Cox Brothers - tome 2 : Caleb
122 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Cox Brothers - tome 2 : Caleb , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
122 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Caleb Cox et Sacha Davidson se rencontrent à un âge où la vie leur offre insouciance et innocence. Ils grandissent ensemble et découvrent à quel point aimer peut dévaster les gens. L'année de ses seize ans, Sacha disparaît comme elle est arrivée, aussi intensément et follement dans la vie de Caleb.


Ce jour-là, son monde s'écroule. Alors il se promet de tout faire pour la retrouver.


Les années passent et le jeune homme se retrouve seul avec le cadet de la fratrie Cox après l'emprisonnement des deux aînés. Entre kidnapping, réseau de proxénète et combats illégaux, la vie du jeune homme va se retrouver bouleversée. Il dévie, s'éloigne, prend des risques, mais garde toujours en tête son seul objectif.


Lorsque deux âmes sœurs se rencontrent, rien ne peut les séparer.


Son entêtement l'aidera-t-il à mettre la main sur la jolie petite rousse ?


Caleb arrivera-t-il à intégrer le Cercle ?


Et si la vie s'acharnait une nouvelle fois sur eux ?

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 5
EAN13 9782493219275
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0045€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Cox
Brothers
 
 
Caleb
 
 
ELYS
 
Cox
Brothers
 
 
Caleb

 
«Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays. L’auteur ou l’éditeur est seul propriétaire des droits et responsable du contenu de ce livre. Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon, aux termes des articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.»
 
ISBN papier : 978-2-493219-28-2
ISBN numérique : 978-2-493219-27-5
©Elys
 
Édition : Plumes de Mimi éditions, 122 rue de l’Argonne, 62117 Brebières.
Siret : 84469800100014
Dépôt légal : 12/2021
 
ELYS
 
Revenue vivre sur les terres qui l’ont vue naître, Elys quitte la région parisienne et s'installe au fin fond de la Bretagne avec sa fille et ses animaux.
 
Lectrice passionnée depuis toute petite, elle a suivi des études en Arts Appliqués, puis la découverte de l'écriture est née sur une des nombreuses plates-formes pour jeunes auteurs.
 
Elle concrétise un jour cette envie de pouvoir tenir entre ses mains son premier livre.
 
Depuis, plus rien ne l’arrête !
 
 
 
 
 
« Il y a des silences qui font du bruit
jusqu'à s'en déchirer le cœur »
Anorexiquedetesmots
 
TABLE DES MATIERES
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13
Chapitre 14
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
Chapitre 18
Chapitre 19
Chapitre 20
Chapitre 21
Chapitre 22
Chapitre 23
Chapitre 24
Chapitre 25
Chapitre 26
Chapitre 27
Chapitre 28
Chapitre 29

 
CHAPITRE 1
 
Caleb
 
J'ai six ans.
 
— Viens manger, Caleb. Tes frères sont déjà à table.
 
J'entends à peine maman m'appeler. Mes yeux sont rivés sur les cartons qui s'entassent sous le porche des voisins. La maison est abandonnée depuis un moment. Les peintures blanches s'écaillent sur la façade tandis que le volet le plus proche de moi risque de tomber à tout moment. L'homme aux cheveux bruns tient contre lui un énorme carton et entre en criant sans cesse un prénom. Sa voix s'éloigne à travers l'habitation.
Sacha. Sacha. Sacha.
Au pied des escaliers, je distingue à peine une seconde tête à cause de la hauteur des herbes qui ont envahi le terrain au fil des années.
Des cheveux roux.
 
— Sacha ! Bon sang... Qu'est-ce que tu fous ?
 
Sur la première marche, le corps d'une fillette toute menue apparaît, les bras remplis de sacs en plastique. Je plisse les yeux en distinguant des tresses assez longues pour lui arriver au-dessus des fesses. Son pantalon rose à petits pois jaunes traîne par terre, il est beaucoup trop long pour sa petite taille. Quant à son t-shirt bleu marine, il lui arrive en dessous des fesses. Alors que je l’observe peiner à monter le restant des marches, j’entends :
 
— Cal ! On t'attend... Allez !
 
Je sursaute lorsque je tombe sur Orlando, se tenant sur le pas de la porte. Mon frère a deux ans de plus que moi, mais je suis presque aussi grand que lui. Maman dit que je suis celui qui ressemble le plus à mon père, tandis que mes frères tiennent plus d'elle.
Je ne sais pas. Peut-être… On ne le voit jamais de toute façon.
 
— J'arrive, marmonné-je.
— Qu'est-ce que tu regardes comme ça ?
 
Mon grand frère passe devant moi et porte son attention sur la maison voisine. Il fronce les sourcils en épiant l'homme qui redescend les escaliers pour porter un autre carton. La petite fille le suit de près. Soudain, j’entends un ricanement près de moi.
 
— C'est ton amoureuse ?
 
Le sourire qui fend les lèvres de mon frangin ne me dit rien qui vaille. Je ne réponds pas, grognant contre le jeune garçon qui me guette tout en rigolant.
 
— Caleb a une amoureuse ! Caleb a une amoureuse ! Caleb a une amoureuse !
— C'est pas vrai ! Tais-toi !
 
Il remonte rapidement tandis que je me lève pour le faire taire. Avant de rentrer chez moi, je jette un dernier coup d’œil à nos nouveaux voisins et rencontre le regard de la fillette assise sur la dernière marche du perron. Elle tient contre elle une vieille poupée en chiffon sur laquelle elle pose son visage qui me scrute, puis lève sa main pour me saluer.
Je ne réponds pas, trop intimidé, et longe le couloir pour entrer dans la cuisine où tout le monde est déjà assis. Orlando murmure que j'ai une amoureuse à Jackson, l'aîné de la fratrie, qui se met à rire. Maman leur demande d'arrêter et reporte son attention sur Bayley, assis dans sa chaise haute, qui plonge ses doigts dans la purée devant lui.
Je les entends chuchoter tous les deux pendant que notre mère remplit mon assiette. Ils m’énervent. Jacks est penché sur Orlando et ils me lancent des coups d’œil insistants tout en engouffrant leur repas.
Plus tard dans la journée, alors que mes deux frères sont partis rejoindre leurs copains, je m’assois sur le haut des marches. Je ne peux pas m’empêcher de regarder ce qu’il se passe juste à côté. Tout à coup, je sursaute en me confrontant aux plus beaux yeux verts que j’aie jamais vus. J'ai l'impression que son regard accroche le mien pour ne jamais le lâcher. Elle ne fait aucun mouvement, se contentant simplement de m'observer.
Pas un sourire ni même un mot, toutefois, je ressens déjà un lien s'installer entre nous.

 
CHAPITRE 2
 
Caleb
 
J'ai douze ans.
 
— Tu crois vraiment que la vieille Clarks vole tous les chats du quartier ?
 
Je hausse les épaules, observant Sacha, accroupie près de moi devant la clôture de la maison au bout de notre rue. Il y a peu, elle a coupé ses cheveux. Je ne lui ai rien dit, mais j'adorais quand ils étaient longs. Ma mère aussi. Je l'ai souvent vue tresser les cheveux de ma meilleure amie. Une fois à droite, une fois à gauche et encore à droite, à gauche… Je suis certain de pouvoir le faire sur des centaines de mètres. Seulement, elle arbore désormais une crinière remplie de boucles rousses qui rebondissent sur le haut de ses épaules.
 
— Kay m'a appris que son chat a disparu. Elle est passée devant chez la vieille Clarks et a entendu un tas de miaulements. Même que Debby habite juste à côté et elle m'a dit que son jardin était rempli de cages.
— Ça ne veut rien dire.
— Et si on allait voir ? On court plus vite qu'elle de toute façon. Qu'est-ce que tu veux qu'elle nous fasse avec sa canne ?
 
Sans un mot de plus, je me dirige sur le côté de la maison, puis longe la clôture en ferraille, suivi de la petite rousse. Hors de question que je me dégonfle. Surtout devant elle !
Je pose mes doigts sur le grillage, écartant comme je peux les feuilles des arbustes qui nous cachent la vue. Un souffle chaud se dépose dans mon cou, je tourne légèrement la tête et tombe sur les yeux verts de Sacha.
Je ravale difficilement ma salive, me sentant beaucoup trop près d'elle. Son corps est littéralement collé au mien. Elle mordille sa lèvre inférieure tout en portant son regard devant nous.
 
— Regarde au fond, tu vois la cage ? Près de l'abri en bois.
 
Je chuchote rapidement un « oui », quand soudain, la porte arrière de la maison s'ouvre. La vieille dame descend péniblement dans son jardin, un sac en papier dans la main, et se dirige vers la cabane qui se trouve au fond. Nous retenons notre respiration en attendant de voir une multitude de chats débouler du cabanon.
 
— Tu crois qu'elle en fait quoi ? Elle les mange ?
 
À l'entente de cette question, ma meilleure amie pousse un cri de stupeur qui nous laisse sur le qui-vive. Clarks plisse les yeux et regarde dans notre direction, soulevant sa canne en l'air.
Je sens le corps

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents