Les Voleuses du passé
378 pages
Français

Les Voleuses du passé , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
378 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dans ce deuxième épisode, Charlotte et ses Gardiennes vont être confrontées à des événements faisant référence à l'une des périodes les plus obscures de la religion chrétienne: l'Inquisition. Lancées à la poursuite de deux êtres immortels, elles vont être prises entre les feux croisés de deux sociétés secrètes se disputant le pouvoir et l'influence d'une part, mais aussi de l'Église romaine et de la police italienne d'autre part. Leur engagement total au service du bien ne les laissera cependant pas indemnes: l'une d'elle, plongée dans un coma profond, plongera plus de cinq cents ans en arrière... Après "Même les fauves se dévorent entre eux!", Didier Debièvre orchestre une fresque ébouriffante à travers le temps et l'espace. Entre fanatisme, folie, clonage et haute technologie, préparez-vous à une traque à perdre haleine, en vous munissant d'un plan de Venise et de sa lagune, ainsi que des cartes du nord de l'Espagne et de l'Italie!

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 31 octobre 2012
Nombre de lectures 12
EAN13 9782748395662
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0098€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Les Voleuses du passé
Didier Debievre Les Voleuses du passé Les Gardiennes – Opus 2
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0117751.000.R.P.2012.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2012
Les faits En l’an 1199, le Pape Innocent III créa l’Inquisition, suivi par Grégoire IX qui publia la constitution « Excommunica-mus », qui punissait de détention à vie les hérétiques repentis, et de mort sur le bûché les obstinés. Mais l’Inquisition prendra toute son ampleur répressive à e partir du début du XV siècle dans le nord de l’Espagne, par une Bulle du Pape Sixte IV. L’inquisition, qui ne devait être à l’origine qu’un comité d’investigation sur l’hérésie, devint un programme impitoyable visant à l’élimination systématique de tous ceux refusant la domination de l’Église. En l’an 1548, elle s’étendra à l’Italie, mais les exactions des inquisiteurs la discréditeront peu à peu jusqu’à son abolition définitive en 1834, après près de six cents ans d’obscurantisme religieux et de terreur des populations dans tous les pays de l’occident. e Bien qu’elle prit fin officiellement au XIX siècle, ses mem-bres continuèrent en secret leur mission au sein même de l’Église, bien qu’ils ne soient plus soutenus ou approuvés par elle. De nos jours, l’inquisition se cache sous le pseudonyme de La Société de Léopold. Cette société fut fondée par lesmoines rougesl’Ordre de de Saint Théodose, qui maintenaient alors la thèse de l’existence des Vampires et autres créatures surnaturel-les, telles que les Dragons volants cracheurs de feu. À l’époque, ils informèrent l’Église Romaine de ces activités vampiriques, qui leur donna l’ordre de se consacrer entièrement à ces recher-ches, de poursuivre et pourchasser le malin, et particulièrement l’Hérésie Cainite, et de ne répondre de leurs actes qu’au Saint-Père lui-même.
9
L’ordre des Dominicains, et en particulier St Thomas d’Acquin, philosophe et théologien renommé, qui était l’un d’eux, fut à sa tête pendant des années. Un personnage est resté inconnu et absent de tous les écrits de l’époque sur le sujet. Noble érudit et Astronome éclairé, admirateur des machines volantes de Léonard de Vinci, son nom était Enzo Battaglia. Mis au ban de l’église en raison de sa prise de position en faveur de Galilée, et se ralliant comme lui à la théorie de Copernic, il s’était réfugié dans son château proche de la ville de Gubbio, dans la région montagneuse des Marches Italiennes. Il y mena une guerre féroce contre l’inquisition et ses membres, et en particulier les Moines de l’ordre desPauvres chevaliers de la Croix de la Passiond’Acre,le symbole dont était une croix brisée de couleur sang. Il fut à l’époque l’ennemi juré et détesté de leur dirigeant, Gauthier de Dampiere, nommé consul de Rome par le Pape lui-même, et chargé de diriger l’inquisition Italienne.
10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents