Aventure d un soir
53 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Aventure d'un soir , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
53 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Un plongeur n’a plus que trois minutes à vivre. Un livre relégué au rayon des soldes raconte son destin tragique. Socrate est apostrophé par Dieu alors qu’il se trouve au petit coin. Un enseignant du futur se rebelle contre le système qui l’écrase. Fruit d’une production qui s’échelonne sur 30 ans, ce recueil de 15 nouvelles inclassables navigue finement entre les situations périlleuses, les relations amoureuses mal en point ainsi que les extases et les agonies du monde littéraire.
Quand on s’abandonne à un auteur d’expérience... Place aux aventures d’un soir fougueuses et amusantes !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 septembre 2019
Nombre de lectures 0
EAN13 9782896996520
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0450€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Aventure d’un soir

Du même auteur
 
Chez d’autres éditeurs
Otages de la nature , roman jeunesse, Ottawa, Éditions David, 2018, 162 p. ; livre numérique Kobo, 2018.
La longue histoire de la petite vache , roman jeunesse, ill. de Caroline Merola, Saint-Lambert, Soulières éditeur, 2018, 96 p.
Zazette, la chatte des Ouendats , roman jeunesse, ill. d’Adeline Lamarre, Saint-Lambert, Soulières éditeur, 2015, 96 p.
The Water of Life (Uisge beatha) , roman, traduit de L’eau de vie , livrel Kobo, 2015 ; Canberra, Odyssey Books, 2015, 322 p.
Le sortilège de Louisbourg , roman, Ottawa, Éditions David, 2014, 332 p. ; livre numérique Kobo, 2014.
L’eau de vie (Uisge beatha) , roman, Ottawa, Éditions David, poche, 2014 (2008), 466 p. ; Prix Émile-Ollivier 2009.
Les guerriers de l’eau , roman jeunesse, Ottawa, Les Éditions du Vermillon, 2012, 192 p. ; livre numérique Kobo, 2012. Prix Françoise-Lepage 2013.
La première guerre de Toronto , roman jeunesse, Ottawa, Éditions David, 2010, 174 p. ; Prix du livre d’enfant Trillium 2011.
Les mordus de la glace , roman jeunesse, Ottawa, CFORP, 2006, 89 p.
Une tournée d’enfer , roman jeunesse, Ottawa, CFORP, 2006, 89 p.
Les exilés , roman, Ottawa, Le Nordir, 2003, 142 p.
Fait à l’os !, roman, Regina, Éditions de la Nouvelle Plume, 2003 (écrit avec 17 jeunes Fransaskois), 129 p.
Les géniteurs , roman, Ottawa, Le Nordir, 2001, 196 p.
Le pari des Maple Leafs , roman jeunesse, Montréal, Les Éditions Pierre Tisseyre, 1999, 215 p.
Le prochain pas , roman jeunesse, Ottawa, CFORP, 1997, 94 p.
Le secret de l’île Beausoleil , roman jeunesse, Montréal, Les Éditions Pierre Tisseyre, 1990, 181 p.

Daniel Marchildon
 
 
 
 
 
 
 
Aventure d’un soir
 
(15 nouvelles livresques, amoureuses et périlleuses)
 
Nouvelles
 
 
 
 
 
 
 
 
Collection Vertiges
L'Interligne

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada
 
Titre: Aventure d'un soir : (15 nouvelles livresques, amoureuses et périlleuses) : nouvelles /
 
Daniel Marchildon.
 
Noms: Marchildon, Daniel, auteur.
 
Collections: Collection Vertiges.
 
Description: Mention de collection: Collection Vertiges
 
Identifiants: Canadiana (livre imprimé) 20190132035 | Canadiana (livre numérique) 20190132078 |
 
ISBN 9782896996506 (couverture souple) | ISBN 9782896996513 (PDF) | ISBN 9782896996520 (EPUB)
 
Classification: LCC PS8576.A6356 A94 2019 | CDD C843/.54—dc23
 
 
 
 
 
 
 
 
L’Interligne
435, rue Donald, bureau 337
Ottawa (Ontario) K1K 4X5
613 748-0850
communication@interligne.ca
interligne.ca
 
Distribution : Diffusion Prologue inc.
 
ISBN 978-2-89699-652-0
© Daniel Marchildon 2019
© Les Éditions L’Interligne 2019 pour la publication
Dépôt légal : 3 e trimestre de 2019
Bibliothèque et Archives Canada
Tous droits réservés pour tous pays



Avant-propos
 
 
 
 
 
 
 
De l’œuvre de jeunesse à des créations récentes, ce recueil de nouvelles, dont la plus vieille remonte à 1986, vous convie à explorer mon univers littéraire et son évolution au fil de trois décennies.
 
La nouvelle a toujours fait partie de mon œuvre. Je m’amuse à en écrire pour développer des idées souvent cocasses dont la nature se prête bien à ce genre court et percutant.
 
Bon voyage tout au long de ce trajet surtout drolatique, quelquefois sérieux, qui porte un regard sur les livres, l’amour et l’humanité.
Nouvelles livresques


Une aventure d’un soir







On s’est rencontrés un soir, chez mon amie Jacynthe. C’est elle qui t’a présenté à moi, comme une offrande, avec un regard entendu. Peut-être savait-elle déjà où cette rencontre devait forcément mener. Par son expression, j’ai compris qu’elle avait cru bon de nous présenter en connaissance de cause, après avoir déjà passé une nuit, peut-être même plus, en ton agréable compagnie. Cette constatation m’a gênée, au point où j’ai détourné le regard pour embrasser la salle. À l’autre bout de la grande pièce, Alain, le mari de Jacynthe, jasait avec d’autres invités. Il ne se doutait probablement de rien, ou peut-être même savait-il tout et s’en fichait-il éperdument.
J’ai hésité devant ce premier contact, je ne sais pas pourquoi. Peut-être qu’au début de la quarantaine, alors qu’on porte les cicatrices des brûlures infligées par le brasier de moult relations, on perd l’aisance, en fait le courage, d’en entamer d’autres. En te touchant, j’ai tout de suite senti une chaleur, une légère brûlure. J’avoue que ton allure physique ne m’avait guère impressionnée. Mais il est bien vrai qu’il ne faut pas juger de l’arbre par l’écorce.
Au long de la soirée, on a beaucoup parlé de toi, de ton succès, de l’admiration sans bornes que le public te vouait. Nous sommes partis un peu tôt. Destination : mon appartement. Chez moi, j’ai préparé une tisane que j’ai bue assise dans le salon à te dévisager, en silence. Finalement, d’un commun accord, nous nous sommes rendus à la chambre à coucher. Pendant un long moment je t’ai contemplé reposant au milieu de mon grand lit qui, tout à coup, t’a fait paraître si petit.
Je suis allée à la salle de bains et, en exécutant mon train-train habituel, je me suis rendu compte que mes mains tremblaient légèrement, qu’un sentiment d’anticipation attisait mon désir, que je ne pensais plus qu’à toi qui m’attendais patiemment sur le lit. Cela faisait si longtemps que je n’avais éprouvé une telle fougue, que je me suis mise à appréhender le pire. Le matin venu, comment me sentirais-je ? Exaltée ou brûlée encore une fois ?
Juste avant de quitter la salle de bains, voilà que le doute s’est emparé de moi. Est-ce que je m’attendais à trop de ta part ? Serais-tu capable de combler mon besoin d’ivresse, de folie même ? Mon désir m’avait-il monté un château d’attentes irréalistes, irréalisables ? Pourtant je sentais que cette rencontre, cette liaison que je me préparais à entamer, recelait un potentiel énorme.
Ainsi, malgré moi, je t’ai de nouveau approché d’un pas hésitant, trahissant une certaine pudeur. Me débarrassant d’abord de mon soutien-gorge et ensuite de ma petite culotte, je me suis glissée dans le grand lit avec toi. Après une hésitation d’encore une seconde, mes doigts ont longé ton dos lisse et jeune. Me rapprochant, j’ai commencé à te flatter. Mes yeux t’ont dévoré, lisant dans chacun de tes signes une volupté, une douce sensualité que ma cervelle décortiquait à peine avant qu’elle ne gagne tout mon corps.
Je t’ai tâté, effleuré, palpé. Après un premier long spasme de plaisir, je t’ai empoigné de nouveau. Reprenant ce doux manège, j’ai perdu conscience du temps, de moi-même. À un moment donné, j’ai eu l’impression de gémir à haute voix, plus tard à l’intérieur seulement.
Toute la nuit je t’ai caressé, en humant le parfum délectable de ta jeunesse.
Au bout d’un certain temps, j’ai constaté que ce plaisir, mêlé à l’effroi de ne plus me sentir tout à fait maîtresse de la situation, allait continuer encore longtemps, sans doute jusqu’à ce que nous eussions fini de nous consommer mutuellement. D’habitude, je ne m’abandonne pas si facilement. Cependant, en te sentant te livrer si pleinement à moi, ma propre résistance s’est écroulée...
Il faisait jour quand ton corps s’est dérobé à l’étreinte de mes mains. Heureusement que nous étions dimanche, car je n’aurais pas eu la force de me lever pour aller au travail. Je me sentais assouvie, à la fois vidée et comblée. J’ai contemplé ta forme allongée à côté de moi. Bien que tu n’eusses pas changé d’aspect, tu ne me paraissais plus si petit car, maintenant que je te connaissais intimement, je te savais source d’immenses merveilles et de plaisir sans limites.
J’ai émis un long bâillement en éteignant la lampe de chevet qui avait éclairé nos ébats la nuit durant. En fermant les yeux, j’ai eu une pensée pour quelques-unes de mes copines, certaines seules, d’autres en couple, avec lesquelles j’avais le goût de te partager. Elles seraient tout aussi séduites que moi.
Plus tard, je tél

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents