Baskets taille 44 et autres mondes parallèles
49 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Baskets taille 44 et autres mondes parallèles , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
49 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

« Ce matin vous avez rendez-vous Gare de l’Est, départ 10h22 pour Francfort. Voyage tranquille, en famille, séjour linguistique à la clé, vous vous préparez à une petite sieste, suivie de la lecture de ce nouveau livre sur les hommes et les femmes, deux mondes parallèles qui coexistent, cohabitent ou entrent parfois en collision, défiant ainsi toutes lois mathématiques. C’est souvent anecdotique, parfois caricatural mais tellement véridique et puis cela vous fait sourire, ce n’est déjà pas si mal. » Vous naviguez entre votre vie personnelle et professionnelle, les fêtes de l’école, les réunions de parents d’élèves, les collègues de bureau, les transports, votre vie de couple, une soirée au théâtre et la machine à café ? Vos enfants grandissent et vous ne pouvez rien y faire ? Ces mondes parallèles sont pour vous, le temps d’un voyage en RER ou d’une pause café.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 31 octobre 2014
Nombre de lectures 0
EAN13 9782312028675
Langue Français

Extrait

Baskets taille 44 et autres mondes parallèles

Myriam Bellecour
Baskets taille 44 et autres mondes parallèles











LES ÉDITIONS DU NET
22, rue Édouard Nieuport 92150 Suresnes
© Les Éditions du Net, 2014
ISBN : 978-2-312-02867-5
Préambule
Vous connaissez « google maps » ? Il suffit de « zoomer », « dé-zoomer » pour voir les choses sous un angle différent. Il y a tant d’individus dans des bulles, préoccupés à un instant donné par un sujet précis, qui n’ont plus de hauteur, de largeur, de recul, qui se côtoient sans se voir, qui ne se rendent pas compte qu’ils sont dans une bulle alors qu’un simple petit « zoom » remettrait leur monde en perspective. On peut « zoomer » le matin, en sortant du RER, lorsqu’on croise des centaines de personnes qui marchent dans une même direction, s’agglutinent parfois dans un ascenseur pour éviter quelques marches, se frôlent les unes les autres dans un espace qui n’en est plus un, sans un regard. A quoi pensent-elles ? A la badgeuse, à leur chef, à leurs enfants, au café avec les collègues, au repas du soir, à des baskets en taille 44, à rien ? On peut « zoomer » aussi en se promenant dans la rue, en croisant à une terrasse de café un père avec un landau, une tasse de café, des cernes et une seule préoccupation : dormir. Lui ne voit pas l’adolescent avec son bonnet en laine par 25 degrés au soleil, qui lui-même ne voit pas la mère de famille avec sa fille, en route pour un anniversaire où elle s’annoncera à l’interphone « c’est la maman de… ». Chacune de ces personnes, à un moment de sa vie ou simplement de son trajet, seule ou entourée de personnes qui ont des préoccupations similaires, est dans un monde à part, un monde parallèle.
Paris-Francfort
Ce matin vous avez rendez-vous Gare de l’Est, départ 10 h 22 pour Francfort. Voyage tranquille en famille, séjour linguistique à la clé, vous vous préparez à une petite sieste, suivie de la lecture de ce nouveau livre sur les hommes et les femmes, deux mondes parallèles qui coexistent, cohabitent ou entrent parfois en collision, défiant ainsi toutes lois mathématiques. C’est souvent anecdotique, parfois caricatural mais tellement véridique et puis cela vous fait sourire, ce n’est déjà pas si mal.
Ce que vous ne savez pas, c’est que vous avez rendez-vous pour trois heures de cours magistral avec LE spécialiste de la question.
Tout commence par ce moment où, ayant délégué à votre conjoint l’achat des billets, vous lui en avez également confié le transport. Vous n’avez rien vérifié, mais c’est le propre de la délégation, faire confiance au délégataire et c’est pleine d’assurance que vous indiquez au contrôleur que Monsieur a, justement, tout sous contrôle. Vous voyez bien que le contrôleur esquisse un petit sourire, vous auriez dû vous méfier car c’est à ce moment là que votre conjoint s’aperçoit qu’il lui manque toutes les cartes de réduction, celles qu’il a intégrées dans ses choix lors de la commande sur internet et auxquelles vous n’avez pas pensé puisque, pour une fois, vous n’avez pas organisé ce voyage.
Bien sûr ce n’est pas très grave, vous le savez. Vous savez également que réagir serait cautionner tous ces livres sur les comportements féminins. Mais le contrôleur ne vous aide pas non plus, lui qui prépare consciencieusement votre amende de 250 euros que vous pourrez, bien sûr Madame, vous faire rembourser dès votre retour dans votre agence. Vous avez beau être un exemple de décontraction, vous ne pouvez pas vous empêcher de faire une toute petite remarque sur l’incapacité des hommes à mener à bien une tâche simple et basique. Vous ne pouvez pas non plus vous retenir de préciser votre pensée par une autre remarque sur le fait que cela ne vous serait pas arrivé, ni de compléter le tout par le constat qu’en aucun cas vous n’irez faire la queue pour obtenir le remboursement, bien entendu toujours avec votre voix la plus douce et la plus aimable.
Vous imaginez de plates excuses, celles que vous auriez immédiatement formulées, mais votre conjoint lui ne réagit pas, pourquoi d’ailleurs puisque le problème sera réglé au retour, c’est donc juste une question de décalage dans le temps. Persuadée qu’il s’agit d’une question de principe et que votre conjoint passe à côté d’un point fondamental, vous décidez d’aller chercher un café à la voiture bar.
Votre contrôleur y est également, il vous a reconnue et vous hèle avec un « vous savez, j’en étais sûr ». Sûr ? Mais de quoi, de votre réaction mesurée et proportionnée à la situation, de votre sens de l’humour à toute épreuve ou de l’oubli de votre conjoint ? De l’ensemble et de bien davantage.
Chaque jour, dans les trains, lorsque vous pensez que votre contrôleur arpente les couloirs avec comme seul objectif de contrôler votre billet et de détecter les fraudeurs, il est en réalité en train de mener son étude sociologique sur les réactions et comportements des hommes et des femmes.
Pendant que vous avalez votre café, il vous apprend que :
– Dans 90 % des voyages en couple, Madame sort les billets de train. Elle sait exactement où ils sont rangés, le plus souvent dans la pochette intérieure d’un sac à portée de main.
– Dans les 10 % restant, même si Monsieur est en charge des billets, c’est Madame qui lui annonce où se trouve le billet et la carte de réduction, dans la poche droite de sa veste, où pourtant elle n’a pas rangé le billet.
– Dans 100 % des cas, Madame va réagir lorsqu’il annoncera le montant de l’amende ; il prend donc son temps, comme il l’a fait avec vous pour maintenir une certaine pression propice aux débordements féminins.
– En fonction de la manière dont les billets sont donnés, des regards échangés, il est capable de mesurer l’ancienneté du couple, sa probabilité de durée.
– La présence d’enfants vient le plus souvent exacerber les comportements relevés ; il préfère donc les couples sans enfants qui ne faussent pas ses statistiques.
Votre contrôleur tire les ficelles, émet des suppositions et vérifie ses hypothèses à votre insu. A raison de plusieurs voyages quotidiens en train et d’un nombre non négligeable de couples contrôlés par voyage, c’est une véritable encyclopédie des relations hommes-femmes qu’il pourrait écrire. Il vous explique que, dans la vie de tous les jours, tout serait simple si les hommes et les femmes suivaient le même trajet (vous traduisez : cheminement de pensée). Fort de son expérience sur le terrain, il suggère que les femmes renseignent quelques éléments fondamentaux à chaque fois qu’elles ont des attentes a priori évidentes pour elles mais subliminales pour les hommes, il recommande de s’inspirer des questionnaires et des services proposés par la SNCF :
– Ville de départ et ville d’arrivée : selon lui, les femmes devraient annoncer précisément leurs hypothèses de départ et les pré-requis ainsi que les effets attendus et s’y tenir.
– Voyage en TGV ou TER : les femmes pourraient utilement clarifier le raisonnement intérieur qu’elles suivent (ligne droite ou chemin de campagne avec détours).
– Cas de remboursement : pourquoi ne pas démarrer chaque voyage (vous traduisez : relation) par l’explication de quelques règles de base ; le billet est alors acheté, échangé ou remboursé en connaissance de cause. Ou alors le voyageur renonce à son voyage.
– Assistance en agence ou en gare : expliquer, accompagner, s’assurer de la compréhension de chaque voyageur, ce suivi au service du client ne lui semble pas inutile au sein d’un couple.
– Grèves : savoir qu’un blocage est toujours possible et que des concessions réciproques seront nécessaires à la reprise du trafic peut éviter bien des malentendus.
Votre train arrive en gare ; vous êtes encore sous l’effet de la surprise, vous qui n’aviez jamais envisagé votre contrôleur comme un sociologue émérite. Vous vous promettez de réfléchir à la question ; vous n’êtes d’ailleurs pas si sûre que les femmes soient si compliquées à comprendre. En tous cas pas vous ! Vous, vous aviez juste raison.

Profite bien !
Ce matin, il pleut… à torrents. Votre parapluie emporté par les bourrasques ne parvient pas à vous protéger sur le chemin du RER et c’est trempée que vous démarrez votre journée : tempête tropicale et sa moiteur, crachin breton et sa fraîcheur, tout dépend de la période de l’année, mais les conséquences sur votre moral sont identiques. Vous êtes déjà en stress, vous savez que vous allez arriver les pieds boueux, mouillée, froissée et avec un ressentiment certain à l’égard de ces femmes qui sortiront impeccables de leur voiture climatisée et à c&#

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents