Les Feuillets
66 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Les Feuillets , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
66 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

C'est une poésie de l'existence, c'est-à-dire d'un questionnement sur le sens et la valeur du vivre, que déploient ces "Feuillets" de Mee Yung. Ainsi présenté, ce recueil pourrait paraître docte ou présomptueux. Il n'en est rien et la jeune poétesse développe ses nocturnes, ses ambiances crépusculaires ou orageuses, les attraits du vide et le portrait du monde moderne, dans un style diaphane, éthéré, réduit à l'essentiel. Concis et épuré, "Les Feuillets" trouve, dans une expression minimaliste, le moyen de donner corps à cet étourdissement procuré par cette prise de conscience d'une étrangeté de la vie à soi. Tutoyant l'Hadès et les ombres, préférant les atmosphères de déclin et de renoncement, une œuvre qui se fait le discret porte-voix de ce malaise diffus qui nous étreint tous un jour.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 19
EAN13 9782748352030
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0038€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait












Les Feuillets Mee Yung










Les Feuillets
















Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook :




http://www.publibook.com




Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les
lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son
impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et
limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou
copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une
contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les
textes susvisés et notamment le Code français de la propriété
intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur
la protection des droits d’auteur.





Éditions Publibook
14, rue des Volontaires
75015 PARIS – France
Tél. : + 33 (0) 1 53 69 65 55





IDDN.FR.010.0114356.000.R.P.2009.030.40000


Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux
Éditions Publibook en 2010


Dans ce recueil de poésie,
Telles les feuilles d’un arbre,
Je souhaite faire partager
Des émotions que le lecteur a,
Un jour, peut-être, ressenties lui-même.

9


Les Deux Aubépines



De loin en loin,
Elles paraissent belles,
Mais leur esprit est vil.

L’une, par ses caresses,
Tente de corrompre tout homme.
De fausseté et de noirceur
Est pétri son cœur.

L’autre, jouant la douceur,
N’est pas en reste.
De sa jolie bouche, elle empeste.
Par besoin de tendresse,
Elle commet forfaitures.

Proches d’une déchéance future,
Ces deux aubépines croissent.

Le 7 octobre 2009
10


Entre deux mondes



Espérer se perdre
Dans les méandres
Du fleuve qui s’écoule.
La joie, le monde foule !

Se diluer dans la nature,
Ne pas vouloir naître.
Face à cette sombre clarté,
Je ne ressens aucune gaîté.

Dans les mailles de la toile
Se trouvait un voile.
Je le pris sans remord,
Me jouant de la Mort.

Lentement, le courant me berce.
La clameur me fait défaillir,
La douleur me transperce :
Je marche sans faiblir.

Le 18 avril 2009
11


Par une belle
journée d’automne



Par cette journée ensoleillée,
J’ai appris qu’entre nous, c’était terminé.

La pluie est venue frapper à ma porte.
Ces derniers temps,
Tu te faisais distant.
Toujours distraite,
Je courais à ma perte.

L’amertume me fauche,
Faute d’approche.
Désormais, mes yeux se voilent
Rendant un monde bien terne.

Oui ! Pardonne-moi mes erreurs et errements.
Mais tu n’en as cure et penses que
Je ne changerais plus et pourtant…

Nous avons parcouru avec joie un bout de chemin.
Cette sente est devenue maintenant une ornière.
Je sais que je m’en sortirais peu importe la manière.

Je t’ai reproché plusieurs fois certains points
12 Sur lesquels tu n’apportais aucun soin.
De ton côté tu ne disais mot.
Comment aurais je pu savoir ?
Maintenant, je sombre dans le désespoir.

[99]
N’est plus sourd que celui qui ne veut entendre,
Mais sache qu’il ne t’en tient aucune rancœur.
Puisses-tu, de cette histoire, apprendre,
En attendant des jours meilleurs.

Que l’automne et l’hiver ne perdurent
Et que vienne vite le printemps
Car si ces temps sont durs
Que le bonheur revienne prestement.

La demi-mesure est un luxe qu’il ne puit plus se permettre
Et malgré tout, te souhaite de bientôt t’en remettre.

J’ai beau sortir, rencontrer du monde.
Mon cœur, que nul ne sonde,
Quand vient le soir,
S’emplit d’effroi.

Mon esprit devient la proie
D’un infini désespoir.

Le 10 septembre 2008
13

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents