Le roman initiatique gabonais
240 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Le roman initiatique gabonais , livre ebook

-

240 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Depuis 1971, se développe au Gabon un roman initiatique hybride, ouvert à l'oralité et à l'écriture, qui se présente comme un hymne à la tradition et à la modernité. On y rencontre des personnages qui s'ouvrent tout à la fois au christianisme et aux valeurs spirituelles africaines. Ce livre montre comment l'intégration grandissante de l'oralité traditionnelle dans le roman ouvre finalement une nouvelle voie vers une modernité textuelle gabonaise et/ou africaine.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2011
Nombre de lectures 839
EAN13 9782296468474
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0900€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

LE ROMAN INITIATIQUE GABONAIS
Nous sommes conscients que quelques scories
subsistent dans cet ouvrage.
Vu l’utilité du contenu, nous prenons le risque de l’éditer ainsi
et comptons sur votre compréhension.


© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’Ecole polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-56451-0
EAN : 9782296564510

Fabrication numérique : Actissia Services, 2013
Jean Léonard NGUEMA ONDO


LE ROMAN INITIATIQUE GABONAIS


Préface de Jacques CHEVRIER


L’Harmattan
Critiques Littéraires
Collection dirigée par Maguy Albet


Dernières parutions

Chantal LAPEYRE-DESMAISON, Résonances du réel. De Balzac à Pascal Quignard, 2011.
Saloua BEN ABDA, Figure de l’altérité. Analyse des figures de l’altérité dans des romans arabes et francophones contemporains, 2011.
Sylvie FREYERMUTH, Jean Rouaud et l’écriture « les yeux clos ». De la mémoire engagée à la mémoire incarnée, 2011.
François HARVEY, Alain Robbe-Grillet : le nouveau roman composite. Intergénéricité et intermédialité, 2011.
Brigitte FOULON, La Poésie andalouse du XI e siècle. Voir et décrire le paysage, 2011.
Jean-Joseph HORVATH, La Famille et Dieu dans l’œuvre romanesque et théâtrale de Jean Giraudoux, 2011.
Haiqing LIU, André Malraux. De l’imaginaire de l’art à l’imaginaire de l’écriture, 2011.
Fabrice SCHURMANS, Michel de Guelderode. Un tragique de l’identité, 2011.
Connie Ho-yee KWONG, Du langage au silence, 2011.
V. BRAGARD & S. RAVI (Sous la direction de), Ecritures mauriciennes au féminin : penser l’altérité, 2011.
José Watunda KANGANDIO, Les Ressources du discours polémique dans le roman de Pius Ngandu Nkashama, 2011.
Claude HERZFELD, Thomas Mann. Félix Krull, roman picaresque, 2010.
Claude HERZFELD, Thomas Mann. Déclin et épanouissement dans Les Buddenbrook, 2010.
Pierre WOLFCARIUS, Jacques Borel. S’écrire, s’écrier : les mots, à l’image immédiate de l’émotion , 2010.
Myriam BENDHIF-SYLLAS, Genet, Proust, Chemins croisés, 2010.
Aude MICHARD, Claude Simon, La question du lieu , 2010.
Amel Fenniche-Fakhfakh, Fawzia Zouari, l’écriture de l’exil, 2010.
Maha BADR, Georges Schehadé ou la poésie du réel , 2010.
Robert SMADJA, De la littérature à la philosophie du sujet, 2010.
AVANT-PROPOS
En guise d’avant-propos, qu’il me soit permis de faire un petit voyage en arrière afin de restituer par des souvenirs, l’aventure ayant conduit à la rédaction de cet ouvrage.
Au début de l’année scolaire 1994 – 1995, nouvellement affecté au Lycée National Léon Mba à la suite de mes études à l’Ecole Normale Supérieure, mon premier constat est la sous – représentation des œuvres gabonaises dans le programme officiel de l’enseignement du français au Gabon. Pour contourner les Instructions Officielles de l’Institut Pédagogique National (I.P.N.) et mettre les élèves au contact du livre gabonais, je crée le café littéraire du Lycée National Léon Mba, pour accueillir les écrivains chaque premier jeudi du mois. Je suis appuyé dans cette aventure par France Volatier {1} et Jacques Denis Tsanga {2} . Contre toute attente, le nombre d’élèves, au fil des rencontres, augmente considérablement, grâce à la participation des enseignants de français et des élèves des autres lycées du pays. Devant cet engouement, j’invite les enseignants les plus réguliers à créer dans leurs établissements respectifs, des tribunes de rencontres littéraires. Le café migre dans quelques grands lycées du pays. Les élèves du Lycée National Léon Mba vont désormais être encadrés par Edgar Bokoko, ceux du Lycée d’Etat de l’Estuaire, par Blanche Mengué, de l’Immaculée Conception par Mathieu Engouang et Pascal Binéné, du Collège Bessieux par Marcus Ondo Minko, du Lycée Public de Ndzeng-Ayong par Charlemagne Zomo, du Lycée Public de Bitam par Honoré Ovono Obame et ceux du Lycée d’Etat d’Oyem par Guy Marcelin Mbélé Ekogha. Aussi, les élèves de ces établissements peuvent-ils accueillir Laurent Owondo, Maurice Okoumba Nkoghé, Justine Mintsa, Auguste Moussirou Mouyama, etc. Le café se transforme en une sorte de caravane littéraire qui va d’établissement en établissement dans les villes de Libreville et de l’intérieur du pays.
Devant l’enthousiasme suscité par ces rencontres quelquefois médiatisées, je bénéficie en 1997, d’une bourse d’un mois, du Service de Coopération et d’Actions Culturelles (SCAC) de l’Ambassade de France au Gabon.
L’objectif du stage au Lycée Claude Débussy, en banlieue parisienne, est de m’inspirer de l’expérience française dans la gestion des activités périscolaires. A mon retour au Gabon, les enseignants responsables des cafés littéraires précités et moi, créons l’Union Gabonaise des Enseignants pour la Culture Francophone (UGECF) dont je deviens le premier Président.
La mission principale de cette association d’enseignants de français et de philosophie, est d’animer les activités périscolaires dans les lycées et collèges du pays.
En 1998, le SCAC, par l’intermédiaire de Monsieur Guy Coissard {3} , émet le souhait de financer un projet commun des associations culturelles du Gabon. Dans cette perspective, l’Union des Ecrivains Gabonais (UDEG) et l’Union Gabonaise des Enseignants pour la Culture Francophone (UGECF) se mettent ensemble autour de quelques projets culturels, notamment la caravane littéraire, le concours du premier roman, le Nyonda des lycéens gabonais, le festival du théâtre scolaire, le concours de la vidéo scolaire, le concours de l’orthographe…
En 2000, l’Institut Pédagogique National augmente le nombre d’œuvres littéraires gabonaises {4} au programme de l’enseignement du français au Gabon, et en 2004 {5} , d’autres livres gabonais vont prolonger la liste, résultat d’une caravane littéraire riche et dynamique.
Souvent, au cours de ladite caravane, les échanges autour d’un texte, entre écrivains, professeurs et élèves, nous plaçaient, à plus d’un titre, au cœur des vérités cachées qui, par principe, fondent la thématique de l’initiation. Je fus convaincu dès lors, de la nécessité de mener une étude approfondie sur la quête initiatique dans le roman gabonais. Ainsi, en 2002, je soutiens une thèse de doctorat portant sur L’influence de l’initiation traditionnelle dans le roman gabonais {6} , dans laquelle j’analyse l’enracinement du roman gabonais dans le sacré initiatique traditionnel, et son ouverture vers le christianisme, faisant ainsi de lui un roman de l’inculturation religieuse. Le présent ouvrage, Le Roman initiatique gabonais, constitue le prolongement de cette thèse de doctorat.
L’objectif du livre est de montrer que le roman gabonais peut se définir comme un récit initiatique. Dans cette perspective, il convient de tenir compte du passé de la littérature orale. Primo, parce que pour bien comprendre une œuvre d’art quelle qu’elle soit, il est primordial d’en connaître les origines et les influences. Secundo, parce que les écrivains ne sont pas indifférents au monde qui les entoure.
L’idée d’écrire cet ouvrage me vient donc du constat de la récurrence du récit initiatique dans l’espace romanesque gabonais, confirmé par les travaux critiques
fort intéressants autour de la thématique de l’oralité traditionnelle, notamment l’ouvrage Le Roman gabonais et la symbolique du silence et du bruit {7} de Jeanne-Marie Clerc et Liliane Nzé, ainsi que ma thèse de doctorat. Les deux études analysent la spécificité du roman gabonais des origines (1971) à 2002, en examinant sa proximité avec le scénario initiatique traditionnel. Dans le même sens, deux autres thèses doctorales remarquables ont été soutenues.

D’une part, celle de Bellarmin Moutsinga, intitulée Roman gabonais entre oralité et écriture {8} , qui montre comment la prose romanesque gabonaise est nourrie à la source par les autres genres de l’oralité africaine. L’ouvrage Les Orthographes de l’oralité : poétique du roman gabonais {9} est une version améliorée de cette thèse.
D’autre part, celle d’Annie Paule Boukan

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents