Henry Gréville - Oeuvres
3573 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Henry Gréville - Oeuvres , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
3573 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le Classcompilé n° 101 contient 39 romans d'Henry Gréville. Henry Gréville,


De son vrai nom Alice Marie Céleste Durand née Fleury, née le 12 octobre 1842, à Paris, et morte le 26 mai 1902, à Boulogne-Billancourt1, est une femme de lettres française. Auteur prolifique, s’essayant au théâtre comme aux nouvelles, à la poésie comme au roman, elle a été à son époque, un écrivain à succès (Wikip.)


CONTENU DE CE VOLUME



ROMANS


DOSIA 1876
L’EXPIATION DE SAVÉLI 1876
LA PRINCESSE OGHÉROF 1876
À TRAVERS CHAMPS 1877
LES KOUMIASSINE 1877
SUZANNE NORMIS 1877
SONIA1877
LA MAISON DE MAURÈZE 1877
NOUVELLES RUSSES 1877
LES ÉPREUVES DE RAÏSSA 1877
ARIADNE 1878
LA NIANIA 1878
MARIER SA FILLE 1878
L’AMIE1878
BONNE-MARIE 1878
LES MARIAGES DE PHILOMÈNE 1879
UN VIOLON RUSSE 1879
LUCIE RODEY 1879
CROQUIS 1879
CITÉ MÉNARD 1880
L’HÉRITAGE DE XÉNIE 1880
LE MOULIN FRAPPIER 1880
MADAME DE DREUX1881
PERDUE 1881
UNE TRAHISON 1882
LE VŒU DE NADIA 1882
ANGÈLE 1883
L’INGÉNUE 1883
LOUIS BREUIL 1883
UN CRIME 1884
LES ORMES 1884
IDYLLES 1885
LE MORS AUX DENTS 1885
CLAIREFONTAINE 1885
NIKANOR 1887
LA SECONDE MÈRE 1888
LE PASSÉ 1890
PÉRIL 1891
CHÉNEROL 1892


Les livrels de lci-eBooks sont des compilations d’œuvres appartenant au domaine public : les textes d’un même auteur sont regroupés dans un eBook à la mise en page soignée, pour la plus grande commodité du lecteur. On trouvera le catalogue sur le site de l'éditeur.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 5
EAN13 9782918042464
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0019€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

HENRY GRÉVILLE ŒUVRES N° 101
Les Classcompilés sont des compilations d’auteurs classiques : les ouvrages d’un même auteur sont regroupés dans un livre numérique à la mise en page soignée, pour la plus grande commodité du lecteur.
MENTIONS
(1) © 2015-2021 Les eBooks Classiques Illustrés (www.lci-ebooks.e-monsite.com), à l’exclusion du contenu appartenant au domaine public ou placé sous licence libre. (2) Toutes autres marques ou entités mentionnées par l’éditeur dans cet ouvrage ne le sont qu’à des fins de citation des sources ; il n’existe aucune relation d’aucune sorte entre l’éditeur et ces marques ou entités. (3) L’orthographe originelle a été généralement respectée et peut se trouver différer de celle en vigueur.
ISBN : 978-2-918042-46-4
pour la version 2.x au format EPUB et sans DRM.
Historique des versions : 2.5 (05/09/2022), 2.4 (30/05/2021), 2.3 (21/01/2019), 2.2 (09/03/2018), 2.1 (05/12/2017), 2.0 (29/09/2017), 1.2(03/03/2017), 1.1 (21/04/2016), 1.0 (02/10/2015).
AVERTISSEMENT

Le contenu de cet ouvrage appartient au patrimoine littéraire des siècles révolus. Par conséquent, toutes les informations pratiques mentionnées comme étant d’actualité (adresses, évènements, etc...) sont aujourd’hui tout à fait obsolètes ; de même, les éléments à caractère scientifique qui s’y trouvent peuvent être très largement dépassés.
En outre, cet ouvrage peut renfermer des points de vue qui ne s’accordent pas avec l’éthique du présent siècle ; certaines des opinions qui y sont professées peuvent s’avérer datées ou désuètes : en particulier les prises de position ayant trait à la condition humaine (en matière de mœurs, politique, religions, ethnies…) ou même à la condition animale. Il est donc nécessaire à la lecture de faire preuve de discernement, de détachement, de sens critique, et de restituer les œuvres dans leurs contextes : cet ouvrage ne doit pas être jugé d’après le monde d’aujourd’hui et le monde d’aujourd’hui ne doit pas être jugé d’après cet ouvrage.
Enfin, et plus largement, les auteurs et artistes ayant contribué à cet ouvrage sont seuls responsables de leurs œuvres. Toutes opinions, jugements, critiques, voire injures, caricatures ou stéréotypes qu’elles renferment, n’appartiennent qu’à eux et ne représentent aucunement le point de vue de l’éditeur, qui transmet l’héritage culturel mais n’en cautionne pas le fond.
SOURCES
Cet eBook a été confectionné à partir des ressources suivantes sur le Web. Pour accéder à l’aide d’hyperliens à chacune d’entre elles, on consultera la page générale des ressources sur le site internet. Toutes les marques citées appartiennent à leurs propriétaires respectifs.
— Tous les textes présents dans ce livre numérique ont pour origine la Bibliothèque électronique du Québec.
— Bibliothèque électronique du Québec : L’héritage de Xénie [v. 2]
— Couverture  : Henry Gréville, par Charles F. Conly ; Boston (Collection privée Christophe Grandemange).
— Page de titre  : (Fonds AMIOT Identifiant unique : 13385 ; Référence : P005). (Wikimanche. Bibliothèque municipale Jacques Prévert (Cherbourg). Fonds AMIOT (Identifiant unique : 13385 ; Référence : P005))
Si vous estimez qu’un contenu quelconque (texte ou image) de ce livre numérique n’a pas le droit de s’y trouver ou n’est pas attribué correctement, veuillez le signaler à travers le formulaire de contact du site internet .
LISTE DES TITRES
A LICE M ARIE C ÉLESTE F LEURY NÉE D URAND (1842-1902)
ROMANS

DOSIA
1876
L’EXPIATION DE SAVÉLI
1876
LA PRINCESSE OGHÉROF
1876
À TRAVERS CHAMPS
1877
LES KOUMIASSINE
1877
SUZANNE NORMIS
1877
SONIA
1877
LA MAISON DE MAURÈZE
1877
NOUVELLES RUSSES
1877
LES ÉPREUVES DE RAÏSSA
1877
ARIADNE
1878
LA NIANIA
1878
MARIER SA FILLE
1878
L’AMIE
1878
BONNE-MARIE
1878
LES MARIAGES DE PHILOMÈNE
1879
UN VIOLON RUSSE
1879
LUCIE RODEY
1879
CROQUIS
1879
CITÉ MÉNARD
1880
L’HÉRITAGE DE XÉNIE
1880
LE MOULIN FRAPPIER
1880
MADAME DE DREUX
1881
PERDUE
1881
UNE TRAHISON
1882
LE VŒU DE NADIA
1882
ANGÈLE
1883
L’INGÉNUE
1883
LOUIS BREUIL
1883
UN CRIME
1884
LES ORMES
1884
IDYLLES
1885
LE MORS AUX DENTS
1885
CLAIREFONTAINE
1885
NIKANOR
1887
LA SECONDE MÈRE
1888
LE PASSÉ
1890
PÉRIL
1891
CHÉNEROL
1892
PAGINATION
Ce volume contient 2 424 094 mots et 6 817 pages
01. DOSIA
122 pages
02. L’EXPIATION DE SAVÉLI
115 pages
03. LA PRINCESSE OGHÉROF
199 pages
04. À TRAVERS CHAMPS
107 pages
05. LES KOUMIASSINE
341 pages
06. SUZANNE NORMIS
171 pages
07. SONIA
167 pages
08. LA MAISON DE MAURÈZE
154 pages
09. NOUVELLES RUSSES
163 pages
10. LES ÉPREUVES DE RAÏSSA
211 pages
11. ARIADNE
145 pages
12. LA NIANIA
103 pages
13. MARIER SA FILLE
171 pages
14. L’AMIE
138 pages
15. BONNE-MARIE
200 pages
16. LES MARIAGES DE PHILOMÈNE
191 pages
17. UN VIOLON RUSSE
287 pages
18. LUCIE RODEY
130 pages
19. CROQUIS
111 pages
20. CITÉ MÉNARD
210 pages
21. L’HÉRITAGE DE XÉNIE
143 pages
22. LE MOULIN FRAPPIER
286 pages
23. MADAME DE DREUX
153 pages
24. PERDUE
205 pages
25. UNE TRAHISON
215 pages
26. LE VŒU DE NADIA
148 pages
27. LOUIS BREUIL
129 pages
28. ANGÈLE
221 pages
29. L’INGÉNUE
208 pages
30. UN CRIME
189 pages
31. LES ORMES
142 pages
32. IDYLLES
104 pages
33. LE MORS AUX DENTS
166 pages
34. CLAIREFONTAINE
222 pages
35. NIKANOR
163 pages
36. LA SECONDE MÈRE
154 pages
37. LE PASSÉ
135 pages
38. PÉRIL
217 pages
39. CHÉNEROL
147 pages
DOSIA
Éléments bibliographiques :
Édition originale : (Éditeur et date) Paris, E. Plon et Cie, oct. 1876.
Sources de la présente édition : Même éditeur, 1883. Quarante-deuxième édition.
122 pages
TABLE
I   II   III   IV   V   VI   VII   VIII   IX   X   XI   XII   XIII   XIV   XV   XVI   XVII   XVIII   XIX   XX   XXI   XXII   XXIII   XXIV   XXV
Titre suivant : L’EXPIATION DE SAVÉLI
I
C’était au camp de Krasnoé-Sélo, à quelques kilomètres de Pétersbourg.
On finissait de dîner au mess des gardes à cheval. Les jeunes officiers avaient célébré la fête de l’un d’entre eux, et la société était montée à ce joyeux diapason qui suit les bons repas.
Une dernière tournée de vin de Champagne circulait autour de la table. La tente du mess, relevée d’un côté, laissait entrer les derniers rayons d’un beau soleil de juin : il pouvait être neuf heures du soir, la poussière, soulevée tout le jour par les pieds des chevaux et de l’infanterie, redescendait lentement sur la terre faisant un nimbe d’or au camp tout entier.
Vers le petit théâtre d’été, où la jeunesse se désennuie de son exil militaire, roulaient de nombreuses calèches, emportant les officiers mariés avec leurs femmes ; les petits drochkis, égoïstes, étroits comme un fourreau d’épée, sur lesquels perche un jeune officier, – voiturant le plus souvent un camarade sur ses genoux, faute de place pour l’asseoir à son côté, – prenaient les devants et déposaient leur fardeau sur le perron de la salle de spectacle.
Cette joyeuse file d’équipages roulait incessamment de l’autre côté de la place ; mais la représentation de ce soir-là ne devait pas être embellie par les casquettes blanches à liséré rouge : MM. les gardes à cheval avaient décidé de clore la soirée au mess. On y était si bien ! De larges potiches de Chine ventrues laissaient échapper des bouquets en feu d’artifice ; des pyramides de fruits s’entassaient dans les coupes de cristal ; les tambours étaient copieusement garnis de bonbons et de fruits confits, – tout officier de dix-huit ans est doublé d’un bébé, amateur de friandises ; – de grands massifs d’arbustes à la sombre verdure cachaient les pieux qui soutenaient la tente... ; bref, ces jeunes gens, dont beaucoup étaient millionnaires, s’étaient arrangés pour trouver tous les jours au camp un écho de leur riche intérieur citadin, et ils y avaient réussi. D’ailleurs quand pour un dîner d’amis on se cotise à deux cents francs par tête, c’est bien le moins qu’on dîne confortablement.
— Où peut-on être mieux qu’au sein de sa famille ? fredonna le héros de la fête, en se laissant aller paresseusement sur sa chaise, pendant qu’on servait le café et les cigares.
— Vous êtes ma famille, mes chers amis, ma famille patriotique, ma famille d’été, s’entend, car pour les autres saisons j’ai une autre famille ! continua-t-il en riant de ce rire gras et satisfait qui dénote une petite, toute petite pointe.
Les camarades lui répondirent par un chœur d’éclats de rire et d’exclamations joyeuses.
— J’ai même une famille pour chaque saison, reprit Pierre Mourief avec la même bonne humeur. J’ai ma famille de Pétersbourg pour l’hiver ; ma famille de Kazan pour la chasse... l’automne, veux-je dire ; ma famille du Ladoga pour le printemps...
— La saison des nids et des amours ! jeta un interlocuteur un peu gai.
Le colonel, qui avait assisté au dîner, – il était l’ami de toute cette belle jeunesse, – jugea que le moment était venu de se retirer, et recula son siège. Les vieux officiers, au nombre de quatre ou cinq, l’imitèrent.
— Vous vous en allez, colonel ? s’écria Pierre en s’appuyant des deux mains sur la table. C’est une défection ! le colonel qui fuit devant l’ennemi !... Eh ! vous autres, le punch !... cria-t-il en russe aux soldats de service. Présentons l’ennemi au colonel, il n’osera pas abandonner son drapeau.
— J’ai un rendez-vous d’affaire, dit en souriant le chef du régiment, vous voudrez bien m’excuser... C’est très sérieux ! ajouta-t-il d’un ton si grave, que Pierre et les autres officiers n’insistèrent pas.
Le colonel se retira, serrant toutes les mains et répondant à tous les sourires.
— Qu’il est gentil, le colonel ! dit un lieutenant, il s’en va juste à temps pour se faire regretter.
— Parbleu ! c’est un homme d’esprit ! répondit un capitaine de vingt-cinq ans environ, décoré de la croix de Saint-Georges, et dont la belle figure offrait un mélange très piquant de gravité e

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents