Petits Poèmes
129 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Petits Poèmes , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
129 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Extrait : "Or ce fut donc par un matin, sans faute, En beau printemps, un jour de Pentecôte, Qu'un bruit étrange en sursaut m'éveilla. Un mien valet, qui du soir était ivre : «Maître, dit-il, le Saint-Esprit est là ; C'est lui sans doute, et j'ai lu dans mon livre, Qu'avec vacarme il entre chez les gens. » Et moi de dire alors entre mes dents : «Gentil puîné de l'essence suprême, Beau Paraclet, soyez le bienvenu ; N'êtes-vous pas celui qui fait qu'on aime ? » En achevant..."

À PROPOS DES ÉDITIONS LIGARAN

Les éditions LIGARAN proposent des versions numériques de qualité de grands livres de la littérature classique mais également des livres rares en partenariat avec la BNF. Beaucoup de soins sont apportés à ces versions ebook pour éviter les fautes que l'on trouve trop souvent dans des versions numériques de ces textes.

LIGARAN propose des grands classiques dans les domaines suivants :

• Livres rares
• Livres libertins
• Livres d'Histoire
• Poésies
• Première guerre mondiale
• Jeunesse
• Policier

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 21
EAN13 9782335091243
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0008€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

EAN : 9782335091243

 
©Ligaran 2015

La Bastille

(1717)

Or ce fut donc par un matin, sans faute,
En beau printemps, un jour de Pentecôte,
Qu’un bruit étrange en sursaut m’éveilla.
Un mien valet, qui du soir était ivre :
« Maître, dit-il, le Saint-Esprit est là ;
C’est lui sans doute, et j’ai lu dans mon livre
Qu’avec vacarme il entre chez les gens. »
Et moi de dire alors entre mes dents :
« Gentil puîné de l’essence suprême,
Beau Paraclet, soyez le bienvenu ;
N’êtes-vous pas celui qui fait qu’on aime ? »
En achevant ce discours ingénu,
Je vois paraître au bout de ma ruelle,
Non un pigeon, non une colombelle,
De l’Esprit saint oiseau tendre et fidèle,
Mais vingt corbeaux de rapine affamés,
Monstres crochus que l’enfer a formés.
L’un près de moi s’approche en sycophante :
Un maintien doux, une démarche lente,
Un ton cafard, un compliment flatteur,
Cachent le fiel qui lui ronge le cœur.
« Mon fils, dit-il, la cour sait vos mérites ;
On prise fort les bons mots que vous dites,
Vos petits vers, et vos galants écrits ;
Et, comme ici tout travail a son prix,
Le roi, mon fils, plein de reconnaissance,
Veut de vos soins tous donner récompense,
Et tous accorde, en dépit des rivaux,
Un logement dans un de ses châteaux.
Les gens de bien qui sont à votre porte
Avec respect tous serviront d’escorte ;
Et moi, mon fils, je Tiens de par le roi
Pour m’acquitter de mon petit emploi.
– Trigaud, lui dis-je, à moi point ne s’adresse
Ce beau début ; c’est me jouer d’un tour :
Je ne suis point rimeur suivant la cour ;
Je ne connais roi, prince, ni princesse ;
Et, si tout bas je forme des souhaits,
C’est que d’iceux ne sois connu jamais.
Je les respecte, ils sont dieux sur la terre ;
Mais ne les faut de trop près regarder :
Sage mortel doit toujours se garder
De ces gens-là qui portent le tonnerre.
Partant, vilain, retournez vers le roi ;
Dites-lui fort que je le remercie
De son logis ; c’est trop d’honneur pour moi ;
Il ne me faut tant de cérémonie :
Je suis content de mon bouge ; et les dieux
Dans mon taudis m’ont fait un sort tranquille ;
Mes biens sont purs, mon sommeil est facile,
J’ai le repos ; les rois n’ont rien de mieux. »
J’eus beau prêcher, et j’eus beau m’en défendre,
Tous ces messieurs, d’un air doux et bénin,
Obligeamment me prirent par la main :
« Allons, mon fils, marchons. » Fallut se rendre,
Fallut partir. Je fus bientôt conduit
En coche clos vers le royal réduit
Que près Saint-Paul ont vu bâtir nos pères
Par Charles Cinq. Ô gens de bien, mes frères,
Que Dieu tous gard’ d’un pareil logement !
J’arrive enfin dans mon appartement.
Certain croquant avec douce manière
Du nouveau gîte exaltait les beautés,
Perfections, aises, commodités.
« Jamais Phébus, dit-il, dans sa carrière,
De ses rayons n’y porta la lumière :
Voyez ces murs de dix pieds d’épaisseur,
Vous y serez avec plus de fraîcheur. »
Puis me faisant admirer la clôture,
Triple la porte et triple la serrure,
Grilles, verrous, barreaux de tout côté :
« C’est, me dit-il, pour votre sûreté. »
Midi sonnant, un chaudeau l’on m’apporte ;
La chère n’est délicate ni forte :
De ce beau mets je n’étais point tenté ;
Mais on me dit : « C’est pour votre santé ;
Mangez en paix, ici rien ne vous presse. »
Me voici donc en ce lieu de détresse,
Embastillé, logé fort à l’étroit,
Ne dormant point, buvant chaud, mangeant froid,
Trahi de tous, même de ma maîtresse.
Ô Marc-René, que Caton le Censeur
Jadis dans Rome eût pris pour successeur,
Ô Marc-René, de qui la faveur grande
Fait ici-bas tant de gens murmurer,
Vos beaux avis m’ont fait claquemurer :
Que quelque jour le bon Dieu vous le rende !
Variantes de la Bastille
Vers 2. – « En beau matin. »
Vers 13. – « Auprès. »
Vers 25. – « Vaut. »
Vers 30. – « Ces gens de bien. »
Vers 31. – « Benoitement. »
Vers 34. – Des versions portent ; « Truand » ; d’autres : « Faquin. »
Vers 52 :

J’eus beau parler et j’eus beau me défendre,
Tous ces messieurs, d’un air doux et badin,
Obligeamment, etc.
Vers 66 :

N’y fit briller sa trop vive lumière.
Vers 81 :

Sans passe-temps, sans amis, sans maîtresse.
Vers 85 :

Fait ici-bas gens de bien murmurer.
Avertissement pour le Pour et le Contre
Ce petit poème est un des premiers ouvrages où M. de Voltaire ait fait connaître ouvertement ses opinions sur la religion et la morale. Nous ignorons quelle est la femme à qui l’auteur l’avait adressé. Il est du temps de sa jeunesse, et antérieur à ses querelles avec J.-B. Rousseau, qui parle de cet ouvrage comme d’une des raisons qui l’ont éloigné de M. de Voltaire ; délicatesse bien singulière dans l’auteur de tant d’épigrammes où la religion est tournée en ridicule. Rousseau croyait apparemment qu’il n’y avait de scandale que dans les raisonnements philosophiques ; et que, pourvu qu’un conte irréligieux fût obscène, la foi de l’auteur était à l’abri de tout reproche.
Au reste, cet ouvrage a le mérite singulier de renfermer dans quelques pages, et en très beaux vers, les objections les plus fortes contre la religion chrétienne, les réponses que font à ces objections les dévots persuadés et les dévots politiques, et enfin le plus sage conseil qu’on puisse donner à un homme raisonnable qui ne veut connaître sur ces objets que ce qui est nécessaire pour se bien conduire. La fameuse profession de foi du vicaire savoyard n’est presque qu’un commentaire éloquent de cette épître, et de quelques morceaux du poème de la Loi naturelle .

K.
Le Pour et le Contre

À MADAME DE RUPELMONDE (1722)

Tu veux donc, belle Uranie,
Qu’érigé par ton ordre en Lucrèce nouveau,
Devant toi, d’une main hardie,
Aux superstitions j’arrache le bandeau ;
Que j’expose à tes yeux le dangereux tableau
Des mensonges sacrés dont la terre est remplie,
Et que ma philosophie
T’apprenne à mépriser les horreurs du tombeau
Et les terreurs de l’autre vie.
Ne crois point qu’enivrer des erreurs de mes sens,
De ma religion blasphémateur profane,
Je veuille avec dépit dans mes égarements,
Détruire en libertin la loi qui les condamne.
Viens, pénètre avec moi, d’un pas respectueux,
Les profondeurs du sanctuaire
Du Dieu qu’on nous annonce, et qu’on cache à nos yeux.
Je veux aimer ce Dieu, je cherche en lui mon père :
On me montre un tyran que nous devons haïr.
Il créa des humains à lui-même semblables,
Afin de les mieux avilir ;
Il nous donna des cœurs coupables,
Pour avoir droit de nous punir ;
Il nous fit aimer le plaisir,
Pour nous mieux tourmenter par des maux effroyables,
Qu’un miracle éternel empêche de finir.
Il venait de créer un homme à son image :
On l’en voit soudain repentir,
Comme si l’ouvrier n’avait pas dû sentir
Les défauts de son propre ouvrage.
Aveugle en ses bienfaits, aveugle en son courroux,
À peine il nous fit naître, il va nous perdre tous.
Il ordonne à la mer de submerger le monde,
Ce monde qu’en six jours il forma du néant.
Peut-être qu’on verra sa sagesse profonde
Faire un autre univers plus pur, plus innocent :
Non ; il tire de la poussière
Une race d’affreux brigands,
D’esclaves sans honneur, et de cruels tyrans,
Plus méchante que la première.
Que fera-t-il enfin, quels foudres dévorants
Vont sur ces malheureux lancer ses mains sévères ?
Va-t-il dans le chaos plonger les éléments ?
Écoutez ; ô prodige ! ô tendresse ! ô mystères !

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents