Achille
21 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Achille , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
21 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Extrait : LYDIE. Nous vous revoyons donc, heureuse Briseïs ! L'injuste Agamemnon, pour venger son pays, Vous rendant au Héros à qui vous sûtes plaire, Croit que vous fléchirez d'un seul mot sa colère."

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN :

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants :

• Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin.
• Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 60
EAN13 9782335121674
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0008€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

EAN : 9782335121674

 
©Ligaran 2015

Notice
Ces deux actes de la tragédie d’ Achille , écrits de la main de la Fontaine, sont exposés dans une des vitrines du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale.
On lit sur le feuillet de garde :

« Ce volume contient :
1º Les deux premiers actes d’ Achille , tragédie de Jean de la Fontaine, écrits de sa main ;
2° Les Poésies de François de Maucroix, chanoine de Reims ;
3° La seconde Philippique de Cicéron, traduite par le même, et écrite de sa main ;
4º Les quatre Catilinaires de Cicéron, traduites par le même.
Ce volume a été donné à la Bibliothèque du Roi par M. l’abbé d’Olivet, le y octobre 1740.

SALLIER. »
Les éditeurs de la Petite Bibliothèque des théâtres ont publié les premiers cet essai, en 1785, sur le manuscrit, mais très négligemment, et en omettant des vers entiers. Depuis, il a été inséré, mais trop longtemps avec de nombreuses incorrections, dans les éditions des Œuvres complètes de notre poète.
Le manuscrit, catalogué sous le n° 22995 du supplément français, renferme beaucoup de vers raturés, inédits jusqu’ici, et que M. Marty-Laveaux a reproduits en 1860 comme un échantillon curieux des efforts faits par la Fontaine pour se plier au style tragique. En trois endroits les corrections étaient écrites sur des bandes de papier collées. À sa prière, M. Natalis de Wailly, après s’être assuré que le manuscrit n’aurait nullement à souffrir de cette opération, a bien voulu faire enlever ces bandes, qui ont été montées sur des onglets : il a pu ainsi lire le texte primitif.
Comme le remarque Walckenaer, et comme semble le confirmer le feuillet de garde que nous avons transcrit, il est probable que la Fontaine envoya les deux actes de son Achille à son ami Maucroix qui l’engagea à ne point continuer ; et « il déféra si bien aux sages conseils de cet ami que personne de son temps, ni même longtemps après sa mort, ne s’était douté qu’il s’était aussi essayé dans le genre tragique », jusqu’à ce que d’Olivet, éditeur de quelques-unes des œuvres de Maucroix, eût fait cadeau à la Bibliothèque du Roi des manuscrits cités.
On possède si peu d’autographes, de véritables, d’authentiques autographes, de la Fontaine, que nous croyons devoir donner textuellement celui-ci, que nous avons recollationné nous-même, afin de permettre au lecteur, s’il lui en prend fantaisie, d’étudier sur cette transcription de l’ébauche originale l’orthographe et la ponctuation de notre poète.
Voici comment cette œuvre inachevée, et dont nous ne connaissons même pas le plan, a été jugée par Boissonade dans le Journal de l’Empire du 8 mai 1812 : « Ce fragment, déjà connu, ne fait pas grand honneur au talent de la Fontaine ; mais il en fait à son jugement. On voit que le poète, sentant son impuissance, abandonna sagement un genre pour lequel la nature ne l’avait pas formé, et qu’il ne s’obstina point à faire parler à sa muse légère, badine et négligée, un langage dont elle ne pouvait atteindre la dignité et qui lui ôtait toutes ses grâces. Il n’y a peut-être dans ces deux actes qu’un seul vers que l’on puisse retenir. Achille avoue qu’il aime, “qu’il est touché, qu’il se rend, et connaît les faiblesses d’un cœur”. Patrocle lui répond :

Loin les cœurs qui se sont de l’amour garantis,
S’il en est.
Cette réflexion naïve : s’il en est , appartient bien à la Fontaine, et c’est bien là son style, mais ce n’est pas le style de la tragédie. »
La critique de Boissonade nous semble un peu trop rigoureuse : cette pièce est faillie sans doute, mais on y remarquera quelques beaux vers, quelques vers véritablement tragiques. Reconnaissons cependant que, s’il avait, quoi qu’on en ait dit, le talent de la haute poésie, comme quelques-unes de ses fables et de ses poésies diverses en font foi, il n’avait peut-être pas de grandes dispositions à chausser le cothurne.
Rapprochez. Achille victorieux , tragédie en cinq actes, en vers, par le sieur de Ch*** (Lyon, 1637, in-8 e ) ; Briséis ou la Colère d’Achille , tragédie en cinq actes, en vers, par Poinsinet de Sivry, représentée à la Comédie-Française en 1759 (l’auteur semble avoir eu connaissance des deux actes de notre poète) ; et Achille à Troie , tragédie en cinq actes, en vers, par Guyot de Merville (1764). Voyez aussi ci-dessous.
Personnages

ACHILLE.
PATROCLE.
BRISEIS.
LYDIE.
AJAX.
ULISSE.
PHŒNIX.
ARBATE.
Acte premier

Scène première

Briseis, Lydie.

LYDIE

Nous vous revoyons donc, heureuse Briseïs !
L’injuste Agamemnon, pour vanger son pays,
Vous rendant au Héros a qui vous sceustes plaire,
Croit que vous flechirez d’un seul mot sa colere.

BRISEÏS

Moy ! le vouloir flechir ! Lydie, y pensez vous ?
Moy, troubler le repos qu’il doit a son courroux !
Agamemnon ne tend qu’a vanger son pays ;
Il a besoin d’Achille et le croit nécessaire.
Vous rendant au Héros a qui vous sceustes plaire,
Il a quité par la l’interest des Atrides,
Par la laissé de Mars les fureurs homicides ;
Et lors que seul en paix il void mesme les Dieux
En mortels attaquer et défendre ces lieux
J’iray de leurs débats le rendre la victime !
Il seruira les Grecs qui soufrent qu’on l’opprime !
Non, Lydie ; espargnons des jours si precieux.
Agamemnon m’a fait enleuer a ses yeux ;
Qui du camp s’en est plaint ? On s’est teu ; ce silence,
Si Briseïs est crüe, aura sa récompense.

LYDIE

Achille le jura des vostre enleuement.

BRISEÏS

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents