Addiction colossale
206 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Addiction colossale , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
206 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

LA CONCLUSION À LA FOIS DOUCE ET TORRIDE DE LA DUOLOGIE LE COLOSSE DE WALL STREET



Un milliardaire farouchement déterminé...



Marcus Carelli, colosse des fonds spéculatifs, sait comment obtenir ce qu’il désire, et il n’a jamais rien désiré de plus fort qu’Emma. La rousse pétillante, inconditionnelle des chats, lui a peut-être tourné le dos, mais il n’est pas prêt à la laisser partir.



Une femme à chats plutôt méfiante...



Emma Walsh, vendeuse en librairie, a eu le cœur brisé par le milliardaire impitoyable et elle n’est pas près de l’oublier. Marcus peut insister tant qu’il voudra, il ne va pas la reconquérir aussi facilement.



Un lit à deux places...



En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis, et le nouveau champ de bataille est un lit à deux places dans une chambre d’amis. Le vainqueur a tout à gagner... Que la joute commence.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 17 mars 2021
Nombre de lectures 250
EAN13 9781631425899
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0020€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Addiction colossale
Le Colosse de Wall Street : tome 2


Anna Zaires

♠ Mozaika Publications ♠
Table des matières



Chapitre 1

Chapitre 2

Chapitre 3

Chapitre 4

Chapitre 5

Chapitre 6

Chapitre 7

Chapitre 8

Chapitre 9

Chapitre 10

Chapitre 11

Chapitre 12

Chapitre 13

Chapitre 14

Chapitre 15

Chapitre 16

Chapitre 17

Chapitre 18

Chapitre 19

Chapitre 20

Chapitre 21

Chapitre 22

Chapitre 23

Chapitre 24

Chapitre 25

Chapitre 26

Chapitre 27

Chapitre 28

Chapitre 29

Chapitre 30

Chapitre 31

Chapitre 32

Chapitre 33

Chapitre 34

Chapitre 35

Chapitre 36

Chapitre 37

Chapitre 38

Chapitre 39

Chapitre 40

Chapitre 41

Chapitre 42

Chapitre 43

Chapitre 44

Chapitre 45

Chapitre 46

Chapitre 47

Épilogue


Extrait de Un amour si sombre

Extrait de La Fille qui voit

À propos de l'auteur
Ceci est une œuvre de fiction. Les noms, les personnages, les lieux et les incidents sont le produit de l’imagination de l’auteur ou employés de manière fictive, et toute ressemblance avec des personnes réelles, vivantes ou mortes, des sociétés, des événements ou des lieux ne serait qu’une coïncidence.

Dépôt légal © 2020 Anna Zaires
www.annazaires.com/book-series/francais/

Tous droits réservés.

Sauf dans le cadre d’une critique, aucune partie de ce livre ne peut être reproduite, scannée ou distribuée sous quelque forme que ce soit, imprimée ou électronique, sans permission.

Publié par Mozaika Publications, une marque de Mozaika LLC.
www.mozaikallc.com

Couverture par Najla Qamber Designs
www.najlaqamberdesigns.com

Photographie par Wander Aguiar
www.wanderbookclub.com

Sous la direction de Valérie Dubar
Traduction : Laure Valentin

e-ISBN : 978-1-63142-589-9
ISBN imprimé : 978-1-63142-590-5
1

E mma
Je pleure pendant la première heure du vol de deux heures et demie vers Orlando. Je ne peux pas m’en empêcher. Mon cœur n’est pas seulement brisé, j’ai l’impression qu’on l’a arraché de ma poitrine.
Et c’est moi qui l’ai fait.
J’ai dit à Marcus que je ne pouvais pas emménager avec lui.
Je lui ai dit que c’était fini.
Mes voisins de siège, un chauve d’une cinquantaine d’années près du hublot et une adolescente blonde du côté de l’allée, s’écartent de moi lorsque je me mouche pour la cinquième fois. Seulement, il n’y a nulle part où aller. Bon, techniquement, la blonde peut se lever et s’éclipser aux toilettes, mais elle l’a déjà fait trois fois pour prendre ses distances, alors elle reste en place et me jette quelques coups d’œil désapprobateurs.
Je ne lui en veux pas. La seule chose pire qu’un bébé qui pleure dans un avion, c’est un adulte qui pleurniche.
— Vous, euh… ça va ?
C’est l’homme chauve, qui tente enfin une gentillesse, et je secoue la tête, souriant à travers mes larmes.
— Oui, désolée. Juste une…
Je ravale la boule dans ma gorge.
— Une rupture difficile.
— Oh, super, fait l’adolescente, dont le visage s’illumine sensiblement. Je pensais que tu venais d’apprendre que tu avais un cancer ou quelque chose comme ça.
Je grimace avec l’impression d’être une minable. Parce qu’elle a raison, ça pourrait être bien pire. Les gens vivent tous les jours de véritables tragédies, des horreurs qu’ils ne peuvent éviter. Alors que c’est moi-même qui me suis infligé la douleur que je ressens.
Il y a quelque temps, j’ai rencontré Marcus Carelli, un milliardaire spécialisé dans les fonds spéculatifs, si loin de mon milieu qu’il vient presque d’une autre planète.
Je suis tombée amoureuse de lui en sachant que nous n’avions pas d’avenir, et maintenant j’en paie le prix.
— J’ai connu une rupture difficile une fois, confie l’adolescente en mâchonnant son ongle vert brillant. Ce connard m’a trompée avec ma meilleure amie au collège. Elle l’a embrassé derrière les gradins du stade, tu te rends compte ?
— Oh, waouh, c’est terrible. Je suis désolée, dis-je sincèrement.
Au collège ou ailleurs, c’est toujours douloureux. Au moins, Marcus ne m’a jamais trompée. Il a disparu pendant trois jours après un week-end incroyable ensemble, mais pour autant que je sache, aucune autre femme n’était impliquée.
Enfin, sauf Emmeline.
Elle est toujours là, entre nous, elle ou un quelconque clone tout aussi parfait.
— Bah, ce sont des choses qui arrivent, dit la fille avec philosophie en haussant les épaules. Et toi ? Qu’est-ce que ce crétin a fait ?
— Il…
Je déglutis à nouveau.
— Il m’a poursuivie à l’aéroport et il m’a demandé d’emménager avec lui.
La fille et l’homme me dévisagent comme si une méduse venait d’apparaître sur ma tête et je m’empresse d’expliquer :
— Il ne le pensait pas. Pas comme les gens dans ces circonstances. Disons que c’est une affaire de commodité pour lui. Il va épouser quelqu’un d’autre. Il me l’a dit lors de notre première rencontre et…
— Il est fiancé ? s’exclame la jeune fille avec horreur.
— Non, non, dis-je en secouant la tête. Ils n’ont pas encore commencé à sortir ensemble. Ce ne sera pas forcément elle, d’ailleurs. Il a un critère très particulier, en fait, et je n’y corresponds pas. Pas du tout. Il y a une alchimie, mais ça ne suffit pas pour une relation à long terme. Je ne suis pas le genre de fille qu’il voudrait présenter à ses amis ou à ses clients. Au mieux, je ne suis qu’un divertissement pour lui, et tôt ou tard, il va s’ennuyer et s’en aller. Et alors…
Je laisse traîner ma phrase dans un souffle tremblant.
— Ce serait bien pire.
— Donc, vous avez envoyé paître ce pauvre homme à titre préventif ?
L’homme a l’air fasciné, comme si je lui offrais un aperçu spécial de la psychologie féminine.
— Un peu comme on frapperait le premier dans un combat, pour minimiser les risques de perdre ?
J’acquiesce et me mouche à nouveau.
— Oui, en quelque sorte.
Sauf si le but est de gagner ce combat, j’ai déjà perdu. Mon cœur appartient à l’homme dont je me suis éloignée, et il est difficile d’imaginer que cela puisse faire plus mal que maintenant. Pourtant, je suis certaine d’avoir fait le bon choix en rompant avec lui.
Si je ressens cela après un week-end ensemble, je n’ose pas imaginer combien ce serait pire encore si j’étais avec Marcus depuis un certain temps.
Non, c’est le seul moyen. Il faut arracher le pansement – emportant un morceau de mon cœur, en l’occurrence – et aller de l’avant.
La plaie est appelée à guérir avec le temps.
N’est-ce pas ?
2

E mma
Quand nous atterrissons enfin, je connais un peu trop mes voisins de siège, car pour m’empêcher de pleurer sur ma rupture, ils semblent avoir décidé conjointement de me divertir avec des histoires détaillées sur leurs vies. Ainsi, j’ai appris que Donny, l’homme d’une cinquantaine d’années, est originaire de Pennsylvanie, mais réside en Floride, qu’il a divorcé deux fois, qu’il est concessionnaire automobile à Winter Park et qu’il ne mange absolument aucun légume vert, tandis qu’Ayla, l’adolescente, est née en Floride, qu’elle a une sœur qui a divorcé trois fois et qu’elle passera le bac l’année prochaine – Ayla, pas la sœur, bien sûr. Cette dernière a abandonné le lycée. Oh, et Ayla est allergique aux noix, mais n’a aucun problème avec les légumes verts.
— Au revoir ! C’était un plaisir de vous rencontrer !
Je leur fais signe alors qu’ils pressent le pas devant moi avec leurs sacs et ils me rendent mon salut, visiblement soulagés d’en avoir fini avec ce vol et cette rouquine timbrée qui pleurait parce qu’un homme lui avait demandé d’emménager avec lui.
Je suis soulagée, moi aussi. Non que je n’aie pas apprécié d’entendre leurs histoires, au moins ils ont réussi à me distraire de mon chagrin, mais j’ai hâte de voir mes grands-parents et de sentir l’air chaud de la Floride sur ma peau.
L’humidité ici est une catastrophe pour mes cheveux bouclés, mais ça me fera un bien fou après cette violente tempête de neige à New York.
Papi m’attend à l’intérieur du terminal, juste à côté de la sortie des navettes, et j’acco

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents