Code contagieux
289 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Code contagieux , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
289 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ibiza, en plein cœur de l’été : 170 personnes décèdent en quelques jours d’une maladie foudroyante et inconnue. Les symptômes rappellent les terribles fièvres d’Ébola. Accident ou acte terroriste ?

Face à la menace d’une épidémie mondiale et d’une crise économique majeure, une Commission d’enquête inter­nationale est créée, conduite par les États-Unis.

Laetitia Byrd, la meilleure enquêtrice scientifique de l’ORI (Office of Research Integrity), est désignée par la CIA pour mener les investigations en Europe.

La jeune femme accepte la mission, loin de soupçonner les dangers qui l’attendent et les implications internationales de l’affaire.

Quand le virus mortel frappe à son tour Los Angeles, le monde tremble et une double course contre la montre s’engage : identifier et neutraliser simultanément l’organisation criminelle et la souche virale mutante.

Entre secrets d’État et manipulations génétiques, une intrigue complexe, un suspense contagieux.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2011
Nombre de lectures 30
EAN13 9782876234840
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0105€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Code Contagieux
LUc BENIcHOU
Code Contagieux
THRIllER
MiCheL deMauLe
Conception graphique Les3tstudio
Conception de la couverture elEONORà MàRàNGONI
Lecture et correction sàmUEl gàNGNERON
© ÉditionsMiCheL deMauLe, 2011 41,rue deriCheLieu– 75001 Paris. mIcHElDEmàUlE.cOm
P
rologue
QuELquE part EN ArgENtINE…
en dEhORs d’Un téLéphOnE, iL n’y avait RiEn d’aUtRE sUR La GRandE tabLE En bOis d’ébènE qU’Un tUbE dE vERRE scELLé, d’En-viROn 10 cEntimètREs dE LOnG, pOsé vERticaLEmEnt Et REmpLi dE pLUsiEURs capsULEs tRansLUcidEs d’aspEct jaUnâtRE. Dans La dEmi-pénOmbRE, cELa faisait Un mOmEnt qUE L’hOm-mE, LEs dEUX mains appUyéEs sUR La tabLE, fiXait cE tUbE. lE mObiLiER dE sOn bUREaU était d’UnE GRandE sObRiété. HORmis Un sièGE majEstUEUX Et dEUX faUtEUiLs cLUb En cUiR nOiR, pas dE bibLiOthèqUE, pas d’aRmOiRE, pas d’ORdinatEUR. SUR LEs mURs En ROndins, dans dE GRands cadREs En aciER bROssé, dEUX pLanisphèREs sE faisaiEnt facE. SUR L’Un d’EUX étaiEnt pLan-tés pLUsiEURs pEtits dRapEaUX ROUGEs. unE étRanGE OdEUR dE bOis, dE ciGaREttE Et d’hôpitaL fLOttait dans L’aiR. lEntEmEnt, L’hOmmE sE REdREssa, attRapa LE téLé-phOnE Et cOmpOsa Un nUméRO à dEUX chiffREs. gRand, tRès RaidE, La siLhOUEttE Un pEU vOûtéE, iL était vtU d’Un pantaLOn Et d’UnE chEmisE GRisE qUi REnfORÇaiEnt L’impREssiOn dE ma-
7
LaisE qUE déGaGEait sOn visaGE sans cOULEURs. QUand On dé-cROcha, sEs paUpièREs sE fERmèREnt dURant pLUsiEURs sEcOndEs dERRièRE LEs LUnEttEs à mOntURE métaLLiqUE. unE vOiX dE fEm-mE sE fit EntEndRE : — ALLô ? BOnjOUR, MOnsiEUR. — COmmEnt Est-iL ? — TRès maL. — PRécisEz. la vOiX dE L’hOmmE était GLaciaLE. — lEs hémORRaGiEs cUtanéEs s’étEndEnt, La pREssiOn aRté-RiELLE a chUté à 8 Et iL cOmmEncE à déLiRER. QUE dOis-jE faiRE ? — POURsUivEz LE tRaitEmEnt Et pRévEnEz-mOi si sOn état s’aGGRavE. — MOnsiEUR… — oUi ? — VOUs tEs vRaimEnt sûR qUE nOUs nE RisqUOns RiEn ? — AbsOLUmEnt sûR. IL RaccROcha. D’Un GEstE déLicat, iL saisit LE tUbE dE vERRE, LE cOntEmpLa LOnGUEmEnt avant dE LE GLissER dans sa pOchE pUis, tRès caLmEmEnt, iL REpRit LE téLéphOnE Et cOmpOsa Un nUméRO bEaUcOUp pLUs LOnG qUE LE pREmiER. IL REcOnnUt immédiatEmEnt La vOiX dE sOn intERLOcUtEUR, qU’iL intERROmpit aUssitôt : — BOnjOUR. ÉcOUtEz-mOi Et nE mE RépOndEz pas. JE pEnsE qUE LE sUjEt mOURRa dans La nUit OU dEmain matin. COmmE pRévU, nOUs attEndROns EncORE cinq jOURs. VOUs débaRqUEREz dOnc discRètEmEnt maRdi. BiEn sûR, tOUt dEvRa dispaRaîtRE. À maRdi. JE RaccROchE. DURant Un cOURt instant, L’hOmmE GaRda La main pOséE sUR LE cOmbiné pUis iL fit LE tOUR dE La tabLE pOUR aLLER s’assEOiR dans LE faUtEUiL. IL attRapa L’attaché-casE, pOsé paR tERRE, Et En
8
sORtit dEUX aRmEs dE pOinG ainsi qUE tROis chEmisEs dE cOU-LEURs difféREntEs, qU’iL pLaÇa sUR LE bUREaU. IL OUvRit La pRE-mièRE, dE cOULEUR nOiRE, Et sE pLOnGEa dans sa LEctURE. ApRès qUELqUEs minUtEs, iL REfERma La chEmisE, saisit à nOUvEaU LE téLéphOnE Et cOmpOsa Un nUméRO intéRiEUR. on nE taRda pas à décROchER. — MERci pOUR La bOnnE nOUvELLE, fit sOn intERLOcUtEUR. JE viEns d’appELER L’infiRmièRE. ça fOnctiOnnE cOmmE pRévU. — oUi. IL sERa mORt dans LEs hEUREs qUi viEnnEnt. — NOUs aRRivOns dOnc aU tERmE. — Pas tOUt à fait, vOUs LE savEz biEn. NOUs dEvROns EncORE attEndRE qUELqUEs jOURs pOUR nOUs assURER qUE LE pERsOnnEL n’Est pas attEint. — unE attEntE dE qUatRE à cinq jOURs, c’Est biEn Ça ? — C’Est biEn Ça. — J’ai pRis L’initiativE dE pRévEniR L’éqUipE. Si tOUt sE passE sELOn nOs pLans, nOUs pOURROns décLEnchER L’OpéRatiOn avant La fin dU mOis. JE tiEns à cE qUE vOUs bRiEfiEz séRiEUsEmEnt W. et jE vEUX qUE tOUt L’aspEct financiER sOit définitivEmEnt RéGLé. — JE m’OccUpE dE W. POUR LE REstE, LEs cOmptEs sOnt OU-vERts, iL nE manqUE pLUs qUE qUELqUEs siGnatUREs. — BiEn. VéRifiEz qUE tOUt sOit pRt pOUR LE LancEmEnt dE L’OpéRatiOn. et n’OUbLiEz pas qUE vOUs tEs LE sEUL à mE cOnnaî-tRE. À pLUs taRd. ApRès avOiR RaccROché, L’hOmmE dEmEURa Un mOmEnt im-mObiLE, pREsqUE fiGé. PUis iL pRit LEs tROis chEmisEs caRtOnnéEs Et LEs aLiGna vERticaLEmEnt. eLLEs dEssinèREnt UnE sORtE dE ban-nièRE nOiRE, ROUGE Et jaUnE. IL nE pUt aLORs s’EmpchER dE fRE-dOnnER En sOURiant LE débUt d’Un aiR maRtiaL pUis sE tUt. IL sE diRiGEa vERs La fEntRE Et sOULEva L’UnE dEs LamELLEs dU stORE. la mOntaGnE, nOyéE dans La bRUmE, était à pEinE visibLE.
9
AU LOin, dERRièRE L’EncEintE GaRdéE, Un tOURbiLLOn dE pOUssièRE masqUait En paRtiE Un aUtRE bâtimEnt, éGaLEmEnt cOnstRUit En ROndins. TRès haUt dans LE ciEL, Un RapacE chERchait UnE pROiE. IL RELâcha LE stORE pUis fit qUELqUEs pas vERs L’Un dEs pLanis-phèREs. SOn REGaRd sE fiXa sUR La MéditERRanéE. IL pRit L’UnE dEs épinGLEs pORtant Un pEtit dRapEaU ROUGE Et L’EnfOnÇa tRès LEn-tEmEnt dans La caRtE.
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents