En toute franchise
58 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

En toute franchise , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
58 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce recueil se veut être un florilège de débats et d’analyses projeté dans une dimension réelle qui approuve ou remet en cause tous les évènements d’une vie.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 mai 2012
Nombre de lectures 2
EAN13 9782312006734
Langue Français

Extrait

En toute franchise
Massinissa Dahlal
En toute franchise










Les éditions du net 70, quai Dion Bouton 92800 Puteaux
© Les Éditions du Net, 2012 ISBN : 978-2-312-00673-4
Préface
La constante humaine reste une référence vitale, dont on ne peut s’en passer, parler de l’homme c’est parler de la vie, et dans ce recueil, en outre de la condition humaine et dans une certaine proportion fait aussi une approche a tout ce qui peut encore l’entourer.
Jeunesse
Comme la brise matinale, venant frapper ma frimousse
La jeunesse s’enlisa aux abords de mon enfance
L’enfance perdue dans les mirages adultes
Hâtant le pas pour finir dans la toile majeure
Et de ceci, les pas perdus de mon existence
Craignant le lendemain qui en savait trop d’aujourd’hui
Sûr et qui nonobstant nonchalant
Qu’il était dur d’être mur avant l’âge
Et que la force de la vie n’était que présage
Et que le slogan de la peur vient submerger
Le cœur désespéré d’une jeunesse utopique
Et que la polémique des générations n’en finissait pas d’être archaïque
Et quand tout n’était pas peint dans l’éthique
Pardon jeunesse de ne t’avoir pas comprise à temps
Et dire que l’enfance, en parallèle, cherchait en toi la confession
Encore mille pardons, jeunesse de ne t’avoir pas comprise à temps.
Versatilités
Chaud qu’est le sang de changer
Froide qu’est la décision à graver
Dans le châtiment de définir sa raison
Dans la rétribution de céder a ses passions
Mentir a son acabit véhément
De rejoindre le pire sciemment
Déstabilisant les soubassements de la conscience
Dans les répercussions que diapre l’impertinence
Les échelons de l’obstinance désuète
De la nomenclature aux dictées fluettes
Puiser l’essence de la moralité
Négligée dans les arcades de la facilite
La fable de réunir le mal et le bien
Sans céder a l’apanage de tout lien
Proliférant dans sa charte de consistance
L’armature de la déhiscence en constance
L’ébauche d’un suspense évasif
Frôlant celui d’un salut corrosif
D’un tempérament baignant dans l’accalmie
Que feigne l’absence surie
Invulnérable qu’est la destinée
Mais indubitable qu’est le raffiné.
Recul
Cela s’empiffre au seuil, et s’empêtre en écueils
À bien des égards, à bien des enjeux
Et comment que cela ne puisse arriver
Les choses s’emmêlent et se dénouent
Et l’essieu incontournable s’apparente à tout mener sans consulat
Car il faut bien que les gens s’entre-accommodent, sans trop de constats
Pour reconnaître ses liens et ceux de l’au-delà
Sinon on ne saura jamais comment cela ira.
Rapport
Bien des choses encore comme, un médecin, comme un érudit, comme un potin
La vérité annonce les butins
Des choses dites, restées en leurs états
Puis refaites et vérifiés et sensées faire éclat
Sur les raisons des choses, sans alinéas
Par ce que, beaucoup de choses ont été citées
Et qu’ils ont pu subsister en remèdes
Sans pour autant répondre au cas
Par ce que on se trompe, par ce que c’est flou
Que pour rétablir, mieux vaut que l’on s’en foute
Car la plupart des vérités sont sans recherches
Elles sont éminentes et offrent le là.
La tzigane
Dans les caravanes du passé silencieux
La hampe qui paraphait les refuges pieux
Tenue par la femme au voile bleu
Parcourait un jour le fond de ma main
Passant son regard grimé
Vouée telle une sirène qui cherchait son propre destin au fond du mien
Ses yeux luisaient de mystères, de la vérité et de son trop plein
Telle une fée aux facettes arabesques
Comme si la vocation de prédire pactait le drame burlesque
D’une voix limpide à la résonance poétique
Elle prêchait dans la lumière insouciante le “plus” nostalgique
Qu’elle lisait passionnément comme sur un échiquier que fut ma main
Ahurie par les craintes du futur noué au regret impassible
Que la prétention de la réminiscence soclait dans le vis-à-vis partagé
Doigtée d’un charlatanisme envoûtant, la conviction sans lynchage
Une oreille prêtée au silence contemplateur du hautainisme
Frayée par l’art de se retirer à la bohémienne de l’humilité
J’avais ma présence sapée par le doute prometteur
Qui se semait miraculeusement dans mon for- intérieur
Loin de la certitude, tout près de la divinité
Comme un jeune loup accueilli dans les bras de sa sollicitée
De cette créature à l’incarnation du perdu
Lui rangeait mon appartenance à cet espace trouvé de l’adversité
Faisait ramer l’allégresse des peines mercantiles de la cupidité
Devant le charme incandescent de la tzigane
Je retraçais pas vers mes sources idoines
Gammé par cette sorcellerie et cette connaissance fatale.
Habileté
Le but qu’entend l’insouciance
À fuir la faillite et sa carence
Dans le suspense des valeurs justes
Une seule idée, faire juste
Les règles et les débats tiennent tout juste
Quand on ne sait plus quoi dire au juste
C’est ainsi qu’il faudrait deux poids et deux mesures
Quand on entame une procédure
L’une pour la bonne façon
Et l’autre pour la tournure.

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents