Ctrl + Q
152 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Ctrl + Q , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
152 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Entre son job de secrétaire dans un magasin de matelas et Roue de la Fortune, son hamster, Clémentine mène une vie solitaire et ennuyeuse. Maladroite, pas très futée, superficielle et égoïste, Clémentine est une paresseuse avec une seule ambition : devenir riche.
Des petites initiatives aux grandes résolutions qui peuvent tout bouleverser, la vie n’est qu’une succession de décisions à prendre. Clémentine, sans amis ni famille, sans conseils prudents et avisés, va faire les mauvais choix.
Au rythme syncopé de ce monde où la science va parfois trop loin et prend de court notre morale, Clémentine devra faire face à l’exceptionnel et l’incroyable.
Clémentine est « l’attachiante » héroïne de « Ctrl + Q », le cinquième roman léger, drôle mais surtout anti-morosité de Kathy Dorl, qui donne la joie de lire.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 16 novembre 2015
Nombre de lectures 636
EAN13 9782370113658
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0034€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Ctrl + Q

Kathy Dorl



© Éditions Hélène Jacob, 2015. Collection Littérature sentimentale . Tous droits réservés.
ISBN : 978-2-37011-365-8
« Chaque rencontre est porteuse d’un changement possible »
Jacques Salomé – La vie à chaque instant.


Aux Bardolettes
1.

La semaine du travailleur a sept jours, la semaine du paresseux a sept demains.


Si on pouvait décaler le matin en fin d’après-midi, ce serait parfait !
Le réveil est difficile pour Clémentine. Ras le bol de se lever tous les jours de la semaine pour aller bosser en tant que secrétaire commerciale dans cette société de matelas, le tout pour un salaire misérable. Clémentine rêve d’être riche, très riche, d’avoir plusieurs belles maisons, un jet privé et surtout de ne pas avoir à travailler. Elle ronchonne en se levant péniblement.
J’espère que le mec qui a décrété que l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt est mort un matin à l’aube, dans d’atroces souffrances.
Pas évident de se bouger quand on est paresseuse, pas toujours facile de trouver un job super sympa, valorisant et bien payé, quand on a passé toute sa jeunesse à poursuivre ses études sans jamais réussir à les rattraper et surtout quand on n’est pas très maligne. {1}
Parce que Clémentine n’est pas très futée. Elle n’a jamais osé passer le test de QI, car le résultat la terrorise. Elle est tête en l’air et maladroite. À 27 ans révolus, elle vit dans un studio avec Roue de la Fortune, son hamster.
Comme tous les matins, Clémentine fait sa toilette et avale un café avant de rejoindre son bus, tout en imaginant ce qu’elle pourrait faire si elle était riche.
Une journée sur un yacht ? À 10 h 45, Fukushima, mon coiffeur, s’occupe de mes cheveux ; à 11 heures, je sors sur le pont ; à 11 h 35, je prends mon brunch au champagne ; à 13 heures, Aldo me lave les dents, me masse et me propose un maillot de bain. À 13 h 15, je choisis un Jet Ski ; à 13 h 17, je change de maillot : il ne va pas avec le Jet Ski. À 15 heures, je bronze. À 19 heures, je me prépare pour une fête sur le yacht : bain, maquillage, coiffure, ouverture du coffre (pour les bijoux). À 21 heures, je retrouve mon mari, il est très vieux, mais je l’aime d’amour fort, normal, il gagne beaucoup plus d’argent que je ne peux en dépenser. 23 heures, la fête est superbe. 6 h 30, je prends des somnifères, Aldo me masse les pieds et Miranda, la gouvernante, me raconte une histoire pour m’endormir.
Dis, Clem ! Au lieu de bayer aux corneilles, tu ne pourrais pas venir nous aider ? Y’a un camion plein la gueule de matelas à décharger !
Damien referme presque aussitôt la porte du bureau de Clémentine, puis se ravise :
Maintenant que tu as fini de pondre, tu es « en état de marche », viens nous filer un coup de main ! renchérit-il en rigolant.
Clémentine lève les yeux au ciel. Elle n’ira pas . Le travail d’équipe, c’est essentiel. En cas d’erreur ou de manquement, ça permet d’accuser quelqu’un d’autre. Et je pourrai toujours prétendre y aller, se dit-elle, dans trente minutes, lorsque j’aurai fini un dossier important et que le dernier matelas sera sorti de la remorque !
Et puis elle en veut à Damien. Alors qu’ils pourraient de nouveau faire des galipettes sur les matelas de la réserve, il a fallu qu’il se trouve une nouvelle copine ! Alors non ! Hors de question de lui filer un coup de main !
Et de surcroît, ne jamais sous-estimer l’aptitude de Clémentine à ne rien foutre ! Ni son égoïsme.
Car de dossier important à boucler, il n’y en a pas. Par contre, réussir son niveau à Candy Crush Saga est impératif. Au début, Clémentine y jouait pour socialiser et passer un bon moment. C’était amusant et, en apparence, inoffensif, puis le plaisir est devenu vice et Clémentine est officiellement addict . Il y a quelques semaines, elle a oublié d’aller chercher son patron à la gare pour une foutue gélatine bloquée au niveau 101. Elle a passé les quatre dernières réunions des commerciaux enfermée dans les toilettes pour quelques berlingots rebelles. Pourtant, Clémentine sait que son addiction pourrait l’amener aux portes de l’agence Pôle emploi la plus proche. Alors, elle tente par tous les moyens de « décrusher » , pardon, décrocher.
C’est d’ailleurs l’un des actes les plus courageux de sa vie. Clémentine n’a jamais été pompier volontaire, n’a pas non plus traversé la jungle brésilienne ni survécu à une réunion de famille de Siciliens. D’ailleurs, elle n’a pas de famille.
Elle confesse également avoir parfois hurlé « Sugar Ruuuuush » en atteignant le septième ciel avec Damien, et d’avoir pris une douche froide pour refréner son envie compulsive avant de se jeter sur son smartphone pendant les ronflements post-coïtaux.
Après avoir raté quelques bonnes dizaines de rendez-vous professionnels, de trains, de rapports hyper méga importants, Clémentine a trouvé une force insoupçonnée pour annoncer officiellement à son entourage professionnel ainsi qu’à ses réseaux sociaux qu’elle est Candy Crush addict et qu’elle a besoin d’aide. Elle n’a pas été déçue. Elle a reçu un grand nombre de messages de soutien :
« J’espère que tu tiendras bon… sinon, je viens moi-même te tuer à mains nues ! On en peut plus de tes invitations pour jouer à ce jeu ! Si tu continues à nous faire chier avec ton jeu, on te dégomme ! #DernièreChance#SinonTantPisPourToi. »
Le programme de sevrage est simple, mais sans merci : remplacer son smartphone dernière génération par un bon vieux cellulaire de 1999. C’est dur, mais Clémentine s’accroche, le pire étant dans le bus, où tous les toxicos sont de sortie.
La première semaine de Candy-jeûne enfin passée, Clémentine est de nouveau à peu près en phase avec le reste du monde.
Enfin presque…
Parce que le décrochage de Candy Crush n’est que la première étape de la longue digital detox imposée récemment par son boss :
Clémentine, continuez comme ça et vous allez ajouter Pôle emploi à la liste de vos pages favorites ! a-t-il grogné une nouvelle fois.
Pleine d’une bonne volonté qui caractérise rarement Clémentine, elle commence sa nouvelle cure en ajoutant à ses favoris le site detox-digitale.com.
Dans son élan, elle expédie un e-mail à son boss pour lui dire :
« C’est trop fastoche la détox. »
Il lui rappelle que l’idée, malgré tout, c’est quand même de le faire sans utiliser Google.
Clémentine lui répond :
« OK, j’éteins tout ! »
Le boss lui répond aussitôt :
« Et comment allez-vous traiter les commandes clients avec un ordinateur éteint ?! »
Clémentine lui répond :
« Faudrait savoir ce que vous voulez… »
« JE VEUX QUE VOUS BOSSIEZ, NON PAS QUE VOUS SURFIEZ SUR LE NET ! »
Clémentine sent son identifiant à huit chiffres de Pôle emploi se rapprocher dangereusement. Elle répond :
« Ah, OK d’accord, j’ai compris. »
Clémentine ferme alors son téléphone portable et sa tablette personnelle. Elle a l’impression d’arriver en prison, sauf qu’on lui laisse les lacets. On ne devrait pas !
Clémentine est devenue beaucoup trop sensible depuis son décrushage des bonbons virtuels. Un plongeon dépressif est, très souvent, aussi soudain que brutal et l’issue, fatale.
Lors du déjeuner, Clémentine redécouvre la peinture du plafond de la cantine qui s’écaille.
Oh ! dit-elle en montrant le plafond.
Hmmm ? répond Damien qui pianote au-dessus de son steak haché-haricots verts.
Pff ! conclut Clémentine qui s’ennuie royalement.
C’est vrai qu’ils ne sont pas trop habitués à se parler avec plus de cent quarante caractères.
Clémentine va alors au café du coin, allume une clope et commande un WiFi sans sucre. Il y a des bruits de clavier partout, elle tousse et ouvre la fenêtre en demandant aux clients s’ils ne peuvent pas aller taper dehors.
La première après-midi de sevrage se passe relativement bien. Après le boulot, Clémentine passe au bar où Damien, Justine – sa nouvelle copine – et Justine – sa seule et unique copine – ont leurs habitudes. Clémentine leur propose de jouer au jeu de la pile, qui consiste à déposer les téléphones les uns au-dessus des autres au milieu de la table. L

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents