Dans une autre vie
266 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Dans une autre vie , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
266 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

De son installation en France loin de sa Kabylie natale, le jeune Mamid n'a retiré que du bon: un emploi de bureau, mais surtout l'amour avec Jeannette, issue d'une bonne famille, qu'il épouse et avec qui il conçoit un fils, Gaël. L'idylle ne pouvait toutefois pas durer éternellement. Car Mamid vit dans la France des années trente, en une époque où résonne le bruit des bottes... Car sa famille kabyle, pour le voir échapper à la conscription, le presse de revenir auprès d'elle... Car il doit, dans le mensonge, délaisser femme et enfant pour retrouver des parents qui ne savent rien de sa nouvelle existence... Après "Les Anges vieillissent aussi", O. Tarab signe avec "Dans une autre vie" une grande saga franco-algérienne qui, d'une rive à l'autre de la Méditerranée, évoque la destinée d'une famille submergée par les non-dits, les secrets, les puissances de l'histoire. Une oeuvre qui parle encore de bouleversements sociaux, de tolérance et de folie, d'innocence pulvérisée et de courage, et que l'on suit avec passion, entraîné par des personnages terriblement humains.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 septembre 2012
Nombre de lectures 5
EAN13 9782748391299
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0094€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Dans une autre vie
Omar Tarab Dans une autre vie
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0117330.000.R.P.2012.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2012
À Mamid, Cet oncle que je n’ai fait qu’entrevoir
À Algia pour ses 93 printemps et qui du haut du mont du Djurdjura, continue de porter un regard attendrissant sur son passé.
À la mémoire de Hafsi et aux nombreux Algériens de confession israélite et chrétienne, aujourd’hui persécutés en Algérie.
Et en mémoire de Gaël et Ighiless
Arrivé à mi-parcours, Mamid était complètement trem-pé, la pluie l’avait surpris juste au début de son ascension, dans un endroit dépeuplé d’arbres et autres endroits où s’abriter. Il renonça à accélérer le pas où encore à courir, cela lui semblait inutile. S’accommodant à son infortune, il continua sa marche stoïquement jusqu’au sommet du mont. Jamais la cabane construite par les bergers pour le temps des transhumances, servant aussi d’abris pour les amoureux de la nature ou ceux qui voulaient échapper à la promiscuité du hameau, ne lui était apparue si loin. Elle se dressait aux abords d’une clairière parsemée d’arbres et de végétations luxuriantes, où abondaient une herbe verte et des fleurs qui proliféraient en été, aux parfums enivrants. Le sommet du mont établissait un contraste saisissant avec sa pente sèche et aride.
Il s’engouffra rapidement à l’intérieur et s’empressa d’introduire des bûches sèches dans une cheminée grossiè-rement édifiée à l’aide de grosses pierres assemblées avec de l’argile, quant à la cheminée elle fut établie à l’aide de plaques de zinc récupéré, puis contorsionnée en forme de tube.
Même si la fumée s’échappait des jointures, la chaleur se répandit rapidement dans la pièce. Mamid enleva ses vêtements trempés et les exposa en face du feu qui faisait crépiter le bois dans l’âtre.
Il retira de son veston un paquet froissé contenant des cigarettes et en alluma une, dehors la pluie n’arrête pas de
9
tomber et il commença à croire que Salem ne viendrait pas. La veille en le croisant sur le chemin menant à la fon-taine, Salem avait sollicité son aide pour l’assister à préparer son charbon. Cette opération consistait d’abord à ramasser du bois sec pour confectionner ensuite une sorte de motte à moitié enfouie sous la terre, qu’il faudrait cou-vrir après de feuillage et de terre, ne laissant que quelques orifices pour laisser échapper la fumée. Il s’était pris de sympathie pour ce vieux personnage de 79 ans, qui continuait à ne vouloir dépendre de personne en se prenant lui-même en charge, au grand dam de ses enfants.
Il ne tarda pas à arriver et fit une entrée catastrophique, en buttant sur une pierre à l’entrée de la cabane il faillit se ramasser par terre. Il enleva le vieux pardessus qu’il por-tait sur sa tête pour se protéger de la pluie et adressa un sourire, avec une bouche grande ouverte, où ne subsis-taient que trois canines et deux incisives, en guise d’excuse pour le retard.
« J’ai été surpris par cette averse soudaine, j’ai attendu un peu dans l’espoir qu’elle allait s’arrêter, mais comme elle insistait j’ai perdu du temps à chercher ce vieux ma-chin, désignant son manteau, pour me couvrir et me voilà, désolé mon enfant. »
Après cela, il prit une cigarette du paquet posé près de la cheminée par Mamid, il l’alluma et tira une grosse bouf-fée avant de s’adresser de nouveau à Mamid : « les premières pluies d’automne sont arrivées plus tôt que pré-vu, on n’a même pas terminé la cueillette des figues, et je dois préparer mon stock de charbon pour honorer les pre-mières commandes qui me sont venues du village ».
Mamid, pour le taquiner, lui dit : « Oui, mais il faudrait que tu sois un peu plus sérieux que ça, Salem ».
10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents