L incandescence de la lettre en poésie
135 pages
Français

L'incandescence de la lettre en poésie

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
135 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dans la littérature africaine de la diaspora, voire de l’intérieur du continent, il n’y a pas beaucoup de poètes qui font un décryptage de la poésie avec autant de perspicacité, voire de sagacité, qu’Alain Tito Mabiala. On décèle cette quête vibratoire dans son recueil en prose poétique titré ” L’incadescence de la lettre en poésie “, où il annonce les couleurs avec cette citation de Charles Baudelaire qui dit : ” Quel est celui de nos jours qui n’a pas, dans ses jours d’ambition, rêvé le miracle de la prose poétique, musicale, sans rythme et sans rime, assez souple et assez heurtée pour s’adapter aux mouvements lyriques de l’âme, aux ondulations de la rêverie, aux soubressauts de la conscience ?” Fort de cette conviction énérgisante, Alain Tito Mabiala a façonné des stances pleines de liberté, qui mettent en évidence la magie de la poésie en prose, comme La méditation du calme de chez moi, ou Mûrir dans la sainteté de la poésie. Lausanne nous en veut, Des ombres faméliques, La mort injuste qui nous ceint, La république bananière de mon pays, L’empreinte d’un texte, telles sont les expressions lyriques qui donnent au poète Le voeu de se confesser sur sa langue.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 avril 2021
Nombre de lectures 15
EAN13 9798734682135
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,05€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

L’INCANDESCENCE DE LA LETTRE EN POESIE
2
ALAIN TITO MABIALA L’INCANDESCENCE DE LA LETTRE EN POESIE
3
©2021 - Editions Mikanda ISBN: 979-8-7346-8213-5 www.editions-mikanda.orgcontact@editions-mikanda.orgLe code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur, de ses ayants-droits, ou de l’éditeur, est illicite et constitue une contrefaçon aux termesde l’article L335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
4
A Eliora Mabiala, pour que tu vives pleinement la vie, pas que vivre, mais aussi la sonder. Surtout ne te prive pas de te taire, pour observer le monde, avec un peu de chance, il te sera possible d’entendre ce qui se dit et se fait derrière les apparences pour comprendre la véracité des hommes et des choses. Papa et Poète
5
«Quel est celui de nous qui n’a pas, dans ses jours d’ambition, rêvé le miracle de la prose poétique, musicale sans rythme et sans rime, assez souple et assez heurtée pour s’adapter aux mouvements lyriques de l’âme, aux ondulations de la rêverie, aux soubresauts de la conscience ? » Charles Baudelaire
6
Remerciementsde l’auteurà Caroline Despont pour la relecture de ce manuscrit.
7
PREFACE Dans la littérature africaine de la diaspora, voire de l'intérieur du continent, il n'y a pas beaucoup de poètes qui font un décryptage de la poésie avec autant de perspicacité, voire de sagacité, qu'Alain Tito Mabiala. On décèle cette quête vibratoire dans son recueil en prose poétique titré " L'incandescence de la lettre en poésie ", où il annonce les couleurs avec cette citation de Charles Baudelaire qui dit : " Quel est celui de nos jours qui n'a pas, dans ses jours d'ambition, rêvé le miracle de la prose poétique, musicale, sans rythme et sans rime, assez souple et assez heurtée pour s'adapter aux mouvements lyriques de l'âme, aux ondulations de la rêverie, aux soubresauts de la conscience ?" Fort de cette conviction énergisante, Alain Tito Mabiala a façonné des stances pleines de liberté, qui mettent en évidence la magie de la poésie en prose, comme La méditation du calme de chez moi, ou Mûrir dans la sainteté de la poésie. Lausanne nous en veut, Des ombres faméliques, La mort injuste qui nous ceint, La république bananière de mon pays, L'empreinte d'un texte, telles sont les expressions lyriques qui donnent au poète Levœude se confesser sur sa langue. Il reprend le bal avec Le charme du crépuscule, en bifurquant vers cet Infiniment petit qui nous tient en joue, pour déboucher sur Le confinement, où il met en exergue La solitude du confinement en poésie, avec La
8
corona virus qui nous impose son silence. D'un matin sous le règne du Kaiser corona virus à Un matin seul, le poète nous entraîne vers Chaque jour nous conduit vers l'inéluctable fin, où notre humanité en péril nous dévoile de plus en plus notre vulnérabilité. Dans Ces femmes précieuses que sont nos mères, il a fait un grand câlin à nos procréatrices, pour leurs attentions, leurs abnégations et leurs amours sans limite. Et dans Le rêve avant tout, il extasie la contemplation intérieure de l'existence, qui amène à la plénitude créative. Au fur et à mesure de son évolution, le lecteur découvre alors cette pugnacité poétique, qui se veut forcément cognitive, même si Rire pour se désintoxiquer du mal que vous infligent les hommes vient donner un atour thérapeutique pouvant nous délivrer des inconstances des humains. Le legs à sa fille, par exemple, ne sera donc constitué que des mots qui font l'éloge de la piété et de l'humilité. C'est L’essencede tout écrit, qui donne un sens à sa poétique, laquelle tire sa substance des Entrailles du monde qui l'inspire depuis son canapé. C'est donc Le pouvoir des mots conférés au poète qui le modèle, pendant que celui-ci observe le ciel pour que Les bielles fonctionnent lorsque le soleil dessine l'ombre du poète sur le quai, afin de se prémunir de la laideur qui obstrue la simplicité et la clarté du monde. Cette poésie qui l'habite et l'a choisi depuis le ventre de sa mère (Monique) devient alors Un moment de résilience. Mais comme Dieu l'a voulu poète, cela rend L'odeur et la couleur de ses nuits insomniaques. Toutefois, des Jours orphelins de poésie, où rien ne
9
s'affiche sur l'écran de l'inspiration, existent aussi pour lui. Cependant, comme ce complot ne triomphe pas sur sa vivacité productive, on trouve alors toute la quintessence de sa démarche dans Plaidoyer. A l'instar de Papa Wemba, dans son apologie de l'élégance (la Sape) et du courage, ce poète pense qu'on peut être pauvre en biens de ce monde mais très riche en esprit. Ainsi, à la suite dela Poésie d’unété solitaire et tristounet, Les bruits du dehors, c'est la vie, ainsi que Le café et la belle blonde d'orbe, sans omettre L'odeur et la couleur de mes nuits, et autres, vient l'aveu de cet auteur atypique, qui a finalement fixé les lecteurs sur sa boulimie littéraire dans Ecrire est une thérapie. En tout cas, avec L'incandescence de la lettre en poésie, Alain Tito Mabiala a dévoilé son ancrage poétique avec un surréalisme new-look, qui mérite de faire des épigones, pourquoi pas des émules. Jean-Paul Brigode Ilopi Bokanga
10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents