237 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Histoire amoureuse des Gaules suivie des Romans historico-satiriques du XVIIe siecle, Tome I , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
237 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

pubOne.info thank you for your continued support and wish to present you this new edition. Sur une belle page blanche, au frontispice de ce livre, en lettres architecturales, je voulois tracer une dedicace ou une inscription funebr

Informations

Publié par
Date de parution 27 septembre 2010
Nombre de lectures 0
EAN13 9782819924487
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0100€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

HISTOIRE AMOUREUSE DES GAULES
PAR BUSSY RABUTIN
revue et annotée
PAR M. PAUL BOITEAU
Suivie des Romans historico-satiriques duXVIIe siècle
recueillis et annotés
PAR M. C.-L. LIVET
Tome I
BUSSY RABUTIN, ANNOTÉ PAR P. BOITEAU
À PARIS
Chez P. Jannet, Libraire
MDCCCLVI
PRÉFACE.
Sur une belle page blanche, au frontispice de celivre, en lettres architecturales, je voulois tracer une dédicaceou une inscription funèbre
DIS. MANIBVS.
MVLIERCVLARVM.
QVAS. CORRIPVIT.
AMOR.
mais j'ai peur qu'on n'attaque la qualité ou lamoralité de mon style épigraphique. Je voudrois du moins, puisqueje viens de vivre assez longtemps avec elles, ne pas quitter toutesces pécheresses sans leur dire adieu, et je désirerois concentrermes derniers hommages en une vingtaine de vers de circonstance;peut-être les aurois-je tournés ainsi:
L'art antique disoit: Qu'on adore les belles!
Les poètes disoient: Que tout cède à l'amour!
Les poètes et l'art aujourd'hui sont rebelles
Au culte dont Laïs a vu le dernier jour.
O femmes! la beauté, c'étoit une victoire,
C'étoit une grandeur, c'étoit une vertu;
On ne s'informoit pas, pour chanter sonhistoire,
De quel or, sous quel toit, Laïs avoit vécu.
Il suffisoit qu'elle eût la chevelure blonde:
La femme étoit Vénus; un grand œil pleind'éclairs:
La femme étoit Minerve. Ô sagesse du monde!
Devant d'autres autels s'agenouillent nos vers.
Notre admiration se proclame éblouie
Par la splendeur des lois qui plaisent auxCésars.
Midas a des enfants; la foule, recueillie,
Applaudit aux décrets de leur goût pour lesarts.
Mieux valoit quand, le front ceint du parfum desroses,
Les poètes et l'art saluoient le soleil,
Le printemps, le feuillage, et les femmesécloses,
Comme de jeunes fleurs, en leur temple vermeil.
Je sais bien que Phryné présage Messaline,
Que Jeanne Vaubernier déshonore Ninon;
Mais devant la jeunesse il faut que l'ons'incline:
Vive qui sut aimer, et qu'importe son nom!
Voilà ce que disoit et pensoit l'Ionie;
Ses dieux avoient du moins quelque divinité.
On pardonne, je crois, ses crimes au génie:
De la même injustice honorons la beauté.
Mais je crains qu'on ne m'accuse d'une trop viveindulgence pour des courtisanes, et je me résigne à réfrénerl'ambition de cette préface.
Toutefois je ne la convertirai pas en une étudepréliminaire sur la vie et les œuvres de Bussy-Rabutin; voici pourquelle raison: il me semble qu'une étude de ce genre doit êtretoujours faite de manière à l'emporter sur les études précédemmentpubliées; il faut, de toute nécessité, qu'elle ne se borne pas àdes redites, mais qu'elle ajoute quelque chose au commun domaine del'histoire et de la littérature. Si elle se traîne péniblement dansle sentier battu, à quoi bon cela? Et c'est à quoi seroitfatalement condamnée ici une préface de vingt pages.
M. Walckenaer ( Mémoires concernant madame deSévigné ), M. A. Bazin ( Revue des Deux-Mondes , 1842, et Nouvelle Biographie universelle ), et M. Sainte-Beuve (t. 3des Causeries du lundi ), ont examiné à tous les points devue cette vie et ces œuvres. Certainement il y auroit quelque choseà dire encore; mais ce quelque chose ne pourroit être dit sanspreuves, sans expositions, sans dissertations auxiliaires, et jegrossirois trop facilement un volume déjà trop gros.
Ce n'est pas sans quelque déplaisir que je me suisretranché l'occasion de vider mon carton de notes et de remplir monrôle de consciencieux commentateur. Je les garde, ces notessurabondantes. Si le public accueille volontiers l'édition qui luiest offerte, je me croirai engagé à parfaire ma tâche, et, en mêmetemps que je rectifierai le commentaire qui court au bas des pages,je m'efforcerai de résumer tout ce qui peut être utilement dit deBussy-Rabutin et de son Histoire amoureuse .
On trouvera au tome 1er de l'édition que M.Monmerqué a donnée des lettres de madame de Sévigné la généalogiedes Rabutin. Roger de Rabutin, comte de Bussy, est né le 3 ou le 13avril 1618, à Épiry, en Nivernois. Sa famille étoit l'une des plusanciennes et des plus illustres de la Bourgogne. Élevé chez lesjésuites d'Autun, puis au collége de Clermont à Paris, ilinterrompit ses études à seize ans (1634), pour commander unecompagnie dans le régiment de son père. À partir de ce temps il necesse de prendre part à toutes les guerres. Ses Mémoires racontentagréablement toute son histoire jusqu'au moment de sa disgrâce; lereste de sa vie est raconté dans le Recueil de ses Lettres. Lescombats, les amours volages, même les débauches, ne lui prennentpas tout son temps. Actif, entreprenant, doué d'un espritvéritablement distingué, il trouve toujours une heure pour lire unlivre ou pour écrire une chanson. Si ses connoissances sontincomplètes, s'il dit qu'il n'a jamais lu Horace, par exemple, songoût est pur et il a en soi ce qui fait le bon style. Aussi est-cebientôt le plus bel esprit de l'armée et de toute la noblesse. Ilest de toutes les fêtes demi-bachiques, demi-littéraires; il est legrand fabricant de satires, d'épigrammes et de couplets. Cela fitsa fortune dans les lettres et ruina sa fortune à la cour. Peu àpeu, par sa conduite politique et par les manœuvres de son esprit,il s'aliéna le cardinal Mazarin, Condé, Turenne et Louis XIV. Sesamis ne purent le défendre. On avoit peur de lui: là est le secretde sa chute.
C'est pour divertir une de ses maîtresses, madame deMontglat, qu'en 1659 ou en 1660 il composa l' Histoire amoureusedes Gaules . Cette histoire, qui n'avoit de romanesque que lesnoms sous lesquels paroissoient les personnages, et qui peignoitavec beaucoup d'agrément les aventures des principaux seigneurs etdes plus belles dames de la cour, ne manqua pas d'être connuepartout de réputation. Bussy-Rabutin la lisoit lui-même, et trèsvolontiers, à ses amis intimes. La marquise de la Baume, unevilaine femme, belle de visage, que tous les contemporains ontmaltraitée, la lui ayant empruntée, en fit faire une copie secrète,puis une autre. En vain Bussy voulut-il lui rappeler la promessesolennelle qu'elle lui avoit faite de ne pas abuser du prêt; envain mit-il tout en œuvre pour détruire les fatales copies,l'histoire fit son chemin sous le manteau. Ce fut une explosion demurmures.
Bussy n'étoit déjà pas très bien auprès du roi, deses ministres et de ses principaux confidens; il avoit même paru unmoment compromis pour quelques relations d'affaires qu'il avoiteues avec Fouquet. Le succès terrible de son pamphlet enhardit tousses ennemis; mais ce qui lui donna le coup de grâce, ce fut lapublication en Hollande, et par le fait de madame de la Baume, del' Histoire amoureuse des Gaules . Une clef étoit jointe autexte. Jamais scandale n'eut plus d'éclat et un éclat plus rapide.Condé étoit à la tête de ceux qui juroient la perte et la mort ducoupable. Il fallut que le roi prît parti. Bussy étoit déjà à demidisgracié; toutefois il venoit d'être reçu à l'Académie françoise,et y avoit même prononcé un discours très cavalier. Le 17 avril1665 il fut mis à la Bastille.
Il y resta treize mois, et ne sortit que pour êtreexilé en Bourgogne.
Les éditions du pamphlet se succédoient rapidementet se falsifioient. On avoit eu l'idée d'intercaler dans le texte,après le récit de la fête de Roissy, ce cantique fameux et detoutes manières mauvais que les amateurs de poésies libertines ontaveuglément regardé comme une œuvre de Bussy.
Jamais Bussy n'a écrit ce cantique. Les alleluia de Roissy étoient des impiétés, et ce cantique esttoute autre chose. L' Histoire amoureuse des Gaules est unlivre d'une agréable lecture, et durant laquelle le goût n'estoffensé par aucune ordure, et le cantique est un ramassis degrossièretés. Bussy l'a toujours nié. Ces couplets ont étéintercalés deux ou trois ans après l'apparition première du livre,et ils ont été pris au hasard dans l'un des recueils manuscrits desépigrammes et des chansons du temps.
Nous ne pouvions les supprimer, puisqu'ils sontdevenus par le fait partie intégrante de l'ouvrage; ils ontd'ailleurs, à défaut de mérite littéraire, une petite valeurhistorique; mais nous pensons bien que le lecteur sera de notreavis et qu'il ne les considérera que comme un tristehors-d'œuvre.
Nous voici amené à dire quelle a été notre intentionen réimprimant, comme nous l'avons fait, un livre qui, suivantl'expression populaire, jouit d'une si mauvaise réputation.Assurément, ce n'est pas séduit par le seul attrait de sa moralelubrique; mais c'est que nous avons vu que ce pamphlet avoit unetrès grande importance en histoire. D'abord, c'est un tableau exactdes mœurs du temps; ensuite c'est un mémoire utile à consulter pourl'histoire politique elle-même du ministère de Mazarin. Nul ne seratenté, s'il l'a lue, de regarder l' Histoire amoureuse commeun livre ordurier; c'est au contraire un ouvrage qui a son charmeet sa fine fleur littéraire. J'ose croire que nul ne sera tenté nonplus, après avoir jeté un coup d'œil sur les notes, de douter de lavéracité de Bussy et de me contredire lorsque je signalel'importance historique de son livre.
Pas plus qu'un autre je ne pousse jusqu'à ladéraison l'estime que je fais des belles qualités artistiques duXVIIe siècle; aussi bien qu'un autre je me sens peu d'attachementpour la vanité et les vices de ces grands seigneurs et de cesbelles dames; mais je ne puis me débarrasser d'un certain goût pourleurs fêtes, d'une certaine admiration pour leur esprit, d'unecertaine tendresse pour leur beauté, d'un certain enthousiasme pourtout ce qui avoit alors de la physionomie, de l'esprit, de lagrandeur.
Un Italien m'excusera sans peine. Je saisqu'aujourd'hui les progrès de l'économie politique et de la chimieobligent les hommes à se garder d'un vain engouement pour tout cequi est pompe, parure et inutilité. Aussi m'accusé-je sansfeintise. J'avouerai même que, sans rien ôter à mon amour pour lesconquêtes de l'esprit nouveau, je me vois de plus en plus ramenévers cette littérature du dix-septième siècle, qui fut ma premièrenourrice. La littérature qu'

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text