Flavie des vents contraires
88 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Flavie des vents contraires , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
88 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cap Maillant est un petit village échoué sur un gros rocher secoué par vents et marées. Personne ne s'y ennuie!
Des personnages colorés évoluent dans un tourbillon d'émotions. A Cap Maillant, l'amour n'a pas d'âge. Flavie et Arnaud vivent une passion qui s'étiole à l'adolescence pour exulter à l'âge adulte. Ravier et Précile sont habités par une flamme tardive.
Les quatre principaux protagonistes ainsi que les acteurs qui les accompagnent traversent avec panache différentes situations. Ravier, dernier de sa génération, ne veut as partir sans laisser ses souvenirs à Flavie, sa fille adoptive. Il a été témoin, dans la fleur de l'âge, de la cruelle destruction d'un village dans l'arrière-pays. Aujourd'hui, Flavie se promène sur ces terres revenues à l'état sauvage. Ravier veut qu'elle puisse voir la petite communauté qui autrefois y nichait ; qu'elle puisse y sentir l'âme de ces exilés en leur propre terre. Il désire par-dessus tout que ses racines ne meurent pas avec lui. Ravier pourra alors dormir en paix. Il y aura toujours des printemps qui refleuriront à La Boisière.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 juin 2016
Nombre de lectures 0
EAN13 9782896994366
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0021€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

TABLE DES MATIÈRES

Note de l’auteure
Prologue
La traverse des monarques
Fausse aurore
Sablier de glace
Les rois du dernier vent
La prière des chamans
Devoir de mémoire
Les gestes du soir
Ce jeudi-là sur les coups de minuit
Les aubes du bout du cap
Épilogue



Flavie des vents contraires




De la même auteure

Chez le même éditeur
Grand-maman m’a raconté , nouvelles, coll. « Cavales », Ottawa, 2014, 120 pages.

Chez d’autres éditeurs
Cloître d’octobre , roman, coll. « Voix narratives », Ottawa, Les Éditions David, 2005, 128 pages.
Taxi longue route , nouvelle, revue Virages (Toronto), n o 35, printemps 2006, p. 18-29




Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada

Ducasse, Claudine, 1948-, auteur
Flavie des vents contraires : roman / Claudine Ducasse.

(Collection « Vertiges »)
Publié en formats imprimé(s) et électronique(s).
ISBN 978-2-89699-434-2 (couverture souple).--ISBN 978-2-89699-435-9 (pdf).--ISBN 978-2-89699-436-6 (epub)

I. Titre. II. Collection : Collection « Vertiges »

PS8607.U225F53 2015 C843’.6 C2014-908019-0
C2014-908020-4

Les Éditions L’Interligne
261, chemin de Montréal, bureau 310
Ottawa (Ontario) K1L 8C7
Tél. : 613 748-0850 / Téléc. : 613 748-0852
Adresse courriel : commercialisation@interligne.ca
www.interligne.ca

Distribution : Diffusion Prologue inc.

ISBN : 978-2-89699-436-6
© Claudine Ducasse et Les Éditions L’Interligne
Dépôt légal : premier trimestre 2015
Bibliothèque nationale du Canada
Tous droits réservés pour tous pays





À Jordy et Leina,
les souvenirs de mon père.


Note de l’auteure
J’ai eu la chance de grandir entre le fleuve et les montagnes. Mon village d’origine, Cap-Chat, m’a inspiré le village imaginaire de Cap Maillant.
De l’arrière-pays, Saint-Octave-de-l’Avenir, est née La Boisière, et j’ai conservé les très beaux noms d’origine des cantons de Faribault (modifiant l’orthographe du Faribeau) et de Romieu, ainsi que Fronteau. La longue Côte-de-la-coulée, qui permet d’arriver là-haut, a remplacé la route de la Coulée. Là s’arrête la similitude avec la réalité. L’histoire et les personnages de Flavie des vents contraires relèvent de l’imaginaire.
Les nombreuses colonies de l’arrière-pays n’existent plus. Elles ont été brûlées, fermées définitivement par le gouvernement de l’époque, qui les jugeait trop coûteuses et non viables. Subsistent cependant une mémoire, des souvenirs qu’aucun feu ne peut détruire.
Aujourd’hui, la forêt y a repris ses droits. La vie bourdonne et de nombreux randonneurs, en toute saison, grimpent la montagne d’un refuge à l’autre pour atteindre une très belle auberge nichée tout là-haut.
Bien sûr Aubert et Arnaud n’y sont plus, puisqu’ils habitent les pages d’un roman. En leur nom, je vous souhaite la bienvenue et une agréable randonnée.
Je remercie ma fille Leina et ma sœur Odette pour leur aide précieuse. Un chaleureux merci et toute ma reconnaissance également à Michel-Rémi Lafond, le directeur de la collection « Vertiges », ainsi qu’à toute l’équipe des Éditions L’Interligne.

Claudine Ducasse




Prologue
Il était une fois une princesse orpheline. Par un jour de grand froid, alors que le vent cinglait notre petit village, tissé serré à même la chair d’un gros rocher, elle nous arriva rouge de colère ! Par la magie de sa présence, elle transforma la vie des habitants d’une vieille auberge. D’ordinaire qu’il était, le quotidien fut tout dérangé. Même si la mer et le vent rugissaient ! Même si les commérages secouaient le village ! Ses pas, ses mots se mêlèrent avec ceux de tous ses parents adoptifs. Et il n’y eut plus qu’une seule saison ! Mais quelle belle saison ! Un printemps ! Un printemps qui dura longtemps et qui vit refleurir des terreaux desséchés.

Ma douce Flavie ! Je suis à l’aube de mes dernières heures. Mes souvenirs s’essoufflent autant que mon corps usé. Des images rémanentes défilent comme dans un vieux film où jadis je fus acteur. C’est l’histoire d’un gars qui entre dans sa cinquième saison sur la pointe des pieds. Il porte dans son cœur la nostalgie de la vie des autres. Je suis un homme avec une vieille mémoire. Une terre aride, craquelée, qui n’arrive plus à absorber le nectar du jour. Il faut bien que la vie finisse par finir un jour ! J’ai « enjambé » un siècle. Je ne veux surtout pas atteindre les trois chiffres. Je n’ai aucun goût pour ce genre de longévité. Je suis lesté d’une fatigue séculaire. Tous ceux de mon temps sont partis. À l’école du village où j’allais encore, l’an passé, raconter mes histoires aux enfants et préparer une autre génération de joueurs d’échecs, on me disait orpailleur de l’air du temps. Mais ma réalité, c’est que le temps restant est sans or.
Qu’est-ce que je fais encore de ce côté-ci ? Je ne suis plus qu’un cabotin depuis longtemps en bout de piste, traînant encore et toujours mon baluchon de rêves orphelins. Depuis longtemps déjà, l’avenir ne passe plus par ici. Assis pendant des heures, je regarde le temps couler. Ma vie a déjà eu lieu. Le présent n’est plus en quête de devenir. La parole volatile court et se perd sur le fleuve telle une rumeur. Une lourde chape de souvenirs pèse sur mes épaules. C’est pourquoi je te laisse ces quelques mots, le testament d’un vieux radoteux, ma chère enfant. Tu trouveras également dans ton ancienne chambre, sous la lucarne, la dernière maison de poupée que j’ai construite pour toi. J’ai réussi à la faire ressembler à l’auberge. Ouvre tout doucement la porte, car le temps s’y est cloîtré pour dormir dans une paix sans fin avec Précile, Colinette, Aubert, Quêteux et moi.
J’ai levé l’aurore et pris la mer pendant toute ma vie. Beau temps, mauvais temps, sans cesse l’appel du large ! Plus souvent qu’à mon tour, je réussissais à jeter mes lignes dans un banc de poissons. Les autres pêcheurs me surnommaient « le sourcier des mers ». Et plus tard, bien avant ton arrivée, le Brasseur de Marée. Comme tu peux le constater, j’ai porté bien des chapeaux. Certaines gens ignorent que je me nomme Ravier Jourdain. Du Brasseur de Marée, il ne reste qu’une vague impression d’autrefois. Cette époque est si lointaine ! J’ai abordé et j’ai fui bien des rivages pendant cette longue vie ! La caye et les écorchis cisaillent encore mon paysage intérieur. Cependant, Flavie, une vive lumière refuse de s’éteindre. Elle a résisté à tous les assauts de la nuit. Elle a l’éclat de ton sourire, la profondeur de ton regard.
Aujourd’hui, le bateau a avalé le fleuve. Le fatum ne pourra me tourner le dos indéfiniment. Viendra le moment où la mort devra avaler le capitaine.


La traverse des monarques
Flavie

Le calme nostalgique
D’une fin d’été
Sur ton berceau penché
Pour te regarder rêver

Ce long voyage allait bientôt prendre fin. Quitter son Nord n’avait pas été facile. Flavie avait d’abord pris l’avion puis le bateau vers le sud. Bien que ce dernier moyen de transport fût beaucoup plus long, elle y tenait. Elle voulait revenir graduellement. Le temps passé sur le navire lui permettrait de faire la transition. Flavie avait l’impression de changer complètement de cap. Fini son exil, adieu sa fuite. Elle avait adoré ses années comme infirmière dans ce dispensaire en région éloignée. Ses habitants, sa nature sauvage, ses paysages d’une beauté à couper le souffle ! Il était grand temps qu’elle parte, sinon elle ne pourrait plus retourner vers le sud. L’autonomie professionnelle, l’affection sincère et la simplicité des gens lui manqueraient terriblement. Mais, par-dessus tout, l’intensité du silence, la grande paix et la chaleur du paysage glacé lui feraient cruellement défaut. Ces sensations étaient à jamais imprimées au plus profond d’elle-même. Cette fois-ci, elle savait qu’elle ne vivrait pas sa dépression coutumière du retour chez elle. Elle partait avec un trésor bien ancré au creux de son ventre.

La traversée avait été difficile. Pourtant habituée aux foucades du vent et aux furies de la mer, Flavie avait été malade à en rendre l’âme. Presque seule maintenant sur le vieux rafiot, elle somnolait. Le bateau avait chargé et déchargé passagers et marchandises jour et nuit, au gré de ses nombreuses escales. Flavie n’avait pas dormi. Restée sur le pont tardivement, elle avait regardé le soleil enflammer le bas du temps,

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents