Love & Dollars
64 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Love & Dollars , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
64 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Que seriez-vous prêt à faire pour gagner 25 000 $ ?


Célestine et sept autres candidats entrent dans un jeu pour gagner gros. Chacun a une raison bien à lui de participer à cette télé-réalité. Célestine y prend part pour gagner le prix et ainsi aider sa famille, Travis pour sauver celle qu’il aime en secret.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 1
EAN13 9791034808069
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0060€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Love & Dollars

 
 
 
 
 
 
Sissie Roy
 
 
Love & Dollars
 
 
Couverture : Chloé S.
 
 
Publié dans la Collection Vénus
 
 

 
 
© Evidence Editions  2021

 
Mot de l’éditeur
 
Evidence Editions a été créée dans le but de rendre accessible la lecture pour tous, à tout âge et partout. Nous accordons une grande importance à ce que chacun puisse accéder à la littérature actuelle sans barrière de handicap. C’est pourquoi nos ouvrages sont disponibles en format papier, numérique, dyslexique, braille et audio.
Tout notre professionnalisme est mis en œuvre pour que votre lecture soit des plus confortables.
 
En tant que lecteur, vous découvrirez dans nos différentes collections de la littérature jeunesse, de la littérature générale, des témoignages, des livres historiques, des livres sur la santé et le bien-être, du policier, du thriller, de la littérature de l’imaginaire, de la romance sous toutes ses formes et de la littérature érotique.
Nous proposons également des ouvrages de la vie pratique tels que : agendas, cahiers de dédicaces, Bullet journal, DIY (Do It Yourself).
 
Pour prolonger le plaisir de votre lecture, dans notre boutique vous trouverez des goodies à collectionner ainsi que des boxes livresques disponibles toute l’année.
 
Ouvrir un livre Evidence, c’est aller à la rencontre d’émotions exceptionnelles.
 
Vous désirez être informés de nos publications. Pour cela, il vous suffit de nous adresser un courrier électronique à l’adresse suivante :
 
Email : contact@evidence-editions.com
Site internet : www.evidence-boutique.com
 
Prologue

Célestine
 
 
 
S’il y a bien une chose que je déteste, c’est quand ma mère m’oblige à garder ma petite peste de sœur de treize ans, Aubray. C’est comme ça depuis que papa a foutu le camp avec l’une de ses collègues de bureau, de quinze ans sa cadette. Ma mère comble le vide laissé par cet abandon en passant tout son temps à l’hôpital où elle travaille en tant qu’urgentiste. Ça pourrait être pire, elle aurait pu sombrer dans l’alcool, comme la mère d’Esther Delco.
Cependant, je ne suis pas dupe, je sais qu’elle a du mal à nous regarder. Faut dire que ma sœur et moi ressemblons beaucoup à papa et ça ne doit pas être facile pour elle. Mêmes cheveux, noirs comme l’ébène. Mêmes yeux, gris comme un ciel orageux.
 
En revanche, je dois avouer que je ne comprends pas pourquoi elle en fait tout un plat. Il l’a trompée pendant trois ans, OK, mais elle réagit comme si la Terre avait cessé de tourner ! Il faut qu’elle passe à autre chose ! À sa place, je l’aurais foutu dehors à grands coups de pied dans le postérieur. Ensuite, j’aurais dispersé ses affaires aux quatre vents avant de faire exploser sa voiture avec sa pouffiasse dedans. D’une pierre deux coups ! Une fois ma vengeance accomplie, j’aurais pu repartir sur de bonnes bases. Un peu comme dans la chanson de Carrie Underwood, Before He Cheats 1 . Cependant, maman n’a rien fait de tout ça. Nope, elle l’a laissé la quitter comme ça. Au fond, peut-être ne tenait-elle pas tant que ça à lui. Et aujourd’hui, elle passe ses journées entre les malades, avant de rentrer pour pleurer des nuits entières. Et lorsqu’il lui reste du temps, elle le passe à tenter de nous rassurer, Aubray et moi, sur son état. Elle nous répète sans cesse que tout va bien, mais nous ne sommes pas dupes : elle va mal. J’ai essayé de lui parler, elle entend ce que je lui dis, mais l’information ne se rend pas à son cerveau. Elle a peut-être un court-circuit. C’est la solution la plus probable, alors je décide d’économiser ma salive et de me taire. Je continue à faire du baby-sitting et de jouer la maman auprès d’une préado dont la vie est tout simplement horrible.
Tout ça m’a laissé un goût amer de l’amour. Au vu des dommages que ça peut créer chez quelqu’un, je me suis promis que jamais on ne me prendrait à cette connerie d’amour. Jamais on ne me brisera le cœur comme celui de ma mère. JAMAIS !
Bien que je déteste faire du baby-sitting, l’avantage, c’est que maman n’est pas présente. Dès que ma sœur dort, je peux inviter mes amies jusqu’au petit matin, et nous nous gavons de pizzas et de sodas, en regardant la télé et en nous racontant les derniers potins qui courent au lycée.
Ce soir ne fait pas exception. Jane, Shanie et moi sommes dans le sous-sol en train de terminer les restes de pizza devant la télé. Aubray dort depuis quelques heures déjà et nous discutons des dernières rumeurs.
— Vous saviez qu’Owen et Lila l’ont fait dans les vestiaires ? demande Jane en gloussant.
— Sûre que je le savais, mais tout le monde est au courant que Lila est une salope de première, réplique vulgairement Shanie.
Jane et moi pouffons comme de sales gosses. Comment pourrais-je dire, sans être méchante, que nous n’aimons pas beaucoup Lila ? Cette nana se la joue sainte nitouche auprès de tout le corps enseignant, de nos parents et, bien sûr, de tous les mecs du lycée. Résultat ? Elle est la petite étudiante modèle. « C’est dommage que la seule qui semble avoir étudié pour cet examen soit Lila », « Ah, Lila, toujours polie et jamais un mot plus haut que l’autre. » Et papa ne se gêne pas pour me comparer à elle chaque fois que je jure.
Et tous les mecs de l’école se pâment devant ses décolletés. Cette fille me sort par les yeux. Ils peuvent bien tous croire qu’elle est la reine du lycée, nous savons fort bien que rien n’est royal chez elle.
— Pourquoi on parle d’elle ? On s’en fout, non ? grogné-je.
OK ! OK ! J’admets que je hais Lila aussi parce qu’elle a tenté de mettre le grappin sur le seul mec qui pourrait me faire changer d’avis sur l’amour, Travis Reed, le mec le plus canon et sexy du lycée. Quelle nana normalement constituée pourrait résister face à ses magnifiques yeux bleu océan et à ses cheveux noir ébène ? Ceux-là mêmes qui lui tombent constamment devant les yeux ? Sans compter sa dégaine nonchalante du bad boy qui n’en fait qu’à sa tête.
Et le fait qu’il ait refusé ses avances conforte l’opinion que j’ai de lui : il est différent des autres, solitaire, mais populaire à la fois. Entre les cours, il a toujours des écouteurs vissés dans les oreilles. Quel genre de musique écoute-t-il ? Je l’ignore, je ne lui ai jamais parlé. Je ne fais que l’observer.
— Célestine est encore en colère parce que Lila a essayé de baiser avec Travis après le match de football y a un mois de ça, ricane Shanie.
Je roule des yeux et lui balance un coussin en pleine figure. Avec exagération, elle fait mine de tomber sur le dos, ce qui me fait rire.
— Tiens ! Tu ris moins maintenant, plaisanté-je.
Les filles continuent de me charrier au sujet de Travis. Elles pensent que je devrais prendre mon courage à deux mains et aller lui parler. Mais plus j’y pense, moins je trouve que c’est une bonne idée. Pas d’hommes dans ma vie, je dois m’y tenir. Et Shanie, qui n’en démord pas, me sort la même réplique à chaque fois : « Si tu ne baises pas, ton vagin va sécher et tomber. »
Elle me lance de nouveau le coussin et, lorsque je tente de lui renvoyer, Jane lève la main et m’arrête. Elle déteste ce genre de jeu auquel nous jouons. C’est toujours à qui tapera le plus fort ou dira la connerie la plus salace. Shanie et moi avons une amitié très compétitive et nous nous encourageons l’une et l’autre dans nos conneries.
Immaturité, quand tu nous tiens !
— Vous avez entendu parler de la nouvelle télé-réalité qui se déroulera à Halloween ? demande Jane pour changer de sujet.
Immédiatement, Shanie est tout ouïe. Son plus grand rêve est de devenir une star et elle croit ardemment que la télé-réalité est le meilleur tremplin pour réaliser son rêve. Ce n’est pas faute de lui avoir dit que ce genre d’émission est pour les minettes sans cervelle…
— Non ! C’est quoi ? s’écrie-t-elle.
—  The Horror of the Dollhouse . C’est ma sœur qui m’en a parlé. Elle et ses amies vont passer l’audition à Chicago la semaine prochaine. C’est pour Halloween.
— J’aimerais tellement en faire partie, mais ils n’acceptent jamais les ados comme nous.
Mon amie aux magnifiques cheveux bruns croise les bras sur sa poitrine en chignant comme un bébé. Shanie est magnifique, elle ferait pâmer n’importe quel mec avec ses grands yeux noirs et ses longues jambes. De plus, elle a un atout que je n’ai pas : des seins.
Quelqu’un a dit planche à pain ?
Jane, elle, a les cheveux bouclés et roux. Ces derniers couplés avec ses yeux verts la rendent tout simplement magnifique. En ce qui me concerne, je porte, du haut de mon mètre soixante-dix, une tignasse raide et noire. Point positif : mes yeux. Ils sont gris et mis en exergue par mes cheveux. Parfois même, il change de couleur selon mon humeur.
— Il me semble que les candidats doivent avoir entre dix-sept et vingt et un ans. C’est un truc pour les jeunes, en revanche, je crois qu’il faut une décharge signée des parents pour y participer.
— S’il y a que ça, j’imite la signature des vôtres et le tour est joué ! dit Shanie.
...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents