Power games : Angie, ris !
280 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Power games : Angie, ris ! , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
280 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


L’univers entier se ligue contre Angie : son merveilleux petit-ami est en fait marié, le job de ses rêves lui passe sous le nez et elle risque l’expulsion pour loyers impayés.


Karma désastreux ? Bienvenue dans la vie d’Angie.


Aussi lorsque le manager de son frère Bo, chanteur d’un groupe célèbre mais avec qui elle a coupé tout contact, lui propose un deal inespéré, elle n’a pas trop le choix.


Sa mission ? Redorer l’image de Bo, salement écornée par son comportement destructeur.


Comment ? En se faisant passer pour la nouvelle conquête de son propre frère.


Glauque vous avez dit ?


Comme si ça ne suffisait pas, elle devient coach de vie auprès de l’ennemi juré de Bo, le rappeur hautement sexy Astro Conti.


Accro à l’adrénaline, bagarreur, ingérable, As cache ses fêlures derrière une façade provocatrice. L’ultime revanche serait de mettre la craquante « copine » de Bo dans son lit !


Tiraillée entre son attirance indécente pour As et sa loyauté pour son frère, un jeu de dupes s’installe dont personne ne sortira indemne.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9791097125899
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

P ower G ames
 
Who’s your muse ?
 
 
 
 
Angie, ris !
 
 
Lia ROSE
 
 
L'auteur est représenté par Black Ink Editions. Tous droits réservés, y compris le droit de reproduction de ce livre ou de quelque citation que ce soit sous n'importe quelle forme.
Nom de l'ouvrage : Power games : Angie, ris !
Auteur : Lia ROSE
Suivi éditorial : Sarah Berziou
© Black Ink Editions
Dépôt légal Janvier 2019
Couverture : © Black Ink Editions – Réalisation Élisia BLADE – Sweet Contours. Crédit photos Shutterstock
ISBN 979-10-97125-89-9
Black Ink Editions
23 chemin de Ronflac
17440 Aytré
Numéro SIRET 840 658 587 00018
Contact :  editions.blackink@gmail.com
Site internet :  www.blackinkeditions.com
 
Table des matières
P ower G ames
Prologue
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13
Chapitre 14
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
Chapitre 18
Chapitre 19
Chapitre 20
Chapitre 21
Chapitre 22
Chapitre 23
Chapitre 24
Chapitre 25
Chapitre 26
Chapitre 27
Chapitre 28
Chapitre 29
Chapitre 30
Chapitre 31
Chapitre 32
Chapitre 33
Chapitre 34
Chapitre 35
Chapitre 36
Chapitre 37
Chapitre 38
Chapitre 39
Chapitre 40
Chapitre 41
Chapitre 42
Chapitre 43
Chapitre 44
Chapitre 45
Chapitre 46
Chapitre 47
Chapitre 48
Chapitre 49
Épilogue
REMERCIEMENTS
Annexes

 
 
 
Je dédie ce livre à tous les orphelins, aux Moldus, ceux qui ont mal commencé, ceux qui ne croient pas encore en la magie, aux mauvaises graines qui doutent encore de pouvoir soulever des montagnes, ceux qui sont tombés et qui peinent à se relever, qui ont peur d’aimer. Aux aveuglés, aux orgueilleux, aux pressés qui passent à côté de la beauté cachée. À tous ceux qui n’ont pas encore pris le temps d’admirer l’obscurité laisser place au soleil, qui ne comprennent pas que les étoiles ne sont visibles que la nuit.
Puisse-t-il vous donner envie de rêver au point d’y croire, sinon vous distraire.
 
Le véritable talent, ce n’est pas d’être doué dans ce qui nous passionne, mais d’inspirer les autres. Alors je te dédie ce livre.
À Ken Samaras. Merci de m’avoir soufflé celui-là. Considère qu’il est à toi.
 
 
 
 
 
«   Alors ils l’exhibent pour que l’on apprenne de force que le règne de l’Homme se trouve dans la science et que la magie n’existe pas. Mais on résistera.   »
 
Nekfeu.
 
 
Tous les titres de chapitres sont tirés de l’album Cyborg de Nekfeu. Certains en collaboration avec Nepal, Alpha Wann, Sneazzy, S-Pri Noir, Framal et Jazzy Bazz.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
I loved her;
Not for the way she danced with my angels;
But for the way the sound of her name;
Could silence my demons.
 
Christopher Pointdexter.
 
Prologue
«   Décision prise sous adrénaline   » 1
 
 
Astro
 
– Ils ont osé les enfoirés !
La chanson suivante débutait tout juste, mais je ne lui octroyai aucune chance tandis que mon poing venait s’écraser sur le matériel high-tech. Sans aucun regret, je balançai la chaîne hi-fi qui alla valdinguer au sol dans un fracas tonitruant. Je me laissai ensuite choir dans le canapé en daim, pinçant l’arête de mon nez, les yeux clos.
Quelques secondes plus tard seulement, je me levai à nouveau et commençai à faire les cent pas. Outre le fait que des millions de personnes allaient entendre les paroles de ce futur tube, révélant des événements compromettants de nos vies, cela me hérissait le poil que cela vienne d’ eux .
Le fait que des millions de fans sachent que le vrai nom de Smok était en réalité Émile et qu’il avait grandi dans une banlieue chic, que Nino avait sucé son pouce jusqu’à quinze ans ou que Luca s’était fait pomper par une prostituée qui était en fait un me passait au-dessus de la tête. Je me contrefichais également que l’on sache que jusqu’à six ans, j’avais eu du poids en trop et que ma mère me surnommait son petit sumo .
Ce qui était, bien évidemment, très exagéré.
Ce qui me rendait fou, au-delà du principe, était que ces fils de putes avaient pris la liberté d’en informer leur public que l’on se partageait en règle générale sans aucun droit. Le groupe Four Fire et le nôtre étaient en compétition depuis nos tous débuts. Nous avions eu plusieurs altercations, jusqu’à en venir aux mains, mais jamais cela n’était allé aussi loin. La haine qu’ils nous vouaient était réciproque, mais en cet instant-là, elle venait de prendre un autre tournant. Un virage sec à 360 degrés.
Je me figeai et amorçai une volte-face pour jauger le visage de mes trois frères de cœur. L’éclat de colère que je devinais dans leur regard rejoignait le mien. Il signifiait la même chose pour chacun de nous. Nous réclamions notre vengeance. Et l’arrivée de cette fille, dont leur leader semblait éperdument épris au point d’en être transformé, tombait à pic.
Tandis que j’observais le pied de Smok embrasser les débris de la chaîne avant qu’il ne piétine littéralement la jacket du dernier album des Four Fire, je repensais au contenu de cette chanson.
Mon besoin de vengeance se décuplait à cette pensée. Jusqu’ici, je ne m’étais jamais vraiment mêlé de leur petit jeu pour savoir lequel pissait le plus loin, au contraire de Luca qui le prenait très à cœur depuis que leur batteur s’était tapé sa mère. Il faut dire qu’il était loin d’être tout blanc puisqu’il avait lui-même défloré la cadette mineure du bassiste avant de la jeter dehors.
Leur petite guéguerre m’avait toujours laissé indifférent, je dirais même qu’elle m’amusait par certains aspects. Et si j’avais laissé les choses s’envenimer à ce point, c’était peut-être parce que Paul nous avait encouragés dans ce sens. Nos conflits créaient du buzz et le buzz générait du chiffre. Nous avions tellement connu la misère, Luca, Nino et moi qu’il nous était presque impossible de refuser cet argent. C’était plus fort que nous.
Je ne pouvais que m’incliner devant les membres de Four Fire, mais si je savais reconnaître leur force à ce moment-là, ils venaient de trouver un adversaire de taille.
À cet instant précis, la commissure de mes lèvres s’était relevée en un sourire en coin diabolique. Smok me le rendit. Il ne connaissait que trop bien ce que cet air sur mon visage signifiait. J’allais m’en occuper moi-même. Et j’étais réputé pour laisser agoniser mon ennemi lentement. Je n’étais pas du genre à perdre, pour la simple raison que je n’avais peur de rien.
J’avais toujours été capable du meilleur comme du pire, mais c’était dans le pire que j’excellais.
Quand j’ai pris en main cette histoire de vengeance, j’étais sûr d’en éprouver du plaisir. J’étais même certain de prendre mon pied.
À cette seconde précise, j’étais en train d’oublier tout ce que ma mère m’avait appris. À savoir que la vie était joueuse et que c’était elle qui allait s’amuser avec moi.
Nous voulions nous venger et malgré la confiance presque inébranlable que nous placions en notre réussite, nous allions tomber de haut. J’allais me ramasser douloureusement. Pour la première fois, j’allais perdre. Par K.O.
Et toute cette merde pour quoi ? À cause d’un foutu regard. Un regard qui allait démonter une à une chacune de mes vérités ancrées, de mes croyances que je pensais indélébiles. À com

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents