Ceci est votre passé - Trilogie Œuvre Divine T.3
149 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Ceci est votre passé - Trilogie Œuvre Divine T.3 , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
149 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

V alentina et Marcus se sont enfin retrouvés ! Pour se soustraire au jugement de l’ainé, ils n’ont d’autres choix que de fuir pour un nouveau-monde, celui de l’Amérique d’aujourd’hui. Malheureusement, cette contrée est de loin la plus dangereuse de toutes car elle est la demeure du premier ange de l’humanité, celui qui détient tous les secrets…

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 octobre 2013
Nombre de lectures 0
EAN13 9782312014159
Langue Français

Extrait

Ceci est votre passé

Eve Roilant
Ceci est votre passé
Trilogie Œuvre Divine T. 3













LES ÉDITIONS DU NET 22 rue Édouard Nieuport 92150 Suresnes
Que le sang des justes s’éveille…


































© Les Éditions du Net, 2013 ISBN : 978-2-312-01415-9
Prologue
– Valentina, nous y sommes ! Voici la grande pomme, la ville de New-York. C’est incroyable, regarde ces maisons gigantesques !
– Ce sont des gratte-ciels mon prince et même si nous sommes de nuit, il vous faut garder un peu de tenue votre altesse ! dis-je en me moquant de lui.
Depuis qu’il m’avait tout dit, tout s’était éclairé. J’avais compris qu’il avait honoré son serment, veillant sur moi pendant des siècles et des siècles. Je n’étais pas vraiment persuadée du bien-fondé de la quatrième vision mais je le laissais y croire. Et aussi incroyable que cela puisse être, nous étions redevenu le même couple qu’autrefois. Fusionnel comme on dit dans cette époque. En même temps, sachant que l’on était le sang et la chair du Cœur de Dieu…

Je n’avais pas vraiment accepté cette définition, c’était un peu trop grand pour moi mais tout comme lui, j’avais appris la patience. Des siècles au milieu des hommes m’y avaient forgée. Et j’étais certaine que si je devais reconnaître cette vérité un jour, alors cela viendrait naturellement.
– Regarde celui-là ! Il est impressionnant ! Il touche presque le ciel…
– C’est l’Empire State Building. Un monument à la gloire des hommes. Beau et dominant comme cette nation.
– Tu n’aimes pas trop cette ville, je me trompe ? demanda Marcus.
– La période la plus heureuse de ma vie fut celle où nous étions tous les deux au moulin et nous n’avions pas besoin de tout cela mon prince. De quoi nous nourrir, de l’amour, un feu et un toit, cela nous suffisait amplement…
– C’est le progrès !!! dit-il fier de lui.
Il n’était réveillé que depuis peu et s’émerveillait de tout ce qu’il voyait. Il se passionnait pour les voitures, comme tous les hommes d’ailleurs. La science était partout ! Elle avait un terrible ascendant sur la religion. Tout s’expliquait désormais ! De l’atome aux galaxies, l’homme avait tout compris, sauf le plus important ! Le pourquoi de son existence.
C’était soi-disant le rôle du dernier, celui qui possédait la Main droite bénie de Dieu. Un véritable fantasme entre Marcus et son maître car c’était bien sûr impossible à concevoir et encore moins, à accepter.

Pour en revenir à Marcus, Bientôt, nous discuterions des moulins à eaux et de leurs évolutions. Un moment difficile en perspective, je n’osais lui dire que cela n’existait pratiquement plus. Enfin, je profitais de sa présence, j’avais retrouvé mon prince.
– Qu’est-ce qu’il y a comme monde !!! Et même la nuit ! reprit-il.
– Oui Marcus, le monde ne s’arrête plus. Il est déraisonné, ils détruisent la nature, ils détruisent la vie. Seul compte le dieu papier vert, ils se sont égarés à un point que je ne pouvais imaginer…
– Valentina, la quête du pouvoir existe depuis la nuit des temps ! Sans cela les hommes perdent leurs repères…
– Il fut un temps où le repère était Dieu et non l’argent…
– Ne t’inquiète pas, cela finira par changer, nous en sommes la preuve. Il ne reste plus qu’à attendre ! dit-il.
– Trouvons un endroit plus agréable, cela doit quand même bien exister dans cette ville…
– J’ai vu un parc près d’ici, cela serait déjà mieux… dit Marcus en réfléchissant.
– Oui, allons-y mon prince.

Nous finîmes par le trouver. Un grand parc, reposant et verdoyant. Au cœur de la ville. Nous étions enfin au calme. L’herbe verte sous nos pieds, le vent dans notre visage. Un moment de tranquillité qui ne dura pas, un terrible pressentiment nous submergea Marcus et moi.
Quelque chose de fort, non, de terrifiant arrivait ! Puis tout disparut d’un coup et nous vîmes surgir une jeune femme rousse devant nous. Elle avait quelques années de plus que moi mais elle était difficile à distinguer sous ses énormes lunettes noires et son foulard blanc autour de la tête. Seules quelques mèches semblaient libres sous cet accoutrement.
– Bonjour, excusez-moi de vous déranger mais je cherche mon chemin ? Peut-être pourriez-vous m’aider ? demanda-t-elle en français.
– Désolée, nous ne sommes pas d’ici ! repris-je dans cette même langue.
– Oui, c’est ce que je me suis dit ! Vous avez l’air de véritables touristes. Vous venez d’Italie ?
– Oui ! Comment le savez-vous ?
– A votre accent ! C’est encore le moyen le plus simple… répondit-elle.
Marcus commença à se raidir, nous savions lui et moi que nous n’avions pas d’accent et pour cause, nous maitrisions parfaitement notre voix depuis des siècles.
– Bien, enchantée de vous avoir rencontrée. Nous devons vous laisser… dis-je en la fixant.
– Attendez ! Je pourrais peut-être vous aider ? Je sais beaucoup de choses ! C’est un don que j’ai depuis ma naissance… dit-elle en souriant.
– Je n’en doute pas ! Et vous avez aussi le don de voyance peut-être ??
– Tout à fait ! Je suis sûre que je peux trouver vos prénoms juste en vous regardant…
Cette jeune femme m’intrigua. Un je-ne-sais-quoi de rivalité entre nous, un sentiment de compétition naturelle qui me donna envie de jouer avec elle.
– Bien ! J’accepte le défi ! répondis-je.
– Parfait ! Et si je perds, j’aboierais en faisant trois tours sur moi-même ! répondit-elle en fixant mon prince.
Cette remarque fit l’effet d’une bombe ! Marcus se mit entre nous et son sang se déclencha agressivement. Je pus étonnamment contenir le mien à ma grande surprise. De son côté, cette jeune touriste ne ressentit rien de particulier ce qui nous rassura.
– Excusez-moi mademoiselle, j’ai eu une mauvaise sensation. Je ne pensais pas à mal, je vous assure dit Marcus avec soulagement.
Elle s’approcha de lui et lui glissa un mot à l’oreille.
– Je le sais bien, la bonté et la compassion sont dans ta nature, Marcus…
Nous eûmes le même réflexe ! Un bond en arrière pour nous mettre à distance de cette femme. Qui était-elle ? Cela ne pouvait être que la remplaçante d’Ibrail, la nouvelle messagère du feu. C’était donc une situation de danger ! Quoique ?! Elle était particulièrement faible, même inexistante. Je pouvais la vaincre sans difficulté. C’était évident !
Je fis donc monter mon sang au maximum à mon tour. Cela la dissuaderait rapidement ! Il y avait eu assez de mort dans ma vie et celle de mon aimé. La force du sang du Cœur alliée à celle des Ailes de Dieu furent révélées. Marcus mit genoux à terre. Elle ne bougea pas et se mit à sourire.
– Et bien, en voilà une grande puissance !!! Mais malheureusement, tu es encore loin du compte ma chère Valentina… dit-elle.
– Mais qui es-tu bon sang ??? criais-je.
En moins d’une seconde, un véritable coup de fouet eut lieu. Son sang claqua. Je fus propulsé à genoux comme une paille dans le vent. Impossible, c’était impossible !!!
– Pardonnez-nous maître, nous ne savions pas !!! dit mon prince terrorisé.
– Marcus, mais que fais-tu ? demandais-je.
– Ne t’étonne pas Vénus, il a plus l’habitude que toi de nos rencontres…
– Mais qui es-tu ?! dis-je à mon tour effrayée.
– Mon nom est Wanampi et je suis la quatrième…

Omniscience
Mon premier maître ! C’était à la fois une joie et une terrible crainte. Au vu de sa puissance, elle pouvait nous anéantir. Nous l’avions compris en une seconde, la force divine en un seul être. Bien qu’étonnant, cela rassura Marcus. Il avait pressenti son existence depuis des siècles, depuis ce jour où il avait découvert le lion caché dans le chapiteau aux lions, l’emblème de l’Inde.
Il avait compris qu’un grand moment était arrivé, que la roue du destin venait d’avancer d’un cran. Et il en parut enchanté. Moi beaucoup moins.

Elle nous amen

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents