Revue Littéraire Colline Inspirée - Février 2020
82 pages
Français

Revue Littéraire Colline Inspirée - Février 2020 , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
82 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Revue Littéraire Colline Inspirée - Février 2020 - Le poète - Que cette revue littéraire soit une bénédiction pour les poètes qui y ont participés et ceux qui y participeront à l’avenir, qu’elle ne s’arrête pas qu’à ce premier numéro dont l’organisation et le respect du temps a su nous laisser sous le charme. Qu’elle vive pendant longtemps et apporte chance à ces jeunes poètes qui ont les veines pleines de 5 sèves pour réaliser leurs rêves de poète et qu’elle apporte lumière et bonheur pour tous les poètes qui passeront sur ses passages. Je félicite toute l’équipe qui se cache derrière ce travail acharné. Que le Dieu du souffle de vie leur apporte lumière et encore de force. . Que vive le poète, que vive la poésie ! 6 Youssef BRANH Editeur en chef

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2020
Nombre de lectures 5
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

REVUE LITTERAIRE COLLINE INSPIREE n° 1Février 2020 LE POETE THE POET MOYEMBI EDITIONS COLLINE INSPIREE
2
©Editions Colline Inspirée, 2020 Les textes appartiennent à la revue et aux auteurs, il est interdit de les utiliser sans leur autorisation Toute reproduction, que ce soit partielle ou intégrale de cette revue est interdite.
3
AVANT-PROPOS DES VERS ET DES EMPREINTESLa poésie est un exercice quotidien, on la vit dans chacun de nos mouvements, dans chacune de nos actions. Au-delà d’être un art, la poésie est d’une importance singulière plus ce qu’est l’eau pour l’homme. Certains croient ne pas aimer la poésie, c’est par ignorance qu’ils pensent de cette manière, car, même notre ignorance aime la poésie. Je pense qu’il faudrait que les poètes arrêtent de demander à savoir si nous aimons la poésie ou pas, Poètes, servez-nous simplement de la poésie et que nos âmes se réjouissent. Les poètes eux-mêmes devraient commencer par comprendre ce qu’est « de la poésie » et pas le contraire. La définition de la poésie ne se donne pas avec les mots, c’est impossible. Essayer de définir avec des mots est une profanation gravissime de celle-ci. C’est un peu comme essayer de définir Dieu dans une religion quelconque, c’est impossible. Pourquoi l’est-ce ? Il est tellement grand que des mots ou des religions ne peuvent contenir sa grandeur. Il faut que les poètes comprennent que la poésie est une langue que chaque être devrait maitriser. C’est avec cette langue que Dieu a créé le monde, en effet, la poésie ressort d’une force suprême intense pouvant créer des êtres, faire vibrer la mer ou encore mieux ; déterrer les morts. C’est clair : une poésie n’est pas un assemblage des vers, mais plutôt des fragments de soi. Peu importe le style avec lequel il peut se vêtir, peu importe le thème exploité, elle reste un assemblage du poète. La poésie est le reflet du poète, son état d’âme, ses mœurs, sa vie, son passé et
4
même son futur. Parfois, on dit toujours que « l’on nait poète » sans en savoir le pourquoi, la réponse est simple et claire, le poète et sa poésie ne peuvent être appréhendés séparément, bien au contraire ne font qu’un. Chaque poète est un fleuve pour sa poésie, il n’a pas besoin d’inspiration pour écrire, ni encore d’être génie par l’intelligence acquise au banc de l’école. Il puise simplement dans le fleuve intarissable qui coule dans son intérieur. Oui, il n’a pas besoind’inspiration, il est l’inspiration, voilà pourquoi certains disent que « celui qui fréquente le poète devient poète », cette phrase est vraie et claire, « celui qui reste près du fleuve, boit l’eau du fleuve et se fait aussi un petit fleuve éphémère ». Onn’apprend pas à quelqu’un à devenir poète, on l’aide simplement à se découvrir, même un non-poète qui pense être poète peut aider un poète à se découvrir. Une revue littéraire est un espace d’échange des muses, où chacun dévoile son ingéniosité poétique, elle est en outre une arène où les écrivains ne se détruisent pas mais se construisent. On ne devrait pas comparer les poésies pour en tirer le meilleur. Chaque poésie est unique, dans sa profondeur, comme dans son style ou encore par rapport au public. Ce sont ces mots, ces opinions, ces ressentis venus de l’intérieur que j’ai choisi partager avec l’humanité.Que cette revue littéraire soit une bénédiction pour les poètes qui y ont participés et ceux qui y participeront à l’avenir, qu’elle ne s’arrête pas qu’à ce premier numéro dontl’organisation et le respect dutemps a su nous laisser sous le charme. Qu’elle vive pendant longtemps et apporte chance à ces jeunes poètes qui ont les veines pleines de
5
sèves pour réaliser leurs rêves de poèteet qu’elle apporte lumière et bonheur pour tous les poètes qui passeront sur ses passages. Je félicite toute l’équipe qui se cache derrière ce travail acharné. Que le Dieu du souffle de vie leur apporte lumière et encore de force. . Que vive le poète, que vive la poésie ! Youssef BRANH Editeur en chef
6
EDITORIAL Le mot magique autour duquel la présente revue a jugé essentiel d’exploitercomme thème inaugural nous envoie à entreprendre un périple lointain pour en dénicher le sens. Avant tout, il est de notre obligation de définir le mot « poète » selon sa racine de provenance. Étymologiquement, ce mot vient d’une part de « poeta » du latin, et d’autre part de « poiêtês » du grec, qui signifie : créateur. Dans son sens littéraire, ce mot est compris comme celui qui pratique la poésie, et en exerce le mystère. Dans le sens péjoratif, on parlera de « faiseur de vers » c'est-à-dire : celui qui écrit en vers. Dans un langage traditionnel, les poètes sont les « favoris d'Apollon, nourrissons des Muses, nourrissons du Parnasse ». Ils sont en outre les chanteurs de l'antiquité, du moyen âge,…En parlant du poète dans le temps, Voltaire dit que : « les Grecs n'avaient alors que des poètes pour historiens et pour théologiens ; ce ne fut même que quatre cents ans après Hésiode et Homère qu'on se réduisit à écrire l'histoire en prose. » Dans son livre « la légende de siècles », Victor Hugo dit qu' « Un poète est un monde enfermé dans un homme. » Comme pour vouloir dire que le poète est cet esprit de la raison ou mieux l’âme qui habite ceux qui en exercent le mystère.Sartre viendra à son tour dire du poète ce qui suit : « Autrefois, le poète se prenait pour un prophète, c'était honorable; par la suite, il devint paria et maudit, ça pouvait encore aller. Mais aujourd'hui, il est tombé au rang des spécialistes et ce n'est pas sans un certain malaise qu'il mentionne, sur les registres d'hôtel, le métier d'« homme de
7
lettres », à la suite de son nom. » D’après Sainte-Beuve, « En nous tous, pour peu que nous soyons poètes, et si nous ne le sommes pourtant pas décidément, il existe ou il a existé une certaine fleur de sentiments, de désirs, une certaine rêverie première, qui bientôt s'en va dans les travaux prosaïques, et qui expire dans l'occupation de la vie. Il se trouve, en un mot, dans les trois quarts des hommes, comme un poète qui meurt jeune, tandis que l'homme survit. » Quel est cependant cette créature aussi complexe à décrire ? De nos jours, le nom de cet être précieux et pieux a perdu son blason et son grand objet d’influence. On ne reconnait plus qui est poète et qui n’est le pas. Le poète à l’ère où la noblesse faisait entendre sa voix, était un sujet d’honneur, sur qui l’on devait jeter les fleurs, mais hélas cette pratique n’est plus d’envergure. Il est devenu un qualificatif des gens qui se sont vêtus de l’égoïsme, de mensonge pour gagner confiance de ceux dont ils adressentses œuvres. Ces propos qui n’arrangent la notion de bonnes mœurs poétiques, et notre inquiétude à tous... les poètes de la présente revue se manifestent avec vigueur pour dire ce qui est, était, doit être le poète. « Sa voix perce l’ouïe du sourd, discute avec celle des muets »MTN SLAM, le poète est apparenté à la divinité, pouvant solutionner toute sorte de problème,« être poète c’est entendre l’inaudible » complèteClaude-Bernard Elio ALCEUS, qui est convaincu que le poète est un peintre qui donne forme à l’irréel.Le poèteOmar Nk Cessayn’en passe pourtant sous silence en ceci : « The poet decorate, dictate, dedicate, craft and design their words - To be creative in the eyes of readers ».
8
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents