Les Voiles du temps
113 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Les Voiles du temps , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
113 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La vie n’est qu’un bref exil, nous dit Brahim Saci dans son sixième recueil de poésie « Les Voiles du temps ». C’est pour cela qu’il nous conseille d’apprécier le présent, de le savourer avant qu’il ne soit trop tard. Il y a des enseignements, des sagesses, de la belle philosophie dans ce nouveau livre. Malgré la perte cruelle de son père en mai 2020, cet homme qui s’est battu pour la liberté de son peuple durant de longues années, il continue son chemin fait de créations et de gestes de bonté. Brahim Saci raconte également Paris, cette ville qui n’arrête pas de l’inspirer ; il nous fait part également de sa nostalgie pour la Kabylie, pour l’Algérie. Brahim Saci salue le combat du peuple algérien pour la liberté, solidaire du Hirak, ce mouvement pacifique de contestation qui veut installer la démocratie en Algérie. Brahim Saci décrit également ces peurs planétaires générées par un virus ; il s’interroge. Brahim Saci raconte aussi les tourments de l’amour. Ce livre est un guide pour devenir meilleur, grâce à la sagesse, grâce au respect des autres.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 novembre 2020
Nombre de lectures 2
EAN13 9782312078564
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0012€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Les Voiles du temps
Brahim Saci
Les Voiles du temps
LES ÉDITIONS DU NET
126, rue du Landy 93400 St Ouen
© Les Éditions du Net, 2020
ISBN : 978-2-312-07856-4
À la mémoire de mon père, Si Mohand Tahar
Décédé le 21 mai 2020 à l’âge de 86 ans.
Un homme qui a préservé les valeurs humaines millénaires berbères kabyles
Qui a combattu pour la liberté et la dignité de l’Algérie
Il aimait Paris , les arts, la culture, le cinéma, la poésie et les livres.
Il aimait me raconter le Paris des années 50 et 60
Il me manquera toujours, paix à son âme.
Ce que tu donnes est à toi pour toujours
Ce que tu gardes est perdu à jamais.
Proverbe Soufi
Préface
L’humilité face à l’arrogance des puissants
La vie n’est qu’un bref exil. C’est ce que, entre autres, nous dit Brahim Saci dans son sixième recueil de poésie, Les Voiles du temps. C’est pour cela qu’il nous conseille aussi d’apprécier le présent, de le savourer avant qu’il ne soit trop tard.
Il y a des enseignements, des sagesses, de la belle philosophie dans ce nouveau livre de Brahim Saci . Donner juste pour donner, nous dit le poète, n’attendez rien en retour, c’est l’une des clés pour être heureux et en paix avec soi-même. Face à l’arrogance des puissants, il faut s’entourer de beaucoup d’humilité, telle est la leçon de vie que nous délivre Brahim Saci dans les Voiles du temps, un livre qui fait de la douleur une passerelle pour atteindre le bonheur.
Oui, malgré la perte cruelle de son père, au mois de mai 2020, Brahim Saci reste debout et continue son chemin. Un chemin fait de créations et de gestes de bonté. Même si la douleur est atroce, Brahim Saci préfère convoquer les souvenirs parisiens, les paroles et les gestes de son père, paix à son âme ; les valeurs humaines de cet homme qui s’est battu pour la liberté de son peuple, courageusement, durant de longues années.
Perdre son père est toujours un malheur ; ne pas pouvoir lui dire adieu pour la dernière fois, c’est encore un lourd fardeau que l’existence met parfois sur le chemin de l’homme. Mais il faut accepter cette vie, avec son cortège prévisible de malheurs et de tristesse . C’est ainsi que va la vie ; la mort elle-même fait partie de la vie et c’est la seule et unique justice que personne ne peut corrompre. Comme d’habitude, Brahim Saci raconte également Paris , cette ville qui n’arrête pas de le surprendre, de l’inspirer ; il nous fait part également de sa nostalgie pour la Kabylie , pour l’Algérie . Avec un courage certain, il salue aussi le combat du peuple algérien pour la liberté, la dignité et la justice sociale. Complétement solidaire du Hirak , ce mouvement pacifique de contestation qui veut installer la démocratie en Algérie , Brahim Saci plaide pour un renouveau du pays de ses ancêtres. Un renouveau où chaque citoyen aura sa place, pourra s’exprimer sans risque d’aller en prison.
Dans les Voiles du temps, Brahim Saci décrit également ces peurs planétaires générées par un virus ; il se pose des questions sur le rapport qu’entretiennent certaines forces occultes pour gagner de l’argent sur le dos des citoyens du monde, sur leur santé physique et morale. Empruntant des routes sinueuses, Brahim Saci ne perd pas le sens des valeurs ni le sens des valeurs humanistes ; son livre est un guide pour devenir meilleur, pour atteindre ces majestueuses altitudes du bonheur grâce à la sagesse, grâce au respect des autres.
L’élan poétique de Brahim Saci est salvateur même quand il raconte les tourments de l’amour et la déchirure qui résulte de toute séparation. La nuit la plus sombre, la plus pénible est toujours suivie de la lumière éclatante du jour. Les mots de Brahim Saci savent nous faire partager cette lumière ; les mots du poète savent nous guérir de ces malaises que le monde d’aujourd’hui invente à chaque coin de rue. À bien des égards, les Voiles du temps est un livre qui fait voyager, qui guide le lecteur vers les rivages de l’harmonie.
Youcef Zirem
U N DEMI - SIÈCLE À P ARIS
On a beau faire
Pour assainir par la poésie la prière
Certaines atmosphères
À tout le monde on ne peut plaire.
À l’époque sombre amère
S’ajoutent des vents d’hiver
Un demi-siècle à Paris
Toute une vie.
J’ai connu le racisme le mépris
Les regards obliques des aigris
Certains vous toisent
Lorsqu’ils vous croisent.
Juste parce que vous êtes d’ailleurs
On cherche à vous briser le cœur
Même diplômés parmi les meilleurs
On cherchera à vous réduire à vous faire peur.
Mais Paris est aussi la ville lumineuse
Qui rend l’âme heureuse
La ville de l’amour, des beaux jours
Mais parfois aussi des cieux lourds.
J’ai été heureux dans cette ville du savoir
Où se rencontrent les cultures les espoirs
J’ai semé des poèmes, j’ai chanté, j’ai aimé
J’ai été trahi, j’ai ri, j’ai pleuré.
C ES TEMPS AMERS
En ces temps amers
Méditons en prières
Demandons l’aide de l’univers
Pour purifier l’air de la terre.
N’oubliez pas de sourire
Cela peut éloigner le pire
Retrouvons le verbe aimer
Où s’abreuve la voie lactée.
Le monde pleure
Le coronavirus sème la peur
Mais quelle que soit sa fureur
L’amour sera toujours vainqueur.
Le soleil percera les noirs nuages
L’histoire écrira de plus belles pages
L’espoir retrouvera son meilleur visage
Plus de misère plus de naufrage.
N OTRE QUÊTE DANS L ’ ILLUSION
L’incertitude pèse lourd
En l’absence de l’amour
L’espoir est au large éperdu
Où la fin est perçue comme un début.
Tant de mystères tant d’inquiétudes
Les chemins qui aboutissent paraissent les plus rudes
Le monde crée des normes, des chaînes
Et des tempêtes qu’il déchaîne.
Notre quête dans l’illusion
N’a fait qu’accroître nos passions
On a soif de l’inconnu
On regrette quand on a perdu.
Nous cherchons le jour
En se dirigeant vers la nuit
Sans le cœur triomphent nos démences
Qui déchirent nos espérances.
L E CŒUR PLEURE
La nuit tombe sur le monde, sortant ses griffes
Pressée de ne laisser que des épaves sur les récifs
Le sort en spectateur du drame qui se trame
Observe la violence des flammes.
Est-ce le ciel qui nous interpelle ?
Ou la terre qu’on a transformée en poubelle
Qui réclame son dû, nos corps pour la poussière
Puisque nous avons quitté le paradis pour l’enfer.
Traînant l’innocence dans le sillage de vos démences
Au diable vous avez fait allégeance
Oh ignorants épris de souffrances !
Vous avez étranglé les espérances !
Aujourd’hui chacun est face à sa conscience
À ses faiblesses ses déficiences
Le cœur pleure longtemps banni par nos erreurs
Aujourd’hui il est le soleil, le sauveur.
N OS MAUVAIS CHOIX
Nos mauvais choix nous amènent au bord du gouffre
C’est seulement là qu’on voit ceux qui souffrent
L’arrogance nous aveugle au point de se perdre
Mais la foudre n’épargne ni le chêne ni le cèdre.
On dit qu’il faut apprendre à tomber pour réussir
Pourtant, on n’apprend pas à manœuvrer en coulant les navires
Du monde matériel il faudra sortir
Pour voir autrement et mieux agir.
Ceux qui ont semé l’angoisse pour s’enrichir
Voient aujourd’hui que tout peut périr
La faucheuse nous tend l’ardoise
L’addition n’a que faire des regards qui se toisent.
Les fronts plissés par les regrets
Les poings serrés par l’impuissance avérée
La rouille vient à bout du fer
Inconscients, on empoisonne notre air.
L A FOUDRE FRAPPE
La foudre frappe la conscience humaine
Comme pour lui rappeler sa fragilité certaine
Sur le monde souffle l’effroi
Le soleil s’est caché, chaque être a froid.
Je cherche une ombre dans les rues vides
Le résultat de nos penchants cupides
Chacun tremble chez-soi espérant la délivrance
Priant qu’il reste encore une chance.
Le Coronavirus est bien là sans nul doute
Précipitant la mort sous la céleste voûte
Créé par la nature ou la folie humaine
Il faut le combattre d’où qu’il vienne.
L’humanité vit des heures sombres
Enfermée dans un désert sans ombre
Mais la vie saura trouver un palmier une oasis
Il est temps de se débarrasser de nos egos de nos vices.
D ES VOIX S ’ ÉLÈVENT
Des voix s’élèvent par-ci par-là pour dénoncer
La démence des puissants, l’inconscience, l’irresponsabilité
Manipulant la science comme des sorciers appelant la mort
Inventant manipulant des virus pour détruire encore.
Il est bon de s’interroger sur la part d’ombre de l’humain
Celle qui calcine tout sur son chemin
Celle qui cherche le meilleur moyen de tuer plus d’humains
Celle qui dans sa folie pousse le monde vers sa fin.
La culture mondiale de la consommation
A jeté les valeurs de la compassion
Qui font de nous des humains
Semant le désespoir et le chagrin.
Pour ces fous les maladies sont plus rentables
S’alliant à l’effroyable, au diable
Les lobbies de la terreur ne pensent qu’à remplir leurs poches
Tout en creusant leurs tombes avec des pioches.
S ORTIR DE L ’ ATMOSPHÈRE FUNÈBRE
Dans la lutte contre le Coronavirus
Les scientifiques du monde ont le consensus
Dans la course pour trouver un remède
L’univers nous apportera son aide.
Pour sortir de l’atmosphère funèbre
En écartant les ténèbres
Ce voile qui a longtemps empêché nos yeux
De voir la beauté de la terre et des cieux.
La tragédie que vit le monde nous aidera
À retrouver notre âme pour semer l’espoir dans chaque pas
À redonner sa place à l’amour
Qu’on a banni de nos jours.
Pour construire un avenir plus juste sur la terre
Chacun peut remplir de soleil son verre
Pour jeter nos égoïsmes, pour un regard nouveau
Nous verrons alors en chaque être humain le beau.
L A MATIÈRE SANS L ’ ESPRIT
Certains ont tout mais penchent curieusement vers l’abîme
D’autres l’ennui les pousse vers la destruction et le crime
Sans un équilibre du mental
L’homme est séduit par le mal.
Notre véritable nature est de semer le bonheur
Mais les vices attirent le corps pour le nourrir de peur
Le matérialisme est la matière sans l’esprit
C’est la fin du dualisme qui alimente la vie.
Quand la dualité s’efface
Les ténèbres se renforcent pour occuper la place
Quand l’intellect cède aux tentations du corps
Le mental se déchire pour appeler la mort.
Si nous sombrons dans la nuit
Nos connaissances nous quitteront sans bruit
Pour finir comme des bêtes sauvages
Nous aurons perdu l’intellect et le langage.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents