Les contes du Mandé
86 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Les contes du Mandé , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
86 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dans le cadre de ses recherches professionnelles, Marie Paule Hue a recueillides contes dans le Mandé qu'elle partage ici.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 2022
Nombre de lectures 613
EAN13 9789995292492
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0500€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Marie Paule Huet
Les Contes du Mandé
Les Contes du Mandé
EN GUISE D’INTRODUCTION ET DE REMERCIEMENT
Ces quelques contes ont été recueillis en pays manding en 1 998 et 1 999. Ibrahima Sory Camara, mon « Maître » (Professeur à l’Université de Bordeaux II) m’a initiée aux contes africains et à leur mystère. Son enseignement a accompagné mes premiers pas en Afrique. Je lui dois tout. Néanmoins, on ne va pas au village comme ça ! Je me devais d’être éduquée. Je l’ai été par mes amis Ouleymatou Diallo et Amadou Thieoulé Diarra : après 1 0 séj ours d’apprentissage à leurs côtés, ils m’ont j ugée apte à me rendre au village à l’écoute des conteurs, et j e dois rendre grâce à tous ceux qui m’ont prise au sérieux. D’autant plus au sérieux que j e n’avais aucun subside pour faire cette étude. Ils ont perçu et compris mon intérêt pour les contes et m’ont acceptée telle que. Alors ma gratitude est infinie envers tous ceux qui ont collaboré sans rien attendre en retour : à Dj oliba, Dj eli Mory Kouyaté, mon hôte, m’a ouvert sa famille, de M’Baou sa mère à la petite dernière-née entre 2 voyages. Il avait un répertoire de contes d’amour que j e n’avais j amais entendus ni lus avant de le rencontrer, ni depuis.
Ses épouses ont veillé à mon confort et accepté mon aide pour la préparation des repas. Aissatou sa belle-sœur a partagé sa chambre avec moi.
Brama Keita mon guide, mon mentor, m’a permis de recueillir tous ces contes. Nous avons sillonné le Manding sur sa moto, de Dj oliba à Dalakana, Kirina, Kolé, Niamé, Tambala ... Quand on ne recueillait pas les contes, j e rej oignais Brama dans sa petite boutique pour les traduire. On était souvent interrompus par quelque connaissance portant sa doléance au suj et de sa femme ou d’un problème plus grave en rapport avec son commerce ou son terrain… En tant que responsable de l’association des j eunes du Mandé, il connaissait tout le monde et m’a ouvert les portes des villages.
Je garde un souvenir ému de toutes ces soirées organisées pour moi. Les vieux se contentaient des noix de kola, les j eunes du thé que j ’apportais, j e n’avais pas d’autres présents à leur offrir. Et avant d’entrer dans un village que mon guide ne connaissait pas, j e me souviens de notre visite au champ des termitières pour quelque imploration secrète de leur protection. Et les génies nous ont exaucés, là comme ailleurs, chacun est venu dire son conte.
Lorsque j e suis arrivée en 1 998, la route de Dj oliba était encore une piste. Les villages n’étaient éclairés que par la lumière vacillante des lampes tempêtes ou les faisceaux rigides des torches qu’on économisait. Les soirées de
contes, s’il faisait vraiment frais on allumait un feu, mais le plus souvent c’était à la lumière des étoiles ou de la lune que l’on se réunissait. Le fourneau sur lequel les j eunes préparaient le thé rougeoyait, faisant danser les ombres, les voix qui portaient les contes n’en avaient que plus de magie. Les enfants traçaient des arabesques dans le sable, généralement l’un d’eux commençait, encouragé par les vieux. L’atmosphère se détendait peu à peu, chacun voulant apporter son histoire inspirée par la précédente. Un conteur se détachait parfois du lot par la qualité de son répertoire et là, personne n’aurait voulu lui prendre la vedette tant l’auditoire était charmé. On cessait alors toute activité pour être toute ouïe. Mais la règle veut que la parole tourne et un autre prenait bientôt le relai j usque tard dans la nuit.
Je me garderai bien de donner une interprétation de ces contes. Chacun y trouve le reflet de sa vie et y puise ce dont il a besoin. Je ne peux citer tous les conteurs, mais j e n’en ai oublié aucun et à chacun j e veux adresser mes remerciements ainsi qu’à mon éditeur qui m’accorde la grâce de pouvoir éditer ces contes dans leur pays.
Je vous livre donc ces contes comme ils m’ont été donnés, puissiez-vous les goûter et les conter à votre tour. « Quelqu’un qui ne conte pas a le cœur dur comme une pierre ». Nsiirin..
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents