La Mort du scribe
98 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La Mort du scribe , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
98 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les circonstances de la mort de Ramsès III agitent depuis des lustres les neurones des égyptologues du monde entier. Ramsès III est-il mort de sa belle mort comme l'avancent les uns ou a-t-il été assassiné, décapité, comme le prétendent les autres? Nous n'allons pas trancher ici ce débat vieux comme les pyramides mais profitons de l'occasion pour méditer ces sages paroles de Jean de la Fontaine: "Selon que vous soyez puissant ou misérables, vous ferez ou non le prime time du 20 heures." Éternelle lutte des classes... Un homme, Thibault de Fabré, médium de naissance, le premier a eu le courage de se pencher sur le cas d'un prolétaire, un authentique ouvrier du livre antique, en l'occurence Esmozar II, du moins sa momie, second scribe du team épistolaire de Ramsès III. Au cours ce pathétique tête-à-tête au Musée du Caire, l'homme de parchemin allait révéler, trois mille ans plus tard, à cet inconnu ébahi autant que bouleversé, les circonstances épouvantables de sa disparition. Un roman amusant et bien construit, à qui l'atmosphère mystérieuse et surnaturelle donne un côté gothique très plaisant. La prose légère et travaillée à la fois, tout en subtilité langagière et en humour caustique, de R. Bernard colle parfaitement à ce récit hors du commun. Les fantômes côtoient ici les enfants, les artistes les fonctionnaires, et les belles femmes les momies. Une oeuvre originale et savoureuse, dont le lecteur ressort enchanté...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 mai 2013
Nombre de lectures 34
EAN13 9782342006643
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0049€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

La Mort du scribe
Robert Bernard La Mort du scribe
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0118363.000.R.P.2013.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2013
Octave, Gustave, Ferdinand Talborde avait ressenti un véritable choc lejour où il avait découvert au hasard d’une chevauchée cette petite gare aux volets clos garrottée par le lierre et la salsepareille. Elle hurlait sa solitude et déga-geait des ondes comme il en avait rarement ressenti auparavant au cours de ses pérégrinations à travers le monde. Quelque chose de semblable à sa rencontre avec l’esprit enfiévré de la veuve de Winchester dans sa de-meure aux centpièces de San José, ou encore le billot et sa hache à double tranchant exposés dans la Tour de Londres. Fait rarissime, sa jument Gunégonde, une bête douce et docile, habituellement insensible aux manifestations des êtres éthérés, s’était cabrée, refusant de faire un pas de plus en arrivant àproximité du bâtiment à l’abandon. Le grand-ducqui observait le marquis d’un regard torve tapi dans l’ombre du vieux platane, avait achevé de le convain-cre de l’importance de cette vieille bâtisse habitéepar les esprits. Cette rencontre avait eu lieuquelque temps après qu’Octave, Gustave, Ferdinand Talborde eût acquis le domaine du marquis de Pialu, devenantpar la même occa-sion marquis Thibault de Fabré de Similor de Longuedague. À partir de maintenant nous ne le nomme-ronsplusquepar ce titre nobiliaire, abrégé tout de même. Thibault avait acquis cette propriété située dans le triangle mystique formépar la montagne de Bugarach, l’église de Rennes-le-Château, et le château cathare de Quéribus, des lieux hantés par les âmes errantes où il se sentait chez lui.
9
L’émotion étreignaitjusqu’aux larmes le châtelain lors-que le massif de Bugarach émergeant de la brume matinale délivrait ses messages subliminaux dans lespre-miers rayons du soleil. Excepté les jours de pluie, évidemment. Un de ces messages, corroborépar le calen-drier des PTT incasgravés dans le marbre, fixe avec une précision diabolique la date de la fin du monde. Celle-ci a été opportunément reportée aux calendesgrecques en rai-son d’une erreur d’interprétation de l’expert en calendriers, agendas et mémentos incas. Bugarach comme on le sait, sera épargné. Mais après tout rien nepresse. Au premier signe du ciel, Thibault gagnera le sommet du mont salvateur à bord de son hélico, d’où ilpourra à loisir contempler le cataclysme à ses pieds. On peut en effet avoir lié une longue,profonde et indéfectible compli-cité avec les esprits et nepas êtrepressé de les rejoindre, n’est-ce pas ? Ce don de médiateur avec l’au-delà était apparu très tôt chez celuiqui allait devenir unpublicitaire et unpeintre médiumnique mondialement connu. Si c’est lapremière fois que vous en entendez parler, ce n’est pas de ma faute. Thibault était encore au berceauquand les médecins décelèrent chez lui lesyndrome du bébé kinésique, qui est au nouveau-né ceque les sœurs Tatin sont à la tarte. À l’âge où les enfantsjouent avec un hochet ou s’ébahissent devant lespoissons rouges du mobile suspendu aupla-fond, cepetit surdoué faisait léviter les objets lesplus divers dans la maison en clignant des paupières, objets qui venaient s’écraser lourdement sur le solquand il refermait ses yeux. Étant adolescent lephénomèneprit une tournureplus inquiétante. Lesportes se dégondaient à sonpassage, les volets claquaient à toute heure du jour et de la nuit, les pendules battaient la breloque et lespoils de la chatte an-gora s’électrisaient au point de rendre folle la pauvre bête.
10
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents