La Philosophie de M. Bergson
177 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La Philosophie de M. Bergson , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
177 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Extrait : "Suivant une formule chère à son école : M. Bergson est en train de se faire. Nous ne parlons pas ici de sa réputation qui est déjà faite, non seulement en France, mais dans les deux hémisphères, et ne saurait guère s'amplifier davantage." À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN : Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de grands classiques de la littérature ainsi que des livres rares, dans les domaines suivants : Fiction : roman, poésie, théâtre, jeunesse, policier, libertin. Non fiction : histoire, essais, biographies, pratiques.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 34
EAN13 9782335055757
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0006€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

EAN : 9782335055757

 
©Ligaran 2015

Au lecteur
La Philosophie de M. Bergson se compose de deux parties assez dissemblables : les théories pures et leurs conséquences pratiques.
Les conséquences pratiques qui ébranlent les anciennes thèses classiques de la philosophie spiritualiste sur la vérité absolue des premiers principes de la raison, et par suite sur Dieu, l’âme humaine, l’immortalité, la morale et la religion, sont facilement comprises de la plupart de ses auditeurs ou lecteurs, et c’est à peu près la seule chose qu’ils en retiendront, sur la foi du maître : Magister dixit  !
Les théories pures, au contraire, qui doivent préparer et asseoir ces conclusions subversives, sont d’une subtilité si éthérée et si nuageuse, qu’elles pourraient être dites ésotériques . Seuls, les initiés peuvent se flatter d’en pénétrer le sens métaphysique, et encore n’est-il pas sûr qu’ils puissent le saisir bien clairement ni tout y comprendre.
Quant aux profanes – je parle des plus intelligents d’entre eux et des plus exercés aux subtilités de la métaphysique, – ils seront vite déroutés et découragés par une terminologie nouvelle et bizarre, où les mots sont trop souvent détournés des usages reçus, vidés de leur sens naturel, et aussi par des métaphores à jet continu, qui déguisent la pensée bien plus qu’elles ne l’expriment.
C’est à eux que ce travail s’adresse. Ils veulent se rendre compte, vérifier si les conséquences pratiques si graves et si troublantes de la philosophie nouvelle sont bien assises sur des principes solides et incontestables, car, pour eux, l’autorité du maître est le dernier et le plus pauvre des arguments, selon le mot célèbre de saint Thomas : Locus ab auctoritate quæ fundatur super ratione humana, est infirmissimus .
Pour les aider et les guider dans une recherche si délicate et si laborieuse, nous n’aurons rien négligé, ni la lecture annotée et l’étude de tous les ouvrages ou articles de revue de M. Bergson et de ses principaux disciples, ni l’assistance aux cours du Collège de France, ni le commerce avec les initiés.
Que si, malgré ces précautions, nous nous étions encore mépris sur le sens de quelques détails secondaires, notre bonne foi, du moins, serait hors de conteste, et nous nous en consolerions au souvenir de ces discussions passionnées qui ont retenti récemment dans la presse des deux Mondes, sur l’interprétation de certains points obscurs, de la pensée de M. Bergson, et auxquelles son intervention seule a pu mettre fin.
Nous tenions à protester, dès le début, non seulement de notre bonne foi, mais aussi de notre respect sincère pour la personne du maître. Ses manières simples et modestes, où l’on ne sent rien d’un pédantisme si fréquent ni d’un sectarisme à la mode, son ton toujours grave qui semble le plus souvent convaincu, son talent incontestable d’artiste et de virtuose, inspirent plutôt la sympathie. Et si ses doctrines, en ce qu’elles ont de paradoxal et de vraiment sophistique, méritent d’importantes critiques et même une juste sévérité dans le blâme, nous ne prendrons qu’à regret cette attitude, et pour accomplir ce que nous croyons être pour nous un devoir.
Du reste, il n’y a pas que des théories fausses à relever dans cette nouvelle philosophie. Il y a nombre d’idées bonnes et même excellentes que nous serons heureux de mettre en relief et de louer aussi souvent que nous les rencontrerons.
C’est assez dire que ce volume, bien loin d’être ; une œuvre de parti pris ou de polémique personnelle, sera tout au contraire un travail de critique sereine, calme et impartiale, aussi objective qu’il nous sera possible.
Pour en assurer l’objectivité parfaite, nous ne reculerons pas devant le labeur ingrat des citations et des références minutieuses auxquelles on pourra constamment se reporter. De cette façon, quand notre subtil auteur se retranchera derrière la défense banale qu’ on ne l’a pas compris , le lecteur pourra lui répliquer : à qui la faute ? … C’est le système philosophique de M. Bergson que nous jugerons d’après les textes authentiques, et nullement ses intentions ni sa pensée intime, encore moins sa pensée définitive, que notre critique ne saurait viser, et réserve expressément.
Nous avions déjà touché à la philosophie de M. Bergson en esquissant les grandes lignes de la Théorie fondamentale de l’Acte et de la Puissance ou du Devenir , mais d’une manière assez indirecte. Nous avions dû mettre alors en parallèle avec les théories de l’école péripatéticienne et thomiste que nous exposions, celles de la philosophie nouvelle. Mais cette critique n’était faite que par occasion, d’une manière accidentelle et très incomplète. Aujourd’hui, nous abordons de front l’œuvre du maître, pour en saisir les détails et l’ensemble, et suivre l’évolution de sa pensée à travers tous les écrits qu’il a publiés depuis sa thèse de 1889.
Cet ouvrage – malgré quelques répétitions nécessaires – ne fera donc pas double emploi avec le premier, qui pourra toujours être consulté utilement par ceux qui aiment les parallèles et les contrastes. Nous y renverrons quelquefois.

*
* *
Et maintenant, souhaitons à ce petit livre d’aller au loin produire un peu de bien ! Sans doute, il n’a pas la prétention naïve de convertir les Bergsoniens qui récusent les lumières de l’Intelligence, de la Raison et du Sens commun. Ce n’est pas d’arguments dont ces esprits ont besoin, mais de remèdes. Puisse-t-il du moins rassurer les autres, tous ceux qui n’ont pas laissé s’atrophier en eux ces facultés maîtresses de notre nature humaine, et les préserver à jamais d’une telle « catastrophe intérieure ». Et comme ce résultat purement négatif serait insuffisant à asseoir leurs convictions spiritualistes, puisse-t-il les aider à s’orienter vers les lumières si sûres de la Philosophie traditionnelle.
N’obtiendrait-il ce succès qu’auprès de cette nouvelle jeunesse qui se lève – avide de théories lumineuses et fortes, et dédaigneuse de ce qu’elle a déjà nommé une « philosophie des phosphorescences et des velléités », – nous nous estimerions amplement récompensé notre peine !
La philosophie de M. Bergson
Introduction générale
Suivant une formule chère à son école : M. Bergson est en train de se faire . Nous ne parlons pas ici de sa réputation qui est déjà faite – non seulement en France, mais dans les deux hémisphères – et ne saurait guère s’amplifier davantage. À peu près dès le début de son enseignement à Paris, elle a retenti bruyamment et elle est devenue rapidement mondiale, grâce à une certaine presse et à cette unanimité de réclame mutuelle dont nos adversaires ont le secret, – et qui devraient être pour nous une leçon plus profitable d’union.
Sur la foi de sa renommée, bien des gens se pâment d’admiration à tout ce qui tombe aujourd’hui de ses lèvres ou sort de sa plume. Et je ne parle pas seulement du public féminin qui assiège sa chaire du Collège de France, ni des admirateurs par snobisme, incapables de comprendre le premier mot de théories si subtiles et si obscures, – mais aussi d’hommes de talent et de penseurs sérieux qu’on est surpris de rencontrer dans ce concert d’adulation universelle.
Nous pourrions en citer plusieurs parmi ses collègues de l’Université ou de l’École normale, dont les éloges enthousiastes atteignent à un degré de lyrisme déconcertant.
L’un d’eux, dans un volume que nous avons sous les yeux, écrit qu’il faut classer M. Henri Bergson, non seulement « parmi les très grands philosophes de tous les pays et de tous les temps », – mais encore le proclamer « comme le seul philosophe de premier ordre qu’aient eu la France depuis Descartes, et l’Europe depuis Kant ». Il ajoute expressément que Leibnitz, Malebranche, Spinosa, sont facilement éclipsés, ainsi que Fichte, Schelling et Hégel. Enfin, il conclut pompeusement : « Tel est le rythme de l’histoire des systèmes : de loin en loin, un héros heureux de la pensée s’étant enfoncé très avant dans les profondeurs du réel en ramène au jour de l’intelligence des intuitions merveilleuses, richesse brute que lu

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents