Lumières contemporaines
74 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Lumières contemporaines , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
74 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ces poèmes abordent différents thèmes qui ont marqué la vie de l'auteur : amour, morts de proches, coups de gueules, hommages, faits du quotidien à priori anodins.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 juin 2017
Nombre de lectures 1
EAN13 9782312052724
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Extrait

Lumières Contemporaines !
Raphaël Constant
Lumières contemporaines
Poèmes
LES ÉDITIONS DU NET
126, rue du Landy 93400 St Ouen
© Les Éditions du Net, 2017
ISBN : 978-2-312-05272-4
F USION DE L ’ ÂME !
Ces trop fortes convictions qui détournent le regard,
Ces lourds silences qui viennent alpaguer le hasard,
Cette chaleur qui vous étouffe alors, prudemment,
Quand l’âme, victime volontaire d’un éternuement,
Est attirée de manière si irrésistible
Vers ce pays où la frêle honte est inaudible.
Que se déverse la pluie sur ces premiers frissons !
Que de nouvelles couleurs fusionnent à l’unisson !
Que l’amour coule sur les rebords de la raison !
Que l’éternité soit l’écho de la passion,
La forçant à écouter cette très belle chanson
Entonnée par l’âme, ce dévoué échanson !
R.C.
Le 04 Octobre 2016 !
L E DELTA ROUGE !
Un ternaire puissant qui ouvre les portes du sacré ?
Une force qui repousse une raison très bien ancrée ?
Ce delta rouge s’accroit depuis les temps antiques,
Malmenant l’attrait pour un mal si fatidique.
Cette création artistique est-elle une réplique
D’un songe divin qui se mue en touchante supplique ?
Tout le sang des hommes passés et surtout présents,
Circule dans les veines de ces triangles rougissants.
Ces derniers forment une belle mélodie de l’esprit,
Dans laquelle tout sage qui se respecte se replie.
Puissions-nous, humains, à la logique empirique
Plonger au sein même de cette fresque mathématique.
R.C.
Le 03 Octobre 2016
L IGNES DE V IE !
Mus par une peur glacée et une pulsion de vie,
Nous obéissons à un destin impoli.
Les souvenirs sont des couleurs étincelantes,
A la croisée d’une vive énergie débordante
Et d’une bien étrange divinité balbutiante.
L’audace crie, hurle même, face à la marée montante.
Portées par une étrange trinité infinie,
Nos vies, brèves, sont des explosions au nom banni.
Les couleurs, si vives, sont d’éternelles amoureuses,
Bien que quadrillées par une rigueur silencieuse.
La vie lutte contre les forces amères de l’oubli,
Cet infatigable serviteur de l’infamie.
Nous refusons cette aliénation millénaire,
Amoureux que nous sommes tous de l’imaginaire.
R.C.
Le 28 Septembre 2016.
22 h 22.
N OIR ET R OUGE !
D’un noir profond où semble régner le chaos,
Peut -il surgir, enfin, quelque chose de si beau,
De si merveilleux même, que l’on se surprendrait
A entrevoir, de la grâce, la première clarté ?
Mais que vienne donc avec fulgurance, s’il le faut,
Ce rouge, matrice improbable d’un renouveau,
Rassemblant ce qui est épars, et pourchassant
Le règne terrifiant de tous les soleils couchants.
Ce rouge, vaillant, embrasse l’immensité du vide,
Obligeant l’Univers à ne plus être placide.
Porteur de passions très éphémères ou torrides,
Ce rouge lutte contre une mort bien trop souvent avide.
R.C.
Le 26 Septembre 2016,
22 h 34.
P ASSION
Elle sait affiner les aspérités de l’âme,
Elle fait très souvent surgir d’indescriptibles flammes,
Elle tue cette léthargie pécheresse au ton triste,
Elle déchire le passé, digne d’une bien mauvaise liste.
Grâce à ce visage envoûtant, ces mains complices,
Ces jambes troublantes, la vie devient alors l’actrice
D’une douce et longue comédie au rythme endiablé.
Ce tourbillon, qui voit chair et sang rassemblés,
Ne laisse la place qu’à quelques immatures paroles,
Qui viennent accompagner ces actes si peu frivoles.
C’est ainsi que tout commence et que tout s’achève,
Le début, innocent, ne connait pas de trêve.
Nous vivons, nous luttons, nous aimons, malgré tout,
Las de cette finitude qui n’est pas à genoux.
R.C.
Le 29 Septembre 2016
21 h 23.
S AISONS …
L’hiver, d’une rare impatience, menace nos ardeurs.
Malgré nos insignifiances, lorsqu’une saison meurt,
Epuisée de ces heures à lutter pour survivre,
Nous entamons alors, reclus comme une âme ivre,
Un nouveau cycle, où la passion, bien titubante,
En vient, malgré tout, à être toujours plus glaçante.
Nous rêvons de printemps et du futur été,
Où, témoins avides d’une renaissance désirée,
La chair, chaude, se mettra à vibrer comme jamais.
Nos justes révoltes face à ce monde souvent si laid,
Nos rires face à d’inévitables absurdités,
Nos larmes, d échirantes, face à l’ outrance de la mort,
Nos questions sur cette destinée qui nous dévore,
Tout va se perpétuer, encore et encore,
Griffonnant des mots rouges et sales sur notre sort.
R.C.
Le 06 Octobre 2016
B ALLET C OLORÉ !
Arrogants et reclus dans nos corps en sursis,
Nous jetons sur le fil si infime de nos vies,
Les émotions contradictoires qui défigurent,
Avec force et vigueur, les désir immatures.
Colère brûlante, et emportements destructeurs,
Passion, teintée d’espoir fragile, de fortes peurs,
Egoïsme porté par le voile des illusions,
Gourmandise très variée, mais non en réclusion,
Ces belles ardeurs ne sont jamais en demi-teinte.
Grâce à elles toutes, les mères sont à nouveau enceintes.
La vie n’est que succession de ces jolies couleurs.
La plus précieuse éclora à notre ultime heure.
R.C.
Le 08 Octobre 2016
P ENSÉES LOINTAINES …
La lune dominait, seule, dans l’immensité bleue.
J’imagine, perdu dans un rêve trop prétentieux,
De belles contrées où les lois humaines n’ont plus lieu.
Pensées troubles, nourries par un voeu très obséquieux
Pour des dieux moqueurs et aux désirs belliqueux.
Bercé par une ode créée par un artiste pieux,
Mes sens se nourrissent d’un fruit qui fait des envieux.
J’oublie tout, inspiré par le silence des cieux.
Avouerai-je enfin que je supporte beaucoup mieux
Cet exil qui ravit le calme des amoureux ?
R.C.
Le 12 Octobre 2016
S OIF D ’I MPOSSIBLE
Une journée bien trop obsédante où l’ordinaire
Sert de clef pour pénétrer dans l’imaginaire,
Un affront lancé à la gueule de la conscience,
Une forte volonté d’éplucher son outrance,
Une soif de créativité jonchée de doute,
Un cri étouffé dans un monde en pleine déroute,
Un regard vif sur ces mystères qui nous dépassent,
Un espoir qui végète, épris de l’impossible,
Là o ù les diaboliques tourments sont moins sensibles.
R.C.
Le 10 Octobre 2016, 13 h 00
P LUIE A UTOMNALE !
Ruisseaux engorgés, corps mouillé, maison humide,
C’est un jour parfait pour lire l’Art d’Aimer d’Ovide .
Convictions si trempées, Conscience trop délavée,
Doux Espoirs envolés, Amours non partagés,
Ces vallées de l’âme sont emportées par l’averse,
A coup sûr, pour connaître la vie en sens inverse.
Soudain, le cœur, beau reflet, palpite de plus belle,
Maudissant ces nuages qui envahissent le ciel.
R.C.
L e 13 Octobre 2016, 13 h 00

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents