Nekromantia [Saison 2 - Épisode 1] - Une question de point de vue
27 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Nekromantia [Saison 2 - Épisode 1] - Une question de point de vue , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
27 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Après avoir bravé moultes épreuves et mis la main sur la pierre d'Eau, les envoyés du roi se voient propulsés sur Thoragoste où ils remonteront la piste de Zarek, un Elfe aux sombres desseins dont la simple évocation du nom ramène Fareylia dans un passé gorgé de ténèbres et de souvenirs terriblement douloureux.


Sur Lythuste, les Hommes se relèvent péniblement des derniers affrontements. Véritable champs de bataille d'une querelle ancestrale entre les Elfes et les Dragons, les plaines ne sont plus que l'ombre d'elles-mêmes, noyées sous le sang et les cadavres de toutes espèces.


Plongé malgré lui dans un décor apocalyptique où tous ne rêvent que de raviver la flamme de la guerre, le roi Victor X aura fort à faire pour empêcher le Grand Monde d'imploser de nouveau.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782924664278
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Rose Berryl
Une question de point de vue
( Saison II, épisode I )
© CKR Éditions, 2022
Illustration de couverture : Delphine Splingard, 2022
ISBN : 978-2-924664-27-8
Dépôt légal : Dépôt effectué en janvier 2022 auprès de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ).
Première version
info@ckr-editions.com
http://www.ckr-editions.com
Je dédie cette série à ceux et celles qui ont su conserver leur âme d'enfant.
Rose Berryl
Penché par-dessus le rebord de sa barque rudimentaire faite d'un bois terne sans grande prétention, terminée de part et d'autre de branchages recourbés au feuillage scintillant de gouttelettes phosphorescentes, un Elfe observait son reflet à la surface limpide et stagnante de la rivière, sourire aux lèvres. Autour de lui, les feuilles de hauts arbres au tronc fin et souple se frottaient les unes aux autres sous la caresse d'un vent chaud et humide.
« La nature est somptueuse. Ne trouves-tu pas, Kemei ? s'émerveilla-t-il en se tournant vers le Grigow1 statique devant lui, l'oreille tendue vers les remous de l'eau repoussés par l'embarcation qui se mit en branle. Nous avons vraiment de la chance de vivre dans une région comme celle-ci. Après tout, les divinités nous ont donné l'immense privilège de veiller sur leurs créations. Il est donc normal de leur faire cette faveur. »
Devant lui, le rivage bordé d'algues aux multiples fleurs roses et blanches était parcouru de Lucioles2 délicates d'un jaune-verdâtre somptueux, virevoltant paisiblement à l'orée d'une forêt imposante aux arbres d'une altitude vertigineuse.
Vêtu d'une tunique tachée d'herbe et de terre maintenue par de larges bandes de tissu d'un ocre terne, l'Elfe aux oreilles tombantes se dirigea vers la rive, admiratif devant la beauté de la flore luisante sous les reflets lunaires. Autour de lui, le sifflement des oiseaux de nuit au plumage étincelant de blanc et de bleu pâle lui confirma une température confortable : assez chaude pour se déplacer bras nus mais pas suffisamment pour se permettre une baignade dans les eaux limpides.
L'embarcation acheva lentement sa traversée sur la rive déserte, accompagnée du ressac de petites vagues d'une pure lueur blanchâtre.
Sur l'autre rive, une Veirene3 et ses petits se désaltéraient, insouciants des dangers tapis dans l'ombre de la forêt avoisinante.
« Allons voir si les Herynad4...
Au sommet d'une colline, le roi Victor X contemplait l'ampleur du désastre, le souffle court sur sa monture aussi épuisée qu'après une course de plusieurs heures au grand galop.
– Ils se sont volatilisés, Majesté. Comme par magie, s'exclama l'un des meneurs en arrivant à sa hauteur.
– On dirait, en effet. Qu'en est-il des autres bataillons?
– Nous avons peu de nouvelles pour l'instant. Mais nombreux sont ceux qui ont essuyé d'importantes pertes. Quant aux autres espèces...
– Nous veillerons à remercier chacune d'elle pour son aide précieuse.
– À vos ordres, Majesté, salua le meneur en faisant face à la vallée.
– Une dernière chose.
Le meneur tira la bribe pour faire tourner sa monture vers le monarque.
– Tout ce que vous voudrez, Majesté.
– Avons-nous une idée de l'identité du respon-sable de l'apparition de ces tornades? Un Dragon, un Elfe?
– Pas que je sache.
– Veillez à ce que des recherches soient menées à ce propos. Voulez-vous?
– J'y vais de ce pas, Majesté.
Sans attendre, le meneur partit au galop, laissant le roi et ses hommes devant un spectacle des plus difficiles à supporter.
*****
Un peu plus loin au nord, dissimulé au fond des Montagnes Sanglantes, deux Dragons blessés prenaient un moment de répit.
– Les Hommes paieront l'affront fait aux Dragons.
– Ils n'y sont pour rien, cette fois, Aktar. Ce sont les Elfes qui sont à l'origine de tout cela. Il y a d'abord eu cette morveuse, ce Griffon encapuchonné. Puis cet imbécile de Zarek qui, par je ne sais quel enchantement, était en possession de la pierre d' Air .
– Voyons, voyons. Aucun mortel ne peut mettre la main sur une pierre élémentaire sans en subir les foudres. Comment veux-tu donc qu'un Elfe puisse s'en emparer?
– Je n'en sais rien. Mais je sais ce que j'ai vu.
– Parfait. Et maintenant? Que sommes-nous censés faire? Nous ne sommes que deux et eux probablement des milliers. Sans compter que nous sommes blessés et que nous n'avons pas la moindre idée d'où ils se cachent tous.
– Il me semble pourtant que c'est évident.
– Explique-toi, veux-tu?
– Où serait-il intéressant de posséder une telle puissance, à ton avis?
– Aucune idée.
– Allons, crétin! Utilise cette grosse masse qui te sert de cervelle, pour une fois.
Le Dragon, incapable de trouver de réponse à la question de son semblable, demeura silencieux.
– Je comprends mieux pourquoi nous sommes si peu nombreux, se désola l'autre en secouant la tête de gauche à droite. Il n'existe qu'un endroit où une quantité importante d'air pourrait réellement constituer un avantage stratégique.
– Ah oui?
– Sur Thoragoste, soupira le Dragon.
– La forge... bien entendu! Pourquoi n'y ai-je pas songé plus tôt?
– Parce que tu es un sombre idiot. Voilà pourquoi.
– Ça va, c'est bon avec tes méchancetés. Mais, au fond, cela ne nous avance pas vraiment de le savoir.
– Que du contraire! savoura le Dragon en ar-borant un sourire malicieux.
– Rassure-moi, chef. Tu ne songes pas sincèrement attaquer Asrotis. N'est-ce pas? Je te rappelle que nous ne sommes que deux...
– Oh que non. Nos frères de feu nous aideront si nous le leur demandons. Crois-en mon expérience.
Son rire s'éleva aussitôt dans la grotte tandis qu'il retombait lourdement sur le flanc, affaibli par les derniers combats.
Profitant du brouillard et de la nuit touchant doucement à sa fin, les Dragons reprirent quelques forces à l'abri des regards, avant de se lancer à l'assaut de la terre de leurs ennemis de toujours, gagnés d'une haine démesurée.

(À suivre...)

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents