléna essaie de retracer l’origine du médaillon. De son côté, Lizzy d’Armoirie réussit à traverser dans le monde des humains, malgré l’absence de l’amulette magique perdue par sa grand-mère Rose. Le chemin d’Éléna croisera-t-il celui de Lizzy ? Celle-ci saura-t-elle rétablir l’honneur de sa famille ?
Récit d’aventures où le fantastique se confond avec la réalité et où l’amitié triomphe sur la trahison.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 octobre 2012
Nombre de lectures 4
EAN13 9782896827039
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0016€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Lizzy d’Armoirie
et la légende du médaillon

Pour ses activités d’édition, Bouton d’or Acadie reconnaît l’aide financière de la Direction des arts du Nouveau-Brunswick, du Conseil des Arts du Canada et du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada.

Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays.

Titre : Lizzy d’Armoirie et la légende du médaillon
Texte : Luce Fontaine
Couverture : Denise Paquette
Conception graphique : Lisa Lévesque

Papier ISBN 978-2-89682-001-6
PDF ISBN 978-2-89682-353-6
ePub ISBN 978-2-89682-703-9

Dépôt légal : 2 e trimestre 2012
Bibliothèque et Archives Canada
Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Distributeur : Prologue
Téléphone : (450) 434-0306 / 1 800 363-2864
Télécopieur : (450) 434-2627 / 1 800 361-8088
Courriel : prologue@prologue.ca
Distributeur en Europe : Librairie du Québec/DNM
Téléphone : 01.43.54.49.15
Télécopieur : 01.43.54.39.15
Courriel : direction@librairieduquebec.fr

© Bouton d’or Acadie
204 -236, rue St-Georges
Moncton (N.-B.), E1C 1W1, Canada
Téléphone : (506) 382-1367
Télécopieur : (506) 854-7577
Courriel : boutondoracadie@nb.aibn.com
Internet : www.boutondoracadie.com
collection météore
Lizzy d’Armoirie
et la légende du médaillon
roman
Luce Fontaine
Mot de l’auteure
Ce livre a pour toile de fond une magnifique région du Nouveau-Brunswick située au bord de la mer. En m’inspirant des légendes et de l’histoire de l’Acadie, j’ai voulu rendre hommage à la belle et noble culture acadienne et aux gens qui continuent de la faire vivre.
L’action se déroule à la fois dans le Monde Matériel (monde réel) et le Monde Parallèle (l’Armoirie). Dans l’un et l’autre vivent deux jeunes filles, Lizzy et Éléna, que le destin réunira. Lizzy d’Armoirie et la légende du médaillon offre un mélange original de faits réels et d’éléments de fantastique. En ce sens, il interpelle l’imaginaire et entretient le doute chez les lecteurs quant à la véracité des faits : s’agit-il d’une fiction ou de la réalité? « Les gens ici nous appellent affectueusement des anges gardiens. Quand des enfants ressentent notre présence, les adultes disent qu’ils ont des amis imaginaires. » Et si c’était vrai?
1
Les Delon
C e matin, la neige tombe par bourrasques, créant une étrange danse intemporelle. Éléna Delon ne peut s’empêcher d’être en admiration devant un si beau spectacle. Le calme et le silence créés par la tempête de neige sont si apaisants qu’Éléna s’abandonne à une douce rêverie.
Hier, Nate et Samy, ses deux frères cadets, ont fait front commun devant son inertie.
— Pourquoi c’est toujours toi qui décides?
— Allons, vous exagérez, comme d’habitude, leur a-t-elle répondu.
Oh non! C’est encore toi qui n’en fais qu’à ta tête.
— Ben voyons, c’est vous deux qui avez pris la décision l’an dernier, et les parents n’ont même pas rechigné.
Leur père, Jean Delon, fin bricoleur, ne cesse d’entreprendre des travaux de rénovations. Habile de ses mains, le travail ne lui fait pas peur. Quant à leur mère, Jacky Delon, elle n’en a que pour la décoration; création d’ambiances et papiers peints n’ont plus de secret pour cette pro de la déco.
La famille Delon planifie toujours ses vacances d’été au mois de février. D’ordinaire, la mer est sa destination de prédilection pour les vacances estivales. Les Delon y vont tous ensemble depuis que les enfants sont en âge de voyager durant de longues heures en voiture.
Au Québec, les vacances de la construction s’étendent sur une période de deux semaines. Les Delon profitent donc de cette pause saisonnière pour savourer leurs vacances en famille. Mais l’été dernier, coup de théâtre, les glissades d’eau ont eu la cote. Comment oublier ces vacances, les interminables files d’attente pour la remontée et les enfants qui n’en finissent plus de se chamailler en attendant? Et que dire de l’odeur de chlore et d’urine, une véritable agression de l’odorat… Il n’en fallait pas plus pour que les vacances si anticipées se transforment en véritable cauchemar.
Éléna est pourtant fière de faire partie de la meute familiale, même si parfois ses deux frères lui rappellent que famille et négociation sont deux termes indissociables. Elle en a encore la preuve cette année en tentant d’élaborer des plans de vacances qui satisferont petits et grands. Mission quasi impossible, mais belle tentative de diplomatie familiale.
— La mer, ça ne vous dit rien? lance-t-elle tout bonnement.
C’est long, cinq mois à attendre et à observer les moindres soubresauts de Dame Nature. Cette année, Éléna trouve l’hiver interminable, avec son verglas, ses tempêtes de neige et le printemps qui n’en finit plus de remettre son arrivée à plus tard.
Puis, quand on s’y attend le moins, même si c’est toujours la même histoire qui se répète, on arrive encore à se laisser surprendre et à sourire aux premiers rayons du soleil printanier de mai.
— Ouch! J’ai pris un coup de soleil dans le cou.
— Je t’avais pourtant dit de ne pas oublier de mettre de la crème solaire, de la 30 au moins…
— C’est bon, Maman, j’en mettrai demain…
— Tu as fini d’étudier ton français, pour ton examen de demain matin?
— Ouais, j’y vais…
Les maths sont la matière forte d’Éléna. Par contre, le français et les rédactions sont pour elle un véritable enfer. L’été dernier, Éléna a dû suivre des cours de récupération pour être admise en première secondaire. Durant quatre interminables semaines, elle a étudié et posé des questions, lu tous les documents susceptibles d’être importants, complété ses travaux du mieux qu’elle le pouvait. Elle s’est informée auprès de ses copains au sujet de l’examen final, car le spectre de celui-ci planait sur sa vie comme un aigle au-dessus d’un petit animal blessé. C’est pourquoi ses amis l’ont affublée du terrible mais affectueux sobriquet de Miss Exam.
Les examens sont les pires cauchemars d’Éléna, surtout que, des trois enfants Delon, c’est elle qui a les moins bons résultats scolaires. Nate, c’est le petit génie des sciences : il connaît toutes les dernières recherches sur le moteur hybride ou les réactions qu’on obtient en mélangeant du chlorure de potassium et du nitrate de sodium. Quant à Samy, tout est facile pour lui. Même s’il n’ouvre pas ses livres pour étudier, il arrive malgré tout premier de classe.
Il en va tout autrement pour Éléna, Miss Exam. À l’arrivée des examens, elle en oublie tout ce qu’elle a étudié. D’habitude, les examens sont ce qui hante le plus les cauchemars d’Éléna, mais depuis un mois, elle fait toujours le même rêve où elle est prisonnière sur un immense voilier manoeuvré par plein de marins qui parlent une langue complètement inconnue. Soudain, le navire s’enflamme et elle essaie de quitter l’embarcation. Pour échapper à ses hôtes et à leur funeste destin, Éléna saute par-dessus bord, et c’est à ce moment qu’elle se réveille en nage, toute trempée de sueur, comme si elle sortait d’une véritable baignade en mer.
2
Les Armoiriens
— A llez, souffle les bougies, chantent en choeur les amis de Lizzy.
Il y a BG, un solide gaillard de quinze ans; Solie, son amie de toujours, celle sur qui on peut compter quand les matinées s’obscurcissent; et Jilly, la petite soeur de Solie. Lizzy n’apprécie pas vraiment la compagnie de Jilly, mais c’est un mal pour un bien. En effet, Solie ne peut pas vraiment sortir sans être escortée de sa cadette, car elle doit veiller sur elle jusqu’à ce qu’on lui trouve un précepteur.
Lizzy et ses amis habitent la Grande Armoirie, un des deux territoires du royaume d’Amétyssa, une contrée mythique sise au coeur du Monde Parallèle. Le royaume d’Amétyssa est baigné par la mer Houleuse à l’ouest et la mer Tourmentée à l’est. Au nord se trouve le territoire des Le Rouge et, au sud, celui de la Grande Armoirie. Le territoire de la Grande Armoirie comprend, au centre, la Grande Cité, un lieu fortifié où se dresse le château familial de Lizzy. Il est bordé à l’est par la Grande Forêt, qui est reliée à la Grande Cité par le sentier des écureuils.
Au nord de la chaîne des montagnes Ténébreuses, le climat austère et aride convient parfaitement aux peuplades hostiles des Rougiens fidèles au clan des Le Rouge. Simon Le Rouge est le seul et unique souverain du royaume d’Amétyssa et de la Grande Armoirie depuis que son père, François Le Rouge, a chassé et réduit à l’exil la Grande Gouverneure-Commodore d’Armoirie. Depuis maintenant plus de deux générations, la famille Le Rouge fait régner un climat de terreur sur le peuple armoirien, qui ne veut pas se soumettre à sa dictature.
Lizzy sait depuis qu’elle est née que le jour de leur dixième anniversaire est le moment le plus attendu par tous les jeunes Armoiriens. C’est à dix ans que les enfants armoiriens sont en âge de recevoir leur première mission, d’être admis dans le clan des Enfants Élus.
La mission, jamais personne n’en parle vraiment. Une fois mandatés, les Enfants Élus ne discutent jamais entre eux de ce qui les attend. Lizzy a bien tenté de faire parler BG une fois à la plage, mais sans succès.
— Attends ton tour, Lizzy, ne sois pas impatiente… Ta mission viendra bien assez tôt.
Quand ils se voient confier leur mission, les Enfants Élus s’absentent pendant une période indéterminée, des jours, des mois même, et personne ne s’en inquiète. Personne sauf Lizzy. Comment peut-on quitter ses parents et amis pendant si longtemps sans que quiconque ne soit troublé pas ces absences?
C’est ainsi qu’un mois après son anniversaire, un messager fait irruption dans le château de la famille de Lizzy.
— Lizzy d’Armoirie? demande-t-il.
— Présente, répond Lizzy sans tarder.
Elle a du mal à cacher le trémolo dans sa voix, tellement elle est excitée. Enfin, une mission l’attend! Elle a été choisie pour devenir une des Enfants Élus, elle qui a maintenant dix ans bien sonnés.
Depuis son anniversaire, Lizzy ne cesse de faire le même cauchemar, nuit après nuit. Elle se trouve à bord d’un bateau très grand, un voilier avec de grands mâts et des voiles d’un blanc immaculé gonflées par le vent du large. Une femme est avec Lizzy sur le pont. Elle est grande et belle, elle porte une robe bleu saphir et ses yeux sont d’un mauve à la fois lumineux et rassurant. Cette femme semble commander les marins du navire. Tous l’écoutent et lui témoignent du respect. Lizzy se sent bien à ses côtés, elle est en confiance auprès d’elle. Soudain, le ciel s’obscurcit et un grand chevalier vêtu de rouge s’approche en vociférant des mots que Lizzy ne peut déchiffrer. À ce même moment, elle se réveille toujours, apeurée et trempée de sueur.
Lizzy ne sait pourquoi, mais son étrange visiteur ne lui inspire pas confiance. Il est grand et maigre, il a les cheveux noirs et des yeux bleu azur exorbités, et ses joues sont tellement creuses qu’elles semblent être à deux doigts de se toucher sous son nez crochu… Mais au-delà de l’apparence physique, c’est à cause du ton adopté par l’étrange visiteur que Lizzy appréhende ce qu’il s’apprête à lui annoncer.
— Lizzy D’Armoirie, vous avez fêté votre dixième anniversaire de naissance le mois dernier. Si nous avons tant tardé à venir vous rencontrer, c’est que… comment dire…
Ça y est, le coeur de Lizzy vient de s’arrêter, son pressentiment est sur le point de se confirmer. Comment aurait-elle pu se retrouver dans le clan des Enfants Élus?
— Lizzy, comme vous le savez, nous effectuons une sélection très rigoureuse. Seuls les enfants d’Armoirie ayant des caractéristiques héréditaires supérieures à la moyenne peuvent devenir membres des Élus. Aussi avons-nous décidé, après avoir étudié votre dossier génétique, que vous ne répondez pas aux normes établies par le royaume d’Amétyssa.
— Comment, quelles normes, de quoi parlez-vous? Mes amis sont membres des Élus et ils sont tous comme moi, ni plus grands, ni plus intelligents.
— Oui, mais ils sont issus d’illustres familles ayant fait leurs preuves par le passé au service de la royauté d’Amétyssa. Votre candidature est entachée d’une tare familiale qui provient de votre grand-mère. Ce n’est pas à moi de vous révéler les secrets que cache votre famille.
3
La mer
L es examens de fin de semestre terminés, Éléna peut enfin respirer.
— Quatre-vingt-cinq pour cent en maths et…
— En français, soixante-cinq pour cent.
— Bravo, ce n’est pas si mal. Au moins, tu n’auras pas besoin d’aller aux cours d’été.
— Je pourrai entrer directement en deuxième secondaire à l’automne.
— Les vacances d’abord, on verra pour la rentrée en temps et lieu, ajoute Jacky Delon, un sourire aux coins des lèvres.
Éléna adore les vacances à la mer. Les Delon louent le même chalet depuis quelques années, tout près de la dune de Bouctouche, le paradis selon Éléna. La plage, qui se dessine à perte de vue, est tellement propre. Une passerelle en bois de deux kilomètres protège la dune, qui agit comme une zone-tampon entre la mer et un habitat de plantes, d’animaux aquatiques, d’oiseaux de rivage et d’oiseaux migrateurs d’une impressionnante diversité. C’est la famille Irving, le magnat du pétrole, qui a fait de la dune une réserve faunique pour des espèces aviaires menacées. Le site est très bien entretenu et ouvert au grand public, pour le plaisir de tous.
Éléna se réjouit d’avance des heures de rêveries, des bonnes lectures et des balades pieds nus dans le sable. Nate et Samy ne parlent que de leurs derniers exploits en motomarine, lorsqu’ils ont failli perdre le contrôle en se rapprochant dangereusement l’un de l’autre. Pendant qu’Éléna et ses frères se remémorent ces bons souvenirs, les quelques semaines qui restent avant le grand départ s’écoulent comme une traînée de poudre. Et en moins de temps qu’il ne le faut pour faire les préparatifs, la famille Delon emprunte l’autoroute transcanadienne en direction du Nouveau-Brunswick.
Après un trajet d’une douzaine d’heures, avec pour seule escale un arrêt pour déjeuner, la famille Delon arrive enfin au chalet en fin d’avant-midi. Les parents Delon préfèrent voyager de nuit pour se rendre au Nouveau-Brunswick, ce qui permet aux enfants de dormir en route et d’être frais et dispos à leur arrivée, du moins plus reposés que leurs parents!
— Hé, là! tu pourrais nous aider à débarquer les bagages, fait remarquer Jean Delon à Samy lorsqu’ils sont enfin arrivés devant le chalet habituel.
— Vite, Samy, attrape ça, dit Nate en lançant à son frère un sac à dos bleu rempli de ses effets personnels, un tir digne des ligues majeures de baseball.
Aïe! mon nez, s’écrit Samy en partant aux trousses de son frère cadet.
— Bon, je crois qu’il ne reste encore que nous trois pour décharger la fourgonnette, soupire Éléna.
Une fois passé le chaos de l’arrivée au chalet, toute la famille s’installe dans ses quartiers.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents