La bataille des Djinns
65 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La bataille des Djinns , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
65 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

De tout temps, l’homme a toujours été profondément fasciné par le surnaturel et le monde invisible. L’existence d’un monde parallèle au nôtre, pourtant bien réel, l’a toujours troublé. On fait souvent référence à ce monde en tant que « monde des esprits » et la plupart des gens s’en font une image particulière. « La bataille des Djinns » Toute une histoire ! Ou devrais-je dire, tout un enchevêtrement d’intrigues nous introduit dans ce panorama.
À travers la vie trépidante de son arrière-grand-père, l’auteur nous plonge dans un monde magique qui nous sort de notre ordinaire.
Cet aïeul, confronté à la réalité du surnaturel, nous dépeint l’existence d’un monde parallèle où hommes et djinns se côtoient, se battent, s’allient, se trahissent et… s’aiment.
Tout au long de l’ouvrage, les génies interfèrent directement dans la vie des collectivités, des couples et de l’individu ; générant de fortes émotions de peur, de tristesse, de colère et de joie.
« La bataille des Djinns » Contes ou histoires vraies ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 décembre 2017
Nombre de lectures 35
EAN13 9791029007705
Langue Français

Extrait

La bataille des Djinns
Yacine Ndiaye
La bataille des Djinns
Les Éditions Chapitre.com
123, boulevard de Grenelle 75015 Paris
© Les Éditions Chapitre.com, 2017
ISBN : 979-10-290-0770-5
Préface
« La bataille des Djinns » ! Toute une histoire ! Ou devrais-je dire, tout un enchevêtrement d’intrigues, où hommes et djinns se côtoient, se battent, s’allient, se trahissent et… s’aiment.
À travers la vie trépidante de son arrière-grand-père, l’auteur nous replonge dans le monde féérique de notre enfance. Un monde fascinant que tout africain a connu à travers les contes dits avec beaucoup de brio, le soir, au coin du feu, par le grand-père, la grand-mère ou le conteur du quartier.
De tout temps, l’homme a toujours été profondément fasciné par le surnaturel et le monde invisible. L’existence d’un monde parallèle au nôtre, pourtant bien réel, l’a toujours troublé. On fait souvent référence à ce monde en tant que « monde des esprits » et la plupart des gens s’en font une image particulière. « La bataille des Djinns » nous introduit à nouveau dans ce panorama.
Cet ouvrage d’un style simple, clair et vivant est une belle narration, plaisante à lire et à faire lire dans nos familles, pour « revaloriser » ce monde magique et arroser notre imagination source de création de nos chefs-d’œuvre.
« La bataille des Djinns » ! Une belle œuvre, assurément !
Dr A.L. Gueye
Le magicien
Comme à ses habitudes, grand-père Demba était venu nous rendre visite. Il quittait Ndar ( Saint - Louis du Sénégal ) pour passer quelques jours à Guéoul . J’étais toujours très excité lorsqu’il était là. Il apportait avec lui toutes sortes de gâteries. Ce dont je raffolais le plus, c’étaient les fruits du sapotier. Les sapotes sont des fruits de formes arrondies à la peau grise et à la pulpe tendre et juteuse.
Mame Demba , comme on l’appelait, était de petite taille. Il était chauve, mais ce qui attirait chez lui, c’étaient ses yeux d’un blanc immaculé dont l’intensité était accentuée par sa peau d’une noirceur d’ébène rarement égalée. Comme autre trait notable, il lui manquait un bout de son pouce droit ; ce qui m’a toujours intrigué chez lui.
Grand-père avait la réputation d’un homme sage. Il représentait l’excellence dans le savoir et aussi dans la justesse du jugement sur toutes choses, en particulier dans ses jugements des valeurs morales.
En cette période de forte chaleur, toute la maisonnée se réunissait le soir sous le badamier. Et grand-père se mettait à nous raconter de belles histoires. J’aimais l’écouter parler, tout le contraire de mon grand frère Ousseynou, qui lui préférait aller sur la place du village, sous l’unique lampadaire de Guéoul, pour y retrouver les autres enfants.
Une question me taraudait la tête depuis fort longtemps et d’une petite voix, je lui demandais :
– Grand-père, peux-tu m’expliquer, comment tu fais pour aller à pied dans la même journée à Saint-louis et revenir le soir même à Guéoul ?
Grand-père ne répondit pas à ma question, peut-être ne m’avait-il pas entendu ! Lors de ses séjours, il arrivait à grand-père de se réveiller le matin et d’informer la famille qu’il allait se rendre à St-Louis (distant de 95 km) en précisant :
– J’y vais à pied comme d’habitude !
Je voyais alors les cousines de ma mère qui vivaient dans la concession, lui donner des lettres et parfois des présents à remettre à la famille à Saint-Louis. Et l’après-midi du même jour, grand-père revenait et remettait à chacune une lettre-réponse. En outre, il apportait avec lui des poissons frais encore frétillants qu’il remettait à ma mère en lui disant :
– Tenez ! Un cadeau des Saint-louisiens !
Comme tous les soirs, nous étions assis sous le badamier. Grand-père devait nous raconter une de ses histoires. Je reposais la même question :
– Alors grand-père ! Nous diras-tu aujourd’hui comment tu fais pour te déplacer aussi vite ?
Grand-père sourit tendrement puis murmura :
– Ablaye ! Petit curieux, tu veux vraiment savoir comment j’arrive à me déplacer aussi vite ?
— Oh oui grand-père !
– Cela découle d’une des nombreuses histoires que j’ai vécues. Je vous la raconterai, répondit grand-père. Mais aujourd’hui, je vais vous en narrer une autre, une histoire que j’ai vécue pendant mon enfance. Vous savez, j’ai passé mon enfance ici à Guéoul et mon adolescence au Walo. C’est l’histoire de Poulok, le magicien.
Grand-père prit une profonde inspiration et je perçus la nostalgie dans son regard. Il entama :
– Aujourd’hui encore, je revois beaucoup d’images défiler dans ma tête. J’avais environ cinq ans lorsque cela s’est déroulé.
Cette année-là, la saison des pluies s’était bien passée et les récoltes étaient abondantes. Chaque après-midi, les villageois se retrouvaient sous le caïlcédrat du village. Les hommes jouaient au jeu de dames ou discutaient à bâtons rompus. Les femmes quant à elles débattaient du grand tam-tam qu’elles allaient organiser ; cette manifestation serait animée par le grand tambour-major Sala Ndiaye de Louga.
Sala Ndiaye et son groupe de batteurs étaient en vogue à l’époque. De Guéoul à Louga, aucune cérémonie n’était digne de ce nom, si elle n’était sous la baguette de Sala Ndiaye.
Les discussions allaient bon train lorsqu’au loin, on entendit le son d’un tama (petit tam-tam qui se porte sous le bras). Plus il s’approchait, mieux on entendait la voix du crieur. Au niveau de la grande place, il s’arrêta, son tama coincé sous son bras, il se mit à le battre dans un rythme endiablé. Donnant un dernier coup de baguette, il s’écria :
– Gens de Guéoul ! Habitants de Ngoumba ! L’événement que tout le monde attendait est arrivé. Comme chaque année, à la même période, celui dont vous souhaitiez la venue est là ! Le plus grand magicien de tous les temps ! Poulok Mamou Ndiack ! Ce soir, sous le grand baobab, en face du village, un très grand spectacle vous sera donné. Ne le ratez sous aucun prétexte et surtout ne vous le faites pas raconter !
Poulok Mamou Ndiack était un magicien de renommée qui venait chaque année faire un spectacle à Guéoul , et curieusement, il ne rentrait jamais dans le village.
À chacune de ses apparitions, toujours accompagné de ses trois batteurs, ils s’installaient sous le baobab qui faisait face au village. Oui, Poulok ne rentrait jamais dans le village !
Un jour, la question lui fut posée et il répondit que le djinn Mamou Ndiack avec qui il avait pactisé, était en brouille avec le chef des djinns du village. Ce dernier lui avait interdit l’accès sous prétexte que Mamou Ndiack était un jeune djinn banni de son clan.
Les djinns étant un peuple très solidaire, chaque clan vit sous l’égide d’un chef. La hiérarchie y est très importante et tout individu faisant preuve d’insubordination se voyait expulsé, exilé. Il devenait alors un solitaire. Ces solitaires vivaient la plupart du temps d’agressions et de vols, et étaient souvent adeptes de la boisson alcoolisée. Par conséquent, ils étaient la plupart du temps saouls et dangereux.
Enfin, un événement dans le village ! D’ores et déjà, toutes les discussions tournèrent autour du spectacle de ce soir.
Les causeries allaient bon train lorsqu’on vit arriver à grands pas Moctar le Maure. Comme à ses habitudes, il tenait d’une main les pans de son grand boubou derrière sa taille et de l’autre, son chapelet. Arrivé à hauteur du groupe, il s’arrêta et s’adressant au chef de village, le toisa :
– Chef ! Chef !
Le chef, assis sur l’une des nattes, releva lentement son visage puis le fixant avec un mépris non voilé, lui dit d’un ton sec :
– Que se passe-t-il encore Moctar ?
Le Maure sans s’occuper de la façon dont le chef l’avait considéré, enchaîna :
– Chef ! Poulok le magicien est encore là !
– Oui, Moctar ! Je le sais déjà ! Si c’est pour cette nouvelle, nous te remercions, car nous sommes déjà au courant !
– Chef ! Je suis venu me plaindre de ses agissements. À chacun de ses spectacles, Poulok me vole !
– Comment ça, il te vole ? Et que te vole-t-il ?
– Des bonbons ! Au lendemain de ses représentations

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents